Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  




L'actualité
RASPBERRY


Un boitier Raspberry Transparent

  Liste des news    Liste des new du mois  
Joy It boitier Raspberry PI 4

15

Octobre

Très actif sur le marché des Raspberry Pi, ou des solutions Arduino , la société Joy-It dispose d'ores et déjà de multiples accessoire s à son catalogue depuis les mini-claviers jusqu'aux écrans LCD miniatures en passant par des capteurs / senseurs de formes et tailles diverses. Via Kickstarter, la société s'est lancée dans la conception d'un boîtier à destination du Raspberry Pi 4 Model B. Un boîtier élégant que Joy-It estime capable de devenir le parfait compagnon « multimédia » et qu'il voit bien prendre place dans le salon, à côté de la télévision par exemple. Conçu en acrylique translucide, le « Multimedia Case » est assurémensans t original. Il dispose également d'aimants pour une stabilité parfaite et se monte utiliser la moindre vis. L'instal. lation et l'accès aux différents éléments du Raspberry Pi devraient donc être simplifiés En revanche, comme le souligne fort justement MiniMachines, ces choix sont un peu surprenants compte tenu de l'orientation du boîtier. Une structure en acrylique n'est pas le meilleur moyen de dissiper la chaleur et cela semble contraindre Joy-It à employer un ventilateur. Sachant que le boîtier doit trôner dans le salon, les nuisances sonores du ventilateur seront à surveiller. Autre élément de surprise, la structure en acrylique est là pour laisser passer la lumière des nombreuses LEDs du boîtier : des LEDs, dans un boîtier pour du home cinema ? Le Multimedia Case de Joy-It a toutefois bien des atouts. En effet, l'accès aux composant, GPIO notamment est très rapide et le boîtier se révèle très compact (113 x 100 x 38 mm). De plus, il est abordable : la campagne Kickstarter évoque 29 euros, plus 5 euros de frais de port.



Recalbox V7 compatible avec les Raspberry Pi 4

  Liste des news    Liste des new du mois  
Recalbox pour rapsberry Pi 4

12

Octobre

Recalbox, le célèbre système d’exploitation dédié au rétrogaming est sortie vendredi 02 octobre 2020 sa nouvelle version “7.0 Reloaded” ! Un an de travail aura été nécessaire aux bénévoles du célèbre projet libre, gratuit et open source dédié au rétrogaming pour mettre au point cette nouvelle version, particulièrement riche en nouveautés. Voici un résumé des derniers changements majeurs… Grâce à sa simplicité et à l’accessibilité des nano-ordinateurs «Raspberry Pi», Recalbox rend l’émulation très accessible et peu coûteuse. Aujourd’hui, Recalbox est capable d’émuler + de 100 systèmes, de la console portable à la console de salon en passant par l’arcade et les ordinosaures, via une interface unique et ultra simplifiée, entièrement contrôlable à la manette. C’est simple : Recalbox est devenu une solution incontournable pour les mordus de rétrogaming ; aussi bien pour les collectionneurs que pour les amateurs qui n’ont pas la place ou les moyens d’acquérir du matériel d’origine, désormais rare, coûteux et une des nouveautés les plus attendue est bien sur la prise en charge complète du Raspberry particulièrement fragile. Petit + : Recalbox embarque aussi Kodi, le célèbre media player, pour une polyvalence sans égal ! L’Pi 4. Sortie il y a plus d’un an, la dernière carte de la fondation Raspberry va très vite s’imposer comme la nouvelle carte de référence dans le cœur des utilisateurs. Plus rapide, plus puissant, plus connecté, tout en restant dans un budget contenu… Sans révolutionner l’émulation, le Raspberry Pi 4 y apporte un confort d’utilisation non-négligeable ! Pour rappel, Recalbox préconise la version 2Go. Les versions 4 et 8Go, bien plus onéreuses, n’ont d’intérêt que dans une utilisation mixte retrogaming/bureautique.



Un nouveau système souvre au monde Pi

  Liste des news    Liste des new du mois  
Fedore Iot pour Raspberry Pi

05

Octobre

Le Raspberry Pi prend une place de plus en plus importante dans le monde de l’informatique et le mini-ordinateur à 40 €(et beaucoup plus si affinités) est désormais pleinement pris en charge par la distribution GNU/Linux Fedora. La version spéciale dédiée à l’internet des objets « Fedora IoT » est en effet désormais une distribution officielle de Fedora, une division informatique de Red Hat/IBM. Cette prise en charge des Raspberry Pi par le mastodonte de l’informatique devrait permettre au petit ordinateur tout-en-un de continuer son développement dans le monde professionnel. Initialement dédié au milieu de l’éducation et aux hobbyistes, le potentiel toujours plus important du Raspberry Pi en fait une plate-forme de choix pour le prototypage, pour l’usage industriel, il faut évidemment des cartes plus renforcées. Si le Raspberry Pi avait déjà conquis le cœur des bidouilleurs, des hackers et autres retrogamers, voilà qu’il pourrait connaître un succès d’une toute autre ampleur.



Half life et d'autre jeux sur Rapsberry PI 4 Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Half Life sur Raspberry PI 4

02

Octobre

Développé par Jose Carrejon, PiKISS est un outil regroupant des scripts créés spécialement pour l'ajout de fonctionnalités supplémentaires à Raspberry Pi OS et Twister OS. Pourquoi en parler aujourd'hui ? Parce que l'outil se montre aussi très intéressant pour le retro gaming. Comme le souligne Tom's Hardware, PiKISS comporte en effet une sélection de jeux rétro qu'il est possible d'installer de manière relativement aisée sur Raspberry Pi. Parmi eux, et depuis peu, un certain Half Life. Et autant le dire tout de suite, le titre iconique de Valve se plaît très bien sur Raspberry Pi 4. Testé sur les chaînes YouTube ETA PRIME et Leepsvideo, le jeu parvient à atteindre sans encombre le seuil des 70 fps, pour proposer une fluidité parfaite en Full HD, et ce même sur un Raspberry Pi 4 non modifié, comme le précise la chaîne ETA PRIME en description de sa vidéo dédiée (ci-dessous). Pour installer PiKISS, il ne faut pas plus de quelques minutes. La chose se fait pour l'essentiel au travers d'une simple ligne de code à entrer dans le terminal de l'OS choisi pour votre Raspberry Pi. Cette dernière téléchargera l'installateur et l'exécutera, toujours via le terminal. Une fois PiKISS installé, il sera disponible dans les Outils système. Pour accéder à Half Life, il faut pour le reste lancer PiKISS et se rendre dans le menu consacré aux jeux. Une fois Half Life sélectionné, vous pourrez choisir de le télécharger et de l'installer. Attention par contre : il ne s'agit pas de proposer le jeu gratuitement (et illégalement). Pour pouvoir installer Half Life grâce à PiKISS, vous devrez entrer une clé Steam ou utiliser une copie physique en votre possession. Une fois le jeu installé, il ne reste plus qu'à le lancer pour profiter d'une expérience proche de celle permise sur PC.



Cooler Master lance un boîtier Raspberry PI

  Liste des news    Liste des new du mois  
Cooler Master PI CASE 40

03

Juillet

Le succès des nano-ordinateurs monocartes Raspberry Pi ne se dément pas. Forcément, de nombreuses entreprises se sont mis en tête de concurrencer la fondation, à l'instar de fabricants d'accessoires. Nous avons déjà eu l'occasion de voir des boîtiers de chez Argon ou Silverstone, voici aujourd'hui venir Cooler Master, un acteur bien connu des joueurs PC. L'entreprise a dessiné un premier modèle de boîtier en aluminium pour lequel elle a décidé d'emprunter une voie qu'elle n'a pas l'habitude de prendre : le financement Kickstarter. Une campagne devrait ainsi être lancée d'ici trois jours sur la plateforme et si Cooler Master évoque déjà un prix 25 % inférieur au tarif officiel, nous n'avons pas encore le chiffre exact. Nous savons en revanche que ce boîtier fera également office comme souvent de dissipateur (radiateur) pour le Raspberry Pi 4 auquel il se destine. Baptisé Pi Case 40, il disposera bien sûr de toutes les ouvertures nécessaires pour atteindre les différents connecteurs du Raspberry. Une trappe disposée sur le côté permettra d'accéder au GPIO, mais il ne sera pas possible de mettre en place un quelconque HAT. Enfin, notons que le Pi Case 40 disposera d'un bouton de mise sous tension / extinction du Raspberry.



Le Raspberry PI4 passe à 8Go

  Liste des news    Liste des new du mois  
Raspberry 4 PI 8Go

29

Mai

Le Raspberry Pi 4 soufflera sa première bougie le mois prochain. Le petit appareil, déjà vendu à plus de 3 millions d’exemplaires a désormais un petit frère : un Raspberry Pi 4 de 8 Go vendu 75 $ (environ 84 € en France). Cette version vient compléter une offre jusqu’ici composée de modèles 1, 2 et 4 Go. Comme le précise Raspberry dans son communiqué, la puce BCM2711 utilisée pour Raspberry Pi 4 est capable de traiter jusqu’à 16 Go de SDRAM LPDDR4. Malheureusement, jusqu’à présent, il n’existait pas un module de 8 Go de LPDDR4 compatible avec le Raspberry Pi 4. L’entreprise s’est donc tournée vers son partenaire Micron pour en élaborer un. Ce Raspberry Pi 4 de 8 Go est similaire aux précédents, exception faite de quelques modifications au niveau du système d’alimentation. Plus gourmande, la version 8 Go a imposé le retrait du switcher présent à côté du port USB 2.0 au profit d’un autre, plus costaud, installé pour sa part à côté du port USB-C. Espérons que le plus grand appétit de cette variante 8 Go n’annulera pas les avancées obtenues en matière de réduction des problèmes de chauffe. Reste enfin une dernière restriction pour exploiter pleinement les 8 Go de RAM. De base, l’écosystème Raspberry est en 32 bits. Par conséquent, il n’autorise aucun processus à exploiter plus de 3 Go. La firme a donc lancé une version bêta de Raspberry Pi OS 64 bits depuis hier. Elle précise qu’il est également possible de s’orienter vers Ubuntu ou Gentoo. En résumé, il n’est pas pertinent de passer au modèle 8 Go pour ceux possédant déjà un Raspberry Pi 4 de 4 Go. En revanche, dans le cas d’un nouvel achat, les 20 $ supplémentaires permettent d’obtenir un produit plus pérenne.



Le Raspberry PI4 Bootable en USB

  Liste des news    Liste des new du mois  
Raspberry PI4 bootable en USB

25

Mai

Pour le moment disponible en version bêta, la mise à jour du firmware apporte l’USB Bootloader, une fonctionnalité qui permet désormais au Pi 4 d’être booté à partir d’un appareil de stockage USB tel qu’une clé USB ou un SSD. La fondation Raspberry Pi avait surpris son monde en juin 2019 avec le lancement de la quatrième itération de son nano-ordinateur. Comme décrit en détail dans notre test, celui-ci dispose en effet d’une fiche technique bien plus impressionnante que ses prédécesseurs, notamment avec son processeur Broadcom BCM2711, ses 4 Go de mémoire vive (dans sa version la plus puissante), ainsi que ses quatre ports USB (deux ports 2.0 et deux ports 3.0) et son port USB-C pour l’alimentation. Malgré tout, le système se limitait encore il y a peu à un démarrage uniquement autorisé via la carte microSD, l’appareil ne prenant pas en charge l’USB Bootloader. Accessible depuis la semaine dernière, la nouvelle mise à jour du firmware vient corriger cette absence avec une fonctionnalité, très attendue par la communauté, qui facilitera sans aucun doute le déploiement de projets sur la framboise. Éliminant le besoin d’avoir recours à une carte microSD, cette nouvelle mise à jour permet donc d’installer facilement un système d’exploitation grâce à une simple clé USB bootable, via les ports USB 2.0 et 3.0 du Pi 4. Apportant plus de flexibilité à l’usage, l’USB Bootloader va surtout permettre de mieux tirer profit du Pi 4. Si les performances du nano-ordinateur sont forcément moins significatives en démarrant via une clé USB classique, ce ne sera naturellement pas le cas en utilisant un SSD. Gardez toutefois à l’esprit qu’un disque SSD externe consomme bien plus d’énergie, il est donc certainement pertinent de lui prévoir une source d’alimentation afin qu’il fonctionne correctement avec le Pi 4.



Si le Raspberry était musclé il s'appellerai PICO-WHU4

  Liste des news    Liste des new du mois  
Aeon Pico WHU4

06

Avril

Reprenant le format Pico-ITX, le PICO-WHU4 ne dépasse pas les 100 mm x 72 mm, contre 85,6 mm x 56,5 mm pour le Raspberry Pi 4. Nous sommes donc sur un produit légèrement plus grand, mais ce gros centimètre d'écart est justifié par la fiche technique proposée. Adieu les puces ARM Quad Core Cortex A-72 du Pi 4, place à des processeurs Intel Core de génération Whiskey Lake, gravés en 14 nm et équipés de deux à quatre cœurs pour 15 watts de TDP (configurable entre 12,5 et 25 watts). Aaeon (filiale d'ASUS) laisse le choix au chaland entre quatre processeurs proposés en option sur le PICO-WHU4 : un Celeron 43054UE (2c/2t, 2,0 GHz), un Core i3 8145UE (2c/2t, 2,2/3,9 GHz), un Core i5 8365UE (4c/8t 1,6/4,1 GHz) ou un Core i7 8665UE (4c/8t, 1,7/4,7 GHz). Le processeur choisi pourra être couplé à un maximum de 16 Go de DDR4 2 400 MHz, contre 1, 2 ou 4 Go de LPDDR4-3200 sur le Raspberry Pi 4. Côté connectique, il faut ici compter sur un port SATA III (pour le stockage), un slot mSATA/mPCIe, un slot M.2 2230 et deux headers COM supportant les standards RS-232/422/485. On retrouve également sur la carte deux ports USB 3.2 Gen 2, deux ports USB 2.0, un header USB 2.0 et deux ports HDMI 1.4b, animés par les iGPU UHD Graphics 610 ou 620 des puces Intel proposées. De quoi permettre l'affichage en 4K.Pour ce Aaeon annonce que son PICO-WHU4 peut fonctionner dans des conditions climatiques difficiles, avec un maximum de 60 degrés ambiant pour 90 % d'humidité. Deux système de dissipation sont par ailleurs vendus séparément : un radiateur (pour 12 dollars) et un ventirad (25 dollars). Mieux équipé qu'un Raspberry Pi 4 et nettement plus performant, le PICO-WHU4 ne vise ni le même public, ni les mêmes usages. C'est donc sans surprise que le prix est lui aussi d'une toute autre nature, avec des tarifs s'étirant de 213 à 908 $/strong>, contre seulement 35 $ pour son concurrent indirect.



Un logiciel Raspberry PI imager

  Liste des news    Liste des new du mois  
Rapsberry PI imager

06

Mars

La mise en route d'un Raspberry Pi n'est pas toujours des plus simples pour celles et ceux qui débutent et n'ont pas encore une grande expérience avec le Single Board Computer de la fondation. C'est pour cette raison que depuis le lancement de la première framboise, Raspberry a multiplié les projets pour rendre l'expérience la plus accessible possible ; d'abord en ajoutant une interface graphique pour aider à la première mise en marche, mais aussi en commercialisant son kit desktop, un pack qui embarque tout le nécessaire pour bien débuter. Cependant, restait encore la difficulté inhérente à l'installation de l'OS sur la carte SD. Jusque-là, nous avions la possibilité de récupérer l'image disque désirée puis de la flasher sur notre carte SD. Le souci est principalement que l'opération est différente selon le système d'exploitation utilisé, en outre il est nécessaire d'aller chercher la dernière version à jour de l'image, ce qui peut compliquer la donne pour les novices. Si l'opération s'effectue relativement bien avec un outil multiplateforme tel que balenaEtcher, ou en utilisant une carte SD vendue avec le gestionnaire d'installation NOOBS, le Raspberry Pi Imager arrive pour rendre la tâche bien plus rapide et facile à exécuter. Raspberry Pi Imager nous permet de télécharger plusieurs systèmes d'exploitation, pour le moment au choix entre différentes versions de Raspbian et de LibreELEC. Bien sûr, il permet aussi de formater votre carte SD et de choisir un fichier .img sur votre ordinateur. Le point fort du Raspberry Pi Imager est sans doute qu'il propose une liste de systèmes dont vous êtes assuré qu'il s'agit des dernières versions en date. L'utilitaire récupère en effet un fichier .JSON à partir du site Web de la fondation lorsque vous le démarrez, fichier mis à jour dès qu'une nouvelle version d'un OS est publiée. De plus, la tâche est amplement simplifiée par rapport à NOOBS, notamment si vous devez déployer Raspbian (par exemple) sur plusieurs cartes SD. L'utilitaire met en effet en cache une copie de l'OS téléchargé, ce qui vous permet de le déployer sur plusieurs cartes sans avoir à le télécharger une nouvelle fois. Le Raspberry Pi Imager est disponible dès maintenant sur le site officiel de la fondation Raspberry Pi. Son objectif est, à terme, de remplacer complètement NOOBS qui, pour sa part, est encore disponible au téléchargement pour ceux qui le souhaitent.



Le Raspberry PI 4 baisse de prix

  Liste des news    Liste des new du mois  
Rapsberry PI 4 baisse de prix

28

Fevrier

À l’occasion des huit ans de la commercialisation de ses mini cartes mères, la fondation Raspberry Pi abaisse le prix de la version 2 Go à 35$. Soit le tarif de lancement du modèle 1B en 2012. C’est l’anniversaire du Raspberry Pi et la fondation anglaise en charge de son développement fait un cadeau à la communauté : une baisse de prix de la version 2 Go qui passe de 45 dollars à 35 dollars. Un tarif qui n’est pas innocent puisqu’il correspond au prix de lancement du modèle 1B annoncé en 2011, mais commercialisé en 2012, d’où les huit ans. Huit années qui ont permis à ce nano-ordinateur de voir exploser le rapport performances/prix. Selon la fondation, par rapport à la version 1B, la version 4B offrirait : x40 plus de puissance processeur (CPU), x8 plus de mémoire (le 1B avait 256 Mo au lancement), x10 plus de bande passante entrées/sorties (i/o), x4 plus de pixels gérés en sortie d’écran. Ces gains sont à prendre en compte sans oublier l’arrivée de la gestion de deux écrans et du Wi-Fi bi-bande. La fondation se plaît à souligner que si on tient compte de l’inflation, le Raspberry Pi 4B coûte en fait moins cher puisque les 35 dollars de 2012, qui seraient plutôt l'équivalent de 40 dollars de 2020. Avec les taxes (le tarif US s’entend toujours hors TVA) et la conversion en euros, le Raspberry Pi 4B en version 2 Go passe de 48,95 € à 38,5 € selon le tarif du distributeur officiel français Kubii. Vous n’avez vraiment plus d’excuses pour ne pas vous mettre au bidouillage informatique et de passer du côté framboise de la force !



Le Raspberry PI Zéro s'offre une autonomie à piles

  Liste des news    Liste des new du mois  
Extension a piles pour Rapsberry PI Zero

13

Fevrier

Notamment connue pour ses modules COM, la société américaine Gumstix a récemment étendu sa gamme de produits à destination des cartes Raspberry Pi. Après avoir lancé sa gamme Gumstix Pi Family avec des projets comme Chatterbox, un kit de développement pour Alexa Voice Service sur Raspberry Pi, Gumstix revient avec une extension (HAT) nouvelle et pertinente pour les makers. Le Gumstix Raspberry Pi Zero Battery Board permet en effet d'alimenter un Pi Zero sans qu'il soit nécessaire de le connecter au secteur ou à une batterie encombrante, faisant ainsi clairement gagner en compacité la plus minuscule des framboises. Cette extension possède bien d'autres avantages et une certaine polyvalence. Se connectant sur les broches GPIO du Pi Zero, elle n'embarque pas seulement un support permettant de placer deux piles AA mais aussi l'électronique nécessaire à leur recharge, ce qui indique qu'il est possible d'utiliser deux accumulateurs NiMH ou NiCd et de les recharger simplement grâce au port microUSB du Pi Zero. Outre ce module LTC4060 provenant de Linear Technology, cette extension embarque un capteur de mouvements (IMU) Bosch BMI160. Il s'agit ni plus ni moins d'un accéléromètre trois axes épaulé par un gyroscope, ce qui ouvre de multiples possibilités de projets. Le fort inconvénient de ce produit, c'est sans aucun doute son prix puisqu'il vient d'être lancé pour 50 $, soit dix fois plus cher que le Pi Zero sur lequel il vient reposer ! Gumstix indique toutefois que cette extension peut être adaptée pour d'autres cartes Raspberry Pi ; c'est là le point fort de la société qui propose son outil en ligne nommé Geppetto. Ce dernier permet de personnaliser un grand nombre de produits grâce à une interface drag and drop, un système de conception modulaire de produits électroniques particulièrement simple et accessible.



Le Rapsberry Pi pourrai suporté Vulkan !

  Liste des news    Liste des new du mois  
rapsberry PI Vulkan

04

Fevrier

La chose n'est pas encore faite, mais elle pourrait constituer une (petite) révolution pour les Raspberry Pi. La Raspberry Pi Foundation a annoncé ce vendredi qu'elle travaillait au développement de pilotes open-source exploitant l'API Vulkan, utilisée de manière cross-plateforme tant par AMD, qu'ARM, Intel ou encore NVIDIA. Au travers de cette annonce, la fondation ouvre la perspective de performances graphiques améliorées sur ses différents nano-ordinateurs. Si la fondation estime dans son communiqué que le recours à l'API Vulkan permettra de mieux « exploiter les GPUs modernes, tout en remédiant aux goulots d'étranglement compromettant les performances d'OpenGL et en fournissant aux développeurs graphiques de nouveaux moyens d'obtenir les meilleures performances du matériel », on ignore quand ces pilotes arriveront sur Raspberry Pi. En réalité, il faudrait s'attendre à patienter un bon moment avant de voir le projet se concrétiser. Igalia (groupe espagnol chargé du développement) ne travaille sur ce nouveau pilote que depuis quelques semaines, et nous avons encore une très longue feuille de route de développement devant nous avant de pouvoir mettre un véritable pilote entre les mains de nos utilisateurs », explique Eben Upton. « Ne retenez donc pas votre souffle, et attendez plutôt d'autres nouvelles de notre part et de celle d'Igalia à mesure qu'ils progressent dans leur développement », conclue-t-il.



Le Rapsberry Pi Nano !

  Liste des news    Liste des new du mois  
NanoPI R2S

29

Janvier

Un SBC muni d’un SoC Arm Cortex-A53 et d’un GPU Arm Mali-450 MP2. Le Raspberry Pi aura bientôt un nouveau concurrent, le NanoPi R2S. Il s’agit également d’un SBC (single-board computer) mais qui a l’avantage d’avoir deux ports Ethernet. De son côté, le Raspberry Pi 4 se contente en effet d’un port unique. Ce NanoPi R2S a des dimensions assez proches de celles d’un Raspberry Pi A+, avec 55,6 x 52 mm. Il embarque quatre cœurs Arm Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz et un GPU Arm Mali-450 MP2 à 500 MHz. Pour la RAM en revanche, il faut se contenter de 1 Go DDR4 tandis que le Raspberry Pi 4 prend en charge jusqu’à 4 Go. Pour l’instant le tarif de ce NanoPi R2S reste inconnu, mais il devrait être plutôt bon marché. À titre indicatif, son prédécesseur, le NanoPi R1S se négocie 20 $.



Un boitier Raspberry Transparent

  Liste des news    Liste des new du mois  
Joy It boitier Raspberry PI 4

15

Octobre

Très actif sur le marché des Raspberry Pi, ou des solutions Arduino , la société Joy-It dispose d'ores et déjà de multiples accessoire s à son catalogue depuis les mini-claviers jusqu'aux écrans LCD miniatures en passant par des capteurs / senseurs de formes et tailles diverses. Via Kickstarter, la société s'est lancée dans la conception d'un boîtier à destination du Raspberry Pi 4 Model B. Un boîtier élégant que Joy-It estime capable de devenir le parfait compagnon « multimédia » et qu'il voit bien prendre place dans le salon, à côté de la télévision par exemple. Conçu en acrylique translucide, le « Multimedia Case » est assurémensans t original. Il dispose également d'aimants pour une stabilité parfaite et se monte utiliser la moindre vis. L'instal. lation et l'accès aux différents éléments du Raspberry Pi devraient donc être simplifiés En revanche, comme le souligne fort justement MiniMachines, ces choix sont un peu surprenants compte tenu de l'orientation du boîtier. Une structure en acrylique n'est pas le meilleur moyen de dissiper la chaleur et cela semble contraindre Joy-It à employer un ventilateur. Sachant que le boîtier doit trôner dans le salon, les nuisances sonores du ventilateur seront à surveiller. Autre élément de surprise, la structure en acrylique est là pour laisser passer la lumière des nombreuses LEDs du boîtier : des LEDs, dans un boîtier pour du home cinema ? Le Multimedia Case de Joy-It a toutefois bien des atouts. En effet, l'accès aux composant, GPIO notamment est très rapide et le boîtier se révèle très compact (113 x 100 x 38 mm). De plus, il est abordable : la campagne Kickstarter évoque 29 euros, plus 5 euros de frais de port.



Recalbox V7 compatible avec les Raspberry Pi 4

  Liste des news    Liste des new du mois  
Recalbox pour rapsberry Pi 4

12

Octobre

Recalbox, le célèbre système d’exploitation dédié au rétrogaming est sortie vendredi 02 octobre 2020 sa nouvelle version “7.0 Reloaded” ! Un an de travail aura été nécessaire aux bénévoles du célèbre projet libre, gratuit et open source dédié au rétrogaming pour mettre au point cette nouvelle version, particulièrement riche en nouveautés. Voici un résumé des derniers changements majeurs… Grâce à sa simplicité et à l’accessibilité des nano-ordinateurs «Raspberry Pi», Recalbox rend l’émulation très accessible et peu coûteuse. Aujourd’hui, Recalbox est capable d’émuler + de 100 systèmes, de la console portable à la console de salon en passant par l’arcade et les ordinosaures, via une interface unique et ultra simplifiée, entièrement contrôlable à la manette. C’est simple : Recalbox est devenu une solution incontournable pour les mordus de rétrogaming ; aussi bien pour les collectionneurs que pour les amateurs qui n’ont pas la place ou les moyens d’acquérir du matériel d’origine, désormais rare, coûteux et une des nouveautés les plus attendue est bien sur la prise en charge complète du Raspberry particulièrement fragile. Petit + : Recalbox embarque aussi Kodi, le célèbre media player, pour une polyvalence sans égal ! L’Pi 4. Sortie il y a plus d’un an, la dernière carte de la fondation Raspberry va très vite s’imposer comme la nouvelle carte de référence dans le cœur des utilisateurs. Plus rapide, plus puissant, plus connecté, tout en restant dans un budget contenu… Sans révolutionner l’émulation, le Raspberry Pi 4 y apporte un confort d’utilisation non-négligeable ! Pour rappel, Recalbox préconise la version 2Go. Les versions 4 et 8Go, bien plus onéreuses, n’ont d’intérêt que dans une utilisation mixte retrogaming/bureautique.



Un nouveau système souvre au monde Pi

  Liste des news    Liste des new du mois  
Fedore Iot pour Raspberry Pi

05

Octobre

Le Raspberry Pi prend une place de plus en plus importante dans le monde de l’informatique et le mini-ordinateur à 40 €(et beaucoup plus si affinités) est désormais pleinement pris en charge par la distribution GNU/Linux Fedora. La version spéciale dédiée à l’internet des objets « Fedora IoT » est en effet désormais une distribution officielle de Fedora, une division informatique de Red Hat/IBM. Cette prise en charge des Raspberry Pi par le mastodonte de l’informatique devrait permettre au petit ordinateur tout-en-un de continuer son développement dans le monde professionnel. Initialement dédié au milieu de l’éducation et aux hobbyistes, le potentiel toujours plus important du Raspberry Pi en fait une plate-forme de choix pour le prototypage, pour l’usage industriel, il faut évidemment des cartes plus renforcées. Si le Raspberry Pi avait déjà conquis le cœur des bidouilleurs, des hackers et autres retrogamers, voilà qu’il pourrait connaître un succès d’une toute autre ampleur.



Half life et d'autre jeux sur Rapsberry PI 4 Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Half Life sur Raspberry PI 4

02

Octobre

Développé par Jose Carrejon, PiKISS est un outil regroupant des scripts créés spécialement pour l'ajout de fonctionnalités supplémentaires à Raspberry Pi OS et Twister OS. Pourquoi en parler aujourd'hui ? Parce que l'outil se montre aussi très intéressant pour le retro gaming. Comme le souligne Tom's Hardware, PiKISS comporte en effet une sélection de jeux rétro qu'il est possible d'installer de manière relativement aisée sur Raspberry Pi. Parmi eux, et depuis peu, un certain Half Life. Et autant le dire tout de suite, le titre iconique de Valve se plaît très bien sur Raspberry Pi 4. Testé sur les chaînes YouTube ETA PRIME et Leepsvideo, le jeu parvient à atteindre sans encombre le seuil des 70 fps, pour proposer une fluidité parfaite en Full HD, et ce même sur un Raspberry Pi 4 non modifié, comme le précise la chaîne ETA PRIME en description de sa vidéo dédiée (ci-dessous). Pour installer PiKISS, il ne faut pas plus de quelques minutes. La chose se fait pour l'essentiel au travers d'une simple ligne de code à entrer dans le terminal de l'OS choisi pour votre Raspberry Pi. Cette dernière téléchargera l'installateur et l'exécutera, toujours via le terminal. Une fois PiKISS installé, il sera disponible dans les Outils système. Pour accéder à Half Life, il faut pour le reste lancer PiKISS et se rendre dans le menu consacré aux jeux. Une fois Half Life sélectionné, vous pourrez choisir de le télécharger et de l'installer. Attention par contre : il ne s'agit pas de proposer le jeu gratuitement (et illégalement). Pour pouvoir installer Half Life grâce à PiKISS, vous devrez entrer une clé Steam ou utiliser une copie physique en votre possession. Une fois le jeu installé, il ne reste plus qu'à le lancer pour profiter d'une expérience proche de celle permise sur PC.



Cooler Master lance un boîtier Raspberry PI

  Liste des news    Liste des new du mois  
Cooler Master PI CASE 40

03

Juillet

Le succès des nano-ordinateurs monocartes Raspberry Pi ne se dément pas. Forcément, de nombreuses entreprises se sont mis en tête de concurrencer la fondation, à l'instar de fabricants d'accessoires. Nous avons déjà eu l'occasion de voir des boîtiers de chez Argon ou Silverstone, voici aujourd'hui venir Cooler Master, un acteur bien connu des joueurs PC. L'entreprise a dessiné un premier modèle de boîtier en aluminium pour lequel elle a décidé d'emprunter une voie qu'elle n'a pas l'habitude de prendre : le financement Kickstarter. Une campagne devrait ainsi être lancée d'ici trois jours sur la plateforme et si Cooler Master évoque déjà un prix 25 % inférieur au tarif officiel, nous n'avons pas encore le chiffre exact. Nous savons en revanche que ce boîtier fera également office comme souvent de dissipateur (radiateur) pour le Raspberry Pi 4 auquel il se destine. Baptisé Pi Case 40, il disposera bien sûr de toutes les ouvertures nécessaires pour atteindre les différents connecteurs du Raspberry. Une trappe disposée sur le côté permettra d'accéder au GPIO, mais il ne sera pas possible de mettre en place un quelconque HAT. Enfin, notons que le Pi Case 40 disposera d'un bouton de mise sous tension / extinction du Raspberry.



Le Raspberry PI4 passe à 8Go

  Liste des news    Liste des new du mois  
Raspberry 4 PI 8Go

29

Mai

Le Raspberry Pi 4 soufflera sa première bougie le mois prochain. Le petit appareil, déjà vendu à plus de 3 millions d’exemplaires a désormais un petit frère : un Raspberry Pi 4 de 8 Go vendu 75 $ (environ 84 € en France). Cette version vient compléter une offre jusqu’ici composée de modèles 1, 2 et 4 Go. Comme le précise Raspberry dans son communiqué, la puce BCM2711 utilisée pour Raspberry Pi 4 est capable de traiter jusqu’à 16 Go de SDRAM LPDDR4. Malheureusement, jusqu’à présent, il n’existait pas un module de 8 Go de LPDDR4 compatible avec le Raspberry Pi 4. L’entreprise s’est donc tournée vers son partenaire Micron pour en élaborer un. Ce Raspberry Pi 4 de 8 Go est similaire aux précédents, exception faite de quelques modifications au niveau du système d’alimentation. Plus gourmande, la version 8 Go a imposé le retrait du switcher présent à côté du port USB 2.0 au profit d’un autre, plus costaud, installé pour sa part à côté du port USB-C. Espérons que le plus grand appétit de cette variante 8 Go n’annulera pas les avancées obtenues en matière de réduction des problèmes de chauffe. Reste enfin une dernière restriction pour exploiter pleinement les 8 Go de RAM. De base, l’écosystème Raspberry est en 32 bits. Par conséquent, il n’autorise aucun processus à exploiter plus de 3 Go. La firme a donc lancé une version bêta de Raspberry Pi OS 64 bits depuis hier. Elle précise qu’il est également possible de s’orienter vers Ubuntu ou Gentoo. En résumé, il n’est pas pertinent de passer au modèle 8 Go pour ceux possédant déjà un Raspberry Pi 4 de 4 Go. En revanche, dans le cas d’un nouvel achat, les 20 $ supplémentaires permettent d’obtenir un produit plus pérenne.



Le Raspberry PI4 Bootable en USB

  Liste des news    Liste des new du mois  
Raspberry PI4 bootable en USB

25

Mai

Pour le moment disponible en version bêta, la mise à jour du firmware apporte l’USB Bootloader, une fonctionnalité qui permet désormais au Pi 4 d’être booté à partir d’un appareil de stockage USB tel qu’une clé USB ou un SSD. La fondation Raspberry Pi avait surpris son monde en juin 2019 avec le lancement de la quatrième itération de son nano-ordinateur. Comme décrit en détail dans notre test, celui-ci dispose en effet d’une fiche technique bien plus impressionnante que ses prédécesseurs, notamment avec son processeur Broadcom BCM2711, ses 4 Go de mémoire vive (dans sa version la plus puissante), ainsi que ses quatre ports USB (deux ports 2.0 et deux ports 3.0) et son port USB-C pour l’alimentation. Malgré tout, le système se limitait encore il y a peu à un démarrage uniquement autorisé via la carte microSD, l’appareil ne prenant pas en charge l’USB Bootloader. Accessible depuis la semaine dernière, la nouvelle mise à jour du firmware vient corriger cette absence avec une fonctionnalité, très attendue par la communauté, qui facilitera sans aucun doute le déploiement de projets sur la framboise. Éliminant le besoin d’avoir recours à une carte microSD, cette nouvelle mise à jour permet donc d’installer facilement un système d’exploitation grâce à une simple clé USB bootable, via les ports USB 2.0 et 3.0 du Pi 4. Apportant plus de flexibilité à l’usage, l’USB Bootloader va surtout permettre de mieux tirer profit du Pi 4. Si les performances du nano-ordinateur sont forcément moins significatives en démarrant via une clé USB classique, ce ne sera naturellement pas le cas en utilisant un SSD. Gardez toutefois à l’esprit qu’un disque SSD externe consomme bien plus d’énergie, il est donc certainement pertinent de lui prévoir une source d’alimentation afin qu’il fonctionne correctement avec le Pi 4.



Si le Raspberry était musclé il s'appellerai PICO-WHU4

  Liste des news    Liste des new du mois  
Aeon Pico WHU4

06

Avril

Reprenant le format Pico-ITX, le PICO-WHU4 ne dépasse pas les 100 mm x 72 mm, contre 85,6 mm x 56,5 mm pour le Raspberry Pi 4. Nous sommes donc sur un produit légèrement plus grand, mais ce gros centimètre d'écart est justifié par la fiche technique proposée. Adieu les puces ARM Quad Core Cortex A-72 du Pi 4, place à des processeurs Intel Core de génération Whiskey Lake, gravés en 14 nm et équipés de deux à quatre cœurs pour 15 watts de TDP (configurable entre 12,5 et 25 watts). Aaeon (filiale d'ASUS) laisse le choix au chaland entre quatre processeurs proposés en option sur le PICO-WHU4 : un Celeron 43054UE (2c/2t, 2,0 GHz), un Core i3 8145UE (2c/2t, 2,2/3,9 GHz), un Core i5 8365UE (4c/8t 1,6/4,1 GHz) ou un Core i7 8665UE (4c/8t, 1,7/4,7 GHz). Le processeur choisi pourra être couplé à un maximum de 16 Go de DDR4 2 400 MHz, contre 1, 2 ou 4 Go de LPDDR4-3200 sur le Raspberry Pi 4. Côté connectique, il faut ici compter sur un port SATA III (pour le stockage), un slot mSATA/mPCIe, un slot M.2 2230 et deux headers COM supportant les standards RS-232/422/485. On retrouve également sur la carte deux ports USB 3.2 Gen 2, deux ports USB 2.0, un header USB 2.0 et deux ports HDMI 1.4b, animés par les iGPU UHD Graphics 610 ou 620 des puces Intel proposées. De quoi permettre l'affichage en 4K.Pour ce Aaeon annonce que son PICO-WHU4 peut fonctionner dans des conditions climatiques difficiles, avec un maximum de 60 degrés ambiant pour 90 % d'humidité. Deux système de dissipation sont par ailleurs vendus séparément : un radiateur (pour 12 dollars) et un ventirad (25 dollars). Mieux équipé qu'un Raspberry Pi 4 et nettement plus performant, le PICO-WHU4 ne vise ni le même public, ni les mêmes usages. C'est donc sans surprise que le prix est lui aussi d'une toute autre nature, avec des tarifs s'étirant de 213 à 908 $/strong>, contre seulement 35 $ pour son concurrent indirect.



Un logiciel Raspberry PI imager

  Liste des news    Liste des new du mois  
Rapsberry PI imager

06

Mars

La mise en route d'un Raspberry Pi n'est pas toujours des plus simples pour celles et ceux qui débutent et n'ont pas encore une grande expérience avec le Single Board Computer de la fondation. C'est pour cette raison que depuis le lancement de la première framboise, Raspberry a multiplié les projets pour rendre l'expérience la plus accessible possible ; d'abord en ajoutant une interface graphique pour aider à la première mise en marche, mais aussi en commercialisant son kit desktop, un pack qui embarque tout le nécessaire pour bien débuter. Cependant, restait encore la difficulté inhérente à l'installation de l'OS sur la carte SD. Jusque-là, nous avions la possibilité de récupérer l'image disque désirée puis de la flasher sur notre carte SD. Le souci est principalement que l'opération est différente selon le système d'exploitation utilisé, en outre il est nécessaire d'aller chercher la dernière version à jour de l'image, ce qui peut compliquer la donne pour les novices. Si l'opération s'effectue relativement bien avec un outil multiplateforme tel que balenaEtcher, ou en utilisant une carte SD vendue avec le gestionnaire d'installation NOOBS, le Raspberry Pi Imager arrive pour rendre la tâche bien plus rapide et facile à exécuter. Raspberry Pi Imager nous permet de télécharger plusieurs systèmes d'exploitation, pour le moment au choix entre différentes versions de Raspbian et de LibreELEC. Bien sûr, il permet aussi de formater votre carte SD et de choisir un fichier .img sur votre ordinateur. Le point fort du Raspberry Pi Imager est sans doute qu'il propose une liste de systèmes dont vous êtes assuré qu'il s'agit des dernières versions en date. L'utilitaire récupère en effet un fichier .JSON à partir du site Web de la fondation lorsque vous le démarrez, fichier mis à jour dès qu'une nouvelle version d'un OS est publiée. De plus, la tâche est amplement simplifiée par rapport à NOOBS, notamment si vous devez déployer Raspbian (par exemple) sur plusieurs cartes SD. L'utilitaire met en effet en cache une copie de l'OS téléchargé, ce qui vous permet de le déployer sur plusieurs cartes sans avoir à le télécharger une nouvelle fois. Le Raspberry Pi Imager est disponible dès maintenant sur le site officiel de la fondation Raspberry Pi. Son objectif est, à terme, de remplacer complètement NOOBS qui, pour sa part, est encore disponible au téléchargement pour ceux qui le souhaitent.



Le Raspberry PI 4 baisse de prix

  Liste des news    Liste des new du mois  
Rapsberry PI 4 baisse de prix

28

Fevrier

À l’occasion des huit ans de la commercialisation de ses mini cartes mères, la fondation Raspberry Pi abaisse le prix de la version 2 Go à 35$. Soit le tarif de lancement du modèle 1B en 2012. C’est l’anniversaire du Raspberry Pi et la fondation anglaise en charge de son développement fait un cadeau à la communauté : une baisse de prix de la version 2 Go qui passe de 45 dollars à 35 dollars. Un tarif qui n’est pas innocent puisqu’il correspond au prix de lancement du modèle 1B annoncé en 2011, mais commercialisé en 2012, d’où les huit ans. Huit années qui ont permis à ce nano-ordinateur de voir exploser le rapport performances/prix. Selon la fondation, par rapport à la version 1B, la version 4B offrirait : x40 plus de puissance processeur (CPU), x8 plus de mémoire (le 1B avait 256 Mo au lancement), x10 plus de bande passante entrées/sorties (i/o), x4 plus de pixels gérés en sortie d’écran. Ces gains sont à prendre en compte sans oublier l’arrivée de la gestion de deux écrans et du Wi-Fi bi-bande. La fondation se plaît à souligner que si on tient compte de l’inflation, le Raspberry Pi 4B coûte en fait moins cher puisque les 35 dollars de 2012, qui seraient plutôt l'équivalent de 40 dollars de 2020. Avec les taxes (le tarif US s’entend toujours hors TVA) et la conversion en euros, le Raspberry Pi 4B en version 2 Go passe de 48,95 € à 38,5 € selon le tarif du distributeur officiel français Kubii. Vous n’avez vraiment plus d’excuses pour ne pas vous mettre au bidouillage informatique et de passer du côté framboise de la force !



Le Raspberry PI Zéro s'offre une autonomie à piles

  Liste des news    Liste des new du mois  
Extension a piles pour Rapsberry PI Zero

13

Fevrier

Notamment connue pour ses modules COM, la société américaine Gumstix a récemment étendu sa gamme de produits à destination des cartes Raspberry Pi. Après avoir lancé sa gamme Gumstix Pi Family avec des projets comme Chatterbox, un kit de développement pour Alexa Voice Service sur Raspberry Pi, Gumstix revient avec une extension (HAT) nouvelle et pertinente pour les makers. Le Gumstix Raspberry Pi Zero Battery Board permet en effet d'alimenter un Pi Zero sans qu'il soit nécessaire de le connecter au secteur ou à une batterie encombrante, faisant ainsi clairement gagner en compacité la plus minuscule des framboises. Cette extension possède bien d'autres avantages et une certaine polyvalence. Se connectant sur les broches GPIO du Pi Zero, elle n'embarque pas seulement un support permettant de placer deux piles AA mais aussi l'électronique nécessaire à leur recharge, ce qui indique qu'il est possible d'utiliser deux accumulateurs NiMH ou NiCd et de les recharger simplement grâce au port microUSB du Pi Zero. Outre ce module LTC4060 provenant de Linear Technology, cette extension embarque un capteur de mouvements (IMU) Bosch BMI160. Il s'agit ni plus ni moins d'un accéléromètre trois axes épaulé par un gyroscope, ce qui ouvre de multiples possibilités de projets. Le fort inconvénient de ce produit, c'est sans aucun doute son prix puisqu'il vient d'être lancé pour 50 $, soit dix fois plus cher que le Pi Zero sur lequel il vient reposer ! Gumstix indique toutefois que cette extension peut être adaptée pour d'autres cartes Raspberry Pi ; c'est là le point fort de la société qui propose son outil en ligne nommé Geppetto. Ce dernier permet de personnaliser un grand nombre de produits grâce à une interface drag and drop, un système de conception modulaire de produits électroniques particulièrement simple et accessible.



Le Rapsberry Pi pourrai suporté Vulkan !

  Liste des news    Liste des new du mois  
rapsberry PI Vulkan

04

Fevrier

La chose n'est pas encore faite, mais elle pourrait constituer une (petite) révolution pour les Raspberry Pi. La Raspberry Pi Foundation a annoncé ce vendredi qu'elle travaillait au développement de pilotes open-source exploitant l'API Vulkan, utilisée de manière cross-plateforme tant par AMD, qu'ARM, Intel ou encore NVIDIA. Au travers de cette annonce, la fondation ouvre la perspective de performances graphiques améliorées sur ses différents nano-ordinateurs. Si la fondation estime dans son communiqué que le recours à l'API Vulkan permettra de mieux « exploiter les GPUs modernes, tout en remédiant aux goulots d'étranglement compromettant les performances d'OpenGL et en fournissant aux développeurs graphiques de nouveaux moyens d'obtenir les meilleures performances du matériel », on ignore quand ces pilotes arriveront sur Raspberry Pi. En réalité, il faudrait s'attendre à patienter un bon moment avant de voir le projet se concrétiser. Igalia (groupe espagnol chargé du développement) ne travaille sur ce nouveau pilote que depuis quelques semaines, et nous avons encore une très longue feuille de route de développement devant nous avant de pouvoir mettre un véritable pilote entre les mains de nos utilisateurs », explique Eben Upton. « Ne retenez donc pas votre souffle, et attendez plutôt d'autres nouvelles de notre part et de celle d'Igalia à mesure qu'ils progressent dans leur développement », conclue-t-il.



Le Rapsberry Pi Nano !

  Liste des news    Liste des new du mois  
NanoPI R2S

29

Janvier

Un SBC muni d’un SoC Arm Cortex-A53 et d’un GPU Arm Mali-450 MP2. Le Raspberry Pi aura bientôt un nouveau concurrent, le NanoPi R2S. Il s’agit également d’un SBC (single-board computer) mais qui a l’avantage d’avoir deux ports Ethernet. De son côté, le Raspberry Pi 4 se contente en effet d’un port unique. Ce NanoPi R2S a des dimensions assez proches de celles d’un Raspberry Pi A+, avec 55,6 x 52 mm. Il embarque quatre cœurs Arm Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz et un GPU Arm Mali-450 MP2 à 500 MHz. Pour la RAM en revanche, il faut se contenter de 1 Go DDR4 tandis que le Raspberry Pi 4 prend en charge jusqu’à 4 Go. Pour l’instant le tarif de ce NanoPi R2S reste inconnu, mais il devrait être plutôt bon marché. À titre indicatif, son prédécesseur, le NanoPi R1S se négocie 20 $.


Un boitier Raspberry Transparent

Très actif sur le marché des Raspberry Pi, ou des solutions Arduino , la société Joy-It dispose d'ores et déjà de multiples accessoire s à son catalogue depuis les mini-claviers jusqu'aux écrans LCD miniatures en passant par des capteurs / senseurs de formes et tailles diverses. Via Kickstarter, la société s'est lancée dans la conception d'un boîtier à destination du Raspberry Pi 4 Model B. Un boîtier élégant que Joy-It estime capable de devenir le parfait compagnon « multimédia » et qu'il voit bien prendre place dans le salon, à côté de la télévision par exemple. Conçu en acrylique translucide, le « Multimedia Case » est assurémensans t original. Il dispose également d'aimants pour une stabilité parfaite et se monte utiliser la moindre vis. L'instal. lation et l'accès aux différents éléments du Raspberry Pi devraient donc être simplifiés En revanche, comme le souligne fort justement MiniMachines, ces choix sont un peu surprenants compte tenu de l'orientation du boîtier. Une structure en acrylique n'est pas le meilleur moyen de dissiper la chaleur et cela semble contraindre Joy-It à employer un ventilateur. Sachant que le boîtier doit trôner dans le salon, les nuisances sonores du ventilateur seront à surveiller. Autre élément de surprise, la structure en acrylique est là pour laisser passer la lumière des nombreuses LEDs du boîtier : des LEDs, dans un boîtier pour du home cinema ? Le Multimedia Case de Joy-It a toutefois bien des atouts. En effet, l'accès aux composant, GPIO notamment est très rapide et le boîtier se révèle très compact (113 x 100 x 38 mm). De plus, il est abordable : la campagne Kickstarter évoque 29 euros, plus 5 euros de frais de port.
15-10-2020


Recalbox V7 compatible avec les Raspberry Pi 4

Recalbox, le célèbre système d’exploitation dédié au rétrogaming est sortie vendredi 02 octobre 2020 sa nouvelle version “7.0 Reloaded” ! Un an de travail aura été nécessaire aux bénévoles du célèbre projet libre, gratuit et open source dédié au rétrogaming pour mettre au point cette nouvelle version, particulièrement riche en nouveautés. Voici un résumé des derniers changements majeurs… Grâce à sa simplicité et à l’accessibilité des nano-ordinateurs «Raspberry Pi», Recalbox rend l’émulation très accessible et peu coûteuse. Aujourd’hui, Recalbox est capable d’émuler + de 100 systèmes, de la console portable à la console de salon en passant par l’arcade et les ordinosaures, via une interface unique et ultra simplifiée, entièrement contrôlable à la manette. C’est simple : Recalbox est devenu une solution incontournable pour les mordus de rétrogaming ; aussi bien pour les collectionneurs que pour les amateurs qui n’ont pas la place ou les moyens d’acquérir du matériel d’origine, désormais rare, coûteux et une des nouveautés les plus attendue est bien sur la prise en charge complète du Raspberry particulièrement fragile. Petit + : Recalbox embarque aussi Kodi, le célèbre media player, pour une polyvalence sans égal ! L’Pi 4. Sortie il y a plus d’un an, la dernière carte de la fondation Raspberry va très vite s’imposer comme la nouvelle carte de référence dans le cœur des utilisateurs. Plus rapide, plus puissant, plus connecté, tout en restant dans un budget contenu… Sans révolutionner l’émulation, le Raspberry Pi 4 y apporte un confort d’utilisation non-négligeable ! Pour rappel, Recalbox préconise la version 2Go. Les versions 4 et 8Go, bien plus onéreuses, n’ont d’intérêt que dans une utilisation mixte retrogaming/bureautique.
12-10-2020


Un nouveau système souvre au monde Pi

Le Raspberry Pi prend une place de plus en plus importante dans le monde de l’informatique et le mini-ordinateur à 40 €(et beaucoup plus si affinités) est désormais pleinement pris en charge par la distribution GNU/Linux Fedora. La version spéciale dédiée à l’internet des objets « Fedora IoT » est en effet désormais une distribution officielle de Fedora, une division informatique de Red Hat/IBM. Cette prise en charge des Raspberry Pi par le mastodonte de l’informatique devrait permettre au petit ordinateur tout-en-un de continuer son développement dans le monde professionnel. Initialement dédié au milieu de l’éducation et aux hobbyistes, le potentiel toujours plus important du Raspberry Pi en fait une plate-forme de choix pour le prototypage, pour l’usage industriel, il faut évidemment des cartes plus renforcées. Si le Raspberry Pi avait déjà conquis le cœur des bidouilleurs, des hackers et autres retrogamers, voilà qu’il pourrait connaître un succès d’une toute autre ampleur.
05-10-2020


Half life et d'autre jeux sur Rapsberry PI 4 Video

Développé par Jose Carrejon, PiKISS est un outil regroupant des scripts créés spécialement pour l'ajout de fonctionnalités supplémentaires à Raspberry Pi OS et Twister OS. Pourquoi en parler aujourd'hui ? Parce que l'outil se montre aussi très intéressant pour le retro gaming. Comme le souligne Tom's Hardware, PiKISS comporte en effet une sélection de jeux rétro qu'il est possible d'installer de manière relativement aisée sur Raspberry Pi. Parmi eux, et depuis peu, un certain Half Life. Et autant le dire tout de suite, le titre iconique de Valve se plaît très bien sur Raspberry Pi 4. Testé sur les chaînes YouTube ETA PRIME et Leepsvideo, le jeu parvient à atteindre sans encombre le seuil des 70 fps, pour proposer une fluidité parfaite en Full HD, et ce même sur un Raspberry Pi 4 non modifié, comme le précise la chaîne ETA PRIME en description de sa vidéo dédiée (ci-dessous). Pour installer PiKISS, il ne faut pas plus de quelques minutes. La chose se fait pour l'essentiel au travers d'une simple ligne de code à entrer dans le terminal de l'OS choisi pour votre Raspberry Pi. Cette dernière téléchargera l'installateur et l'exécutera, toujours via le terminal. Une fois PiKISS installé, il sera disponible dans les Outils système. Pour accéder à Half Life, il faut pour le reste lancer PiKISS et se rendre dans le menu consacré aux jeux. Une fois Half Life sélectionné, vous pourrez choisir de le télécharger et de l'installer. Attention par contre : il ne s'agit pas de proposer le jeu gratuitement (et illégalement). Pour pouvoir installer Half Life grâce à PiKISS, vous devrez entrer une clé Steam ou utiliser une copie physique en votre possession. Une fois le jeu installé, il ne reste plus qu'à le lancer pour profiter d'une expérience proche de celle permise sur PC.


02-10-2020


Cooler Master lance un boîtier Raspberry PI

Le succès des nano-ordinateurs monocartes Raspberry Pi ne se dément pas. Forcément, de nombreuses entreprises se sont mis en tête de concurrencer la fondation, à l'instar de fabricants d'accessoires. Nous avons déjà eu l'occasion de voir des boîtiers de chez Argon ou Silverstone, voici aujourd'hui venir Cooler Master, un acteur bien connu des joueurs PC. L'entreprise a dessiné un premier modèle de boîtier en aluminium pour lequel elle a décidé d'emprunter une voie qu'elle n'a pas l'habitude de prendre : le financement Kickstarter. Une campagne devrait ainsi être lancée d'ici trois jours sur la plateforme et si Cooler Master évoque déjà un prix 25 % inférieur au tarif officiel, nous n'avons pas encore le chiffre exact. Nous savons en revanche que ce boîtier fera également office comme souvent de dissipateur (radiateur) pour le Raspberry Pi 4 auquel il se destine. Baptisé Pi Case 40, il disposera bien sûr de toutes les ouvertures nécessaires pour atteindre les différents connecteurs du Raspberry. Une trappe disposée sur le côté permettra d'accéder au GPIO, mais il ne sera pas possible de mettre en place un quelconque HAT. Enfin, notons que le Pi Case 40 disposera d'un bouton de mise sous tension / extinction du Raspberry.
03-07-2020


Le Raspberry PI4 passe à 8Go

Le Raspberry Pi 4 soufflera sa première bougie le mois prochain. Le petit appareil, déjà vendu à plus de 3 millions d’exemplaires a désormais un petit frère : un Raspberry Pi 4 de 8 Go vendu 75 $ (environ 84 € en France). Cette version vient compléter une offre jusqu’ici composée de modèles 1, 2 et 4 Go. Comme le précise Raspberry dans son communiqué, la puce BCM2711 utilisée pour Raspberry Pi 4 est capable de traiter jusqu’à 16 Go de SDRAM LPDDR4. Malheureusement, jusqu’à présent, il n’existait pas un module de 8 Go de LPDDR4 compatible avec le Raspberry Pi 4. L’entreprise s’est donc tournée vers son partenaire Micron pour en élaborer un. Ce Raspberry Pi 4 de 8 Go est similaire aux précédents, exception faite de quelques modifications au niveau du système d’alimentation. Plus gourmande, la version 8 Go a imposé le retrait du switcher présent à côté du port USB 2.0 au profit d’un autre, plus costaud, installé pour sa part à côté du port USB-C. Espérons que le plus grand appétit de cette variante 8 Go n’annulera pas les avancées obtenues en matière de réduction des problèmes de chauffe. Reste enfin une dernière restriction pour exploiter pleinement les 8 Go de RAM. De base, l’écosystème Raspberry est en 32 bits. Par conséquent, il n’autorise aucun processus à exploiter plus de 3 Go. La firme a donc lancé une version bêta de Raspberry Pi OS 64 bits depuis hier. Elle précise qu’il est également possible de s’orienter vers Ubuntu ou Gentoo. En résumé, il n’est pas pertinent de passer au modèle 8 Go pour ceux possédant déjà un Raspberry Pi 4 de 4 Go. En revanche, dans le cas d’un nouvel achat, les 20 $ supplémentaires permettent d’obtenir un produit plus pérenne.
29-05-2020


Le Raspberry PI4 Bootable en USB

Pour le moment disponible en version bêta, la mise à jour du firmware apporte l’USB Bootloader, une fonctionnalité qui permet désormais au Pi 4 d’être booté à partir d’un appareil de stockage USB tel qu’une clé USB ou un SSD. La fondation Raspberry Pi avait surpris son monde en juin 2019 avec le lancement de la quatrième itération de son nano-ordinateur. Comme décrit en détail dans notre test, celui-ci dispose en effet d’une fiche technique bien plus impressionnante que ses prédécesseurs, notamment avec son processeur Broadcom BCM2711, ses 4 Go de mémoire vive (dans sa version la plus puissante), ainsi que ses quatre ports USB (deux ports 2.0 et deux ports 3.0) et son port USB-C pour l’alimentation. Malgré tout, le système se limitait encore il y a peu à un démarrage uniquement autorisé via la carte microSD, l’appareil ne prenant pas en charge l’USB Bootloader. Accessible depuis la semaine dernière, la nouvelle mise à jour du firmware vient corriger cette absence avec une fonctionnalité, très attendue par la communauté, qui facilitera sans aucun doute le déploiement de projets sur la framboise. Éliminant le besoin d’avoir recours à une carte microSD, cette nouvelle mise à jour permet donc d’installer facilement un système d’exploitation grâce à une simple clé USB bootable, via les ports USB 2.0 et 3.0 du Pi 4. Apportant plus de flexibilité à l’usage, l’USB Bootloader va surtout permettre de mieux tirer profit du Pi 4. Si les performances du nano-ordinateur sont forcément moins significatives en démarrant via une clé USB classique, ce ne sera naturellement pas le cas en utilisant un SSD. Gardez toutefois à l’esprit qu’un disque SSD externe consomme bien plus d’énergie, il est donc certainement pertinent de lui prévoir une source d’alimentation afin qu’il fonctionne correctement avec le Pi 4.
25-05-2020


Si le Raspberry était musclé il s'appellerai PICO-WHU4

Reprenant le format Pico-ITX, le PICO-WHU4 ne dépasse pas les 100 mm x 72 mm, contre 85,6 mm x 56,5 mm pour le Raspberry Pi 4. Nous sommes donc sur un produit légèrement plus grand, mais ce gros centimètre d'écart est justifié par la fiche technique proposée. Adieu les puces ARM Quad Core Cortex A-72 du Pi 4, place à des processeurs Intel Core de génération Whiskey Lake, gravés en 14 nm et équipés de deux à quatre cœurs pour 15 watts de TDP (configurable entre 12,5 et 25 watts). Aaeon (filiale d'ASUS) laisse le choix au chaland entre quatre processeurs proposés en option sur le PICO-WHU4 : un Celeron 43054UE (2c/2t, 2,0 GHz), un Core i3 8145UE (2c/2t, 2,2/3,9 GHz), un Core i5 8365UE (4c/8t 1,6/4,1 GHz) ou un Core i7 8665UE (4c/8t, 1,7/4,7 GHz). Le processeur choisi pourra être couplé à un maximum de 16 Go de DDR4 2 400 MHz, contre 1, 2 ou 4 Go de LPDDR4-3200 sur le Raspberry Pi 4. Côté connectique, il faut ici compter sur un port SATA III (pour le stockage), un slot mSATA/mPCIe, un slot M.2 2230 et deux headers COM supportant les standards RS-232/422/485. On retrouve également sur la carte deux ports USB 3.2 Gen 2, deux ports USB 2.0, un header USB 2.0 et deux ports HDMI 1.4b, animés par les iGPU UHD Graphics 610 ou 620 des puces Intel proposées. De quoi permettre l'affichage en 4K.Pour ce Aaeon annonce que son PICO-WHU4 peut fonctionner dans des conditions climatiques difficiles, avec un maximum de 60 degrés ambiant pour 90 % d'humidité. Deux système de dissipation sont par ailleurs vendus séparément : un radiateur (pour 12 dollars) et un ventirad (25 dollars). Mieux équipé qu'un Raspberry Pi 4 et nettement plus performant, le PICO-WHU4 ne vise ni le même public, ni les mêmes usages. C'est donc sans surprise que le prix est lui aussi d'une toute autre nature, avec des tarifs s'étirant de 213 à 908 $/strong>, contre seulement 35 $ pour son concurrent indirect.
06-04-2020


Un logiciel Raspberry PI imager

La mise en route d'un Raspberry Pi n'est pas toujours des plus simples pour celles et ceux qui débutent et n'ont pas encore une grande expérience avec le Single Board Computer de la fondation. C'est pour cette raison que depuis le lancement de la première framboise, Raspberry a multiplié les projets pour rendre l'expérience la plus accessible possible ; d'abord en ajoutant une interface graphique pour aider à la première mise en marche, mais aussi en commercialisant son kit desktop, un pack qui embarque tout le nécessaire pour bien débuter. Cependant, restait encore la difficulté inhérente à l'installation de l'OS sur la carte SD. Jusque-là, nous avions la possibilité de récupérer l'image disque désirée puis de la flasher sur notre carte SD. Le souci est principalement que l'opération est différente selon le système d'exploitation utilisé, en outre il est nécessaire d'aller chercher la dernière version à jour de l'image, ce qui peut compliquer la donne pour les novices. Si l'opération s'effectue relativement bien avec un outil multiplateforme tel que balenaEtcher, ou en utilisant une carte SD vendue avec le gestionnaire d'installation NOOBS, le Raspberry Pi Imager arrive pour rendre la tâche bien plus rapide et facile à exécuter. Raspberry Pi Imager nous permet de télécharger plusieurs systèmes d'exploitation, pour le moment au choix entre différentes versions de Raspbian et de LibreELEC. Bien sûr, il permet aussi de formater votre carte SD et de choisir un fichier .img sur votre ordinateur. Le point fort du Raspberry Pi Imager est sans doute qu'il propose une liste de systèmes dont vous êtes assuré qu'il s'agit des dernières versions en date. L'utilitaire récupère en effet un fichier .JSON à partir du site Web de la fondation lorsque vous le démarrez, fichier mis à jour dès qu'une nouvelle version d'un OS est publiée. De plus, la tâche est amplement simplifiée par rapport à NOOBS, notamment si vous devez déployer Raspbian (par exemple) sur plusieurs cartes SD. L'utilitaire met en effet en cache une copie de l'OS téléchargé, ce qui vous permet de le déployer sur plusieurs cartes sans avoir à le télécharger une nouvelle fois. Le Raspberry Pi Imager est disponible dès maintenant sur le site officiel de la fondation Raspberry Pi. Son objectif est, à terme, de remplacer complètement NOOBS qui, pour sa part, est encore disponible au téléchargement pour ceux qui le souhaitent.
06-03-2020


Le Raspberry PI 4 baisse de prix

À l’occasion des huit ans de la commercialisation de ses mini cartes mères, la fondation Raspberry Pi abaisse le prix de la version 2 Go à 35$. Soit le tarif de lancement du modèle 1B en 2012. C’est l’anniversaire du Raspberry Pi et la fondation anglaise en charge de son développement fait un cadeau à la communauté : une baisse de prix de la version 2 Go qui passe de 45 dollars à 35 dollars. Un tarif qui n’est pas innocent puisqu’il correspond au prix de lancement du modèle 1B annoncé en 2011, mais commercialisé en 2012, d’où les huit ans. Huit années qui ont permis à ce nano-ordinateur de voir exploser le rapport performances/prix. Selon la fondation, par rapport à la version 1B, la version 4B offrirait : x40 plus de puissance processeur (CPU), x8 plus de mémoire (le 1B avait 256 Mo au lancement), x10 plus de bande passante entrées/sorties (i/o), x4 plus de pixels gérés en sortie d’écran. Ces gains sont à prendre en compte sans oublier l’arrivée de la gestion de deux écrans et du Wi-Fi bi-bande. La fondation se plaît à souligner que si on tient compte de l’inflation, le Raspberry Pi 4B coûte en fait moins cher puisque les 35 dollars de 2012, qui seraient plutôt l'équivalent de 40 dollars de 2020. Avec les taxes (le tarif US s’entend toujours hors TVA) et la conversion en euros, le Raspberry Pi 4B en version 2 Go passe de 48,95 € à 38,5 € selon le tarif du distributeur officiel français Kubii. Vous n’avez vraiment plus d’excuses pour ne pas vous mettre au bidouillage informatique et de passer du côté framboise de la force !
28-02-2020


Le Raspberry PI Zéro s'offre une autonomie à piles

Notamment connue pour ses modules COM, la société américaine Gumstix a récemment étendu sa gamme de produits à destination des cartes Raspberry Pi. Après avoir lancé sa gamme Gumstix Pi Family avec des projets comme Chatterbox, un kit de développement pour Alexa Voice Service sur Raspberry Pi, Gumstix revient avec une extension (HAT) nouvelle et pertinente pour les makers. Le Gumstix Raspberry Pi Zero Battery Board permet en effet d'alimenter un Pi Zero sans qu'il soit nécessaire de le connecter au secteur ou à une batterie encombrante, faisant ainsi clairement gagner en compacité la plus minuscule des framboises. Cette extension possède bien d'autres avantages et une certaine polyvalence. Se connectant sur les broches GPIO du Pi Zero, elle n'embarque pas seulement un support permettant de placer deux piles AA mais aussi l'électronique nécessaire à leur recharge, ce qui indique qu'il est possible d'utiliser deux accumulateurs NiMH ou NiCd et de les recharger simplement grâce au port microUSB du Pi Zero. Outre ce module LTC4060 provenant de Linear Technology, cette extension embarque un capteur de mouvements (IMU) Bosch BMI160. Il s'agit ni plus ni moins d'un accéléromètre trois axes épaulé par un gyroscope, ce qui ouvre de multiples possibilités de projets. Le fort inconvénient de ce produit, c'est sans aucun doute son prix puisqu'il vient d'être lancé pour 50 $, soit dix fois plus cher que le Pi Zero sur lequel il vient reposer ! Gumstix indique toutefois que cette extension peut être adaptée pour d'autres cartes Raspberry Pi ; c'est là le point fort de la société qui propose son outil en ligne nommé Geppetto. Ce dernier permet de personnaliser un grand nombre de produits grâce à une interface drag and drop, un système de conception modulaire de produits électroniques particulièrement simple et accessible.
13-02-2020


Le Rapsberry Pi pourrai suporté Vulkan !

La chose n'est pas encore faite, mais elle pourrait constituer une (petite) révolution pour les Raspberry Pi. La Raspberry Pi Foundation a annoncé ce vendredi qu'elle travaillait au développement de pilotes open-source exploitant l'API Vulkan, utilisée de manière cross-plateforme tant par AMD, qu'ARM, Intel ou encore NVIDIA. Au travers de cette annonce, la fondation ouvre la perspective de performances graphiques améliorées sur ses différents nano-ordinateurs. Si la fondation estime dans son communiqué que le recours à l'API Vulkan permettra de mieux « exploiter les GPUs modernes, tout en remédiant aux goulots d'étranglement compromettant les performances d'OpenGL et en fournissant aux développeurs graphiques de nouveaux moyens d'obtenir les meilleures performances du matériel », on ignore quand ces pilotes arriveront sur Raspberry Pi. En réalité, il faudrait s'attendre à patienter un bon moment avant de voir le projet se concrétiser. Igalia (groupe espagnol chargé du développement) ne travaille sur ce nouveau pilote que depuis quelques semaines, et nous avons encore une très longue feuille de route de développement devant nous avant de pouvoir mettre un véritable pilote entre les mains de nos utilisateurs », explique Eben Upton. « Ne retenez donc pas votre souffle, et attendez plutôt d'autres nouvelles de notre part et de celle d'Igalia à mesure qu'ils progressent dans leur développement », conclue-t-il.
04-02-2020


Le Rapsberry Pi Nano !

Un SBC muni d’un SoC Arm Cortex-A53 et d’un GPU Arm Mali-450 MP2. Le Raspberry Pi aura bientôt un nouveau concurrent, le NanoPi R2S. Il s’agit également d’un SBC (single-board computer) mais qui a l’avantage d’avoir deux ports Ethernet. De son côté, le Raspberry Pi 4 se contente en effet d’un port unique. Ce NanoPi R2S a des dimensions assez proches de celles d’un Raspberry Pi A+, avec 55,6 x 52 mm. Il embarque quatre cœurs Arm Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz et un GPU Arm Mali-450 MP2 à 500 MHz. Pour la RAM en revanche, il faut se contenter de 1 Go DDR4 tandis que le Raspberry Pi 4 prend en charge jusqu’à 4 Go. Pour l’instant le tarif de ce NanoPi R2S reste inconnu, mais il devrait être plutôt bon marché. À titre indicatif, son prédécesseur, le NanoPi R1S se négocie 20 $.


29-01-2020