Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

Accueil 
Le site 
Partenaires 
Sponsors 
Qui nous sommes 
Contact 

Actu / News  
Le Bloc notes 

Liste des news Liste 
Liste des new du mois Articles 
Le mur 


L'actualité
PHOTOS


Nouveau APN Sony de 61 Méga pixels Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Sony Alpha A7R Mark IV

17

Juillet

Offrant 50% de pixels en plus par rapport à la génération précédente, le Sony Alpha A7R Mark IV est équipé d'un capteur 61 Mpix qui peut capturer des images de 240 Mpix en mode multishot. On attendait un « S », c’est finalement un « R » : Sony annonce aujourd’hui un nouvel hybride à capteur plein format, l’Alpha A7R Mark IV. Alors que le Sony Alpha A7S Mark II commence à accuser son âge (fin 2015), Sony décide de prolonger sa vie et de raccourcir un peu celle de l’A7R Mark III lancé fin 2017. Sans doute le besoin de reprendre le leadership dans la course à la définition : alors que son capteur de 42 Mpix (A7R Mark II, A7R Mark III) est longtemps resté intouchable chez les hybrides, les lancements des Nikon Z7 (45 Mpix) et Panasonic S1R (47 Mpix) ont sans doute touché l’égo des ingénieurs de Sony. Qui répliquent avec un capteur monstrueux de pas moins de 61 mégapixels. Oui, vous avez bien lu : une définition supérieure à celle d’appareils à capteur grand format comme les Fujifilm GFX 50s et GFX 50R ! Sony ne veut rien de moins que bousculer le marché du moyen-format et enterrer la compétition en matière de pixels. Je ne vais pas rentrer dans le détail technologique sachant que la liste est longue sans parler de son viseur OLED. Le Sony Alpha A7R Mark IV sera disponible dès le moins d'août en Europe à 4000 € boîtier nu. Son grip VG-C4EM non compatible avec les modèles précédents sera lancé à 450 €.






Sigma dévoile un petit boitier polyvalent

  Liste des news    Liste des new du mois  
Sigma FP

12

Juillet

Sigma dévoile par surprise un compact fort surprenant. Avec son poids plume de seulement 370 grammes et sa taille réduite (112,6 x 69,9 x 45,3 mm), le Sigma FP est pourtant un full frame, et peut donc accueillir des optiques 24 x 36 en monture Leica L, mais aussi des optiques Canon EF grâce à la bague d’adaptation MC-21. Non content de proposer du plein format sur un boitier aussi petit, Sigma dote également sa bête de capacités bienvenues. Ainsi, l’appareil est équipé d’un capteur Cmos BSI de 24 Mpx, avec une plage de sensibilité s’étendant jusqu’à 25 600 Iso, pouvant être allongé jusqu’à 102 400 Iso. La bête est capable d’enregistrer des Raw en 12 ou 14 bit, et filmer en 4K UHD 24 i/s en 12 bits avec un enregistreur externe. L’autofocus se fera par détection de contraste, et l’obturateur électronique va jusqu’à 1/8000s. Pour finir, l’appareil est doté d’un mode Auto HDR ainsi que d’un time-lapse, et il sera possible d’accéder aux différents profils colorimétriques grâce à deux touches, Tone et Color, placés sous l’écran. Ce dernier est par ailleurs équipé d’un écran LCD de 3,15 pouces tactile et non inclinable. On retrouve également plusieurs accessoires dédiés, comme un viseur électronique censé venir se coller à l’écran, un grip, ou encore une griffe porte-flash. Enfin, côté connectique, on retrouve un port USB 3.1, une sortie HDMI type D, ainsi qu’un port pour carte SD compatible UHS-II. Malgré tout, pour proposer de telles spécifications dans un format réduit, Sigma a dû faire quelques compromis. La marque a choisi de se passer de viseur optique sur ce Sigma FP, et, autre point noir, aucune stabilisation du capteur n’est proposée. Il faudra se contenter de la stabilisation offerte par les optiques, ou utiliser un stabilisateur externe. Le prix de la bête n’a pas encore été communiqué. Mais on se doute déjà que ça pourrait monter haut, très haut.




Une révolution, des capteurs photos incurvés

  Liste des news    Liste des new du mois  
capteur incurve

11

Juillet

Les capteurs photo incurvés sont-ils l’avenir de la photographie ? C’est en tout cas l’une des directions empruntées par les constructeurs pour améliorer drastiquement la qualité de vos clichés. Sony a ainsi breveté un capteur moyen format incurvé en 2017, quand Nikon brevetait le premier capteur plein format incurvé. Si un boitier équipé de ce type de capteur n’a jamais effleuré les étals, cela ne saurait tarder, et l’innovation pourrait bien ringardiser tous nos vieux boitiers. Les capteurs contenus dans nos appareils photo (mais aussi nos smartphones) sont tous plats et carrés, quand l’objectif est rond et parfois même légèrement bombé. Et forcément, lorsque la lumière entre dans un rond et est projetée sur un capteur carré, elle ne le fait pas de manière homogène, ce qui diminue la netteté globale du cliché. Ce problème physique, les constructeurs le connaissent, et multiplient les lentilles à l’intérieur des objectifs afin de corriger au mieux la trajectoire de la lumière, pour qu’elle viennent percuter l’ensemble du capteur. Pour autant, cela reste une béquille, puisque la multiplication des lamelles rallonge également le chemin qu’à la lumière à parcourir, et forcément, une partie de celle-ci se perd en route. Voilà pourquoi les capteurs photo incurvés sont clairement l’avenir, pour la simple et bonne raison qu’ils engloberont naturellement la lumière provenant de l’objectif. Résultat, l’image sera davantage fidèle à la réalité, en plus de permettre au boîtier équipé d’être bien plus efficace en condition de faible luminosité, c'est d'ailleurs pour ça que les yeux de tous les être vivant sont arrondies (bombés). En ce qui concerne l’optique, là aussi, le capteur incurvé pourrait venir changer la donne. Toutes les lentilles contenues dans un objectif, la plupart du temps destinées à réorienter la lumière vers le capteur, ne seront plus forcément nécessaires. Cela devrait, en outre, permettre de réduire le coût des objectifs. Les boitiers équipés d’un capteur incurvé devraient, quant à eux, se révéler bien plus onéreux lorsqu’ils arriveront enfin.




Fujifilm GFX 100 un appareil 100Mpx

  Liste des news    Liste des new du mois  
c

24

Mai

Non seulement le Fujifilm GFX 100 produit des images de 100 mégapixels, mais en plus il intègre un capteur stabilisé sur 5 axes et la détection de phase pour accélérer l’autofocus. Le tout à un prix certes élevé, mais pourtant trois fois inférieur à la compétition. Fujifilm aurait pu se contenter d’embarquer 100 millions de pixels dans son nouveau GFX 100, son nouvel appareil moyen format officiellement lancé aujourd’hui. Annoncé en septembre dernier à la Photokina de Cologne, le GFX 100 marquait déjà l’histoire avec sa promesse d’offrir un capteur moyen format de 100 Mpix stabilisé pour seulement 11 000 €. Oui « seulement » 11 000 euros (10 999 dans les faits). A titre de comparaison, un Hasselblad H6D-100c à la définition équivalente (mais au capteur un poil plus grand encore) coûte 34 680 €! En plus de ce prix « canon », Fujifilm veut marquer le coup en allant plus loin et a soigné son produit jusque dans les moindres recoins. Couplés au processeur capable de maintenir la mise au point sur les visages ou les yeux (Eye-AF), ces 3,76 millions de pixels responsables de la détection de phase pourraient faire du GFX 100 le meilleur des moyen-formats pour les shoots portraits. Jusque-là, la vitesse et la précision de la mise au point étant parfois un défi lorsque l’on shootait avec des appareils moyen-formats très lent pour la mise au point (sans même parler d’un quelconque suivi du sujet !). Le viseur électronique orientable du GFX 100 profite d’une bien meilleure dalle qui affiche 5,76 Mpix. Sans doute le même type de dalle que l’on retrouve dans les Panasonic S1/R. L’écran arrière est lui similaire à son prédécesseur, une dalle de 2,36 Mpix montée sur une rotule orientable en mode portrait comme paysage. le viseur électronique orientable du GFX 100 profite d’une bien meilleure dalle qui affiche 5,76 Mpix. Sans doute le même type de dalle que l’on retrouve dans les Panasonic S1/R. L’écran arrière est lui similaire à son prédécesseur, une dalle de 2,36 Mpix montée sur une rotule orientable en mode portrait comme paysage. Le GFX 100 est dans les traces du X-T3 et shoote en 4K30p. Pas n’importe quelle 4K mais de la vraie 4K DCI (cinéma) 4096 x 2160 pixels à 400 Mbit/s en h.264 ou h.265. Le GFX 100 sera disponible à la fin du mois de juin au tarif de 10 999 €.






Un nouveau Sony a6400 Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
App Photo Sony A6400 Mini Reflex Objectif E.jpeg

16

Janvier

Sony propose une solution nettement plus accessible avec le nouveau Sony a6400. Le Sony a6400 est équipé d’un capteur APS-C de 24,2 Mpx avec une sensibilité allant jusqu’à 32000 ISO en vidéo et 102400 ISO en photo. Et comme on est en 2019, son écran de 3 pouces est inclinable à 180° et tactile, ce qui devrait faire plaisir à ceux qui veulent se prendre en selfie ou vloguer sur YouTube. Le Sony a6400 proposer également un viseur XGA OLED Tru-Finder. A côté, Sony annonce que le a6400 emprunte le processeur (le BIONZ X) et l’autofocus du a9. En gros, l’autofocus du a6400 se vante d’avoir la mise au point la plus rapide du monde (ce n’est pas dur, c’est vrai, puisqu’ils sont excellents dans ce domaine) mais propose aussi un autofocus avec suivi de l’œil en temps réel mais aussi un suivi plus général en temps réel (reconnaissance d’objets basée sur de l’intelligence artificielle). L’autofocus est composé de 425 points AF à détection de phase et 425 points AF à détection de contraste, couvrant environ 84% de la surface de l’image. On notera aussi que dès qu’une personne ou un animal est photographié, l’intelligence artificielle embarquée est capable de reconnaître la position du visage et des yeux. Côté vitesse, on parle d’une vitesse en rafale jusqu’à 11fps et 8fps en mode silencieux avec l’obturateur électronique et suivi AF/AE continu. Si on retrouve bien évidemment l’enregistrement de vidéos jusqu’en 4K avec lecture complète des pixels, on salue l’arrivée d’un profil d’image HLG (Hybrid Log-Gamma) ainsi que les profils S-Log2 et S-Log3. On notera également le retour du mode time-lapse et que la monture est bien évidemment une monture E.










Nouveau APN Sony de 61 Méga pixels Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Sony Alpha A7R Mark IV

17

Juillet

Offrant 50% de pixels en plus par rapport à la génération précédente, le Sony Alpha A7R Mark IV est équipé d'un capteur 61 Mpix qui peut capturer des images de 240 Mpix en mode multishot. On attendait un « S », c’est finalement un « R » : Sony annonce aujourd’hui un nouvel hybride à capteur plein format, l’Alpha A7R Mark IV. Alors que le Sony Alpha A7S Mark II commence à accuser son âge (fin 2015), Sony décide de prolonger sa vie et de raccourcir un peu celle de l’A7R Mark III lancé fin 2017. Sans doute le besoin de reprendre le leadership dans la course à la définition : alors que son capteur de 42 Mpix (A7R Mark II, A7R Mark III) est longtemps resté intouchable chez les hybrides, les lancements des Nikon Z7 (45 Mpix) et Panasonic S1R (47 Mpix) ont sans doute touché l’égo des ingénieurs de Sony. Qui répliquent avec un capteur monstrueux de pas moins de 61 mégapixels. Oui, vous avez bien lu : une définition supérieure à celle d’appareils à capteur grand format comme les Fujifilm GFX 50s et GFX 50R ! Sony ne veut rien de moins que bousculer le marché du moyen-format et enterrer la compétition en matière de pixels. Je ne vais pas rentrer dans le détail technologique sachant que la liste est longue sans parler de son viseur OLED. Le Sony Alpha A7R Mark IV sera disponible dès le moins d'août en Europe à 4000 € boîtier nu. Son grip VG-C4EM non compatible avec les modèles précédents sera lancé à 450 €.






Sigma dévoile un petit boitier polyvalent

  Liste des news    Liste des new du mois  
Sigma FP

12

Juillet

Sigma dévoile par surprise un compact fort surprenant. Avec son poids plume de seulement 370 grammes et sa taille réduite (112,6 x 69,9 x 45,3 mm), le Sigma FP est pourtant un full frame, et peut donc accueillir des optiques 24 x 36 en monture Leica L, mais aussi des optiques Canon EF grâce à la bague d’adaptation MC-21. Non content de proposer du plein format sur un boitier aussi petit, Sigma dote également sa bête de capacités bienvenues. Ainsi, l’appareil est équipé d’un capteur Cmos BSI de 24 Mpx, avec une plage de sensibilité s’étendant jusqu’à 25 600 Iso, pouvant être allongé jusqu’à 102 400 Iso. La bête est capable d’enregistrer des Raw en 12 ou 14 bit, et filmer en 4K UHD 24 i/s en 12 bits avec un enregistreur externe. L’autofocus se fera par détection de contraste, et l’obturateur électronique va jusqu’à 1/8000s. Pour finir, l’appareil est doté d’un mode Auto HDR ainsi que d’un time-lapse, et il sera possible d’accéder aux différents profils colorimétriques grâce à deux touches, Tone et Color, placés sous l’écran. Ce dernier est par ailleurs équipé d’un écran LCD de 3,15 pouces tactile et non inclinable. On retrouve également plusieurs accessoires dédiés, comme un viseur électronique censé venir se coller à l’écran, un grip, ou encore une griffe porte-flash. Enfin, côté connectique, on retrouve un port USB 3.1, une sortie HDMI type D, ainsi qu’un port pour carte SD compatible UHS-II. Malgré tout, pour proposer de telles spécifications dans un format réduit, Sigma a dû faire quelques compromis. La marque a choisi de se passer de viseur optique sur ce Sigma FP, et, autre point noir, aucune stabilisation du capteur n’est proposée. Il faudra se contenter de la stabilisation offerte par les optiques, ou utiliser un stabilisateur externe. Le prix de la bête n’a pas encore été communiqué. Mais on se doute déjà que ça pourrait monter haut, très haut.




Une révolution, des capteurs photos incurvés

  Liste des news    Liste des new du mois  
capteur incurve

11

Juillet

Les capteurs photo incurvés sont-ils l’avenir de la photographie ? C’est en tout cas l’une des directions empruntées par les constructeurs pour améliorer drastiquement la qualité de vos clichés. Sony a ainsi breveté un capteur moyen format incurvé en 2017, quand Nikon brevetait le premier capteur plein format incurvé. Si un boitier équipé de ce type de capteur n’a jamais effleuré les étals, cela ne saurait tarder, et l’innovation pourrait bien ringardiser tous nos vieux boitiers. Les capteurs contenus dans nos appareils photo (mais aussi nos smartphones) sont tous plats et carrés, quand l’objectif est rond et parfois même légèrement bombé. Et forcément, lorsque la lumière entre dans un rond et est projetée sur un capteur carré, elle ne le fait pas de manière homogène, ce qui diminue la netteté globale du cliché. Ce problème physique, les constructeurs le connaissent, et multiplient les lentilles à l’intérieur des objectifs afin de corriger au mieux la trajectoire de la lumière, pour qu’elle viennent percuter l’ensemble du capteur. Pour autant, cela reste une béquille, puisque la multiplication des lamelles rallonge également le chemin qu’à la lumière à parcourir, et forcément, une partie de celle-ci se perd en route. Voilà pourquoi les capteurs photo incurvés sont clairement l’avenir, pour la simple et bonne raison qu’ils engloberont naturellement la lumière provenant de l’objectif. Résultat, l’image sera davantage fidèle à la réalité, en plus de permettre au boîtier équipé d’être bien plus efficace en condition de faible luminosité, c'est d'ailleurs pour ça que les yeux de tous les être vivant sont arrondies (bombés). En ce qui concerne l’optique, là aussi, le capteur incurvé pourrait venir changer la donne. Toutes les lentilles contenues dans un objectif, la plupart du temps destinées à réorienter la lumière vers le capteur, ne seront plus forcément nécessaires. Cela devrait, en outre, permettre de réduire le coût des objectifs. Les boitiers équipés d’un capteur incurvé devraient, quant à eux, se révéler bien plus onéreux lorsqu’ils arriveront enfin.




Fujifilm GFX 100 un appareil 100Mpx

  Liste des news    Liste des new du mois  
c

24

Mai

Non seulement le Fujifilm GFX 100 produit des images de 100 mégapixels, mais en plus il intègre un capteur stabilisé sur 5 axes et la détection de phase pour accélérer l’autofocus. Le tout à un prix certes élevé, mais pourtant trois fois inférieur à la compétition. Fujifilm aurait pu se contenter d’embarquer 100 millions de pixels dans son nouveau GFX 100, son nouvel appareil moyen format officiellement lancé aujourd’hui. Annoncé en septembre dernier à la Photokina de Cologne, le GFX 100 marquait déjà l’histoire avec sa promesse d’offrir un capteur moyen format de 100 Mpix stabilisé pour seulement 11 000 €. Oui « seulement » 11 000 euros (10 999 dans les faits). A titre de comparaison, un Hasselblad H6D-100c à la définition équivalente (mais au capteur un poil plus grand encore) coûte 34 680 €! En plus de ce prix « canon », Fujifilm veut marquer le coup en allant plus loin et a soigné son produit jusque dans les moindres recoins. Couplés au processeur capable de maintenir la mise au point sur les visages ou les yeux (Eye-AF), ces 3,76 millions de pixels responsables de la détection de phase pourraient faire du GFX 100 le meilleur des moyen-formats pour les shoots portraits. Jusque-là, la vitesse et la précision de la mise au point étant parfois un défi lorsque l’on shootait avec des appareils moyen-formats très lent pour la mise au point (sans même parler d’un quelconque suivi du sujet !). Le viseur électronique orientable du GFX 100 profite d’une bien meilleure dalle qui affiche 5,76 Mpix. Sans doute le même type de dalle que l’on retrouve dans les Panasonic S1/R. L’écran arrière est lui similaire à son prédécesseur, une dalle de 2,36 Mpix montée sur une rotule orientable en mode portrait comme paysage. le viseur électronique orientable du GFX 100 profite d’une bien meilleure dalle qui affiche 5,76 Mpix. Sans doute le même type de dalle que l’on retrouve dans les Panasonic S1/R. L’écran arrière est lui similaire à son prédécesseur, une dalle de 2,36 Mpix montée sur une rotule orientable en mode portrait comme paysage. Le GFX 100 est dans les traces du X-T3 et shoote en 4K30p. Pas n’importe quelle 4K mais de la vraie 4K DCI (cinéma) 4096 x 2160 pixels à 400 Mbit/s en h.264 ou h.265. Le GFX 100 sera disponible à la fin du mois de juin au tarif de 10 999 €.






Un nouveau Sony a6400 Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
App Photo Sony A6400 Mini Reflex Objectif E.jpeg

16

Janvier

Sony propose une solution nettement plus accessible avec le nouveau Sony a6400. Le Sony a6400 est équipé d’un capteur APS-C de 24,2 Mpx avec une sensibilité allant jusqu’à 32000 ISO en vidéo et 102400 ISO en photo. Et comme on est en 2019, son écran de 3 pouces est inclinable à 180° et tactile, ce qui devrait faire plaisir à ceux qui veulent se prendre en selfie ou vloguer sur YouTube. Le Sony a6400 proposer également un viseur XGA OLED Tru-Finder. A côté, Sony annonce que le a6400 emprunte le processeur (le BIONZ X) et l’autofocus du a9. En gros, l’autofocus du a6400 se vante d’avoir la mise au point la plus rapide du monde (ce n’est pas dur, c’est vrai, puisqu’ils sont excellents dans ce domaine) mais propose aussi un autofocus avec suivi de l’œil en temps réel mais aussi un suivi plus général en temps réel (reconnaissance d’objets basée sur de l’intelligence artificielle). L’autofocus est composé de 425 points AF à détection de phase et 425 points AF à détection de contraste, couvrant environ 84% de la surface de l’image. On notera aussi que dès qu’une personne ou un animal est photographié, l’intelligence artificielle embarquée est capable de reconnaître la position du visage et des yeux. Côté vitesse, on parle d’une vitesse en rafale jusqu’à 11fps et 8fps en mode silencieux avec l’obturateur électronique et suivi AF/AE continu. Si on retrouve bien évidemment l’enregistrement de vidéos jusqu’en 4K avec lecture complète des pixels, on salue l’arrivée d’un profil d’image HLG (Hybrid Log-Gamma) ainsi que les profils S-Log2 et S-Log3. On notera également le retour du mode time-lapse et que la monture est bien évidemment une monture E.









Nouveau APN Sony de 61 Méga pixels Video

Offrant 50% de pixels en plus par rapport à la génération précédente, le Sony Alpha A7R Mark IV est équipé d'un capteur 61 Mpix qui peut capturer des images de 240 Mpix en mode multishot. On attendait un « S », c’est finalement un « R » : Sony annonce aujourd’hui un nouvel hybride à capteur plein format, l’Alpha A7R Mark IV. Alors que le Sony Alpha A7S Mark II commence à accuser son âge (fin 2015), Sony décide de prolonger sa vie et de raccourcir un peu celle de l’A7R Mark III lancé fin 2017. Sans doute le besoin de reprendre le leadership dans la course à la définition : alors que son capteur de 42 Mpix (A7R Mark II, A7R Mark III) est longtemps resté intouchable chez les hybrides, les lancements des Nikon Z7 (45 Mpix) et Panasonic S1R (47 Mpix) ont sans doute touché l’égo des ingénieurs de Sony. Qui répliquent avec un capteur monstrueux de pas moins de 61 mégapixels. Oui, vous avez bien lu : une définition supérieure à celle d’appareils à capteur grand format comme les Fujifilm GFX 50s et GFX 50R ! Sony ne veut rien de moins que bousculer le marché du moyen-format et enterrer la compétition en matière de pixels. Je ne vais pas rentrer dans le détail technologique sachant que la liste est longue sans parler de son viseur OLED. Le Sony Alpha A7R Mark IV sera disponible dès le moins d'août en Europe à 4000 € boîtier nu. Son grip VG-C4EM non compatible avec les modèles précédents sera lancé à 450 €.




17-07-2019


Sigma dévoile un petit boitier polyvalent

Sigma dévoile par surprise un compact fort surprenant. Avec son poids plume de seulement 370 grammes et sa taille réduite (112,6 x 69,9 x 45,3 mm), le Sigma FP est pourtant un full frame, et peut donc accueillir des optiques 24 x 36 en monture Leica L, mais aussi des optiques Canon EF grâce à la bague d’adaptation MC-21. Non content de proposer du plein format sur un boitier aussi petit, Sigma dote également sa bête de capacités bienvenues. Ainsi, l’appareil est équipé d’un capteur Cmos BSI de 24 Mpx, avec une plage de sensibilité s’étendant jusqu’à 25 600 Iso, pouvant être allongé jusqu’à 102 400 Iso. La bête est capable d’enregistrer des Raw en 12 ou 14 bit, et filmer en 4K UHD 24 i/s en 12 bits avec un enregistreur externe. L’autofocus se fera par détection de contraste, et l’obturateur électronique va jusqu’à 1/8000s. Pour finir, l’appareil est doté d’un mode Auto HDR ainsi que d’un time-lapse, et il sera possible d’accéder aux différents profils colorimétriques grâce à deux touches, Tone et Color, placés sous l’écran. Ce dernier est par ailleurs équipé d’un écran LCD de 3,15 pouces tactile et non inclinable. On retrouve également plusieurs accessoires dédiés, comme un viseur électronique censé venir se coller à l’écran, un grip, ou encore une griffe porte-flash. Enfin, côté connectique, on retrouve un port USB 3.1, une sortie HDMI type D, ainsi qu’un port pour carte SD compatible UHS-II. Malgré tout, pour proposer de telles spécifications dans un format réduit, Sigma a dû faire quelques compromis. La marque a choisi de se passer de viseur optique sur ce Sigma FP, et, autre point noir, aucune stabilisation du capteur n’est proposée. Il faudra se contenter de la stabilisation offerte par les optiques, ou utiliser un stabilisateur externe. Le prix de la bête n’a pas encore été communiqué. Mais on se doute déjà que ça pourrait monter haut, très haut.


12-07-2019


Une révolution, des capteurs photos incurvés

Les capteurs photo incurvés sont-ils l’avenir de la photographie ? C’est en tout cas l’une des directions empruntées par les constructeurs pour améliorer drastiquement la qualité de vos clichés. Sony a ainsi breveté un capteur moyen format incurvé en 2017, quand Nikon brevetait le premier capteur plein format incurvé. Si un boitier équipé de ce type de capteur n’a jamais effleuré les étals, cela ne saurait tarder, et l’innovation pourrait bien ringardiser tous nos vieux boitiers. Les capteurs contenus dans nos appareils photo (mais aussi nos smartphones) sont tous plats et carrés, quand l’objectif est rond et parfois même légèrement bombé. Et forcément, lorsque la lumière entre dans un rond et est projetée sur un capteur carré, elle ne le fait pas de manière homogène, ce qui diminue la netteté globale du cliché. Ce problème physique, les constructeurs le connaissent, et multiplient les lentilles à l’intérieur des objectifs afin de corriger au mieux la trajectoire de la lumière, pour qu’elle viennent percuter l’ensemble du capteur. Pour autant, cela reste une béquille, puisque la multiplication des lamelles rallonge également le chemin qu’à la lumière à parcourir, et forcément, une partie de celle-ci se perd en route. Voilà pourquoi les capteurs photo incurvés sont clairement l’avenir, pour la simple et bonne raison qu’ils engloberont naturellement la lumière provenant de l’objectif. Résultat, l’image sera davantage fidèle à la réalité, en plus de permettre au boîtier équipé d’être bien plus efficace en condition de faible luminosité, c'est d'ailleurs pour ça que les yeux de tous les être vivant sont arrondies (bombés). En ce qui concerne l’optique, là aussi, le capteur incurvé pourrait venir changer la donne. Toutes les lentilles contenues dans un objectif, la plupart du temps destinées à réorienter la lumière vers le capteur, ne seront plus forcément nécessaires. Cela devrait, en outre, permettre de réduire le coût des objectifs. Les boitiers équipés d’un capteur incurvé devraient, quant à eux, se révéler bien plus onéreux lorsqu’ils arriveront enfin.
11-07-2019


Fujifilm GFX 100 un appareil 100Mpx

Non seulement le Fujifilm GFX 100 produit des images de 100 mégapixels, mais en plus il intègre un capteur stabilisé sur 5 axes et la détection de phase pour accélérer l’autofocus. Le tout à un prix certes élevé, mais pourtant trois fois inférieur à la compétition. Fujifilm aurait pu se contenter d’embarquer 100 millions de pixels dans son nouveau GFX 100, son nouvel appareil moyen format officiellement lancé aujourd’hui. Annoncé en septembre dernier à la Photokina de Cologne, le GFX 100 marquait déjà l’histoire avec sa promesse d’offrir un capteur moyen format de 100 Mpix stabilisé pour seulement 11 000 €. Oui « seulement » 11 000 euros (10 999 dans les faits). A titre de comparaison, un Hasselblad H6D-100c à la définition équivalente (mais au capteur un poil plus grand encore) coûte 34 680 €! En plus de ce prix « canon », Fujifilm veut marquer le coup en allant plus loin et a soigné son produit jusque dans les moindres recoins. Couplés au processeur capable de maintenir la mise au point sur les visages ou les yeux (Eye-AF), ces 3,76 millions de pixels responsables de la détection de phase pourraient faire du GFX 100 le meilleur des moyen-formats pour les shoots portraits. Jusque-là, la vitesse et la précision de la mise au point étant parfois un défi lorsque l’on shootait avec des appareils moyen-formats très lent pour la mise au point (sans même parler d’un quelconque suivi du sujet !). Le viseur électronique orientable du GFX 100 profite d’une bien meilleure dalle qui affiche 5,76 Mpix. Sans doute le même type de dalle que l’on retrouve dans les Panasonic S1/R. L’écran arrière est lui similaire à son prédécesseur, une dalle de 2,36 Mpix montée sur une rotule orientable en mode portrait comme paysage. le viseur électronique orientable du GFX 100 profite d’une bien meilleure dalle qui affiche 5,76 Mpix. Sans doute le même type de dalle que l’on retrouve dans les Panasonic S1/R. L’écran arrière est lui similaire à son prédécesseur, une dalle de 2,36 Mpix montée sur une rotule orientable en mode portrait comme paysage. Le GFX 100 est dans les traces du X-T3 et shoote en 4K30p. Pas n’importe quelle 4K mais de la vraie 4K DCI (cinéma) 4096 x 2160 pixels à 400 Mbit/s en h.264 ou h.265. Le GFX 100 sera disponible à la fin du mois de juin au tarif de 10 999 €.




24-05-2019


Un nouveau Sony a6400 Video

Sony propose une solution nettement plus accessible avec le nouveau Sony a6400. Le Sony a6400 est équipé d’un capteur APS-C de 24,2 Mpx avec une sensibilité allant jusqu’à 32000 ISO en vidéo et 102400 ISO en photo. Et comme on est en 2019, son écran de 3 pouces est inclinable à 180° et tactile, ce qui devrait faire plaisir à ceux qui veulent se prendre en selfie ou vloguer sur YouTube. Le Sony a6400 proposer également un viseur XGA OLED Tru-Finder. A côté, Sony annonce que le a6400 emprunte le processeur (le BIONZ X) et l’autofocus du a9. En gros, l’autofocus du a6400 se vante d’avoir la mise au point la plus rapide du monde (ce n’est pas dur, c’est vrai, puisqu’ils sont excellents dans ce domaine) mais propose aussi un autofocus avec suivi de l’œil en temps réel mais aussi un suivi plus général en temps réel (reconnaissance d’objets basée sur de l’intelligence artificielle). L’autofocus est composé de 425 points AF à détection de phase et 425 points AF à détection de contraste, couvrant environ 84% de la surface de l’image. On notera aussi que dès qu’une personne ou un animal est photographié, l’intelligence artificielle embarquée est capable de reconnaître la position du visage et des yeux. Côté vitesse, on parle d’une vitesse en rafale jusqu’à 11fps et 8fps en mode silencieux avec l’obturateur électronique et suivi AF/AE continu. Si on retrouve bien évidemment l’enregistrement de vidéos jusqu’en 4K avec lecture complète des pixels, on salue l’arrivée d’un profil d’image HLG (Hybrid Log-Gamma) ainsi que les profils S-Log2 et S-Log3. On notera également le retour du mode time-lapse et que la monture est bien évidemment une monture E.








16-01-2019