Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  




L'actualité
TECHNOLOGIE


Samsung arrête les écrans LCD

  Liste des news    Liste des new du mois  
Ecran Oled Flexible

31

Mars

Le LCD va-t-il définitivement céder sa place à l’OLED sur nos smartphones ? Il n’y a qu’à voir le marché des smartphones premium, et même milieu de gamme, pour s’en rendre compte. Fort de ce constat, Samsung Display, filiale du constructeur sud-coréen dédiée à la fabrication d’écrans pour de nombreuses marques, vient d’annoncer l’arrêt de la production de dalles LCD, d’ici la fin de l’année. « Nous fournirons les écrans LCD commandés à nos clients d’ici la fin de cette année sans aucun problème » a toutefois précisé un porte-parole de la firme à Reuters, tout en indiquant que ces commandes seront les dernières en terme d’écrans LCD. Les dalles LCD de Samsung Display sont actuellement produites dans des usines en Chine et en Corée du Sud. Pour l’heure, Samsung n’a pas indiqué ce qu’elles deviendront une fois la transition accomplie, même si la firme précise que l’une de ses lignes de production en Corée du Sud sera transformée afin de produire des écrans Quantum Dot, ou QLED, lesquels équipent les téléviseurs de la marque. La firme sud-coréenne avait par ailleurs annoncé un investissement à hauteur de 10 milliards d’euros dans ses usines d’écrans et la recherche et développement en fin d’année dernière. Évidemment, cela ne risque pas de plaire à Apple, qui compte sur le constructeur sud-coréen pour lui fournir les dalles qui équipent ses iPhone non-pro, comme l’iPhone 11, l’iPhone XR, et certainement le légendaire l’iPhone 9/SE 2 qui ne devrait plus tarder à arriver. Si Apple est un gros client, d’autres constructeurs se servent également allègrement chez Samsung. Ils devront maintenant, très certainement, passer à l’OLED ou d’autres technologies d’écrans plus qualitatives, ce qui n’augure que du bon pour les consommateurs.



Facebook capote les projets d'Apple

  Liste des news    Liste des new du mois  
apple glass ar glasses idrop news x martin hajek

31

Mars

Est-ce là une nouvelle pièce du puzzle concernant le futur d’Apple et ses plans en ce qui concerne la réalité augmentée ? Apple aurait en effet fait une offre pour racheter la firme britannique Plessey, un fabricant d’écrans Micro-LED spécialisé dans… la réalité augmentée. Les rumeurs autour de la conception de lunettes AR chez la firme de Cupertino sont en aujourd’hui si nombreuses que cette tentative de rachat de nous semble guère étonnante. Pourtant, Plessey aurait décliné la proposition d’Apple, et préféré conclure un marché avec un de ses concurrents : Facebook. La firme fondée par Mark Zuckerberg aurait ainsi signé un contrat d’exclusivité pour une livraison d’écrans micro-LED destiné à l’affichage d’élément en réalité augmentée. Facebook ne s’en cache pas, et avait notamment annoncé à sa dernière conférence Oculus la préparation d’un appareil de réalité augmentée destiné au grand public, lequel pourrait voir le jour d’ici quelques années. C’est donc une bataille de perdue pour Apple, mais la guerre de la réalité augmentée ne fait que commencer. Nombreuses sont les entreprises à avoir des plans en la matière. Des noms comme Amazon, Microsoft, ou encore Huawei sont déjà sur le coup, même si leurs travaux restent, pour l’heure, bien secrets. Ce type de produit pourrait-il, à terme, avoir le même impact que le smartphone a pu avoir en son temps, et venir même le remplacer pour le grand public ? Tout reste à faire en la matière, et cela reste rassurant de voir que les différents constructeurs continuent de multiplier les efforts pour nous proposer un appareil d’un nouveau genre.



Qualcomm des puces pour les casques audio

  Liste des news    Liste des new du mois  
Quaalcomm QCC514x et QCC304x

26

Mars

Faute de technos propriétaires, la bataille du casque Bluetooth ou des intras True Wireless est d'abord une affaire de géants. Pour les autres marques, il faut passer par des outils tiers. À ce petit jeu, Qualcomm place largement ses pions en proposant depuis des années un monceau de technologies propriétaires sur ses puces Bluetooth. Système de synchronisation maison, rachat du codec AptX et développement de ses dérivés, technologie de réduction de bruit en appel cVc, les exemples sont nombreux. Sûr de son quasi-monopole le fondeur compte bien passer à l'étape supérieure avec sa prochaine génération de puce. Présentées très récemment, les familles de puces Bluetooth QCC514X et QCC304X ne sont pas seulement là pour assurer une liaison sans-fil et intégrer les codecs de la marque, elles sont de véritables SoC, à l'image de la puce H1 de Apple et sa gestion de toutes les fonctions sur les Airpods Pro. Ainsi, le but de Qualcomm est de vendre une solution "clé en main" de connexion, d'analyse et de traitement. Pour commencer, les deux familles de puces seront compatibles True Wireless Stereo Plus, une technologie propriétaire permettant d'envoyer le flux gauche sur l'écouteur gauche d'un des True Wireless, et le flux droit pour l'écouteur droit, une chose impossible de base (à moins d'attendre le futur Bluetooth LE Audio). Plus généralement, tous les smartphones n'étant pas TWS+, cette puce permettra une connexion dite Mirroring, pouvant laisser le premier écouteur se connecter pendant que le second "reflète" son flux, pouvant également prendre le relai en cas de déconnexion du premier. Le principe de cette méthode n'est pas nouveau, mais pourra véritablement se généraliser. Mais ce n'est pas tout, puisque la marque intègre à présent une unité de calcul pour la réduction de bruit active, qui plus est la réduction de bruit active hybride. Ainsi, tout écouteur True Wireless ou casque Bluetooth ayant au moins un microphone à l'intérieur et un microphone à l'extérieur pourra bénéficier de cette précieuse technologie, sans passer par de très couteuses années de R&D. Un des seuls casques/écouteurs avec déclenchement de l'assistant à la voix, le Surface Headphones aura une pelleté de concurrents supplémentaires. Second apport, présent uniquement sur la QCC514X (plus haut de gamme), le déclenchement des assistants vocaux uniquement par la voix. Là encore, cette fonction n'est pas possible en standard, car potentiellement trop énergivore, le Bluetooth audio n'étant pas fait pour cela. Pour la puce QCC304X, davantage entrée et milieu de gamme, il faudra toujours passer par une commande (tactile ou bouton). Les puces profiteront également de nouvelles améliorations quant à la gestion de l'énergie. La marque annonce, comme exemple, qu'un True Wireless avec batterie de 65 mA h (capacité standard-haute) pourra tenir autour de 13 h. Mais surtout, l'impact de l'ANC sur la consommation sera très mesuré. On attend de voir. Bien sûr ces deux dernières améliorations seront également destinées aux casques audio. Si ces solutions sont toujours très alléchantes, ils mettent aussi en avant le monopole dangereux de Qualcomm en la matière. En théorie le Bluetooth est un protocole qui n'appartient à personne, en pratique, c'est un peu plus compliqué que cela. Il y a un Bluetooth Apple, un Bluetooth Qualcomm, et le reste du monde. L'absence d'innovation dans le standard n'est donc pas spécialement un hasard.



Le PCIe 4.0 plus tôt que prévu

  Liste des news    Liste des new du mois  
Logo PCIe 4.0 arrive sur les prochian soc intel

24

Mars

Dans quelques semaines, Intel doit lancer sa gamme Comet Lake-S. La suite s’appellera Rocket Lake-S et devrait arriver en 2021. D’ailleurs, la société pourrait se limiter à des modèles 8 cœurs au maximum. En revanche, bonne nouvelle, les processeurs Rocket Lake-S bénéficieront enfin du PCIe 4.0. Ils gèrent en effet 20 lignes PCIe 4.0 (4 pour SSD NVMe et 16 pour le GPU). La plateforme repose sur des chipsets de série 500 et utiliserait toujours le socket LGA 1200. En outre, Rocket Lake-S bénéficie de puces graphiques iGPU Intel Gen12, avec prise en charge des connecteurs HDMI 2.0b et DisplayPort 1.4a. Le ThunderBolt 4 ainsi que l’USB 3.2 Gen2x2 seront également présents. En ce qui concerne la sécurité, le SGX, incriminé dans plusieurs failles de sécurité au cours des dernières années, est supprimé. Ces informations proviennent du site VideoCardz.



Google et LG laisse tomber Qualcomm

  Liste des news    Liste des new du mois  
google lg qualcomm

24

Mars

Qualcomm a sorti au début de l’année le Snapdragon 865, qui devrait d’ailleurs être remplacé par le Snapdragon 865 Plus au troisième trimestre. Le SoC est bien évidemment équipé d’un modem 5G X55 puisque ce réseau va petit à petit supplanter la 4G actuelle. C’est pour cette raison que Qualcomm impose l’intégration de la 5G aux constructeurs qui veulent profiter de son SoC tout puissant. Les premiers smartphones 5G de la décennie intègrent le Qualcomm 865. On peut citer par exemple les Samsung Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra. Qu’est-ce qu’ils ont en commun, hormis la marque ? Leur prix exorbitant par rapport à une bonne partie de la concurrence. Sans surprise, il est justifié par le Snapdragon 865 qui rend donc les smartphones plus chers en plus de les rendre plus épais et plus susceptibles de chauffer. Seuls les appareils chinois tels que le Xiaomi BlackShark 3 ou le Find X2 Pro d’Oppo peuvent se vanter d’être équipés d’un Snapdragon 865 tout en proposant des prix moins élevés aux consommateurs. Google et LG choisiraient un SoC plus raisonnable pour leurs smartphones. Des rapports récents laissent suggérer que Google et LG ont prévu d’ignorer le Snapdragon 865 et de choisir un SoC moins onéreux. En effet, le forum XDA Developers s’était aperçu en janvier que les Pixel 5 et 5 XL n’utiliseraient pas le Snapdragon 865, mais le 765G. Pour rappel, le Pixel 5 est prévu pour octobre 2020 donc il y a encore assez de temps devant nous pour confirmer cette information. De plus, d’après la plateforme sud-coréenne Naver, LG se dirige vers un choix similaire pour son prochain flagship, le LG G9 ThinQ. Il devrait lui aussi embarquer la puce Snapdragon 765G. Le SoC 765G est seulement un peu plus lent que le 865. Tandis que ce dernier est un SoC gravé en 7nm avec 8 coeurs dont 4 cœurs A77 et quatre cœurs A55, le 765G utilise deux cœurs A76 et six cœurs A55, mais il est aussi gravé en 7nm et intègre un modem 5G. En réalité, si l’optimisation logicielle est réussie, la plupart des utilisateurs ne s’apercevront même pas de la différence de puissance du 765G. Et avec une entreprise comme Google, il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur l’optimisation. En conclusion, si vous avez décidé de partir sur un smartphone 5G cette année, mais que vous ne souhaitez pas débourser des sommes très élevées du montant d’un Galaxy S20, nous vous conseillons de patienter encore quelque temps d’ici l’arrivée sur le marché de smartphones plus raisonnables comme les Pixel 5, 5XL ou même le LG G9 ThinQ.



Mémoire Samsung eUFS 3.1

  Liste des news    Liste des new du mois  
Samsung memoire eUFS 3.1

17

Mars

Samsung confirme aujourd'hui avoir démarré la production de masse de sa première carte mémoire eUFS 3.1, qui devrait être intégrée dans les prochains flagships. Une nouvelle mémoire qui dépasse le seuil de performance de 1 Go/s en écriture séquentielle. Pour Samsung : « Avec une vitesse d'écriture séquentielle de plus de 1 200 Mo/s, la carte mémoire eUFS 3.1 de 512 Go est deux fois plus rapide qu'un PC basé sur SATA (540 Mo/s) et dix fois plus rapide qu'une carte microSD UHS-I (90 Mo/s) ». Pour tranférer 100 Go de données, un smartphone en eUFS 3.1 demandera de patienter environ 1 minute et 30 secondes, contre 4 minutes (selon Samsung) en UFS 3.0. Toujours selon le géant coréen, cette nouvelle mémoire eUFS 3.1 assure un traitement des données jusqu'à 60 % plus rapide que ce que permet la génération actuelle. À noter qu'en plus d'une version 512 Go, Samsung va également produire des déclinaisons 128 Go et 256 Go.



AMD Ryzen 9 4900H, la puissance mobile Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Ryzen AMD

17

Mars

AMD dévoile un nouveau CPU sur le segment des processeurs mobiles pour joueur, le Ryzen 9 4900H. Il fait suite à l’annonce des nouveaux Ryzen Mobile Serie 4000H au CES 2020. Cette puce haut de gamme vise les amateurs de jeux vidéo, les créateurs de contenu ou encore la amateurs avertis désirant de la puissance nomade. Le Ryzen 9 4900H est une puce équipée de huit cœurs physiques et 16 cœurs logiques. L’ensemble est propulsé à 3.3 GHz contre 4.4 GHz en mode boost. L’enveloppe thermique est de son côté élevées avec du 45 Watts et l’iGPU (8 Graphics cores) est calibré à 1750 MHz. Cette mécanique positionne cette référence au-dessus du Ryzen 7 4800H. Concernant ce Ryzen 7 4800H, AMD déclare « Au CES, nous avons présenté nos tout nouveaux processeurs mobiles AMD Ryzen 4000 série H, les premiers processeurs de jeu mobiles au monde 7 nm x86, présentés par le Ryzen 7 4800H avec 8 cœurs et 16 threads. […] Nous pensons que le Ryzen 7 4800H est l’un des meilleurs processeurs de portables pour le gaming battant aujourd’hui le i9-9880H dans 3DMark Fire Strike Physics et des applications de création de contenu comme Cinebench R20 . Aussi formidable soit-il, nous ne nous arrêtons pas là.



Un CPU Graviton 2 aussi puissant qu' un Intel ou AMD

  Liste des news    Liste des new du mois  
amazon aws puce arm

11

Mars

Si les supercalculateurs font la course à la puissance pure, dans le business du cloud ce qui compte c’est la rentabilité horaire. Le futur processeur maison d’Amazon appelé Graviton2 serait justement un champion dans ce domaine. Testée par nos confrères d’Anandtech, cette puce qui est la première vraie incarnation de l’architecture ARM Neoverse N1 dédiée aux serveurs semble faire mouche. Les 64 cœurs ARM N1 (dérivé du Cortex A76) de la puce offriraient ainsi d’excellentes performances, nos confrères allant même jusqu'à affirmer qu’« ARM est désormais à même de se mesurer aux grands (Intel et AMD, ndr) ». Il faut dire que ce processeur à conception monolithique ne dégagerait que 100 W et tiendrait largement tête à l’Intel Xeon Platinum 8259 et à l’AMD EPYC 7571 dans de nombreux outils de mesure de performances et autres tâches spécifiques à l’univers des serveurs cloud. Son atout ? Le très grand nombre de cœurs de la puce : quand les instances Xeon affichent 48 cœurs logiques (24 cœurs physiques) et les EPYC 64 cœurs logiques (32 cœurs physiques), le Graviton2 profite de 64 « vrais » cœurs physiques. Ce qui ferait la différence dans beaucoup des tâches typiques d’un usage cloud. À ce bon niveau de performances s’ajoute « l’ARM » fatale de ce processeur, un coût bien inférieur aux solutions d’Intel et AMD. Selon Anandtech, il afficherait un coût d’utilisation horaire bien inférieur aux processeurs concurrents, il serait 30% moins cher que les Xeon « custom » qu’Intel fournit en exclusivité à Amazon. Dans un modèle économique où les clients des serveurs cloud AWS d’Amazon payent à l’heure, 30% d’économies potentielles sont plus qu’alléchantes.



AMD motorisera El Capitan un supercalculateur

  Liste des news    Liste des new du mois  
AMD fournisseur du  supercalculateur El Capitan en Californie

09

Mars

AMD sabre le champagne en célébrant l’intégration de ses CPU et GPU dans ce qui sera le supercalculateur le plus puissant du monde. Sous le nom de code « El Capitan » (le capitaine en espagnol), ce monstre développé par Cray/HPE* sera le premier supercalculateur de la génération « exascale » et devrait déployer jusqu’à 2 exaflops de puissance. Ce qui représente 2 000 000 000 000 000 000 opérations en virgule flottante par seconde (un 2 avec 18 zéros derrière). Les 12 Tflops de la future Xbox Series X semblent bien modestes à côté ! La promesse d’El Capitan a de quoi faire rêver les nerds amateurs de puissance puisque ce titan, qui consommera moins de 40 MW, sera « jusqu’à x10 plus rapide que le supercalculateur le plus rapide du monde » à l’heure actuelle. Le commanditaire de cette machine d’exception est Laboratoire national Lawrence Livermore (LLNL). Situé en Californie, ce centre dépend du département d’État américain à l’énergie (DoE). Outre la recherche dans le domaine de l’atome (il est l’un des deux laboratoires de développement des armes atomiques), son champ d’études est désormais étendu à d’autres domaines, autres énergies, sciences environnementales, physique, etc. Un laboratoire qui a hébergé à de nombreuses reprises les supercalculateurs les plus puissants de chaque époque. Et qui a mandaté HPE et sa division Cray pour concevoir une nouvelle machine. Pour rendre sa suprématie en matière de calcul au LLNL, Cray/HPE va faire appel à deux composants clés de chez AMD : des processeurs centraux (CPU) et des processeurs graphiques (GPU). Et puisqu’il sera livré en 2023, ce ne sont pas les puces actuelles qu’El Capitan embarquera, mais les futures générations de CPU « EPYC » et de GPU « Radeon Instinct », les composants professionnels d’AMD qui sont réservés aux serveurs et autres fermes de calculs.



La conférence GPU Nvidia en ligne

  Liste des news    Liste des new du mois  
GTC 2020 Nvidia

03

Mars

Nvidia vient d’annoncer que sa conférence GPU GTC se tiendra cette année en ligne. La firme s’adapte face au Coronavirus également connu sous le nom de la menace “Covid-19”. Le géant américain a donc pris une décision radicale en annulant le rassemblement physique de sa prochaine GTC prévu au San Jose Convention Center. Ce changement est une réponse face à la menace “Covid-19“. Sur ce point l’entreprise déclare que la santé des professionnels et des participants est primordiale du coup un événement en ligne semble plus approprié. Dans sa déclaration Nvidia indique que son fondateur Jensen Huang, prononcera comme le veut la coutume un discours d’ouverture. Il sera accessible uniquement en livestream. Pour certains, cette nouvelle approche de Nvidia est peut-être un test afin de savoir si un tel évènement peut continuer à être organisé en ligne réduisant ainsi l’investissement nécessaire et la logistique habituellement associée à d’importants rassemblements physiques.



2 GPU Ampere sur puissant dans la nature.

  Liste des news    Liste des new du mois  
nvidia geforce gpu ampere

02

Mars

Deux nouveaux GPU NVIDIA Ampere ont été découverts sur Geekbench. Ils affichent respectivement 7552 et 6912 cœurs CUDA ainsi que 48 Go et 24 Go de VRAM GDDR6, soit deux fois plus de cœurs que sur une GeForce RTX 3080. Des processeurs qui équiperont probablement les cartes graphiques des gammes Quadro et Tesla. L’architecture Ampere de la prochaine génération de GPU NVIDIA marque à nouveau une progression significative des performances des GeForce. Le passage de la gravure 12 nm vers 7nm y est sans doute pour beaucoup, et les fuites concernant les processeurs GA103 et GA104 le confirme. On s’attend à ce que les GeForce RTX 3080 et RTX 3070 soient deux fois plus puissantes que les 2080 RTX et 2070 RTX. @_rogame a repéré plusieurs benchmarks de cartes NVIDIA dotées d’un impressionnant nombre de cœurs CUDA et de VRAM. Les deux benchmarks découverts sur Geekbench 5 révèlent l’existence de deux GPU qui embarquent respectivement 118 et 108 processeurs de flux (SM). En supposant que NVIDIA conserve 64 cœurs CUDA par SM, le premier atteindrait le nombre impressionnant de 7552 cœurs CUDA et le second 6912, soit deux fois plus que les GPU des GeForce RTX 3080 et RTX 3070 qu’on attend avec 3840 et 3072 cœurs CUDA. Les benchmarks annoncent également une fréquence de base de 1,1 GHz, et une quantité de VRAM impressionnante. La carte la plus puissante est dotée de 48 Go de VRAM GDDR6 et la seconde de 24 Go. S’ils existent, il semble évident que ces deux GPU ne se destinent pas à la gamme GeForce, mais qu’ils équiperont plutôt une carte Quadro ou Tesla. On imagine mal une carte aussi puissante et avec autant de VRAM sur le marché des particuliers. Quoi qu’il en soit, il convient également de prendre les chiffres de ces benchmarks avec précaution. Ils datent de fin octobre et fin novembre 2019, et ont été effectués sur une configuration surprenante. Alors qu’on s’attend à ce que ces cartes soient évaluées avec un processeur EPYC d’AMD ou un Xeon d’Intel, c’est sur un Core i7-8700K que les benchmarks ont été effectués. Sauf retard dû à l’épidémie de Covid-19, NVIDIA devrait enfin nous révéler ses GPU Ampere à l’occasion de la GPU Technology Conference (GTC) qui se tiendra en Californie du 21 au 26 mars prochain ou pas !



Huawei va ouvrir une usine 4G & 5G en France

  Liste des news    Liste des new du mois  
Employee de Huawei travaillant sur une antenne

28

Fevrier

C’est un coup judicieux que Huawei est en passe de réaliser. Le président du groupe Liang Hua s’est déplacé en personne aujourd’hui à Paris pour annoncer ouvrir un site de production d’équipements radios 4G et 5G en France, le premier hors de Chine. Un choix stratégique à interpréter évidemment comme une réplique aux pressions des Etats-Unis. Les Américains tentent en effet de faire interdire par tous les moyens l’équipementier Huawei sur les marchés 5G de ses partenaires, particulièrement en Europe. « Le site sera destiné à fournir le marché français et européen », a-t-il déclaré. Les produits seront des équipements radios, concernant principalement les stations de base des opérateurs. Rappelons que les stations de base ne comprennent pas seulement les antennes-relais situés sur des points hauts. Elles intègrent aussi les boîtiers servant de récepteur et d’amplificateur du signal, et les locaux techniques à proximité qui pilotent les modules de puissance des boîtiers et répartissent le trafic voix sur l'ensemble des technologies 2G-3G-4G, et bientôt 5G. Le site comprendra enfin une unité de recherche et développement, ainsi qu’un showroom. Ce n’est pas un détail. Avec ce centre d’exposition, Huawei joue la carte de la transparence et invite les Européens à venir vérifier par eux-mêmes la sécurité de ses produits pour les rassurer. Une façon de désamorcer les craintes qui subsistent sur la possibilité que le gouvernement chinois puisse placer des backdoors dans ses équipements et que les opérateurs n’aient pas la main sur ses algorithmes. En France, les opérateurs sont toujours en attente de la réponse de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), qui doit donner son accord pour installer des équipements Huawei. Le président Liang Hua se retrouve donc en mission spéciale pour sauver ce qui peut l’être en Europe. Son mot d’ordre était clair « En Europe, pour l’Europe ». Et en localisant une partie de sa production en France, Huawei se paye même le luxe de se poser en sauveur de notre souveraineté. Un beau retournement de situation, alors qu'il est soupçonné de mettre en péril notre sécurité national.



Qualcomm présente son 3ème modem 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
Qulacomm SDX60

20

Fevrier

À défaut de pouvoir présenter son nouveau modem 5G durant le Mobile World Congress de Barcelone, annulé en raison de l’épidémie de coronavirus, Qualcomm vient tout juste révéler le successeur de son X55 via un communiqué de presse. Alors que la 5G commence à peine à s’implanter dans le monde, et qu’elle devrait faire ses débuts cette année en France, ce nouveau modem est ainsi susceptible d’être le premier que nous utiliserons pour capter la nouvelle norme réseau lorsqu’elle sera implantée, puisque le Snapdragon X60 sera logiquement présent sur les smartphones haut de gamme au premier trimestre 2021. Par rapport au X55, le Snapdragon X60 offre des améliorations non négligeables. Elle offre de meilleurs débits, pouvant attendre 7,5 Gbit/s, et est gravé à un finesse inédite de seulement 5 nanomètres. Cette finesse de gravure lui permet notamment de se révéler moins énergivore que son ainé, mais aussi d’en diminuer sa taille. La puce réseau intègre également un tout nouveau module d’antenne à ondes millimétriques QTM535. Enfin, le Snapdragon X60 peut fonctionner en deux modes, soit en FDD (Frequency Division Duplex) ou en TDD (Time Division Duplex). Pour vulgariser, le FDD utilise deux bandes fréquences, dont une pour l’envoi et l’autre pour la réception des données. Le TDD en est l’évolution logique, et pourrait se démocratiser avec la 5G, puisqu’il permet de recevoir et d’envoyer des données via une seule et même fréquence. Tout comme le X55 était intégré au SoC Snapdragon 865, le Snapdragon X60 pourrait logiquement être intégré à la future puce mobile haut de gamme de Qualcomm, le Snapdragon 875, même si Qualcomm n’a fait aucune déclaration dans ce sens. On pourrait cependant la retrouver comme un modem à part, qui vient s’ajouter à un SoC existant. Apple, par exemple, qui conçoit ses propres puces mobiles, songerait à utiliser les modems 5G de Qualcomm pour ses futurs iPhone, sans pour autant utiliser les SoC Snapdragon du fondeur.



Sony s'associe pour un capteur vision neuromorphique

  Liste des news    Liste des new du mois  
Prophesee

19

Fevrier

La technologie Metavision développée par la start-up française spécialisée dans la vision neuromorphique sera intégrée dans un capteur d'image du géant japonais Sony. Prophesee franchit une nouvelle étape de son développement en s'associant à Sony pour concevoir un capteur d'image basé sur une approche de la vision assistée "par événement", imitant le fonctionnement de l'œil humain. Ce capteur, présenté mercredi lors de la Conférence internationale sur les semi-conducteurs à San Francisco, « détecte les changements de luminance de chaque pixel de manière asynchrone et fournit des données, y compris les coordonnées et le temps, uniquement pour les pixels où un changement est détecté, permettant ainsi une sortie de données à haute efficacité, haute vitesse et faible latence », explique dans un communiqué le leader nippon des capteurs d'image, attiré par le segment de l'ingénierie neuromorphique. Ce nouveau produit est conçu pour s'adapter à diverses applications de vision artificielle, notamment « la détection d'objets en mouvement rapide dans une large gamme d'environnements et de conditions ». Sur le plan technique, le capteur combine certaines caractéristiques techniques du capteur d'image CMOS de Sony avec les technologies de détection de vision "par événement" Metavision de Prophesee. En octobre dernier, Prophesee avait levé 25 millions d'euros pour accélérer la production et la commercialisation de son capteur neuromorphique Metavision dans les secteurs de l'automobile, de l'industrie et de l'Internet des objets. Une levée de fonds qui porte son financement total depuis sa création en 2014 à 61 millions d'euros. Avec ses promesses d'efficacité énergétique accrue, inférieure à 10 mW, ou de volume inférieur de données nécessaires, requérant de 10 à 10 000 fois moins de données brutes, la technologie de Prophesee, basée sur un traitement par l'événement, pourrait permettre à l'approche neuromorphique de faire passer un nouveau palier aux applications industrielles du deep learning, qui nécessite des puces capables d'effectuer des tâches de calcul de plus en plus complexes. Sony avait par ailleurs annoncé en mai dernier une alliance inédite avec Microsoft sur les semi-conducteurs et les capteurs d'image. Cette approche "hybride" mêlera les capteurs d'image de Sony avec l'IA de Microsoft Azure.



WD ce lance dans la 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
WD logo

19

Fevrier

Western Digital a annoncé ce mardi un nouveau dispositif de stockage intégré iNAND EU521, qui devrait permettre aux utilisateurs de smartphones et de tablettes "de profiter pleinement de la connectivité 5G. Le nouveau périphérique de stockage flash universel (UFS) répond à une nouvelle norme d'interface matérielle qui devrait aider les fabricants de périphériques mobiles à s'assurer que le stockage ne soit pas un frein aux performances des nouveaux appareils. Ce périphérique de stockage répond à la norme JEDEC UFS 3.1, adaptée aux applications mobiles et aux systèmes informatiques nécessitant de hautes performances et une faible consommation d'énergie. « Il est évident que la 5G va donner naissance à de nouveaux types d'applications très performantes,des jeux aux systèmes de reconnaissance, en passant par le machine learning et l'intelligence artificielle », a déclaré Itzik Gilboa, de Western Digital. « Pourtant, ces applications ne peuvent exister que si elles disposent du matériel nécessaire pour supporter les niveaux de performance qu'elles exigent... Notre but est de nous assurer que notre rôle dans le cheminement des données n'est jamais le facteur qui limite l'expérience de l'utilisateur ». Pour répondre à la nouvelle norme de stockage UFS 3.1, ce dispositif de stockage de Western Digital utilise Write Booster, une approche pour augmenter les vitesses d'écriture qui exploite la mise en cache NAND SLC (single-level cell). La technologie de mise en cache SmartSLC de Western Digital prend en charge l'implémentation de Write Booster, permettant des performances élevées même lorsque l'utilisateur remplit son périphérique à pleine capacité. Le nouveau périphérique utilise également la NAND à plusieurs niveaux pour obtenir un meilleur rapport coût-efficacité. Au total, l'iNAND EU521 offre des vitesses d'écriture séquentielle allant jusqu'à 800 Mo/s, ce qui devrait aider les utilisateurs à jouer, à télécharger des médias 4K et 8K et à transférer des fichiers volumineux depuis le Cloud. Le périphérique de stockage sera disponible en mars en 128 Go et 256 Go.



Ericsson ce dit leader de la 5G ?

  Liste des news    Liste des new du mois  
DIA TELECOM équipementiers

17

Fevrier

L'équipementier a donc dû se contenter d'une conférence somme tout plus sobre, tenue à Londres, et au cours de laquelle Ericsson a déclaré être le leader du secteur des équipements réseau 5G. Un statut qu'on attribuait jusqu'ici plutôt à Huawei, à l'égard du nombre de contrats signés. Ericsson est actuellement impliqué dans la création d'un réseau 5G fonctionnel dans 14 pays. « Nous avons déployé 24 réseaux à travers le monde. Nous avons été les premiers à déployer des réseaux sur quatre continents. Donc pour nous, il est difficile de voir qui que ce soit devant nous actuellement ... Nous pensons que nous avons un portefeuille compétitif qui est au même niveau ou en avance sur nos concurrents », a assuré sur scène Fredrik Jejdling, vice-président exécutif de la société, à moins que la politique internationale y soit pour quelques chose ! Il semblait que Huawei avait un train d'avance en termes d'équipements 5G. Il avait réussi à convaincre plus d'opérateurs qu'Ericsson et Nokia, notamment grâce à un rapport qualité-prix défiant toute concurrence. Mais la roue a tourné et Huawei a du mal à trouver de nouveaux clients. Fin 2019, le groupe chinois recensait 50 contrats commerciaux liés à la 5G à travers le monde. Nokia était à 63 et Ericsson à 79. Les États-Unis ont atteint leur objectif : comme sur l'électronique grand public (smartphones, laptops...), Huawei perd ses consommateurs et clients. L'administration américaine ne cesse de répéter que les équipements de Huawei contiennent des portes ouvertes (backdoors) permettant à l'entreprise d'effectuer des opérations d'espionnage et exhorte les autres pays à interdire le matériel télécom du groupe chinois. Le gouvernement a même menacé d'arrêter de partager des informations de ses services secrets avec les nations qui accepteraient Huawei sur leur territoire. En France, pas d'interdiction pure et dure de Huawei, mais un dispositif a été mis en place pour empêcher les opérateurs d'installer des équipements de la société chinoise dans des zones jugées à risque. Orange a d'ailleurs préféré se tourner vers Nokia et Ericsson plutôt que Huawei.



Le Coronavirus vide le MWC 2020 de Barcelone

  Liste des news    Liste des new du mois  
MWC 2020 les entreprise deserte le salon a cose du Coronavirus

10

Fevrier

Après LG et Ericsson, trois nouveaux grands noms du numérique annulent leur participation au Congrès annuel mondial du mobile qui se tiendra à Barcelone dans deux semaines. La firme informatique NVIDIA, le géant du commerce en ligne Amazon et plus récemment le constructeur électronique Sony se sont tous complètement retirés de l’édition 2020 du Mobile World Congress. La raison invoquée par chacun reste la même : la santé publique avant tout. Face à la menace de l’épidémie actuelle du coronavirus 2019-nCoV, chacune de ces entreprises préfèrent annuler leurs conférences sur place et ne pas y envoyer leurs représentants. Tous soulignent que l’Organisation mondiale de la santé a qualifié cette épidémie d’« urgence de santé publique à portée internationale ». GSMA, la compagnie organisatrice du MWC, a pourtant renforcé ses mesures de protection préventive. La semaine dernière, elle avait notamment annoncé mettre en place des « stations d’hygiène » et une politique de « non-serrage de mains » pour les participants. Plus récemment, elle aurait décidé de refuser l’entrée à toute personne provenant de la province de Hubei, dont l’une des villes, Wuhan, est le foyer de l’épidémie. Sony a promis de partager ses nouveautés par le biais d’une conférence diffusée en direct sur sa chaîne YouTube, Xperia, le 24 février à 8h30. Samsung, aurait prévu de réduire l’effectif de ses employés envoyés à Barcelone.



AMD lance son CPU 3990 X 64 Cores pour Pro Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
AMD 3990X 64 cores

10

Fevrier

Il s'agit selon AMD du processeur pour PC de bureau le plus puissant du marché. Une assertion qui méritera d'être confirmée en test, mais qui pourrait bien s'avérer. La firme de Lisa Su annonçait ce vendredi son Ryzen Threadripper 3990X. Attendu depuis quelque temps déjà, ce dernier affiche des spécifications à faire blêmir la concurrence... à commencer par 64 cores en ordre de bataille. Une première mondiale, se plaisent à pointer les Rouges dans leur communiqué. Simultaneous Multi Threading oblige, on retrouve ici un total de 128 threads pour une force de frappe brutale. Tout ce beau monde est cadencé entre 2,9 et 4,3 GHz et profite d'un total de 288 Mo de cache « combiné » (4 Mo de cache L1, 32 Mo de L2 et 256 Mo de L3). AMD promet en prime la prise en charge de 88 lignes PCIe 4.0, rendue possible grâce à la plateforme sTRX4 utilisée par les puces Threadripper de troisième génération. Le coup de canif dans le contrat de mariage avec les utilisateurs de l'ancienne plateforme sTR4 se révèle payant. Le Threadripper 3990X pourra bien entendu supporter de la mémoire vive DDR4 3 200 MHz en quad Channel, mais paye son imposant nombre de cœurs (et ses fréquences relativement élevées) par un TDP comaque lui aussi, de 280 watts (ça chauffe !). Il faudra donc tabler sur un système de dissipation haut de gamme pour tirer pleinement parti dudit processeur, qui ne doit pas dépasser les 95° de température maximale précise AMD à titre indicatif. Reste la question du prix (salé) de l'engin. AMD ne donne pas de tarif précis en France, laissant les revendeurs suivre les tarifs américains et se positionner en fonction... TVA en plus. Disponible à l'heure actuelle sur trois boutiques (LDLC, Matériel.net et Rue du Commerce) selon le site officiel du groupe, le Threadripper 3990X se négocie entre 4 725 et 4 957 euros à l'heure où nous rédigeons ces lignes. On en arrive donc à un ratio de 73 € minimum par cœur. Un tarif auquel il faudra rajouter 400 à 500 € minimum pour une carte mère compatible. L'investissement est notable et réserve ce nouveau produit aux utilisateurs les plus aisés, aux professionnels et aux entreprises.



Snapdragon 865 Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Snapdragon 865

05

Fevrier

L'architecture du Snapdragon 865 s'appuie sur le Spectra 480. Cet ISP (image signal processor) permet d'améliorer significativement le traitement des images, l'affichage et la capture. C'est notamment ce qui octroie la capacité de traiter 2 gigapixels/s (soit 2 milliards de pixels par seconde) ! La vidéo 8K, ici, est chargée avec 33 mégapixels par image. Le clip que vous trouverez ci-dessous est disponible sur YouTube : le tournage a eu lieu en Arizona, en novembre 2019. On peut donc observer les formations rocheuses (Grand Canyon, Horseshoe Bend) dans une qualité impressionnante, en 4 320p. Les plans s'attardent sur les paysages, mais également sur les objets (chapeau, plumes, gravures...) et mettent en exergue les palettes de couleurs. Cette vidéo est le premier aperçu concret de ce que peut proposer le Snapdragon 865. Pour réaliser ce clip, en novembre 2019, Qualcomm s'est appuyé sur un « prototype de smartphone » embarquant son prochain SoC. Le capteur Sony IMX586, de 48 mégapixels, a été retenu pour l'occasion. C'est le même que celui utilisé dans des téléphones actuels comme l'ASUS Zenfone 6 ou le Xiaomi Mi 9. Nous vantions d'ailleurs la grande polyvalence photographique dont il était capable. Pour l'heure, ce niveau de capture vidéo n'est pas accessible sur mobile. En outre, il est difficile de juger la qualité de la vidéo proposée sur YouTube, tant certains critères ont pu l'influencer. L'ensemble a été tourné avec du matériel de préproduction, et la vidéo a pu être affectée par une compression YouTube. Les flagships à venir de chaque constructeur devraient logiquement s'y intéresser et améliorer leurs rendus. Au-delà de la 8K à 30 images/sec, le Snapdragon 865 permet notamment un enregistrement en slow-motion à 960 images/sec, sans aucune limite de temps. Les premiers smartphones équipés de cette nouvelle puce Snapdragon 865 devraient être disponibles très prochainement, et pourvoir une grande partie des mobiles de 2020.



Un Intel Core i9 à 5Ghz

  Liste des news    Liste des new du mois  
consommation i9 10900k comet lake s

03

Fevrier

Comet Lake-S va introduire des nouveautés dont le Core i9-10900K. Ce processeur se dessine comme la prochaine vitrine “Mainstream” du géant du processeur. Issu d’une gravure à 14 nm ++ il dispose de 10 cœurs physiques et 20 cœurs logiques grâce à la technologie Hyper-Threadring. Sa mécanique s’appuie sur 20 Mo de cache L3 contre 10 x 256 Ko de cache L2. L’engin vient de faire sa première apparition dans la base de données du benchmark 3DMark. L’application annonce une fréquence de 3.7 GHz pour du 5.1 GHz en mono-cœur et en mode Turbo. En termes de performance, il faut s’attendre à un +25% face à l’actuel Core i9-9900K en raison de deux cœurs physiques supplémentaires. Dans une diapositive consacrée justement aux performances, Intel annonce que son nouveau bébé est 30% de plus performant que le Core i9-9900K sous le benchmark SPECint_rate_base2006_IC16.0. Les autres résultats « notables » annoncent un gain de 26% sous Cinebench R15 et de 10% dans SYSMark 2014 SE. L’affaire se corse dans des situations où le multicœurs n’est pas bien exploité. Intel s’appuie alors sur des fréquences élevées (confirmées par 3DMark) et une amélioration de son algorithme de « boost » pour assurer des gains à un chiffre en moyenne. Ces puces vont nécessiter un nouveau socket, le LGA 1200 annonçant un changement obligatoire de la carte mère. Intel a prévu des chipsets de nouvelle génération, les 400 series avec comme vitrine le Z490 Express. Il n’est cependant pas question d’un chipset de nouvelle génération. Il s’agit plutôt d’une évolution de l’offre actuelle. Le PCIe Gen 3.0 risque de rester d’actualité en limitant la bande passante de certains périphériques comme les SSD NVMe PCIe 4.0.



L'U.E. impose le chargeur universel

  Liste des news    Liste des new du mois  
Format USB samrphone

31

Janvier

Apple refuse souvent d'appliquer la garantie constructeur 2 ans en Europe, mais refuse aussi de ce mettre aux normes Européennes. les eurodéputés ont plaidé jeudi 30 janvier en faveur d'un chargeur universel pour téléphones mobiles en Europe au nom des droits des consommateurs et de l'environnement, réclamant une législation européenne d'ici l'été. « L'offre pléthorique de chargeurs entraîne (...) des coûts excessifs et des désagréments pour les consommateurs et génère une empreinte écologique inutile », écrivent les élus européens dans une résolution non contraignante, adoptée à Bruxelles à une large majorité. Il est donc « nécessaire d'adopter d'urgence une norme de chargeur universel », ajoutent-ils, réclamant des mesures « d'ici juillet ». La vieille idée visant à harmoniser la connectique pour charger téléphones, tablettes et autres petits appareils, lancée dès 2009 par la Commission européenne, s'est jusqu'à présent heurtée aux réticences de l'industrie, bien que le nombre de chargeurs existants ait été considérablement réduit en 10 ans. Ils sont en effet passés à 3: le connecteur Micro USB, qui a longtemps équipé la majorité des téléphones, l'USB-C une connexion plus récente, et le Lightning le format unique d'Apple. Avant même le vote de cette résolution, l'entreprise de Cupertino s'est fermement opposée à toute réglementation européenne, qui « étoufferait l'innovation au lieu de l'encourager et nuirait aux consommateurs en Europe et à l'économie dans son ensemble ». Le géant californien, qui vient d'annoncer un bénéfice record au premier trimestre 2020, a remplacé en 2012 l'antique connecteur à 30 broches de ses appareils par la prise Lightning, qui équipe « plus d'un milliard d'appareils ». Il estime qu'un chargeur universel à la place de sa norme maison « aurait un impact négatif direct en perturbant les centaines de millions d'appareils et d'accessoires actifs utilisés par (ses) clients ». Cela créerait en outre « un volume sans précédent de déchets électroniques et gênerait fortement les utilisateurs », poursuit le groupe dans cette déclaration publiée la semaine passée. Plusieurs sources de l'AFP au Parlement affirment qu'Apple a exercé un lobbying intense avant le vote de la résolution, adoptée par 582 voix pour, 40 contre et 37 abstentions. « Comme toujours, nous serons heureux de travailler avec l'UE et les États membres en fonction de leurs souhaits », a pour sa part déclaré à l'AFP un porte-parole du numéro deux du secteur en 2018, le Chinois Huawei. Le CCIA Europe, représentant du lobby de l'industrie numérique à Bruxelles, n'a pas souhaité faire de commentaires sur la résolution des élus européens, qui réclament aussi que soit interdite la vente obligatoire de chargeurs avec chaque appareil.



Fuite de la génération Ampere Nvidia

  Liste des news    Liste des new du mois  
nvidia ampere geforce rtx 3070 3080

20

Janvier

Pour 2020, NVIDIA a annoncé le lancement d’une nouvelle génération de cartes graphiques hautes performances. L’architecture Turing gravée en 12 nm doit laisser place à l’architecture Ampere qui sera gravée en 7 nm dans les usines de Samsung et TSMC. NVIDIA rejoindra ainsi la finesse de gravure qu’AMD utilise déjà pour ses GPU Navi. En attendant leur lancement officiel, le site MyDrivers donne un aperçu des spécifications techniques de deux GPU de la famille Ampere. Le GA103 qui équipera les GeForce RTX 3080, et le GA104 de la GeForce RTX 3070. Certains analystes estiment que le prix de vente des cartes graphiques pourrait légèrement augmenter en 2020. Une étude menée par DRAMeXchange indique qu’on doit s’attendre à des difficultés d’approvisionnement de mémoire DDR6. Elle équipe de plus en plus de cartes, ainsi que les consoles de nouvelle génération Xbox Series X et PlayStation 5 prévu pour la fin de l’année. À moins que les capacités de production parviennent à s’adapter, la quantité de mémoire présente sur prochaines NVIDIA RTX série 3000 semble leur donner raison. La GeForce RTX 3070 disposera en effet de 8 ou 16 Go de DDR6 et la RTX 3080 sera la première carte à embarquer jusqu’à 20 Go. Le GA104 de la GeForce RTX 3070 sera doté de 3072 processeurs de flux, 48 SMs (multiprocesseurs de flux) et 8 à 16 Go de VRAM DDR6 avec un bus mémoire de 256 bits. Le GA103 de la GeForce RTX 3080 disposera de 3840 processeurs de flux, 60 SMs et 10 à 20 Go de VRAM DDR6 avec un bus mémoire de 320 bits. Pour en savoir plus, il faudra encore attendre quelques mois avec la présentation officielle des GPU Ampere. On s’attend à ce qu’ils soient dévoilés au cours du GTC (GPU Technology Conference) fin mars, et lancés à l’occasion du SIGGRAPH en août.



Samsung arrête les écrans LCD

  Liste des news    Liste des new du mois  
Ecran Oled Flexible

31

Mars

Le LCD va-t-il définitivement céder sa place à l’OLED sur nos smartphones ? Il n’y a qu’à voir le marché des smartphones premium, et même milieu de gamme, pour s’en rendre compte. Fort de ce constat, Samsung Display, filiale du constructeur sud-coréen dédiée à la fabrication d’écrans pour de nombreuses marques, vient d’annoncer l’arrêt de la production de dalles LCD, d’ici la fin de l’année. « Nous fournirons les écrans LCD commandés à nos clients d’ici la fin de cette année sans aucun problème » a toutefois précisé un porte-parole de la firme à Reuters, tout en indiquant que ces commandes seront les dernières en terme d’écrans LCD. Les dalles LCD de Samsung Display sont actuellement produites dans des usines en Chine et en Corée du Sud. Pour l’heure, Samsung n’a pas indiqué ce qu’elles deviendront une fois la transition accomplie, même si la firme précise que l’une de ses lignes de production en Corée du Sud sera transformée afin de produire des écrans Quantum Dot, ou QLED, lesquels équipent les téléviseurs de la marque. La firme sud-coréenne avait par ailleurs annoncé un investissement à hauteur de 10 milliards d’euros dans ses usines d’écrans et la recherche et développement en fin d’année dernière. Évidemment, cela ne risque pas de plaire à Apple, qui compte sur le constructeur sud-coréen pour lui fournir les dalles qui équipent ses iPhone non-pro, comme l’iPhone 11, l’iPhone XR, et certainement le légendaire l’iPhone 9/SE 2 qui ne devrait plus tarder à arriver. Si Apple est un gros client, d’autres constructeurs se servent également allègrement chez Samsung. Ils devront maintenant, très certainement, passer à l’OLED ou d’autres technologies d’écrans plus qualitatives, ce qui n’augure que du bon pour les consommateurs.



Facebook capote les projets d'Apple

  Liste des news    Liste des new du mois  
apple glass ar glasses idrop news x martin hajek

31

Mars

Est-ce là une nouvelle pièce du puzzle concernant le futur d’Apple et ses plans en ce qui concerne la réalité augmentée ? Apple aurait en effet fait une offre pour racheter la firme britannique Plessey, un fabricant d’écrans Micro-LED spécialisé dans… la réalité augmentée. Les rumeurs autour de la conception de lunettes AR chez la firme de Cupertino sont en aujourd’hui si nombreuses que cette tentative de rachat de nous semble guère étonnante. Pourtant, Plessey aurait décliné la proposition d’Apple, et préféré conclure un marché avec un de ses concurrents : Facebook. La firme fondée par Mark Zuckerberg aurait ainsi signé un contrat d’exclusivité pour une livraison d’écrans micro-LED destiné à l’affichage d’élément en réalité augmentée. Facebook ne s’en cache pas, et avait notamment annoncé à sa dernière conférence Oculus la préparation d’un appareil de réalité augmentée destiné au grand public, lequel pourrait voir le jour d’ici quelques années. C’est donc une bataille de perdue pour Apple, mais la guerre de la réalité augmentée ne fait que commencer. Nombreuses sont les entreprises à avoir des plans en la matière. Des noms comme Amazon, Microsoft, ou encore Huawei sont déjà sur le coup, même si leurs travaux restent, pour l’heure, bien secrets. Ce type de produit pourrait-il, à terme, avoir le même impact que le smartphone a pu avoir en son temps, et venir même le remplacer pour le grand public ? Tout reste à faire en la matière, et cela reste rassurant de voir que les différents constructeurs continuent de multiplier les efforts pour nous proposer un appareil d’un nouveau genre.



Qualcomm des puces pour les casques audio

  Liste des news    Liste des new du mois  
Quaalcomm QCC514x et QCC304x

26

Mars

Faute de technos propriétaires, la bataille du casque Bluetooth ou des intras True Wireless est d'abord une affaire de géants. Pour les autres marques, il faut passer par des outils tiers. À ce petit jeu, Qualcomm place largement ses pions en proposant depuis des années un monceau de technologies propriétaires sur ses puces Bluetooth. Système de synchronisation maison, rachat du codec AptX et développement de ses dérivés, technologie de réduction de bruit en appel cVc, les exemples sont nombreux. Sûr de son quasi-monopole le fondeur compte bien passer à l'étape supérieure avec sa prochaine génération de puce. Présentées très récemment, les familles de puces Bluetooth QCC514X et QCC304X ne sont pas seulement là pour assurer une liaison sans-fil et intégrer les codecs de la marque, elles sont de véritables SoC, à l'image de la puce H1 de Apple et sa gestion de toutes les fonctions sur les Airpods Pro. Ainsi, le but de Qualcomm est de vendre une solution "clé en main" de connexion, d'analyse et de traitement. Pour commencer, les deux familles de puces seront compatibles True Wireless Stereo Plus, une technologie propriétaire permettant d'envoyer le flux gauche sur l'écouteur gauche d'un des True Wireless, et le flux droit pour l'écouteur droit, une chose impossible de base (à moins d'attendre le futur Bluetooth LE Audio). Plus généralement, tous les smartphones n'étant pas TWS+, cette puce permettra une connexion dite Mirroring, pouvant laisser le premier écouteur se connecter pendant que le second "reflète" son flux, pouvant également prendre le relai en cas de déconnexion du premier. Le principe de cette méthode n'est pas nouveau, mais pourra véritablement se généraliser. Mais ce n'est pas tout, puisque la marque intègre à présent une unité de calcul pour la réduction de bruit active, qui plus est la réduction de bruit active hybride. Ainsi, tout écouteur True Wireless ou casque Bluetooth ayant au moins un microphone à l'intérieur et un microphone à l'extérieur pourra bénéficier de cette précieuse technologie, sans passer par de très couteuses années de R&D. Un des seuls casques/écouteurs avec déclenchement de l'assistant à la voix, le Surface Headphones aura une pelleté de concurrents supplémentaires. Second apport, présent uniquement sur la QCC514X (plus haut de gamme), le déclenchement des assistants vocaux uniquement par la voix. Là encore, cette fonction n'est pas possible en standard, car potentiellement trop énergivore, le Bluetooth audio n'étant pas fait pour cela. Pour la puce QCC304X, davantage entrée et milieu de gamme, il faudra toujours passer par une commande (tactile ou bouton). Les puces profiteront également de nouvelles améliorations quant à la gestion de l'énergie. La marque annonce, comme exemple, qu'un True Wireless avec batterie de 65 mA h (capacité standard-haute) pourra tenir autour de 13 h. Mais surtout, l'impact de l'ANC sur la consommation sera très mesuré. On attend de voir. Bien sûr ces deux dernières améliorations seront également destinées aux casques audio. Si ces solutions sont toujours très alléchantes, ils mettent aussi en avant le monopole dangereux de Qualcomm en la matière. En théorie le Bluetooth est un protocole qui n'appartient à personne, en pratique, c'est un peu plus compliqué que cela. Il y a un Bluetooth Apple, un Bluetooth Qualcomm, et le reste du monde. L'absence d'innovation dans le standard n'est donc pas spécialement un hasard.



Le PCIe 4.0 plus tôt que prévu

  Liste des news    Liste des new du mois  
Logo PCIe 4.0 arrive sur les prochian soc intel

24

Mars

Dans quelques semaines, Intel doit lancer sa gamme Comet Lake-S. La suite s’appellera Rocket Lake-S et devrait arriver en 2021. D’ailleurs, la société pourrait se limiter à des modèles 8 cœurs au maximum. En revanche, bonne nouvelle, les processeurs Rocket Lake-S bénéficieront enfin du PCIe 4.0. Ils gèrent en effet 20 lignes PCIe 4.0 (4 pour SSD NVMe et 16 pour le GPU). La plateforme repose sur des chipsets de série 500 et utiliserait toujours le socket LGA 1200. En outre, Rocket Lake-S bénéficie de puces graphiques iGPU Intel Gen12, avec prise en charge des connecteurs HDMI 2.0b et DisplayPort 1.4a. Le ThunderBolt 4 ainsi que l’USB 3.2 Gen2x2 seront également présents. En ce qui concerne la sécurité, le SGX, incriminé dans plusieurs failles de sécurité au cours des dernières années, est supprimé. Ces informations proviennent du site VideoCardz.



Google et LG laisse tomber Qualcomm

  Liste des news    Liste des new du mois  
google lg qualcomm

24

Mars

Qualcomm a sorti au début de l’année le Snapdragon 865, qui devrait d’ailleurs être remplacé par le Snapdragon 865 Plus au troisième trimestre. Le SoC est bien évidemment équipé d’un modem 5G X55 puisque ce réseau va petit à petit supplanter la 4G actuelle. C’est pour cette raison que Qualcomm impose l’intégration de la 5G aux constructeurs qui veulent profiter de son SoC tout puissant. Les premiers smartphones 5G de la décennie intègrent le Qualcomm 865. On peut citer par exemple les Samsung Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra. Qu’est-ce qu’ils ont en commun, hormis la marque ? Leur prix exorbitant par rapport à une bonne partie de la concurrence. Sans surprise, il est justifié par le Snapdragon 865 qui rend donc les smartphones plus chers en plus de les rendre plus épais et plus susceptibles de chauffer. Seuls les appareils chinois tels que le Xiaomi BlackShark 3 ou le Find X2 Pro d’Oppo peuvent se vanter d’être équipés d’un Snapdragon 865 tout en proposant des prix moins élevés aux consommateurs. Google et LG choisiraient un SoC plus raisonnable pour leurs smartphones. Des rapports récents laissent suggérer que Google et LG ont prévu d’ignorer le Snapdragon 865 et de choisir un SoC moins onéreux. En effet, le forum XDA Developers s’était aperçu en janvier que les Pixel 5 et 5 XL n’utiliseraient pas le Snapdragon 865, mais le 765G. Pour rappel, le Pixel 5 est prévu pour octobre 2020 donc il y a encore assez de temps devant nous pour confirmer cette information. De plus, d’après la plateforme sud-coréenne Naver, LG se dirige vers un choix similaire pour son prochain flagship, le LG G9 ThinQ. Il devrait lui aussi embarquer la puce Snapdragon 765G. Le SoC 765G est seulement un peu plus lent que le 865. Tandis que ce dernier est un SoC gravé en 7nm avec 8 coeurs dont 4 cœurs A77 et quatre cœurs A55, le 765G utilise deux cœurs A76 et six cœurs A55, mais il est aussi gravé en 7nm et intègre un modem 5G. En réalité, si l’optimisation logicielle est réussie, la plupart des utilisateurs ne s’apercevront même pas de la différence de puissance du 765G. Et avec une entreprise comme Google, il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur l’optimisation. En conclusion, si vous avez décidé de partir sur un smartphone 5G cette année, mais que vous ne souhaitez pas débourser des sommes très élevées du montant d’un Galaxy S20, nous vous conseillons de patienter encore quelque temps d’ici l’arrivée sur le marché de smartphones plus raisonnables comme les Pixel 5, 5XL ou même le LG G9 ThinQ.



Mémoire Samsung eUFS 3.1

  Liste des news    Liste des new du mois  
Samsung memoire eUFS 3.1

17

Mars

Samsung confirme aujourd'hui avoir démarré la production de masse de sa première carte mémoire eUFS 3.1, qui devrait être intégrée dans les prochains flagships. Une nouvelle mémoire qui dépasse le seuil de performance de 1 Go/s en écriture séquentielle. Pour Samsung : « Avec une vitesse d'écriture séquentielle de plus de 1 200 Mo/s, la carte mémoire eUFS 3.1 de 512 Go est deux fois plus rapide qu'un PC basé sur SATA (540 Mo/s) et dix fois plus rapide qu'une carte microSD UHS-I (90 Mo/s) ». Pour tranférer 100 Go de données, un smartphone en eUFS 3.1 demandera de patienter environ 1 minute et 30 secondes, contre 4 minutes (selon Samsung) en UFS 3.0. Toujours selon le géant coréen, cette nouvelle mémoire eUFS 3.1 assure un traitement des données jusqu'à 60 % plus rapide que ce que permet la génération actuelle. À noter qu'en plus d'une version 512 Go, Samsung va également produire des déclinaisons 128 Go et 256 Go.



AMD Ryzen 9 4900H, la puissance mobile Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Ryzen AMD

17

Mars

AMD dévoile un nouveau CPU sur le segment des processeurs mobiles pour joueur, le Ryzen 9 4900H. Il fait suite à l’annonce des nouveaux Ryzen Mobile Serie 4000H au CES 2020. Cette puce haut de gamme vise les amateurs de jeux vidéo, les créateurs de contenu ou encore la amateurs avertis désirant de la puissance nomade. Le Ryzen 9 4900H est une puce équipée de huit cœurs physiques et 16 cœurs logiques. L’ensemble est propulsé à 3.3 GHz contre 4.4 GHz en mode boost. L’enveloppe thermique est de son côté élevées avec du 45 Watts et l’iGPU (8 Graphics cores) est calibré à 1750 MHz. Cette mécanique positionne cette référence au-dessus du Ryzen 7 4800H. Concernant ce Ryzen 7 4800H, AMD déclare « Au CES, nous avons présenté nos tout nouveaux processeurs mobiles AMD Ryzen 4000 série H, les premiers processeurs de jeu mobiles au monde 7 nm x86, présentés par le Ryzen 7 4800H avec 8 cœurs et 16 threads. […] Nous pensons que le Ryzen 7 4800H est l’un des meilleurs processeurs de portables pour le gaming battant aujourd’hui le i9-9880H dans 3DMark Fire Strike Physics et des applications de création de contenu comme Cinebench R20 . Aussi formidable soit-il, nous ne nous arrêtons pas là.



Un CPU Graviton 2 aussi puissant qu' un Intel ou AMD

  Liste des news    Liste des new du mois  
amazon aws puce arm

11

Mars

Si les supercalculateurs font la course à la puissance pure, dans le business du cloud ce qui compte c’est la rentabilité horaire. Le futur processeur maison d’Amazon appelé Graviton2 serait justement un champion dans ce domaine. Testée par nos confrères d’Anandtech, cette puce qui est la première vraie incarnation de l’architecture ARM Neoverse N1 dédiée aux serveurs semble faire mouche. Les 64 cœurs ARM N1 (dérivé du Cortex A76) de la puce offriraient ainsi d’excellentes performances, nos confrères allant même jusqu'à affirmer qu’« ARM est désormais à même de se mesurer aux grands (Intel et AMD, ndr) ». Il faut dire que ce processeur à conception monolithique ne dégagerait que 100 W et tiendrait largement tête à l’Intel Xeon Platinum 8259 et à l’AMD EPYC 7571 dans de nombreux outils de mesure de performances et autres tâches spécifiques à l’univers des serveurs cloud. Son atout ? Le très grand nombre de cœurs de la puce : quand les instances Xeon affichent 48 cœurs logiques (24 cœurs physiques) et les EPYC 64 cœurs logiques (32 cœurs physiques), le Graviton2 profite de 64 « vrais » cœurs physiques. Ce qui ferait la différence dans beaucoup des tâches typiques d’un usage cloud. À ce bon niveau de performances s’ajoute « l’ARM » fatale de ce processeur, un coût bien inférieur aux solutions d’Intel et AMD. Selon Anandtech, il afficherait un coût d’utilisation horaire bien inférieur aux processeurs concurrents, il serait 30% moins cher que les Xeon « custom » qu’Intel fournit en exclusivité à Amazon. Dans un modèle économique où les clients des serveurs cloud AWS d’Amazon payent à l’heure, 30% d’économies potentielles sont plus qu’alléchantes.



AMD motorisera El Capitan un supercalculateur

  Liste des news    Liste des new du mois  
AMD fournisseur du  supercalculateur El Capitan en Californie

09

Mars

AMD sabre le champagne en célébrant l’intégration de ses CPU et GPU dans ce qui sera le supercalculateur le plus puissant du monde. Sous le nom de code « El Capitan » (le capitaine en espagnol), ce monstre développé par Cray/HPE* sera le premier supercalculateur de la génération « exascale » et devrait déployer jusqu’à 2 exaflops de puissance. Ce qui représente 2 000 000 000 000 000 000 opérations en virgule flottante par seconde (un 2 avec 18 zéros derrière). Les 12 Tflops de la future Xbox Series X semblent bien modestes à côté ! La promesse d’El Capitan a de quoi faire rêver les nerds amateurs de puissance puisque ce titan, qui consommera moins de 40 MW, sera « jusqu’à x10 plus rapide que le supercalculateur le plus rapide du monde » à l’heure actuelle. Le commanditaire de cette machine d’exception est Laboratoire national Lawrence Livermore (LLNL). Situé en Californie, ce centre dépend du département d’État américain à l’énergie (DoE). Outre la recherche dans le domaine de l’atome (il est l’un des deux laboratoires de développement des armes atomiques), son champ d’études est désormais étendu à d’autres domaines, autres énergies, sciences environnementales, physique, etc. Un laboratoire qui a hébergé à de nombreuses reprises les supercalculateurs les plus puissants de chaque époque. Et qui a mandaté HPE et sa division Cray pour concevoir une nouvelle machine. Pour rendre sa suprématie en matière de calcul au LLNL, Cray/HPE va faire appel à deux composants clés de chez AMD : des processeurs centraux (CPU) et des processeurs graphiques (GPU). Et puisqu’il sera livré en 2023, ce ne sont pas les puces actuelles qu’El Capitan embarquera, mais les futures générations de CPU « EPYC » et de GPU « Radeon Instinct », les composants professionnels d’AMD qui sont réservés aux serveurs et autres fermes de calculs.



La conférence GPU Nvidia en ligne

  Liste des news    Liste des new du mois  
GTC 2020 Nvidia

03

Mars

Nvidia vient d’annoncer que sa conférence GPU GTC se tiendra cette année en ligne. La firme s’adapte face au Coronavirus également connu sous le nom de la menace “Covid-19”. Le géant américain a donc pris une décision radicale en annulant le rassemblement physique de sa prochaine GTC prévu au San Jose Convention Center. Ce changement est une réponse face à la menace “Covid-19“. Sur ce point l’entreprise déclare que la santé des professionnels et des participants est primordiale du coup un événement en ligne semble plus approprié. Dans sa déclaration Nvidia indique que son fondateur Jensen Huang, prononcera comme le veut la coutume un discours d’ouverture. Il sera accessible uniquement en livestream. Pour certains, cette nouvelle approche de Nvidia est peut-être un test afin de savoir si un tel évènement peut continuer à être organisé en ligne réduisant ainsi l’investissement nécessaire et la logistique habituellement associée à d’importants rassemblements physiques.



2 GPU Ampere sur puissant dans la nature.

  Liste des news    Liste des new du mois  
nvidia geforce gpu ampere

02

Mars

Deux nouveaux GPU NVIDIA Ampere ont été découverts sur Geekbench. Ils affichent respectivement 7552 et 6912 cœurs CUDA ainsi que 48 Go et 24 Go de VRAM GDDR6, soit deux fois plus de cœurs que sur une GeForce RTX 3080. Des processeurs qui équiperont probablement les cartes graphiques des gammes Quadro et Tesla. L’architecture Ampere de la prochaine génération de GPU NVIDIA marque à nouveau une progression significative des performances des GeForce. Le passage de la gravure 12 nm vers 7nm y est sans doute pour beaucoup, et les fuites concernant les processeurs GA103 et GA104 le confirme. On s’attend à ce que les GeForce RTX 3080 et RTX 3070 soient deux fois plus puissantes que les 2080 RTX et 2070 RTX. @_rogame a repéré plusieurs benchmarks de cartes NVIDIA dotées d’un impressionnant nombre de cœurs CUDA et de VRAM. Les deux benchmarks découverts sur Geekbench 5 révèlent l’existence de deux GPU qui embarquent respectivement 118 et 108 processeurs de flux (SM). En supposant que NVIDIA conserve 64 cœurs CUDA par SM, le premier atteindrait le nombre impressionnant de 7552 cœurs CUDA et le second 6912, soit deux fois plus que les GPU des GeForce RTX 3080 et RTX 3070 qu’on attend avec 3840 et 3072 cœurs CUDA. Les benchmarks annoncent également une fréquence de base de 1,1 GHz, et une quantité de VRAM impressionnante. La carte la plus puissante est dotée de 48 Go de VRAM GDDR6 et la seconde de 24 Go. S’ils existent, il semble évident que ces deux GPU ne se destinent pas à la gamme GeForce, mais qu’ils équiperont plutôt une carte Quadro ou Tesla. On imagine mal une carte aussi puissante et avec autant de VRAM sur le marché des particuliers. Quoi qu’il en soit, il convient également de prendre les chiffres de ces benchmarks avec précaution. Ils datent de fin octobre et fin novembre 2019, et ont été effectués sur une configuration surprenante. Alors qu’on s’attend à ce que ces cartes soient évaluées avec un processeur EPYC d’AMD ou un Xeon d’Intel, c’est sur un Core i7-8700K que les benchmarks ont été effectués. Sauf retard dû à l’épidémie de Covid-19, NVIDIA devrait enfin nous révéler ses GPU Ampere à l’occasion de la GPU Technology Conference (GTC) qui se tiendra en Californie du 21 au 26 mars prochain ou pas !



Huawei va ouvrir une usine 4G & 5G en France

  Liste des news    Liste des new du mois  
Employee de Huawei travaillant sur une antenne

28

Fevrier

C’est un coup judicieux que Huawei est en passe de réaliser. Le président du groupe Liang Hua s’est déplacé en personne aujourd’hui à Paris pour annoncer ouvrir un site de production d’équipements radios 4G et 5G en France, le premier hors de Chine. Un choix stratégique à interpréter évidemment comme une réplique aux pressions des Etats-Unis. Les Américains tentent en effet de faire interdire par tous les moyens l’équipementier Huawei sur les marchés 5G de ses partenaires, particulièrement en Europe. « Le site sera destiné à fournir le marché français et européen », a-t-il déclaré. Les produits seront des équipements radios, concernant principalement les stations de base des opérateurs. Rappelons que les stations de base ne comprennent pas seulement les antennes-relais situés sur des points hauts. Elles intègrent aussi les boîtiers servant de récepteur et d’amplificateur du signal, et les locaux techniques à proximité qui pilotent les modules de puissance des boîtiers et répartissent le trafic voix sur l'ensemble des technologies 2G-3G-4G, et bientôt 5G. Le site comprendra enfin une unité de recherche et développement, ainsi qu’un showroom. Ce n’est pas un détail. Avec ce centre d’exposition, Huawei joue la carte de la transparence et invite les Européens à venir vérifier par eux-mêmes la sécurité de ses produits pour les rassurer. Une façon de désamorcer les craintes qui subsistent sur la possibilité que le gouvernement chinois puisse placer des backdoors dans ses équipements et que les opérateurs n’aient pas la main sur ses algorithmes. En France, les opérateurs sont toujours en attente de la réponse de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), qui doit donner son accord pour installer des équipements Huawei. Le président Liang Hua se retrouve donc en mission spéciale pour sauver ce qui peut l’être en Europe. Son mot d’ordre était clair « En Europe, pour l’Europe ». Et en localisant une partie de sa production en France, Huawei se paye même le luxe de se poser en sauveur de notre souveraineté. Un beau retournement de situation, alors qu'il est soupçonné de mettre en péril notre sécurité national.



Qualcomm présente son 3ème modem 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
Qulacomm SDX60

20

Fevrier

À défaut de pouvoir présenter son nouveau modem 5G durant le Mobile World Congress de Barcelone, annulé en raison de l’épidémie de coronavirus, Qualcomm vient tout juste révéler le successeur de son X55 via un communiqué de presse. Alors que la 5G commence à peine à s’implanter dans le monde, et qu’elle devrait faire ses débuts cette année en France, ce nouveau modem est ainsi susceptible d’être le premier que nous utiliserons pour capter la nouvelle norme réseau lorsqu’elle sera implantée, puisque le Snapdragon X60 sera logiquement présent sur les smartphones haut de gamme au premier trimestre 2021. Par rapport au X55, le Snapdragon X60 offre des améliorations non négligeables. Elle offre de meilleurs débits, pouvant attendre 7,5 Gbit/s, et est gravé à un finesse inédite de seulement 5 nanomètres. Cette finesse de gravure lui permet notamment de se révéler moins énergivore que son ainé, mais aussi d’en diminuer sa taille. La puce réseau intègre également un tout nouveau module d’antenne à ondes millimétriques QTM535. Enfin, le Snapdragon X60 peut fonctionner en deux modes, soit en FDD (Frequency Division Duplex) ou en TDD (Time Division Duplex). Pour vulgariser, le FDD utilise deux bandes fréquences, dont une pour l’envoi et l’autre pour la réception des données. Le TDD en est l’évolution logique, et pourrait se démocratiser avec la 5G, puisqu’il permet de recevoir et d’envoyer des données via une seule et même fréquence. Tout comme le X55 était intégré au SoC Snapdragon 865, le Snapdragon X60 pourrait logiquement être intégré à la future puce mobile haut de gamme de Qualcomm, le Snapdragon 875, même si Qualcomm n’a fait aucune déclaration dans ce sens. On pourrait cependant la retrouver comme un modem à part, qui vient s’ajouter à un SoC existant. Apple, par exemple, qui conçoit ses propres puces mobiles, songerait à utiliser les modems 5G de Qualcomm pour ses futurs iPhone, sans pour autant utiliser les SoC Snapdragon du fondeur.



Sony s'associe pour un capteur vision neuromorphique

  Liste des news    Liste des new du mois  
Prophesee

19

Fevrier

La technologie Metavision développée par la start-up française spécialisée dans la vision neuromorphique sera intégrée dans un capteur d'image du géant japonais Sony. Prophesee franchit une nouvelle étape de son développement en s'associant à Sony pour concevoir un capteur d'image basé sur une approche de la vision assistée "par événement", imitant le fonctionnement de l'œil humain. Ce capteur, présenté mercredi lors de la Conférence internationale sur les semi-conducteurs à San Francisco, « détecte les changements de luminance de chaque pixel de manière asynchrone et fournit des données, y compris les coordonnées et le temps, uniquement pour les pixels où un changement est détecté, permettant ainsi une sortie de données à haute efficacité, haute vitesse et faible latence », explique dans un communiqué le leader nippon des capteurs d'image, attiré par le segment de l'ingénierie neuromorphique. Ce nouveau produit est conçu pour s'adapter à diverses applications de vision artificielle, notamment « la détection d'objets en mouvement rapide dans une large gamme d'environnements et de conditions ». Sur le plan technique, le capteur combine certaines caractéristiques techniques du capteur d'image CMOS de Sony avec les technologies de détection de vision "par événement" Metavision de Prophesee. En octobre dernier, Prophesee avait levé 25 millions d'euros pour accélérer la production et la commercialisation de son capteur neuromorphique Metavision dans les secteurs de l'automobile, de l'industrie et de l'Internet des objets. Une levée de fonds qui porte son financement total depuis sa création en 2014 à 61 millions d'euros. Avec ses promesses d'efficacité énergétique accrue, inférieure à 10 mW, ou de volume inférieur de données nécessaires, requérant de 10 à 10 000 fois moins de données brutes, la technologie de Prophesee, basée sur un traitement par l'événement, pourrait permettre à l'approche neuromorphique de faire passer un nouveau palier aux applications industrielles du deep learning, qui nécessite des puces capables d'effectuer des tâches de calcul de plus en plus complexes. Sony avait par ailleurs annoncé en mai dernier une alliance inédite avec Microsoft sur les semi-conducteurs et les capteurs d'image. Cette approche "hybride" mêlera les capteurs d'image de Sony avec l'IA de Microsoft Azure.



WD ce lance dans la 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
WD logo

19

Fevrier

Western Digital a annoncé ce mardi un nouveau dispositif de stockage intégré iNAND EU521, qui devrait permettre aux utilisateurs de smartphones et de tablettes "de profiter pleinement de la connectivité 5G. Le nouveau périphérique de stockage flash universel (UFS) répond à une nouvelle norme d'interface matérielle qui devrait aider les fabricants de périphériques mobiles à s'assurer que le stockage ne soit pas un frein aux performances des nouveaux appareils. Ce périphérique de stockage répond à la norme JEDEC UFS 3.1, adaptée aux applications mobiles et aux systèmes informatiques nécessitant de hautes performances et une faible consommation d'énergie. « Il est évident que la 5G va donner naissance à de nouveaux types d'applications très performantes,des jeux aux systèmes de reconnaissance, en passant par le machine learning et l'intelligence artificielle », a déclaré Itzik Gilboa, de Western Digital. « Pourtant, ces applications ne peuvent exister que si elles disposent du matériel nécessaire pour supporter les niveaux de performance qu'elles exigent... Notre but est de nous assurer que notre rôle dans le cheminement des données n'est jamais le facteur qui limite l'expérience de l'utilisateur ». Pour répondre à la nouvelle norme de stockage UFS 3.1, ce dispositif de stockage de Western Digital utilise Write Booster, une approche pour augmenter les vitesses d'écriture qui exploite la mise en cache NAND SLC (single-level cell). La technologie de mise en cache SmartSLC de Western Digital prend en charge l'implémentation de Write Booster, permettant des performances élevées même lorsque l'utilisateur remplit son périphérique à pleine capacité. Le nouveau périphérique utilise également la NAND à plusieurs niveaux pour obtenir un meilleur rapport coût-efficacité. Au total, l'iNAND EU521 offre des vitesses d'écriture séquentielle allant jusqu'à 800 Mo/s, ce qui devrait aider les utilisateurs à jouer, à télécharger des médias 4K et 8K et à transférer des fichiers volumineux depuis le Cloud. Le périphérique de stockage sera disponible en mars en 128 Go et 256 Go.



Ericsson ce dit leader de la 5G ?

  Liste des news    Liste des new du mois  
DIA TELECOM équipementiers

17

Fevrier

L'équipementier a donc dû se contenter d'une conférence somme tout plus sobre, tenue à Londres, et au cours de laquelle Ericsson a déclaré être le leader du secteur des équipements réseau 5G. Un statut qu'on attribuait jusqu'ici plutôt à Huawei, à l'égard du nombre de contrats signés. Ericsson est actuellement impliqué dans la création d'un réseau 5G fonctionnel dans 14 pays. « Nous avons déployé 24 réseaux à travers le monde. Nous avons été les premiers à déployer des réseaux sur quatre continents. Donc pour nous, il est difficile de voir qui que ce soit devant nous actuellement ... Nous pensons que nous avons un portefeuille compétitif qui est au même niveau ou en avance sur nos concurrents », a assuré sur scène Fredrik Jejdling, vice-président exécutif de la société, à moins que la politique internationale y soit pour quelques chose ! Il semblait que Huawei avait un train d'avance en termes d'équipements 5G. Il avait réussi à convaincre plus d'opérateurs qu'Ericsson et Nokia, notamment grâce à un rapport qualité-prix défiant toute concurrence. Mais la roue a tourné et Huawei a du mal à trouver de nouveaux clients. Fin 2019, le groupe chinois recensait 50 contrats commerciaux liés à la 5G à travers le monde. Nokia était à 63 et Ericsson à 79. Les États-Unis ont atteint leur objectif : comme sur l'électronique grand public (smartphones, laptops...), Huawei perd ses consommateurs et clients. L'administration américaine ne cesse de répéter que les équipements de Huawei contiennent des portes ouvertes (backdoors) permettant à l'entreprise d'effectuer des opérations d'espionnage et exhorte les autres pays à interdire le matériel télécom du groupe chinois. Le gouvernement a même menacé d'arrêter de partager des informations de ses services secrets avec les nations qui accepteraient Huawei sur leur territoire. En France, pas d'interdiction pure et dure de Huawei, mais un dispositif a été mis en place pour empêcher les opérateurs d'installer des équipements de la société chinoise dans des zones jugées à risque. Orange a d'ailleurs préféré se tourner vers Nokia et Ericsson plutôt que Huawei.



Le Coronavirus vide le MWC 2020 de Barcelone

  Liste des news    Liste des new du mois  
MWC 2020 les entreprise deserte le salon a cose du Coronavirus

10

Fevrier

Après LG et Ericsson, trois nouveaux grands noms du numérique annulent leur participation au Congrès annuel mondial du mobile qui se tiendra à Barcelone dans deux semaines. La firme informatique NVIDIA, le géant du commerce en ligne Amazon et plus récemment le constructeur électronique Sony se sont tous complètement retirés de l’édition 2020 du Mobile World Congress. La raison invoquée par chacun reste la même : la santé publique avant tout. Face à la menace de l’épidémie actuelle du coronavirus 2019-nCoV, chacune de ces entreprises préfèrent annuler leurs conférences sur place et ne pas y envoyer leurs représentants. Tous soulignent que l’Organisation mondiale de la santé a qualifié cette épidémie d’« urgence de santé publique à portée internationale ». GSMA, la compagnie organisatrice du MWC, a pourtant renforcé ses mesures de protection préventive. La semaine dernière, elle avait notamment annoncé mettre en place des « stations d’hygiène » et une politique de « non-serrage de mains » pour les participants. Plus récemment, elle aurait décidé de refuser l’entrée à toute personne provenant de la province de Hubei, dont l’une des villes, Wuhan, est le foyer de l’épidémie. Sony a promis de partager ses nouveautés par le biais d’une conférence diffusée en direct sur sa chaîne YouTube, Xperia, le 24 février à 8h30. Samsung, aurait prévu de réduire l’effectif de ses employés envoyés à Barcelone.



AMD lance son CPU 3990 X 64 Cores pour Pro Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
AMD 3990X 64 cores

10

Fevrier

Il s'agit selon AMD du processeur pour PC de bureau le plus puissant du marché. Une assertion qui méritera d'être confirmée en test, mais qui pourrait bien s'avérer. La firme de Lisa Su annonçait ce vendredi son Ryzen Threadripper 3990X. Attendu depuis quelque temps déjà, ce dernier affiche des spécifications à faire blêmir la concurrence... à commencer par 64 cores en ordre de bataille. Une première mondiale, se plaisent à pointer les Rouges dans leur communiqué. Simultaneous Multi Threading oblige, on retrouve ici un total de 128 threads pour une force de frappe brutale. Tout ce beau monde est cadencé entre 2,9 et 4,3 GHz et profite d'un total de 288 Mo de cache « combiné » (4 Mo de cache L1, 32 Mo de L2 et 256 Mo de L3). AMD promet en prime la prise en charge de 88 lignes PCIe 4.0, rendue possible grâce à la plateforme sTRX4 utilisée par les puces Threadripper de troisième génération. Le coup de canif dans le contrat de mariage avec les utilisateurs de l'ancienne plateforme sTR4 se révèle payant. Le Threadripper 3990X pourra bien entendu supporter de la mémoire vive DDR4 3 200 MHz en quad Channel, mais paye son imposant nombre de cœurs (et ses fréquences relativement élevées) par un TDP comaque lui aussi, de 280 watts (ça chauffe !). Il faudra donc tabler sur un système de dissipation haut de gamme pour tirer pleinement parti dudit processeur, qui ne doit pas dépasser les 95° de température maximale précise AMD à titre indicatif. Reste la question du prix (salé) de l'engin. AMD ne donne pas de tarif précis en France, laissant les revendeurs suivre les tarifs américains et se positionner en fonction... TVA en plus. Disponible à l'heure actuelle sur trois boutiques (LDLC, Matériel.net et Rue du Commerce) selon le site officiel du groupe, le Threadripper 3990X se négocie entre 4 725 et 4 957 euros à l'heure où nous rédigeons ces lignes. On en arrive donc à un ratio de 73 € minimum par cœur. Un tarif auquel il faudra rajouter 400 à 500 € minimum pour une carte mère compatible. L'investissement est notable et réserve ce nouveau produit aux utilisateurs les plus aisés, aux professionnels et aux entreprises.



Snapdragon 865 Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Snapdragon 865

05

Fevrier

L'architecture du Snapdragon 865 s'appuie sur le Spectra 480. Cet ISP (image signal processor) permet d'améliorer significativement le traitement des images, l'affichage et la capture. C'est notamment ce qui octroie la capacité de traiter 2 gigapixels/s (soit 2 milliards de pixels par seconde) ! La vidéo 8K, ici, est chargée avec 33 mégapixels par image. Le clip que vous trouverez ci-dessous est disponible sur YouTube : le tournage a eu lieu en Arizona, en novembre 2019. On peut donc observer les formations rocheuses (Grand Canyon, Horseshoe Bend) dans une qualité impressionnante, en 4 320p. Les plans s'attardent sur les paysages, mais également sur les objets (chapeau, plumes, gravures...) et mettent en exergue les palettes de couleurs. Cette vidéo est le premier aperçu concret de ce que peut proposer le Snapdragon 865. Pour réaliser ce clip, en novembre 2019, Qualcomm s'est appuyé sur un « prototype de smartphone » embarquant son prochain SoC. Le capteur Sony IMX586, de 48 mégapixels, a été retenu pour l'occasion. C'est le même que celui utilisé dans des téléphones actuels comme l'ASUS Zenfone 6 ou le Xiaomi Mi 9. Nous vantions d'ailleurs la grande polyvalence photographique dont il était capable. Pour l'heure, ce niveau de capture vidéo n'est pas accessible sur mobile. En outre, il est difficile de juger la qualité de la vidéo proposée sur YouTube, tant certains critères ont pu l'influencer. L'ensemble a été tourné avec du matériel de préproduction, et la vidéo a pu être affectée par une compression YouTube. Les flagships à venir de chaque constructeur devraient logiquement s'y intéresser et améliorer leurs rendus. Au-delà de la 8K à 30 images/sec, le Snapdragon 865 permet notamment un enregistrement en slow-motion à 960 images/sec, sans aucune limite de temps. Les premiers smartphones équipés de cette nouvelle puce Snapdragon 865 devraient être disponibles très prochainement, et pourvoir une grande partie des mobiles de 2020.



Un Intel Core i9 à 5Ghz

  Liste des news    Liste des new du mois  
consommation i9 10900k comet lake s

03

Fevrier

Comet Lake-S va introduire des nouveautés dont le Core i9-10900K. Ce processeur se dessine comme la prochaine vitrine “Mainstream” du géant du processeur. Issu d’une gravure à 14 nm ++ il dispose de 10 cœurs physiques et 20 cœurs logiques grâce à la technologie Hyper-Threadring. Sa mécanique s’appuie sur 20 Mo de cache L3 contre 10 x 256 Ko de cache L2. L’engin vient de faire sa première apparition dans la base de données du benchmark 3DMark. L’application annonce une fréquence de 3.7 GHz pour du 5.1 GHz en mono-cœur et en mode Turbo. En termes de performance, il faut s’attendre à un +25% face à l’actuel Core i9-9900K en raison de deux cœurs physiques supplémentaires. Dans une diapositive consacrée justement aux performances, Intel annonce que son nouveau bébé est 30% de plus performant que le Core i9-9900K sous le benchmark SPECint_rate_base2006_IC16.0. Les autres résultats « notables » annoncent un gain de 26% sous Cinebench R15 et de 10% dans SYSMark 2014 SE. L’affaire se corse dans des situations où le multicœurs n’est pas bien exploité. Intel s’appuie alors sur des fréquences élevées (confirmées par 3DMark) et une amélioration de son algorithme de « boost » pour assurer des gains à un chiffre en moyenne. Ces puces vont nécessiter un nouveau socket, le LGA 1200 annonçant un changement obligatoire de la carte mère. Intel a prévu des chipsets de nouvelle génération, les 400 series avec comme vitrine le Z490 Express. Il n’est cependant pas question d’un chipset de nouvelle génération. Il s’agit plutôt d’une évolution de l’offre actuelle. Le PCIe Gen 3.0 risque de rester d’actualité en limitant la bande passante de certains périphériques comme les SSD NVMe PCIe 4.0.



L'U.E. impose le chargeur universel

  Liste des news    Liste des new du mois  
Format USB samrphone

31

Janvier

Apple refuse souvent d'appliquer la garantie constructeur 2 ans en Europe, mais refuse aussi de ce mettre aux normes Européennes. les eurodéputés ont plaidé jeudi 30 janvier en faveur d'un chargeur universel pour téléphones mobiles en Europe au nom des droits des consommateurs et de l'environnement, réclamant une législation européenne d'ici l'été. « L'offre pléthorique de chargeurs entraîne (...) des coûts excessifs et des désagréments pour les consommateurs et génère une empreinte écologique inutile », écrivent les élus européens dans une résolution non contraignante, adoptée à Bruxelles à une large majorité. Il est donc « nécessaire d'adopter d'urgence une norme de chargeur universel », ajoutent-ils, réclamant des mesures « d'ici juillet ». La vieille idée visant à harmoniser la connectique pour charger téléphones, tablettes et autres petits appareils, lancée dès 2009 par la Commission européenne, s'est jusqu'à présent heurtée aux réticences de l'industrie, bien que le nombre de chargeurs existants ait été considérablement réduit en 10 ans. Ils sont en effet passés à 3: le connecteur Micro USB, qui a longtemps équipé la majorité des téléphones, l'USB-C une connexion plus récente, et le Lightning le format unique d'Apple. Avant même le vote de cette résolution, l'entreprise de Cupertino s'est fermement opposée à toute réglementation européenne, qui « étoufferait l'innovation au lieu de l'encourager et nuirait aux consommateurs en Europe et à l'économie dans son ensemble ». Le géant californien, qui vient d'annoncer un bénéfice record au premier trimestre 2020, a remplacé en 2012 l'antique connecteur à 30 broches de ses appareils par la prise Lightning, qui équipe « plus d'un milliard d'appareils ». Il estime qu'un chargeur universel à la place de sa norme maison « aurait un impact négatif direct en perturbant les centaines de millions d'appareils et d'accessoires actifs utilisés par (ses) clients ». Cela créerait en outre « un volume sans précédent de déchets électroniques et gênerait fortement les utilisateurs », poursuit le groupe dans cette déclaration publiée la semaine passée. Plusieurs sources de l'AFP au Parlement affirment qu'Apple a exercé un lobbying intense avant le vote de la résolution, adoptée par 582 voix pour, 40 contre et 37 abstentions. « Comme toujours, nous serons heureux de travailler avec l'UE et les États membres en fonction de leurs souhaits », a pour sa part déclaré à l'AFP un porte-parole du numéro deux du secteur en 2018, le Chinois Huawei. Le CCIA Europe, représentant du lobby de l'industrie numérique à Bruxelles, n'a pas souhaité faire de commentaires sur la résolution des élus européens, qui réclament aussi que soit interdite la vente obligatoire de chargeurs avec chaque appareil.



Fuite de la génération Ampere Nvidia

  Liste des news    Liste des new du mois  
nvidia ampere geforce rtx 3070 3080

20

Janvier

Pour 2020, NVIDIA a annoncé le lancement d’une nouvelle génération de cartes graphiques hautes performances. L’architecture Turing gravée en 12 nm doit laisser place à l’architecture Ampere qui sera gravée en 7 nm dans les usines de Samsung et TSMC. NVIDIA rejoindra ainsi la finesse de gravure qu’AMD utilise déjà pour ses GPU Navi. En attendant leur lancement officiel, le site MyDrivers donne un aperçu des spécifications techniques de deux GPU de la famille Ampere. Le GA103 qui équipera les GeForce RTX 3080, et le GA104 de la GeForce RTX 3070. Certains analystes estiment que le prix de vente des cartes graphiques pourrait légèrement augmenter en 2020. Une étude menée par DRAMeXchange indique qu’on doit s’attendre à des difficultés d’approvisionnement de mémoire DDR6. Elle équipe de plus en plus de cartes, ainsi que les consoles de nouvelle génération Xbox Series X et PlayStation 5 prévu pour la fin de l’année. À moins que les capacités de production parviennent à s’adapter, la quantité de mémoire présente sur prochaines NVIDIA RTX série 3000 semble leur donner raison. La GeForce RTX 3070 disposera en effet de 8 ou 16 Go de DDR6 et la RTX 3080 sera la première carte à embarquer jusqu’à 20 Go. Le GA104 de la GeForce RTX 3070 sera doté de 3072 processeurs de flux, 48 SMs (multiprocesseurs de flux) et 8 à 16 Go de VRAM DDR6 avec un bus mémoire de 256 bits. Le GA103 de la GeForce RTX 3080 disposera de 3840 processeurs de flux, 60 SMs et 10 à 20 Go de VRAM DDR6 avec un bus mémoire de 320 bits. Pour en savoir plus, il faudra encore attendre quelques mois avec la présentation officielle des GPU Ampere. On s’attend à ce qu’ils soient dévoilés au cours du GTC (GPU Technology Conference) fin mars, et lancés à l’occasion du SIGGRAPH en août.


Samsung arrête les écrans LCD

Le LCD va-t-il définitivement céder sa place à l’OLED sur nos smartphones ? Il n’y a qu’à voir le marché des smartphones premium, et même milieu de gamme, pour s’en rendre compte. Fort de ce constat, Samsung Display, filiale du constructeur sud-coréen dédiée à la fabrication d’écrans pour de nombreuses marques, vient d’annoncer l’arrêt de la production de dalles LCD, d’ici la fin de l’année. « Nous fournirons les écrans LCD commandés à nos clients d’ici la fin de cette année sans aucun problème » a toutefois précisé un porte-parole de la firme à Reuters, tout en indiquant que ces commandes seront les dernières en terme d’écrans LCD. Les dalles LCD de Samsung Display sont actuellement produites dans des usines en Chine et en Corée du Sud. Pour l’heure, Samsung n’a pas indiqué ce qu’elles deviendront une fois la transition accomplie, même si la firme précise que l’une de ses lignes de production en Corée du Sud sera transformée afin de produire des écrans Quantum Dot, ou QLED, lesquels équipent les téléviseurs de la marque. La firme sud-coréenne avait par ailleurs annoncé un investissement à hauteur de 10 milliards d’euros dans ses usines d’écrans et la recherche et développement en fin d’année dernière. Évidemment, cela ne risque pas de plaire à Apple, qui compte sur le constructeur sud-coréen pour lui fournir les dalles qui équipent ses iPhone non-pro, comme l’iPhone 11, l’iPhone XR, et certainement le légendaire l’iPhone 9/SE 2 qui ne devrait plus tarder à arriver. Si Apple est un gros client, d’autres constructeurs se servent également allègrement chez Samsung. Ils devront maintenant, très certainement, passer à l’OLED ou d’autres technologies d’écrans plus qualitatives, ce qui n’augure que du bon pour les consommateurs.
31-03-2020


Facebook capote les projets d'Apple

Est-ce là une nouvelle pièce du puzzle concernant le futur d’Apple et ses plans en ce qui concerne la réalité augmentée ? Apple aurait en effet fait une offre pour racheter la firme britannique Plessey, un fabricant d’écrans Micro-LED spécialisé dans… la réalité augmentée. Les rumeurs autour de la conception de lunettes AR chez la firme de Cupertino sont en aujourd’hui si nombreuses que cette tentative de rachat de nous semble guère étonnante. Pourtant, Plessey aurait décliné la proposition d’Apple, et préféré conclure un marché avec un de ses concurrents : Facebook. La firme fondée par Mark Zuckerberg aurait ainsi signé un contrat d’exclusivité pour une livraison d’écrans micro-LED destiné à l’affichage d’élément en réalité augmentée. Facebook ne s’en cache pas, et avait notamment annoncé à sa dernière conférence Oculus la préparation d’un appareil de réalité augmentée destiné au grand public, lequel pourrait voir le jour d’ici quelques années. C’est donc une bataille de perdue pour Apple, mais la guerre de la réalité augmentée ne fait que commencer. Nombreuses sont les entreprises à avoir des plans en la matière. Des noms comme Amazon, Microsoft, ou encore Huawei sont déjà sur le coup, même si leurs travaux restent, pour l’heure, bien secrets. Ce type de produit pourrait-il, à terme, avoir le même impact que le smartphone a pu avoir en son temps, et venir même le remplacer pour le grand public ? Tout reste à faire en la matière, et cela reste rassurant de voir que les différents constructeurs continuent de multiplier les efforts pour nous proposer un appareil d’un nouveau genre.
31-03-2020


Qualcomm des puces pour les casques audio

Faute de technos propriétaires, la bataille du casque Bluetooth ou des intras True Wireless est d'abord une affaire de géants. Pour les autres marques, il faut passer par des outils tiers. À ce petit jeu, Qualcomm place largement ses pions en proposant depuis des années un monceau de technologies propriétaires sur ses puces Bluetooth. Système de synchronisation maison, rachat du codec AptX et développement de ses dérivés, technologie de réduction de bruit en appel cVc, les exemples sont nombreux. Sûr de son quasi-monopole le fondeur compte bien passer à l'étape supérieure avec sa prochaine génération de puce. Présentées très récemment, les familles de puces Bluetooth QCC514X et QCC304X ne sont pas seulement là pour assurer une liaison sans-fil et intégrer les codecs de la marque, elles sont de véritables SoC, à l'image de la puce H1 de Apple et sa gestion de toutes les fonctions sur les Airpods Pro. Ainsi, le but de Qualcomm est de vendre une solution "clé en main" de connexion, d'analyse et de traitement. Pour commencer, les deux familles de puces seront compatibles True Wireless Stereo Plus, une technologie propriétaire permettant d'envoyer le flux gauche sur l'écouteur gauche d'un des True Wireless, et le flux droit pour l'écouteur droit, une chose impossible de base (à moins d'attendre le futur Bluetooth LE Audio). Plus généralement, tous les smartphones n'étant pas TWS+, cette puce permettra une connexion dite Mirroring, pouvant laisser le premier écouteur se connecter pendant que le second "reflète" son flux, pouvant également prendre le relai en cas de déconnexion du premier. Le principe de cette méthode n'est pas nouveau, mais pourra véritablement se généraliser. Mais ce n'est pas tout, puisque la marque intègre à présent une unité de calcul pour la réduction de bruit active, qui plus est la réduction de bruit active hybride. Ainsi, tout écouteur True Wireless ou casque Bluetooth ayant au moins un microphone à l'intérieur et un microphone à l'extérieur pourra bénéficier de cette précieuse technologie, sans passer par de très couteuses années de R&D. Un des seuls casques/écouteurs avec déclenchement de l'assistant à la voix, le Surface Headphones aura une pelleté de concurrents supplémentaires. Second apport, présent uniquement sur la QCC514X (plus haut de gamme), le déclenchement des assistants vocaux uniquement par la voix. Là encore, cette fonction n'est pas possible en standard, car potentiellement trop énergivore, le Bluetooth audio n'étant pas fait pour cela. Pour la puce QCC304X, davantage entrée et milieu de gamme, il faudra toujours passer par une commande (tactile ou bouton). Les puces profiteront également de nouvelles améliorations quant à la gestion de l'énergie. La marque annonce, comme exemple, qu'un True Wireless avec batterie de 65 mA h (capacité standard-haute) pourra tenir autour de 13 h. Mais surtout, l'impact de l'ANC sur la consommation sera très mesuré. On attend de voir. Bien sûr ces deux dernières améliorations seront également destinées aux casques audio. Si ces solutions sont toujours très alléchantes, ils mettent aussi en avant le monopole dangereux de Qualcomm en la matière. En théorie le Bluetooth est un protocole qui n'appartient à personne, en pratique, c'est un peu plus compliqué que cela. Il y a un Bluetooth Apple, un Bluetooth Qualcomm, et le reste du monde. L'absence d'innovation dans le standard n'est donc pas spécialement un hasard.
26-03-2020


Le PCIe 4.0 plus tôt que prévu

Dans quelques semaines, Intel doit lancer sa gamme Comet Lake-S. La suite s’appellera Rocket Lake-S et devrait arriver en 2021. D’ailleurs, la société pourrait se limiter à des modèles 8 cœurs au maximum. En revanche, bonne nouvelle, les processeurs Rocket Lake-S bénéficieront enfin du PCIe 4.0. Ils gèrent en effet 20 lignes PCIe 4.0 (4 pour SSD NVMe et 16 pour le GPU). La plateforme repose sur des chipsets de série 500 et utiliserait toujours le socket LGA 1200. En outre, Rocket Lake-S bénéficie de puces graphiques iGPU Intel Gen12, avec prise en charge des connecteurs HDMI 2.0b et DisplayPort 1.4a. Le ThunderBolt 4 ainsi que l’USB 3.2 Gen2x2 seront également présents. En ce qui concerne la sécurité, le SGX, incriminé dans plusieurs failles de sécurité au cours des dernières années, est supprimé. Ces informations proviennent du site VideoCardz.
24-03-2020


Google et LG laisse tomber Qualcomm

Qualcomm a sorti au début de l’année le Snapdragon 865, qui devrait d’ailleurs être remplacé par le Snapdragon 865 Plus au troisième trimestre. Le SoC est bien évidemment équipé d’un modem 5G X55 puisque ce réseau va petit à petit supplanter la 4G actuelle. C’est pour cette raison que Qualcomm impose l’intégration de la 5G aux constructeurs qui veulent profiter de son SoC tout puissant. Les premiers smartphones 5G de la décennie intègrent le Qualcomm 865. On peut citer par exemple les Samsung Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra. Qu’est-ce qu’ils ont en commun, hormis la marque ? Leur prix exorbitant par rapport à une bonne partie de la concurrence. Sans surprise, il est justifié par le Snapdragon 865 qui rend donc les smartphones plus chers en plus de les rendre plus épais et plus susceptibles de chauffer. Seuls les appareils chinois tels que le Xiaomi BlackShark 3 ou le Find X2 Pro d’Oppo peuvent se vanter d’être équipés d’un Snapdragon 865 tout en proposant des prix moins élevés aux consommateurs. Google et LG choisiraient un SoC plus raisonnable pour leurs smartphones. Des rapports récents laissent suggérer que Google et LG ont prévu d’ignorer le Snapdragon 865 et de choisir un SoC moins onéreux. En effet, le forum XDA Developers s’était aperçu en janvier que les Pixel 5 et 5 XL n’utiliseraient pas le Snapdragon 865, mais le 765G. Pour rappel, le Pixel 5 est prévu pour octobre 2020 donc il y a encore assez de temps devant nous pour confirmer cette information. De plus, d’après la plateforme sud-coréenne Naver, LG se dirige vers un choix similaire pour son prochain flagship, le LG G9 ThinQ. Il devrait lui aussi embarquer la puce Snapdragon 765G. Le SoC 765G est seulement un peu plus lent que le 865. Tandis que ce dernier est un SoC gravé en 7nm avec 8 coeurs dont 4 cœurs A77 et quatre cœurs A55, le 765G utilise deux cœurs A76 et six cœurs A55, mais il est aussi gravé en 7nm et intègre un modem 5G. En réalité, si l’optimisation logicielle est réussie, la plupart des utilisateurs ne s’apercevront même pas de la différence de puissance du 765G. Et avec une entreprise comme Google, il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur l’optimisation. En conclusion, si vous avez décidé de partir sur un smartphone 5G cette année, mais que vous ne souhaitez pas débourser des sommes très élevées du montant d’un Galaxy S20, nous vous conseillons de patienter encore quelque temps d’ici l’arrivée sur le marché de smartphones plus raisonnables comme les Pixel 5, 5XL ou même le LG G9 ThinQ.
24-03-2020


Mémoire Samsung eUFS 3.1

Samsung confirme aujourd'hui avoir démarré la production de masse de sa première carte mémoire eUFS 3.1, qui devrait être intégrée dans les prochains flagships. Une nouvelle mémoire qui dépasse le seuil de performance de 1 Go/s en écriture séquentielle. Pour Samsung : « Avec une vitesse d'écriture séquentielle de plus de 1 200 Mo/s, la carte mémoire eUFS 3.1 de 512 Go est deux fois plus rapide qu'un PC basé sur SATA (540 Mo/s) et dix fois plus rapide qu'une carte microSD UHS-I (90 Mo/s) ». Pour tranférer 100 Go de données, un smartphone en eUFS 3.1 demandera de patienter environ 1 minute et 30 secondes, contre 4 minutes (selon Samsung) en UFS 3.0. Toujours selon le géant coréen, cette nouvelle mémoire eUFS 3.1 assure un traitement des données jusqu'à 60 % plus rapide que ce que permet la génération actuelle. À noter qu'en plus d'une version 512 Go, Samsung va également produire des déclinaisons 128 Go et 256 Go.
17-03-2020


AMD Ryzen 9 4900H, la puissance mobile Video

AMD dévoile un nouveau CPU sur le segment des processeurs mobiles pour joueur, le Ryzen 9 4900H. Il fait suite à l’annonce des nouveaux Ryzen Mobile Serie 4000H au CES 2020. Cette puce haut de gamme vise les amateurs de jeux vidéo, les créateurs de contenu ou encore la amateurs avertis désirant de la puissance nomade. Le Ryzen 9 4900H est une puce équipée de huit cœurs physiques et 16 cœurs logiques. L’ensemble est propulsé à 3.3 GHz contre 4.4 GHz en mode boost. L’enveloppe thermique est de son côté élevées avec du 45 Watts et l’iGPU (8 Graphics cores) est calibré à 1750 MHz. Cette mécanique positionne cette référence au-dessus du Ryzen 7 4800H. Concernant ce Ryzen 7 4800H, AMD déclare « Au CES, nous avons présenté nos tout nouveaux processeurs mobiles AMD Ryzen 4000 série H, les premiers processeurs de jeu mobiles au monde 7 nm x86, présentés par le Ryzen 7 4800H avec 8 cœurs et 16 threads. […] Nous pensons que le Ryzen 7 4800H est l’un des meilleurs processeurs de portables pour le gaming battant aujourd’hui le i9-9880H dans 3DMark Fire Strike Physics et des applications de création de contenu comme Cinebench R20 . Aussi formidable soit-il, nous ne nous arrêtons pas là.


17-03-2020


Un CPU Graviton 2 aussi puissant qu' un Intel ou AMD

Si les supercalculateurs font la course à la puissance pure, dans le business du cloud ce qui compte c’est la rentabilité horaire. Le futur processeur maison d’Amazon appelé Graviton2 serait justement un champion dans ce domaine. Testée par nos confrères d’Anandtech, cette puce qui est la première vraie incarnation de l’architecture ARM Neoverse N1 dédiée aux serveurs semble faire mouche. Les 64 cœurs ARM N1 (dérivé du Cortex A76) de la puce offriraient ainsi d’excellentes performances, nos confrères allant même jusqu'à affirmer qu’« ARM est désormais à même de se mesurer aux grands (Intel et AMD, ndr) ». Il faut dire que ce processeur à conception monolithique ne dégagerait que 100 W et tiendrait largement tête à l’Intel Xeon Platinum 8259 et à l’AMD EPYC 7571 dans de nombreux outils de mesure de performances et autres tâches spécifiques à l’univers des serveurs cloud. Son atout ? Le très grand nombre de cœurs de la puce : quand les instances Xeon affichent 48 cœurs logiques (24 cœurs physiques) et les EPYC 64 cœurs logiques (32 cœurs physiques), le Graviton2 profite de 64 « vrais » cœurs physiques. Ce qui ferait la différence dans beaucoup des tâches typiques d’un usage cloud. À ce bon niveau de performances s’ajoute « l’ARM » fatale de ce processeur, un coût bien inférieur aux solutions d’Intel et AMD. Selon Anandtech, il afficherait un coût d’utilisation horaire bien inférieur aux processeurs concurrents, il serait 30% moins cher que les Xeon « custom » qu’Intel fournit en exclusivité à Amazon. Dans un modèle économique où les clients des serveurs cloud AWS d’Amazon payent à l’heure, 30% d’économies potentielles sont plus qu’alléchantes.
11-03-2020


AMD motorisera El Capitan un supercalculateur

AMD sabre le champagne en célébrant l’intégration de ses CPU et GPU dans ce qui sera le supercalculateur le plus puissant du monde. Sous le nom de code « El Capitan » (le capitaine en espagnol), ce monstre développé par Cray/HPE* sera le premier supercalculateur de la génération « exascale » et devrait déployer jusqu’à 2 exaflops de puissance. Ce qui représente 2 000 000 000 000 000 000 opérations en virgule flottante par seconde (un 2 avec 18 zéros derrière). Les 12 Tflops de la future Xbox Series X semblent bien modestes à côté ! La promesse d’El Capitan a de quoi faire rêver les nerds amateurs de puissance puisque ce titan, qui consommera moins de 40 MW, sera « jusqu’à x10 plus rapide que le supercalculateur le plus rapide du monde » à l’heure actuelle. Le commanditaire de cette machine d’exception est Laboratoire national Lawrence Livermore (LLNL). Situé en Californie, ce centre dépend du département d’État américain à l’énergie (DoE). Outre la recherche dans le domaine de l’atome (il est l’un des deux laboratoires de développement des armes atomiques), son champ d’études est désormais étendu à d’autres domaines, autres énergies, sciences environnementales, physique, etc. Un laboratoire qui a hébergé à de nombreuses reprises les supercalculateurs les plus puissants de chaque époque. Et qui a mandaté HPE et sa division Cray pour concevoir une nouvelle machine. Pour rendre sa suprématie en matière de calcul au LLNL, Cray/HPE va faire appel à deux composants clés de chez AMD : des processeurs centraux (CPU) et des processeurs graphiques (GPU). Et puisqu’il sera livré en 2023, ce ne sont pas les puces actuelles qu’El Capitan embarquera, mais les futures générations de CPU « EPYC » et de GPU « Radeon Instinct », les composants professionnels d’AMD qui sont réservés aux serveurs et autres fermes de calculs.
09-03-2020


La conférence GPU Nvidia en ligne

Nvidia vient d’annoncer que sa conférence GPU GTC se tiendra cette année en ligne. La firme s’adapte face au Coronavirus également connu sous le nom de la menace “Covid-19”. Le géant américain a donc pris une décision radicale en annulant le rassemblement physique de sa prochaine GTC prévu au San Jose Convention Center. Ce changement est une réponse face à la menace “Covid-19“. Sur ce point l’entreprise déclare que la santé des professionnels et des participants est primordiale du coup un événement en ligne semble plus approprié. Dans sa déclaration Nvidia indique que son fondateur Jensen Huang, prononcera comme le veut la coutume un discours d’ouverture. Il sera accessible uniquement en livestream. Pour certains, cette nouvelle approche de Nvidia est peut-être un test afin de savoir si un tel évènement peut continuer à être organisé en ligne réduisant ainsi l’investissement nécessaire et la logistique habituellement associée à d’importants rassemblements physiques.
03-03-2020


2 GPU Ampere sur puissant dans la nature.

Deux nouveaux GPU NVIDIA Ampere ont été découverts sur Geekbench. Ils affichent respectivement 7552 et 6912 cœurs CUDA ainsi que 48 Go et 24 Go de VRAM GDDR6, soit deux fois plus de cœurs que sur une GeForce RTX 3080. Des processeurs qui équiperont probablement les cartes graphiques des gammes Quadro et Tesla. L’architecture Ampere de la prochaine génération de GPU NVIDIA marque à nouveau une progression significative des performances des GeForce. Le passage de la gravure 12 nm vers 7nm y est sans doute pour beaucoup, et les fuites concernant les processeurs GA103 et GA104 le confirme. On s’attend à ce que les GeForce RTX 3080 et RTX 3070 soient deux fois plus puissantes que les 2080 RTX et 2070 RTX. @_rogame a repéré plusieurs benchmarks de cartes NVIDIA dotées d’un impressionnant nombre de cœurs CUDA et de VRAM. Les deux benchmarks découverts sur Geekbench 5 révèlent l’existence de deux GPU qui embarquent respectivement 118 et 108 processeurs de flux (SM). En supposant que NVIDIA conserve 64 cœurs CUDA par SM, le premier atteindrait le nombre impressionnant de 7552 cœurs CUDA et le second 6912, soit deux fois plus que les GPU des GeForce RTX 3080 et RTX 3070 qu’on attend avec 3840 et 3072 cœurs CUDA. Les benchmarks annoncent également une fréquence de base de 1,1 GHz, et une quantité de VRAM impressionnante. La carte la plus puissante est dotée de 48 Go de VRAM GDDR6 et la seconde de 24 Go. S’ils existent, il semble évident que ces deux GPU ne se destinent pas à la gamme GeForce, mais qu’ils équiperont plutôt une carte Quadro ou Tesla. On imagine mal une carte aussi puissante et avec autant de VRAM sur le marché des particuliers. Quoi qu’il en soit, il convient également de prendre les chiffres de ces benchmarks avec précaution. Ils datent de fin octobre et fin novembre 2019, et ont été effectués sur une configuration surprenante. Alors qu’on s’attend à ce que ces cartes soient évaluées avec un processeur EPYC d’AMD ou un Xeon d’Intel, c’est sur un Core i7-8700K que les benchmarks ont été effectués. Sauf retard dû à l’épidémie de Covid-19, NVIDIA devrait enfin nous révéler ses GPU Ampere à l’occasion de la GPU Technology Conference (GTC) qui se tiendra en Californie du 21 au 26 mars prochain ou pas !
02-03-2020


Huawei va ouvrir une usine 4G & 5G en France

C’est un coup judicieux que Huawei est en passe de réaliser. Le président du groupe Liang Hua s’est déplacé en personne aujourd’hui à Paris pour annoncer ouvrir un site de production d’équipements radios 4G et 5G en France, le premier hors de Chine. Un choix stratégique à interpréter évidemment comme une réplique aux pressions des Etats-Unis. Les Américains tentent en effet de faire interdire par tous les moyens l’équipementier Huawei sur les marchés 5G de ses partenaires, particulièrement en Europe. « Le site sera destiné à fournir le marché français et européen », a-t-il déclaré. Les produits seront des équipements radios, concernant principalement les stations de base des opérateurs. Rappelons que les stations de base ne comprennent pas seulement les antennes-relais situés sur des points hauts. Elles intègrent aussi les boîtiers servant de récepteur et d’amplificateur du signal, et les locaux techniques à proximité qui pilotent les modules de puissance des boîtiers et répartissent le trafic voix sur l'ensemble des technologies 2G-3G-4G, et bientôt 5G. Le site comprendra enfin une unité de recherche et développement, ainsi qu’un showroom. Ce n’est pas un détail. Avec ce centre d’exposition, Huawei joue la carte de la transparence et invite les Européens à venir vérifier par eux-mêmes la sécurité de ses produits pour les rassurer. Une façon de désamorcer les craintes qui subsistent sur la possibilité que le gouvernement chinois puisse placer des backdoors dans ses équipements et que les opérateurs n’aient pas la main sur ses algorithmes. En France, les opérateurs sont toujours en attente de la réponse de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), qui doit donner son accord pour installer des équipements Huawei. Le président Liang Hua se retrouve donc en mission spéciale pour sauver ce qui peut l’être en Europe. Son mot d’ordre était clair « En Europe, pour l’Europe ». Et en localisant une partie de sa production en France, Huawei se paye même le luxe de se poser en sauveur de notre souveraineté. Un beau retournement de situation, alors qu'il est soupçonné de mettre en péril notre sécurité national.
28-02-2020


Qualcomm présente son 3ème modem 5G

À défaut de pouvoir présenter son nouveau modem 5G durant le Mobile World Congress de Barcelone, annulé en raison de l’épidémie de coronavirus, Qualcomm vient tout juste révéler le successeur de son X55 via un communiqué de presse. Alors que la 5G commence à peine à s’implanter dans le monde, et qu’elle devrait faire ses débuts cette année en France, ce nouveau modem est ainsi susceptible d’être le premier que nous utiliserons pour capter la nouvelle norme réseau lorsqu’elle sera implantée, puisque le Snapdragon X60 sera logiquement présent sur les smartphones haut de gamme au premier trimestre 2021. Par rapport au X55, le Snapdragon X60 offre des améliorations non négligeables. Elle offre de meilleurs débits, pouvant attendre 7,5 Gbit/s, et est gravé à un finesse inédite de seulement 5 nanomètres. Cette finesse de gravure lui permet notamment de se révéler moins énergivore que son ainé, mais aussi d’en diminuer sa taille. La puce réseau intègre également un tout nouveau module d’antenne à ondes millimétriques QTM535. Enfin, le Snapdragon X60 peut fonctionner en deux modes, soit en FDD (Frequency Division Duplex) ou en TDD (Time Division Duplex). Pour vulgariser, le FDD utilise deux bandes fréquences, dont une pour l’envoi et l’autre pour la réception des données. Le TDD en est l’évolution logique, et pourrait se démocratiser avec la 5G, puisqu’il permet de recevoir et d’envoyer des données via une seule et même fréquence. Tout comme le X55 était intégré au SoC Snapdragon 865, le Snapdragon X60 pourrait logiquement être intégré à la future puce mobile haut de gamme de Qualcomm, le Snapdragon 875, même si Qualcomm n’a fait aucune déclaration dans ce sens. On pourrait cependant la retrouver comme un modem à part, qui vient s’ajouter à un SoC existant. Apple, par exemple, qui conçoit ses propres puces mobiles, songerait à utiliser les modems 5G de Qualcomm pour ses futurs iPhone, sans pour autant utiliser les SoC Snapdragon du fondeur.
20-02-2020


Sony s'associe pour un capteur vision neuromorphique

La technologie Metavision développée par la start-up française spécialisée dans la vision neuromorphique sera intégrée dans un capteur d'image du géant japonais Sony. Prophesee franchit une nouvelle étape de son développement en s'associant à Sony pour concevoir un capteur d'image basé sur une approche de la vision assistée "par événement", imitant le fonctionnement de l'œil humain. Ce capteur, présenté mercredi lors de la Conférence internationale sur les semi-conducteurs à San Francisco, « détecte les changements de luminance de chaque pixel de manière asynchrone et fournit des données, y compris les coordonnées et le temps, uniquement pour les pixels où un changement est détecté, permettant ainsi une sortie de données à haute efficacité, haute vitesse et faible latence », explique dans un communiqué le leader nippon des capteurs d'image, attiré par le segment de l'ingénierie neuromorphique. Ce nouveau produit est conçu pour s'adapter à diverses applications de vision artificielle, notamment « la détection d'objets en mouvement rapide dans une large gamme d'environnements et de conditions ». Sur le plan technique, le capteur combine certaines caractéristiques techniques du capteur d'image CMOS de Sony avec les technologies de détection de vision "par événement" Metavision de Prophesee. En octobre dernier, Prophesee avait levé 25 millions d'euros pour accélérer la production et la commercialisation de son capteur neuromorphique Metavision dans les secteurs de l'automobile, de l'industrie et de l'Internet des objets. Une levée de fonds qui porte son financement total depuis sa création en 2014 à 61 millions d'euros. Avec ses promesses d'efficacité énergétique accrue, inférieure à 10 mW, ou de volume inférieur de données nécessaires, requérant de 10 à 10 000 fois moins de données brutes, la technologie de Prophesee, basée sur un traitement par l'événement, pourrait permettre à l'approche neuromorphique de faire passer un nouveau palier aux applications industrielles du deep learning, qui nécessite des puces capables d'effectuer des tâches de calcul de plus en plus complexes. Sony avait par ailleurs annoncé en mai dernier une alliance inédite avec Microsoft sur les semi-conducteurs et les capteurs d'image. Cette approche "hybride" mêlera les capteurs d'image de Sony avec l'IA de Microsoft Azure.
19-02-2020


WD ce lance dans la 5G

Western Digital a annoncé ce mardi un nouveau dispositif de stockage intégré iNAND EU521, qui devrait permettre aux utilisateurs de smartphones et de tablettes "de profiter pleinement de la connectivité 5G. Le nouveau périphérique de stockage flash universel (UFS) répond à une nouvelle norme d'interface matérielle qui devrait aider les fabricants de périphériques mobiles à s'assurer que le stockage ne soit pas un frein aux performances des nouveaux appareils. Ce périphérique de stockage répond à la norme JEDEC UFS 3.1, adaptée aux applications mobiles et aux systèmes informatiques nécessitant de hautes performances et une faible consommation d'énergie. « Il est évident que la 5G va donner naissance à de nouveaux types d'applications très performantes,des jeux aux systèmes de reconnaissance, en passant par le machine learning et l'intelligence artificielle », a déclaré Itzik Gilboa, de Western Digital. « Pourtant, ces applications ne peuvent exister que si elles disposent du matériel nécessaire pour supporter les niveaux de performance qu'elles exigent... Notre but est de nous assurer que notre rôle dans le cheminement des données n'est jamais le facteur qui limite l'expérience de l'utilisateur ». Pour répondre à la nouvelle norme de stockage UFS 3.1, ce dispositif de stockage de Western Digital utilise Write Booster, une approche pour augmenter les vitesses d'écriture qui exploite la mise en cache NAND SLC (single-level cell). La technologie de mise en cache SmartSLC de Western Digital prend en charge l'implémentation de Write Booster, permettant des performances élevées même lorsque l'utilisateur remplit son périphérique à pleine capacité. Le nouveau périphérique utilise également la NAND à plusieurs niveaux pour obtenir un meilleur rapport coût-efficacité. Au total, l'iNAND EU521 offre des vitesses d'écriture séquentielle allant jusqu'à 800 Mo/s, ce qui devrait aider les utilisateurs à jouer, à télécharger des médias 4K et 8K et à transférer des fichiers volumineux depuis le Cloud. Le périphérique de stockage sera disponible en mars en 128 Go et 256 Go.
19-02-2020


Ericsson ce dit leader de la 5G ?

L'équipementier a donc dû se contenter d'une conférence somme tout plus sobre, tenue à Londres, et au cours de laquelle Ericsson a déclaré être le leader du secteur des équipements réseau 5G. Un statut qu'on attribuait jusqu'ici plutôt à Huawei, à l'égard du nombre de contrats signés. Ericsson est actuellement impliqué dans la création d'un réseau 5G fonctionnel dans 14 pays. « Nous avons déployé 24 réseaux à travers le monde. Nous avons été les premiers à déployer des réseaux sur quatre continents. Donc pour nous, il est difficile de voir qui que ce soit devant nous actuellement ... Nous pensons que nous avons un portefeuille compétitif qui est au même niveau ou en avance sur nos concurrents », a assuré sur scène Fredrik Jejdling, vice-président exécutif de la société, à moins que la politique internationale y soit pour quelques chose ! Il semblait que Huawei avait un train d'avance en termes d'équipements 5G. Il avait réussi à convaincre plus d'opérateurs qu'Ericsson et Nokia, notamment grâce à un rapport qualité-prix défiant toute concurrence. Mais la roue a tourné et Huawei a du mal à trouver de nouveaux clients. Fin 2019, le groupe chinois recensait 50 contrats commerciaux liés à la 5G à travers le monde. Nokia était à 63 et Ericsson à 79. Les États-Unis ont atteint leur objectif : comme sur l'électronique grand public (smartphones, laptops...), Huawei perd ses consommateurs et clients. L'administration américaine ne cesse de répéter que les équipements de Huawei contiennent des portes ouvertes (backdoors) permettant à l'entreprise d'effectuer des opérations d'espionnage et exhorte les autres pays à interdire le matériel télécom du groupe chinois. Le gouvernement a même menacé d'arrêter de partager des informations de ses services secrets avec les nations qui accepteraient Huawei sur leur territoire. En France, pas d'interdiction pure et dure de Huawei, mais un dispositif a été mis en place pour empêcher les opérateurs d'installer des équipements de la société chinoise dans des zones jugées à risque. Orange a d'ailleurs préféré se tourner vers Nokia et Ericsson plutôt que Huawei.
17-02-2020


Le Coronavirus vide le MWC 2020 de Barcelone

Après LG et Ericsson, trois nouveaux grands noms du numérique annulent leur participation au Congrès annuel mondial du mobile qui se tiendra à Barcelone dans deux semaines. La firme informatique NVIDIA, le géant du commerce en ligne Amazon et plus récemment le constructeur électronique Sony se sont tous complètement retirés de l’édition 2020 du Mobile World Congress. La raison invoquée par chacun reste la même : la santé publique avant tout. Face à la menace de l’épidémie actuelle du coronavirus 2019-nCoV, chacune de ces entreprises préfèrent annuler leurs conférences sur place et ne pas y envoyer leurs représentants. Tous soulignent que l’Organisation mondiale de la santé a qualifié cette épidémie d’« urgence de santé publique à portée internationale ». GSMA, la compagnie organisatrice du MWC, a pourtant renforcé ses mesures de protection préventive. La semaine dernière, elle avait notamment annoncé mettre en place des « stations d’hygiène » et une politique de « non-serrage de mains » pour les participants. Plus récemment, elle aurait décidé de refuser l’entrée à toute personne provenant de la province de Hubei, dont l’une des villes, Wuhan, est le foyer de l’épidémie. Sony a promis de partager ses nouveautés par le biais d’une conférence diffusée en direct sur sa chaîne YouTube, Xperia, le 24 février à 8h30. Samsung, aurait prévu de réduire l’effectif de ses employés envoyés à Barcelone.
10-02-2020


AMD lance son CPU 3990 X 64 Cores pour Pro Video

Il s'agit selon AMD du processeur pour PC de bureau le plus puissant du marché. Une assertion qui méritera d'être confirmée en test, mais qui pourrait bien s'avérer. La firme de Lisa Su annonçait ce vendredi son Ryzen Threadripper 3990X. Attendu depuis quelque temps déjà, ce dernier affiche des spécifications à faire blêmir la concurrence... à commencer par 64 cores en ordre de bataille. Une première mondiale, se plaisent à pointer les Rouges dans leur communiqué. Simultaneous Multi Threading oblige, on retrouve ici un total de 128 threads pour une force de frappe brutale. Tout ce beau monde est cadencé entre 2,9 et 4,3 GHz et profite d'un total de 288 Mo de cache « combiné » (4 Mo de cache L1, 32 Mo de L2 et 256 Mo de L3). AMD promet en prime la prise en charge de 88 lignes PCIe 4.0, rendue possible grâce à la plateforme sTRX4 utilisée par les puces Threadripper de troisième génération. Le coup de canif dans le contrat de mariage avec les utilisateurs de l'ancienne plateforme sTR4 se révèle payant. Le Threadripper 3990X pourra bien entendu supporter de la mémoire vive DDR4 3 200 MHz en quad Channel, mais paye son imposant nombre de cœurs (et ses fréquences relativement élevées) par un TDP comaque lui aussi, de 280 watts (ça chauffe !). Il faudra donc tabler sur un système de dissipation haut de gamme pour tirer pleinement parti dudit processeur, qui ne doit pas dépasser les 95° de température maximale précise AMD à titre indicatif. Reste la question du prix (salé) de l'engin. AMD ne donne pas de tarif précis en France, laissant les revendeurs suivre les tarifs américains et se positionner en fonction... TVA en plus. Disponible à l'heure actuelle sur trois boutiques (LDLC, Matériel.net et Rue du Commerce) selon le site officiel du groupe, le Threadripper 3990X se négocie entre 4 725 et 4 957 euros à l'heure où nous rédigeons ces lignes. On en arrive donc à un ratio de 73 € minimum par cœur. Un tarif auquel il faudra rajouter 400 à 500 € minimum pour une carte mère compatible. L'investissement est notable et réserve ce nouveau produit aux utilisateurs les plus aisés, aux professionnels et aux entreprises.


10-02-2020


Snapdragon 865 Video

L'architecture du Snapdragon 865 s'appuie sur le Spectra 480. Cet ISP (image signal processor) permet d'améliorer significativement le traitement des images, l'affichage et la capture. C'est notamment ce qui octroie la capacité de traiter 2 gigapixels/s (soit 2 milliards de pixels par seconde) ! La vidéo 8K, ici, est chargée avec 33 mégapixels par image. Le clip que vous trouverez ci-dessous est disponible sur YouTube : le tournage a eu lieu en Arizona, en novembre 2019. On peut donc observer les formations rocheuses (Grand Canyon, Horseshoe Bend) dans une qualité impressionnante, en 4 320p. Les plans s'attardent sur les paysages, mais également sur les objets (chapeau, plumes, gravures...) et mettent en exergue les palettes de couleurs. Cette vidéo est le premier aperçu concret de ce que peut proposer le Snapdragon 865. Pour réaliser ce clip, en novembre 2019, Qualcomm s'est appuyé sur un « prototype de smartphone » embarquant son prochain SoC. Le capteur Sony IMX586, de 48 mégapixels, a été retenu pour l'occasion. C'est le même que celui utilisé dans des téléphones actuels comme l'ASUS Zenfone 6 ou le Xiaomi Mi 9. Nous vantions d'ailleurs la grande polyvalence photographique dont il était capable. Pour l'heure, ce niveau de capture vidéo n'est pas accessible sur mobile. En outre, il est difficile de juger la qualité de la vidéo proposée sur YouTube, tant certains critères ont pu l'influencer. L'ensemble a été tourné avec du matériel de préproduction, et la vidéo a pu être affectée par une compression YouTube. Les flagships à venir de chaque constructeur devraient logiquement s'y intéresser et améliorer leurs rendus. Au-delà de la 8K à 30 images/sec, le Snapdragon 865 permet notamment un enregistrement en slow-motion à 960 images/sec, sans aucune limite de temps. Les premiers smartphones équipés de cette nouvelle puce Snapdragon 865 devraient être disponibles très prochainement, et pourvoir une grande partie des mobiles de 2020.


05-02-2020


Un Intel Core i9 à 5Ghz

Comet Lake-S va introduire des nouveautés dont le Core i9-10900K. Ce processeur se dessine comme la prochaine vitrine “Mainstream” du géant du processeur. Issu d’une gravure à 14 nm ++ il dispose de 10 cœurs physiques et 20 cœurs logiques grâce à la technologie Hyper-Threadring. Sa mécanique s’appuie sur 20 Mo de cache L3 contre 10 x 256 Ko de cache L2. L’engin vient de faire sa première apparition dans la base de données du benchmark 3DMark. L’application annonce une fréquence de 3.7 GHz pour du 5.1 GHz en mono-cœur et en mode Turbo. En termes de performance, il faut s’attendre à un +25% face à l’actuel Core i9-9900K en raison de deux cœurs physiques supplémentaires. Dans une diapositive consacrée justement aux performances, Intel annonce que son nouveau bébé est 30% de plus performant que le Core i9-9900K sous le benchmark SPECint_rate_base2006_IC16.0. Les autres résultats « notables » annoncent un gain de 26% sous Cinebench R15 et de 10% dans SYSMark 2014 SE. L’affaire se corse dans des situations où le multicœurs n’est pas bien exploité. Intel s’appuie alors sur des fréquences élevées (confirmées par 3DMark) et une amélioration de son algorithme de « boost » pour assurer des gains à un chiffre en moyenne. Ces puces vont nécessiter un nouveau socket, le LGA 1200 annonçant un changement obligatoire de la carte mère. Intel a prévu des chipsets de nouvelle génération, les 400 series avec comme vitrine le Z490 Express. Il n’est cependant pas question d’un chipset de nouvelle génération. Il s’agit plutôt d’une évolution de l’offre actuelle. Le PCIe Gen 3.0 risque de rester d’actualité en limitant la bande passante de certains périphériques comme les SSD NVMe PCIe 4.0.
03-02-2020


L'U.E. impose le chargeur universel

Apple refuse souvent d'appliquer la garantie constructeur 2 ans en Europe, mais refuse aussi de ce mettre aux normes Européennes. les eurodéputés ont plaidé jeudi 30 janvier en faveur d'un chargeur universel pour téléphones mobiles en Europe au nom des droits des consommateurs et de l'environnement, réclamant une législation européenne d'ici l'été. « L'offre pléthorique de chargeurs entraîne (...) des coûts excessifs et des désagréments pour les consommateurs et génère une empreinte écologique inutile », écrivent les élus européens dans une résolution non contraignante, adoptée à Bruxelles à une large majorité. Il est donc « nécessaire d'adopter d'urgence une norme de chargeur universel », ajoutent-ils, réclamant des mesures « d'ici juillet ». La vieille idée visant à harmoniser la connectique pour charger téléphones, tablettes et autres petits appareils, lancée dès 2009 par la Commission européenne, s'est jusqu'à présent heurtée aux réticences de l'industrie, bien que le nombre de chargeurs existants ait été considérablement réduit en 10 ans. Ils sont en effet passés à 3: le connecteur Micro USB, qui a longtemps équipé la majorité des téléphones, l'USB-C une connexion plus récente, et le Lightning le format unique d'Apple. Avant même le vote de cette résolution, l'entreprise de Cupertino s'est fermement opposée à toute réglementation européenne, qui « étoufferait l'innovation au lieu de l'encourager et nuirait aux consommateurs en Europe et à l'économie dans son ensemble ». Le géant californien, qui vient d'annoncer un bénéfice record au premier trimestre 2020, a remplacé en 2012 l'antique connecteur à 30 broches de ses appareils par la prise Lightning, qui équipe « plus d'un milliard d'appareils ». Il estime qu'un chargeur universel à la place de sa norme maison « aurait un impact négatif direct en perturbant les centaines de millions d'appareils et d'accessoires actifs utilisés par (ses) clients ». Cela créerait en outre « un volume sans précédent de déchets électroniques et gênerait fortement les utilisateurs », poursuit le groupe dans cette déclaration publiée la semaine passée. Plusieurs sources de l'AFP au Parlement affirment qu'Apple a exercé un lobbying intense avant le vote de la résolution, adoptée par 582 voix pour, 40 contre et 37 abstentions. « Comme toujours, nous serons heureux de travailler avec l'UE et les États membres en fonction de leurs souhaits », a pour sa part déclaré à l'AFP un porte-parole du numéro deux du secteur en 2018, le Chinois Huawei. Le CCIA Europe, représentant du lobby de l'industrie numérique à Bruxelles, n'a pas souhaité faire de commentaires sur la résolution des élus européens, qui réclament aussi que soit interdite la vente obligatoire de chargeurs avec chaque appareil.
31-01-2020


Fuite de la génération Ampere Nvidia

Pour 2020, NVIDIA a annoncé le lancement d’une nouvelle génération de cartes graphiques hautes performances. L’architecture Turing gravée en 12 nm doit laisser place à l’architecture Ampere qui sera gravée en 7 nm dans les usines de Samsung et TSMC. NVIDIA rejoindra ainsi la finesse de gravure qu’AMD utilise déjà pour ses GPU Navi. En attendant leur lancement officiel, le site MyDrivers donne un aperçu des spécifications techniques de deux GPU de la famille Ampere. Le GA103 qui équipera les GeForce RTX 3080, et le GA104 de la GeForce RTX 3070. Certains analystes estiment que le prix de vente des cartes graphiques pourrait légèrement augmenter en 2020. Une étude menée par DRAMeXchange indique qu’on doit s’attendre à des difficultés d’approvisionnement de mémoire DDR6. Elle équipe de plus en plus de cartes, ainsi que les consoles de nouvelle génération Xbox Series X et PlayStation 5 prévu pour la fin de l’année. À moins que les capacités de production parviennent à s’adapter, la quantité de mémoire présente sur prochaines NVIDIA RTX série 3000 semble leur donner raison. La GeForce RTX 3070 disposera en effet de 8 ou 16 Go de DDR6 et la RTX 3080 sera la première carte à embarquer jusqu’à 20 Go. Le GA104 de la GeForce RTX 3070 sera doté de 3072 processeurs de flux, 48 SMs (multiprocesseurs de flux) et 8 à 16 Go de VRAM DDR6 avec un bus mémoire de 256 bits. Le GA103 de la GeForce RTX 3080 disposera de 3840 processeurs de flux, 60 SMs et 10 à 20 Go de VRAM DDR6 avec un bus mémoire de 320 bits. Pour en savoir plus, il faudra encore attendre quelques mois avec la présentation officielle des GPU Ampere. On s’attend à ce qu’ils soient dévoilés au cours du GTC (GPU Technology Conference) fin mars, et lancés à l’occasion du SIGGRAPH en août.
20-01-2020