Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  




L'actualité
PHOTOS


Nikon arrête ses reflex !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Nikon stop DSLR reflex

13

Juillet

Le constructeur japonais Nikon a officiellement mis un terme à 23 ans de reflex numériques. Et, incidemment, à 63 ans d’aventure reflex. L’avènement des hybrides a bien eu lieu, les reflex font officiellement partie du passé… mais ceux qui sont là continueront à faire de belles images. Chez Nikon, les reflex argentiques auront tenu plus longtemps que les numériques ! Alors que le Nikon F6, dernier boîtier argentique de la marque, a cessé d’être produit en 2020, c’est en ce mois de juillet 2022 que le groupe japonais annonce la fin du développement et de la production de reflex numériques. Entamée en 1999 avec le Nikon D1, l’histoire des reflex numériques de Nikon aura donc duré 23 ans, contre 61 ans pour les ancêtres argentiques. Canon a, pour sa part, déjà indiqué que son reflex professionnel, le 1DX Mark III, serait le dernier de la série. Sa plus grande puissance industrielle pourrait lui permettre de continuer à produire des boîtiers reflex grand public, mais guère plus longtemps que Nikon. Car le vent technologique a tourné.



Le M11 Leica 60Mpix

  Liste des news    Liste des new du mois  
Leica M11 60Mpx

19

Janvier

Le M11 est bien un tout nouvel appareil… qui ressemble à celui de votre grand-père. Son apparence est trompeuse : quoi qu’il paraisse identique à n’importe quel autre Leica (M5 excepté, qui était un ovni), chaque angle a été repassé en revue, légèrement corrigé, déplacé, réévalué. Un nouveau capteur, nouveau processeur d’image (enfin nouveau pour les M, puisqu’il s’agit du même que celui du SL2), nouvelle batterie, nouveaux menus, nouveau circuit d’alimentation, nouveau système de mesure de la lumière, nouvelle prise USB, etc. Le M11 est, plus encore que les itérations précédentes, un boîtier trompeur par son aspect. Avant de parler de la partie imagerie, parlons boîtier. Oui, il a l’air vieux et pourtant, il est tout récent. Notamment la version noire du M11 qui profite d’un capot supérieur en aluminium au lieu du traditionnel laiton, toujours présent sur la version argentée. Le bénéfice ? 130 grammes de moins sur la balance. Le M se passe de l’antédiluvienne semelle à retirer pour changer la carte et la batterie. Cette dernière, bien plus endurante que par le passé puisqu'elle permettrait de shooter jusqu'à 1000 images, reprend le format « presser-retirer » du Leica Q2 et c’est tant mieux. L’arrivée de la prise USB-C, sous l’appareil certes, mais qui permet non seulement de décharger les photos, mais aussi de recharger l’appareil ou même le contrôler depuis un iPhone ou un iPad, le M11 est même un produit dont la compatibilité est certifiée par Apple. Leica avait fait une incursion dans le domaine des capteurs très denses avec ses M10 Monochrom et M10-R, des boîtiers dérivés du M10 qui intégraient un capteur de 40 Mpix. Le M11 va bien plus loin dans le domaine avec un capteur de 60 Mpix, de quoi ravir les photographes à la recherche des très grands tirages ou recadrages. Mais Leica est allé un peu plus loin en intégrant un capteur qui fonctionne sur le principe de certains capteurs de smartphones. En regroupant les photodiodes par quatre et en créant des groupes, le M11 propose ainsi trois définitions d’image : 60 Mpix, 36 Mpix et 18 Mpix. L’avantage ici est de proposer trois paliers gérés en hardware pour différents usages. Les portraitistes et les paysagistes se jetteront sur les 60 Mpix, le reporter classique sur le 36 Mpix et le reporter « qui cogne » appréciera les 18 Mpix qui permettent non seulement d’épargner le stockage, mais aussi limite la nuisance du flou. Enfin saluons la plage de sensibilités plus que confortable de 64 à 50.000 ISO ainsi qu’une mémoire tampon en progression. Pas de quoi faire rêver les utilisateurs d’hybrides on se parle de 13 images consécutives de 60 Mpix, donc à 4,5 i/s. Le M reste le territoire de la photo « à l’ancienne ». Et sur le papier, les améliorations annoncées vont toutes dans le sens de la recherche de la satisfaction du public de ce genre d’appareil. À un détail près : le prix. À 8350 €, l’appareil est toujours aussi exclusif. Mais fait toujours autant saliver.



Nikon arrête ses reflex !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Nikon stop DSLR reflex

13

Juillet

Le constructeur japonais Nikon a officiellement mis un terme à 23 ans de reflex numériques. Et, incidemment, à 63 ans d’aventure reflex. L’avènement des hybrides a bien eu lieu, les reflex font officiellement partie du passé… mais ceux qui sont là continueront à faire de belles images. Chez Nikon, les reflex argentiques auront tenu plus longtemps que les numériques ! Alors que le Nikon F6, dernier boîtier argentique de la marque, a cessé d’être produit en 2020, c’est en ce mois de juillet 2022 que le groupe japonais annonce la fin du développement et de la production de reflex numériques. Entamée en 1999 avec le Nikon D1, l’histoire des reflex numériques de Nikon aura donc duré 23 ans, contre 61 ans pour les ancêtres argentiques. Canon a, pour sa part, déjà indiqué que son reflex professionnel, le 1DX Mark III, serait le dernier de la série. Sa plus grande puissance industrielle pourrait lui permettre de continuer à produire des boîtiers reflex grand public, mais guère plus longtemps que Nikon. Car le vent technologique a tourné.



Le M11 Leica 60Mpix

  Liste des news    Liste des new du mois  
Leica M11 60Mpx

19

Janvier

Le M11 est bien un tout nouvel appareil… qui ressemble à celui de votre grand-père. Son apparence est trompeuse : quoi qu’il paraisse identique à n’importe quel autre Leica (M5 excepté, qui était un ovni), chaque angle a été repassé en revue, légèrement corrigé, déplacé, réévalué. Un nouveau capteur, nouveau processeur d’image (enfin nouveau pour les M, puisqu’il s’agit du même que celui du SL2), nouvelle batterie, nouveaux menus, nouveau circuit d’alimentation, nouveau système de mesure de la lumière, nouvelle prise USB, etc. Le M11 est, plus encore que les itérations précédentes, un boîtier trompeur par son aspect. Avant de parler de la partie imagerie, parlons boîtier. Oui, il a l’air vieux et pourtant, il est tout récent. Notamment la version noire du M11 qui profite d’un capot supérieur en aluminium au lieu du traditionnel laiton, toujours présent sur la version argentée. Le bénéfice ? 130 grammes de moins sur la balance. Le M se passe de l’antédiluvienne semelle à retirer pour changer la carte et la batterie. Cette dernière, bien plus endurante que par le passé puisqu'elle permettrait de shooter jusqu'à 1000 images, reprend le format « presser-retirer » du Leica Q2 et c’est tant mieux. L’arrivée de la prise USB-C, sous l’appareil certes, mais qui permet non seulement de décharger les photos, mais aussi de recharger l’appareil ou même le contrôler depuis un iPhone ou un iPad, le M11 est même un produit dont la compatibilité est certifiée par Apple. Leica avait fait une incursion dans le domaine des capteurs très denses avec ses M10 Monochrom et M10-R, des boîtiers dérivés du M10 qui intégraient un capteur de 40 Mpix. Le M11 va bien plus loin dans le domaine avec un capteur de 60 Mpix, de quoi ravir les photographes à la recherche des très grands tirages ou recadrages. Mais Leica est allé un peu plus loin en intégrant un capteur qui fonctionne sur le principe de certains capteurs de smartphones. En regroupant les photodiodes par quatre et en créant des groupes, le M11 propose ainsi trois définitions d’image : 60 Mpix, 36 Mpix et 18 Mpix. L’avantage ici est de proposer trois paliers gérés en hardware pour différents usages. Les portraitistes et les paysagistes se jetteront sur les 60 Mpix, le reporter classique sur le 36 Mpix et le reporter « qui cogne » appréciera les 18 Mpix qui permettent non seulement d’épargner le stockage, mais aussi limite la nuisance du flou. Enfin saluons la plage de sensibilités plus que confortable de 64 à 50.000 ISO ainsi qu’une mémoire tampon en progression. Pas de quoi faire rêver les utilisateurs d’hybrides on se parle de 13 images consécutives de 60 Mpix, donc à 4,5 i/s. Le M reste le territoire de la photo « à l’ancienne ». Et sur le papier, les améliorations annoncées vont toutes dans le sens de la recherche de la satisfaction du public de ce genre d’appareil. À un détail près : le prix. À 8350 €, l’appareil est toujours aussi exclusif. Mais fait toujours autant saliver.


Nikon arrête ses reflex !

Le constructeur japonais Nikon a officiellement mis un terme à 23 ans de reflex numériques. Et, incidemment, à 63 ans d’aventure reflex. L’avènement des hybrides a bien eu lieu, les reflex font officiellement partie du passé… mais ceux qui sont là continueront à faire de belles images. Chez Nikon, les reflex argentiques auront tenu plus longtemps que les numériques ! Alors que le Nikon F6, dernier boîtier argentique de la marque, a cessé d’être produit en 2020, c’est en ce mois de juillet 2022 que le groupe japonais annonce la fin du développement et de la production de reflex numériques. Entamée en 1999 avec le Nikon D1, l’histoire des reflex numériques de Nikon aura donc duré 23 ans, contre 61 ans pour les ancêtres argentiques. Canon a, pour sa part, déjà indiqué que son reflex professionnel, le 1DX Mark III, serait le dernier de la série. Sa plus grande puissance industrielle pourrait lui permettre de continuer à produire des boîtiers reflex grand public, mais guère plus longtemps que Nikon. Car le vent technologique a tourné.
13-07-2022


Le M11 Leica 60Mpix

Le M11 est bien un tout nouvel appareil… qui ressemble à celui de votre grand-père. Son apparence est trompeuse : quoi qu’il paraisse identique à n’importe quel autre Leica (M5 excepté, qui était un ovni), chaque angle a été repassé en revue, légèrement corrigé, déplacé, réévalué. Un nouveau capteur, nouveau processeur d’image (enfin nouveau pour les M, puisqu’il s’agit du même que celui du SL2), nouvelle batterie, nouveaux menus, nouveau circuit d’alimentation, nouveau système de mesure de la lumière, nouvelle prise USB, etc. Le M11 est, plus encore que les itérations précédentes, un boîtier trompeur par son aspect. Avant de parler de la partie imagerie, parlons boîtier. Oui, il a l’air vieux et pourtant, il est tout récent. Notamment la version noire du M11 qui profite d’un capot supérieur en aluminium au lieu du traditionnel laiton, toujours présent sur la version argentée. Le bénéfice ? 130 grammes de moins sur la balance. Le M se passe de l’antédiluvienne semelle à retirer pour changer la carte et la batterie. Cette dernière, bien plus endurante que par le passé puisqu'elle permettrait de shooter jusqu'à 1000 images, reprend le format « presser-retirer » du Leica Q2 et c’est tant mieux. L’arrivée de la prise USB-C, sous l’appareil certes, mais qui permet non seulement de décharger les photos, mais aussi de recharger l’appareil ou même le contrôler depuis un iPhone ou un iPad, le M11 est même un produit dont la compatibilité est certifiée par Apple. Leica avait fait une incursion dans le domaine des capteurs très denses avec ses M10 Monochrom et M10-R, des boîtiers dérivés du M10 qui intégraient un capteur de 40 Mpix. Le M11 va bien plus loin dans le domaine avec un capteur de 60 Mpix, de quoi ravir les photographes à la recherche des très grands tirages ou recadrages. Mais Leica est allé un peu plus loin en intégrant un capteur qui fonctionne sur le principe de certains capteurs de smartphones. En regroupant les photodiodes par quatre et en créant des groupes, le M11 propose ainsi trois définitions d’image : 60 Mpix, 36 Mpix et 18 Mpix. L’avantage ici est de proposer trois paliers gérés en hardware pour différents usages. Les portraitistes et les paysagistes se jetteront sur les 60 Mpix, le reporter classique sur le 36 Mpix et le reporter « qui cogne » appréciera les 18 Mpix qui permettent non seulement d’épargner le stockage, mais aussi limite la nuisance du flou. Enfin saluons la plage de sensibilités plus que confortable de 64 à 50.000 ISO ainsi qu’une mémoire tampon en progression. Pas de quoi faire rêver les utilisateurs d’hybrides on se parle de 13 images consécutives de 60 Mpix, donc à 4,5 i/s. Le M reste le territoire de la photo « à l’ancienne ». Et sur le papier, les améliorations annoncées vont toutes dans le sens de la recherche de la satisfaction du public de ce genre d’appareil. À un détail près : le prix. À 8350 €, l’appareil est toujours aussi exclusif. Mais fait toujours autant saliver.


19-01-2022