Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  




L'actualité
INFOS


Les projets Neuralink présenté demain

  Liste des news    Liste des new du mois  
Neuro technologie Elon Musk va presenter son projet Neuralink

16

Juillet

Elon Musk va enfin donner plus d’informations sur Neuralink, l’entreprise censée développer des implants pour fusionner le cerveau humain et l’ordinateur. Lancée il y a plus de deux ans, cette startup n’a jusqu’à présent pas fait parler d’elle. Dès demain, nous devrions donc en savoir plus. La présentation aura lieu à San Francisco, et sera diffusée en streaming à partir de 4 h. Comme toujours lorsque Mr Musk est impliqué, l’objectif est très ambitieux, certains twitteurs parlant même de « l’innovation la plus importante de l’histoire de l’humanité ». Comme l’annonce le site officiel de la compagnie, « Neuralink développe des interfaces cerveau-machine à très large bande pour connecter les humains et les ordinateurs ». Ces interfaces ne seront cependant pas disponibles de si tôt, puisque Neuralink cherche encore des ingénieurs et des scientifiques. On attend pourtant d’Elon Musk qu’il propose un nouveau produit. Que nous réserve donc le magnat ? Des implants pour lutter contre les déficiences cognitives ou autres maladies neurologiques ? La santé semble être l’une des applications les plus évidentes d’une telle technologie.



Le trouble du jeu vidéo reconnu comme maladie

  Liste des news    Liste des new du mois  
jeux video addiction trouble

27

Mai

Certains d'entre nous pourraient être touchés par ce qui est désormais considéré comme une maladie. Ce samedi, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a voté l'ajout du trouble du jeu vidéo dans la liste de la Classification internationale des maladies. l'OMS a précisé les symptômes qui caractérise ce mal-être: Le trouble du jeu vidéo est défini comme un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par : - Une perte de contrôle sur le jeu, Une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables. Pour que ce trouble soit diagnostiqué en tant que tel, le comportement doit être d’une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois. La définition est semblable à toutes celles qui traitent d'addiction, que ce soit à la drogue ou à une activité physique. Pas de panique donc pour la communauté : ce n'est pas une nouvelle attaque sur l'activité du jeu vidéo dans sa globalité, mais une distinction entre jouer pour son plaisir et jouer en prenant la place d'autres activités plus bénéfiques pour notre bien-être. Bien sûr, il n'en fallait pas plus pour que certains acteurs répondent à cette décision. L'Entertainment Software Association (ESA) a publié un communiqué qui demande la révision du texte par l'OMS. Dans cette lettre ouverte, plusieurs acteurs du jeu vidéo sont représentés : ESA (États-Unis et Canada), IGEA (Australie et Nouvelle-Zélande), ISFE (Europe), K GAMES (Corée du Sud), UKIE (Royaume-Uni). Toutes sont des associations représentants leur région, pays, voire continent. Une réponse de taille pour un sujet qui fait débat depuis tant d'années. L'Organisation Mondiale de la Santé n'a pas encore réagi à cette lettre qui reproche le manque de preuve associé au trouble. Leur décision reste le résultat de longs débats, le sujet était déjà sur la table de l'organisation l'année dernière. Difficile de croire qu'après tant de temps, les 194 membres du groupe n'aient pas suffisamment d'arguments pour répondre à Entertainment Software Association.



L'école 42 une mauvaise image...

  Liste des news    Liste des new du mois  
42 école

19

Avril

Entre sexe, harcèlements envers les femmes, et magouilles financières, la réputation de l'école créée par Xavier Niel a été entachée le 18 avril par une enquête publiée par le magazine Mediapart. Retour sur les dessous d'une affaire qui ébranle la réputée Ecole 42, d'où naissent bon nombre de développeurs. Les écoles 42 regroupent deux établissements supérieurs d'autoformation qui permettent de former de nouveaux développeurs. Cette formation n'est pas reconnue par l'Etat, mais elle connaît son succès dans le monde du travail. La particularité de cette école réside essentiellement dans son mode de fonctionnement. Les élèves ne suivent en effet aucun cours magistral ou travail pratique qui soit encadré par un professeur. Cette école, ouverte 24h/24 et 7j/7, demande aux élèves d'organiser leurs journées et de participer à la réalisation de projets soumis par l'équipe pédagogique de l'établissement. Fondée et financée par Xavier Niel et plusieurs associés (dont Nicolas Sadirac), cette école, qui mise sur la coopération entre les étudiants, fait face aujourd'hui à de nombreuses polémiques nées d'une enquête de Mediapart. L'enquête publiée le 18 avril sur le site Mediapart révèle pourquoi le co-fondateur de l'Ecole 42, Nicolas Sadirac, a pris la porte en octobre 2018. S'il avait pu conserver son poste malgré la vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux, d'autres faits révélés par Mediapart l'ont conduit à démissionner. Ces faits concernent pour la plupart des magouilles et arnaques financières qui auraient été mis en place pendant plusieurs années. Mediapart révèle que certaines surfacturations de biens (comme 200 000€ de chaises, par exemple), ont cependant eu lieu. Des versements en liquide assez douteux ont eux aussi été observés.



Tesla dévoile la Model Y

  Liste des news    Liste des new du mois  
Model Y Tesla

15

Mars

Elon Musk a officialisé le 14 mars, le cinquième véhicule électrique de la gamme Tesla. Le Model Y est un SUV qui vient s’intercaler entre le Model 3 et le Model X. Il dispose de 7 places et la version proposant le plus d’autonomie pourra parcourir jusqu’à 300 miles (480 kilomètres) pour un prix de 47 000 $ (41 000 €). Il sera disponible à l’automne 2020. Cette version « long range » ne sera pas la seule de la gamme. À l’automne 2020 seront aussi disponibles une déclinaison « dual motor AWD » quatre roues motrices pour 51 000 $ (45 000 €) et une « performance » capable d’atteindre les 240 km/h pour 60 000 $(52 000 €). Enfin, au printemps 2021, la « standard range » sera lancée, positionnée comme la version la moins chère, à 39 000 $(34 000 €), mais aussi avec le moins d’autonomie (370 kilomètres). Il est d’ores et déjà possible de précommander ces modèles, moyennant 2 500 $(2 200 euros) d’acompte. Le Model Y est après le Model 3 le second véhicule de Tesla conçu pour le marché de masse, car vendu à un prix plus abordable que les premiers commercialisés par la marque. Toutefois, la société d’Elon Musk devra prouver qu’elle sait tenir les cadences et possède le talent logistique nécessaire à une production intensive. La fabrication du Model 3 a été très compliquée à mettre en place, avec à la clé de nombreuses critiques de clients.



Les projets Neuralink présenté demain

  Liste des news    Liste des new du mois  
Neuro technologie Elon Musk va presenter son projet Neuralink

16

Juillet

Elon Musk va enfin donner plus d’informations sur Neuralink, l’entreprise censée développer des implants pour fusionner le cerveau humain et l’ordinateur. Lancée il y a plus de deux ans, cette startup n’a jusqu’à présent pas fait parler d’elle. Dès demain, nous devrions donc en savoir plus. La présentation aura lieu à San Francisco, et sera diffusée en streaming à partir de 4 h. Comme toujours lorsque Mr Musk est impliqué, l’objectif est très ambitieux, certains twitteurs parlant même de « l’innovation la plus importante de l’histoire de l’humanité ». Comme l’annonce le site officiel de la compagnie, « Neuralink développe des interfaces cerveau-machine à très large bande pour connecter les humains et les ordinateurs ». Ces interfaces ne seront cependant pas disponibles de si tôt, puisque Neuralink cherche encore des ingénieurs et des scientifiques. On attend pourtant d’Elon Musk qu’il propose un nouveau produit. Que nous réserve donc le magnat ? Des implants pour lutter contre les déficiences cognitives ou autres maladies neurologiques ? La santé semble être l’une des applications les plus évidentes d’une telle technologie.



Le trouble du jeu vidéo reconnu comme maladie

  Liste des news    Liste des new du mois  
jeux video addiction trouble

27

Mai

Certains d'entre nous pourraient être touchés par ce qui est désormais considéré comme une maladie. Ce samedi, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a voté l'ajout du trouble du jeu vidéo dans la liste de la Classification internationale des maladies. l'OMS a précisé les symptômes qui caractérise ce mal-être: Le trouble du jeu vidéo est défini comme un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par : - Une perte de contrôle sur le jeu, Une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables. Pour que ce trouble soit diagnostiqué en tant que tel, le comportement doit être d’une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois. La définition est semblable à toutes celles qui traitent d'addiction, que ce soit à la drogue ou à une activité physique. Pas de panique donc pour la communauté : ce n'est pas une nouvelle attaque sur l'activité du jeu vidéo dans sa globalité, mais une distinction entre jouer pour son plaisir et jouer en prenant la place d'autres activités plus bénéfiques pour notre bien-être. Bien sûr, il n'en fallait pas plus pour que certains acteurs répondent à cette décision. L'Entertainment Software Association (ESA) a publié un communiqué qui demande la révision du texte par l'OMS. Dans cette lettre ouverte, plusieurs acteurs du jeu vidéo sont représentés : ESA (États-Unis et Canada), IGEA (Australie et Nouvelle-Zélande), ISFE (Europe), K GAMES (Corée du Sud), UKIE (Royaume-Uni). Toutes sont des associations représentants leur région, pays, voire continent. Une réponse de taille pour un sujet qui fait débat depuis tant d'années. L'Organisation Mondiale de la Santé n'a pas encore réagi à cette lettre qui reproche le manque de preuve associé au trouble. Leur décision reste le résultat de longs débats, le sujet était déjà sur la table de l'organisation l'année dernière. Difficile de croire qu'après tant de temps, les 194 membres du groupe n'aient pas suffisamment d'arguments pour répondre à Entertainment Software Association.



L'école 42 une mauvaise image...

  Liste des news    Liste des new du mois  
42 école

19

Avril

Entre sexe, harcèlements envers les femmes, et magouilles financières, la réputation de l'école créée par Xavier Niel a été entachée le 18 avril par une enquête publiée par le magazine Mediapart. Retour sur les dessous d'une affaire qui ébranle la réputée Ecole 42, d'où naissent bon nombre de développeurs. Les écoles 42 regroupent deux établissements supérieurs d'autoformation qui permettent de former de nouveaux développeurs. Cette formation n'est pas reconnue par l'Etat, mais elle connaît son succès dans le monde du travail. La particularité de cette école réside essentiellement dans son mode de fonctionnement. Les élèves ne suivent en effet aucun cours magistral ou travail pratique qui soit encadré par un professeur. Cette école, ouverte 24h/24 et 7j/7, demande aux élèves d'organiser leurs journées et de participer à la réalisation de projets soumis par l'équipe pédagogique de l'établissement. Fondée et financée par Xavier Niel et plusieurs associés (dont Nicolas Sadirac), cette école, qui mise sur la coopération entre les étudiants, fait face aujourd'hui à de nombreuses polémiques nées d'une enquête de Mediapart. L'enquête publiée le 18 avril sur le site Mediapart révèle pourquoi le co-fondateur de l'Ecole 42, Nicolas Sadirac, a pris la porte en octobre 2018. S'il avait pu conserver son poste malgré la vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux, d'autres faits révélés par Mediapart l'ont conduit à démissionner. Ces faits concernent pour la plupart des magouilles et arnaques financières qui auraient été mis en place pendant plusieurs années. Mediapart révèle que certaines surfacturations de biens (comme 200 000€ de chaises, par exemple), ont cependant eu lieu. Des versements en liquide assez douteux ont eux aussi été observés.



Tesla dévoile la Model Y

  Liste des news    Liste des new du mois  
Model Y Tesla

15

Mars

Elon Musk a officialisé le 14 mars, le cinquième véhicule électrique de la gamme Tesla. Le Model Y est un SUV qui vient s’intercaler entre le Model 3 et le Model X. Il dispose de 7 places et la version proposant le plus d’autonomie pourra parcourir jusqu’à 300 miles (480 kilomètres) pour un prix de 47 000 $ (41 000 €). Il sera disponible à l’automne 2020. Cette version « long range » ne sera pas la seule de la gamme. À l’automne 2020 seront aussi disponibles une déclinaison « dual motor AWD » quatre roues motrices pour 51 000 $ (45 000 €) et une « performance » capable d’atteindre les 240 km/h pour 60 000 $(52 000 €). Enfin, au printemps 2021, la « standard range » sera lancée, positionnée comme la version la moins chère, à 39 000 $(34 000 €), mais aussi avec le moins d’autonomie (370 kilomètres). Il est d’ores et déjà possible de précommander ces modèles, moyennant 2 500 $(2 200 euros) d’acompte. Le Model Y est après le Model 3 le second véhicule de Tesla conçu pour le marché de masse, car vendu à un prix plus abordable que les premiers commercialisés par la marque. Toutefois, la société d’Elon Musk devra prouver qu’elle sait tenir les cadences et possède le talent logistique nécessaire à une production intensive. La fabrication du Model 3 a été très compliquée à mettre en place, avec à la clé de nombreuses critiques de clients.


Les projets Neuralink présenté demain

Elon Musk va enfin donner plus d’informations sur Neuralink, l’entreprise censée développer des implants pour fusionner le cerveau humain et l’ordinateur. Lancée il y a plus de deux ans, cette startup n’a jusqu’à présent pas fait parler d’elle. Dès demain, nous devrions donc en savoir plus. La présentation aura lieu à San Francisco, et sera diffusée en streaming à partir de 4 h. Comme toujours lorsque Mr Musk est impliqué, l’objectif est très ambitieux, certains twitteurs parlant même de « l’innovation la plus importante de l’histoire de l’humanité ». Comme l’annonce le site officiel de la compagnie, « Neuralink développe des interfaces cerveau-machine à très large bande pour connecter les humains et les ordinateurs ». Ces interfaces ne seront cependant pas disponibles de si tôt, puisque Neuralink cherche encore des ingénieurs et des scientifiques. On attend pourtant d’Elon Musk qu’il propose un nouveau produit. Que nous réserve donc le magnat ? Des implants pour lutter contre les déficiences cognitives ou autres maladies neurologiques ? La santé semble être l’une des applications les plus évidentes d’une telle technologie.
16-07-2019


Le trouble du jeu vidéo reconnu comme maladie

Certains d'entre nous pourraient être touchés par ce qui est désormais considéré comme une maladie. Ce samedi, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a voté l'ajout du trouble du jeu vidéo dans la liste de la Classification internationale des maladies. l'OMS a précisé les symptômes qui caractérise ce mal-être: Le trouble du jeu vidéo est défini comme un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par : - Une perte de contrôle sur le jeu, Une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables. Pour que ce trouble soit diagnostiqué en tant que tel, le comportement doit être d’une sévérité suffisante pour entraîner une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants du fonctionnement, et en principe, se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois. La définition est semblable à toutes celles qui traitent d'addiction, que ce soit à la drogue ou à une activité physique. Pas de panique donc pour la communauté : ce n'est pas une nouvelle attaque sur l'activité du jeu vidéo dans sa globalité, mais une distinction entre jouer pour son plaisir et jouer en prenant la place d'autres activités plus bénéfiques pour notre bien-être. Bien sûr, il n'en fallait pas plus pour que certains acteurs répondent à cette décision. L'Entertainment Software Association (ESA) a publié un communiqué qui demande la révision du texte par l'OMS. Dans cette lettre ouverte, plusieurs acteurs du jeu vidéo sont représentés : ESA (États-Unis et Canada), IGEA (Australie et Nouvelle-Zélande), ISFE (Europe), K GAMES (Corée du Sud), UKIE (Royaume-Uni). Toutes sont des associations représentants leur région, pays, voire continent. Une réponse de taille pour un sujet qui fait débat depuis tant d'années. L'Organisation Mondiale de la Santé n'a pas encore réagi à cette lettre qui reproche le manque de preuve associé au trouble. Leur décision reste le résultat de longs débats, le sujet était déjà sur la table de l'organisation l'année dernière. Difficile de croire qu'après tant de temps, les 194 membres du groupe n'aient pas suffisamment d'arguments pour répondre à Entertainment Software Association.


27-05-2019


L'école 42 une mauvaise image...

Entre sexe, harcèlements envers les femmes, et magouilles financières, la réputation de l'école créée par Xavier Niel a été entachée le 18 avril par une enquête publiée par le magazine Mediapart. Retour sur les dessous d'une affaire qui ébranle la réputée Ecole 42, d'où naissent bon nombre de développeurs. Les écoles 42 regroupent deux établissements supérieurs d'autoformation qui permettent de former de nouveaux développeurs. Cette formation n'est pas reconnue par l'Etat, mais elle connaît son succès dans le monde du travail. La particularité de cette école réside essentiellement dans son mode de fonctionnement. Les élèves ne suivent en effet aucun cours magistral ou travail pratique qui soit encadré par un professeur. Cette école, ouverte 24h/24 et 7j/7, demande aux élèves d'organiser leurs journées et de participer à la réalisation de projets soumis par l'équipe pédagogique de l'établissement. Fondée et financée par Xavier Niel et plusieurs associés (dont Nicolas Sadirac), cette école, qui mise sur la coopération entre les étudiants, fait face aujourd'hui à de nombreuses polémiques nées d'une enquête de Mediapart. L'enquête publiée le 18 avril sur le site Mediapart révèle pourquoi le co-fondateur de l'Ecole 42, Nicolas Sadirac, a pris la porte en octobre 2018. S'il avait pu conserver son poste malgré la vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux, d'autres faits révélés par Mediapart l'ont conduit à démissionner. Ces faits concernent pour la plupart des magouilles et arnaques financières qui auraient été mis en place pendant plusieurs années. Mediapart révèle que certaines surfacturations de biens (comme 200 000€ de chaises, par exemple), ont cependant eu lieu. Des versements en liquide assez douteux ont eux aussi été observés.
19-04-2019


Tesla dévoile la Model Y

Elon Musk a officialisé le 14 mars, le cinquième véhicule électrique de la gamme Tesla. Le Model Y est un SUV qui vient s’intercaler entre le Model 3 et le Model X. Il dispose de 7 places et la version proposant le plus d’autonomie pourra parcourir jusqu’à 300 miles (480 kilomètres) pour un prix de 47 000 $ (41 000 €). Il sera disponible à l’automne 2020. Cette version « long range » ne sera pas la seule de la gamme. À l’automne 2020 seront aussi disponibles une déclinaison « dual motor AWD » quatre roues motrices pour 51 000 $ (45 000 €) et une « performance » capable d’atteindre les 240 km/h pour 60 000 $(52 000 €). Enfin, au printemps 2021, la « standard range » sera lancée, positionnée comme la version la moins chère, à 39 000 $(34 000 €), mais aussi avec le moins d’autonomie (370 kilomètres). Il est d’ores et déjà possible de précommander ces modèles, moyennant 2 500 $(2 200 euros) d’acompte. Le Model Y est après le Model 3 le second véhicule de Tesla conçu pour le marché de masse, car vendu à un prix plus abordable que les premiers commercialisés par la marque. Toutefois, la société d’Elon Musk devra prouver qu’elle sait tenir les cadences et possède le talent logistique nécessaire à une production intensive. La fabrication du Model 3 a été très compliquée à mettre en place, avec à la clé de nombreuses critiques de clients.


15-03-2019