Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com


L'actualité
ECONOMIE


Parrot dans le rouge

  Liste des news    Liste des new du mois  
pack parrot fpv bebop 2 drone blanc cockpitglasses

26

Novembre

Malgré un Anafi lancé en juillet dernier et salué par la critique, Parrot enregistre un chiffre d'affaires en chute libre de 40% au troisième trimestre 2019, et s'apprête à licencier. Parrot dans la tourmente. À la lumière des résultats financiers du troisième trimestre 2018 parus aujourd'hui, l'entreprise de Henri Seydoux ne parvient pas à composer avec une concurrence chinoise très agressive, et une tendance en perte de vitesse. Fleuron de la French Tech, Parrot signe un troisième trimestre 2018 moribond, avec un chiffre d'affaires en berne de 40% (23,4 millions d'euros) et des pertes nettes de 51,8 millions d'euros. D'après Le Monde, la tendance ne devrait guère s'inverser au dernier trimestre, et même dépasser les 100 millions d'euros sur l'année. Conséquence directe d'un marché qui dévisse : Parrot va devoir se séparer de nombreux collaborateurs pour rester à flots en 2019-2020. Le groupe a ainsi annoncé que des plans de départ allaient être mis en place, essentiellement dans les antennes américaines et asiatiques de l'entreprise. Pour retrouver l'équilibre financier, Parrot va également miser davantage sur ses filiales oeuvrant notamment dans la modélisation par drone et l'inspection d'ouvrages. Le salut du drone se trouvera-t-il dans des applications professionnelles ? L'avenir nous le dira sans doute.




Le Disque Dur Magnétique commence sa descente

  Liste des news    Liste des new du mois  
SSD Western Digital ferme une usine de disque dur magnetique

19

Juillet

La chute continuelle des besoins en disque dur mécanique oblige Western Digital a fermer l’une de ses trois usines de fabrication. La technologie SSD est l’avenir du stockage. La bataille entre le disque dur et le SSD prend désormais un nouveau visage. Le stockage Flash avec ses vertus de robustesse, de performances et de compacité remporte un succès grandissant même si les couts sont encore très supérieur mais abordable. Les besoins sont nombreux surtout en mobilité. La technologie des disques durs a désormais du mal à s’imposer pour de nombreuses raisons. Depuis plusieurs années, les grands noms du domaine ont tenté de repousser l’inévitable. L’un des arguments a été la course à la capacité et aux prix mais l’heure semble désormais venue. Western Digital vient d’annoncer qu’il fermera son usine de disque dur près de Kuala Lumpur en Malaisie. C’est l’une de ses plus importantes unités de fabrication. Elle est en activité depuis 1973.lol Après cette fermeture, WD assurera sa production de disque dur avec ses sites de productions basées en Thaïlande. Le géant tente en parallèle de gagner des parts de marché sur le segment des SSD




Les PC de retour

  Liste des news    Liste des new du mois  
le marche des ordinateur PC

13

Juillet

Le PC est loin d’être mort et reste un outil de travail incontournable. Mais le smartphone continue de s’imposer comme « l’ordinateur » du quotidien. Et la fin du renouvellement lancé par Windows 10 est proche... Voilà une bonne nouvelle pour les amoureux des ordinateurs « à l’ancienne » : le cabinet d’analyse de marché Gartner publie des chiffres encourageant pour le marché du PC. Au dernier trimestre (2e trimestre 2018 donc) le marché est en progression de +1,4% par rapport au second trimestre 2017, soit plus de 62 millions de machines. Une progression modeste, certes, mais qui vient enrayer six années de baisse constante, c’est la première hausse d’un trimestre d’une année sur l’autre depuis… 2012 ! Gartner précise que « ce signe de stabilisation n’est pas suffisant pour affirmer que l’industrie du PC va repartir ». Car si une forte « saison » d’achats professionnels de la part de gouvernements et d’entreprises a un peu relancé la machine, le marché des PC grand public est toujours en difficulté. Et le cabinet de noter que « les utilisateurs utilisent leurs smartphones pour réaliser de plus en plus de tâches quotidiennes, comme les réseaux sociaux, vérifier leur calendrier, se connecter à leur banque, faire du shopping, ce qui limite le besoin (d’avoir à acheter, ndr) un PC grand public ». En clair : on travaille toujours sur des PC, mais la vie numérique quotidienne tourne de plus en plus autour des smartphones. Au détriment de nos bons vieux ordinateurs. Le format même du PC portable a encore de beaux jours devant lui. Mais de iOS en passant par Chrome OS, les alternatives à Microsoft existent désormais et influes étrangement sur les chiffre du marché bien divisé dont les limites sont parfois flous.




Amazon explose les compteurs !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Evolution des entreprises de la tech

02

Juillet

Pendant plus de 6 ans, Apple et Google ont toujours occupé respectivement la première et seconde place du classement Brand Finance 2018. Autant d'années où Amazon sera grimpé de la cinquième du classement en 2011 à la première cette année, talonné par les géants de Cupertino et de Mountain View. Depuis ses débuts en tant que simple libraire en ligne, Amazon connaît une très forte croissance qui l'a poussé à devenir aujourd'hui la société la plus importante du monde en termes de capitalisation boursière et de revenu, selon l'analyse de l'organisme Brand Finance. Ainsi, Amazon vaudrait aujourd'hui 150,8 milliards de dollars. Une telle valorisation ne sort pas de nulle part : l'entreprise doit son succès principalement à un enchaînement de bonnes décisions. Aujourd'hui, Amazon n'est plus un simple magasin de revente en ligne, mais un titan dans le marché de la production de produits électroniques et de services en ligne. En investissant dans le domaine du streaming et des enceintes connectées, le géant de Seattle a réussi à négocier avec succès les virages qu'avaient empruntés auparavant les géants du milieu des nouvelles technologies. Si ces dernières années Apple occupait régulièrement la première position avec une avance considérable sur les autres sociétés du classement, la firme à la pomme a connu en 2016 une chute de 27% de sa valeur, faisant tomber la marque à la troisième position du classement en 2017. Malgré une bonne remontée à la deuxième position pour une valeur de 146,3 milliards de dollars, l'avenir financier de la marque à la pomme semble cependant rempli de pépins. À force de capitaliser sur ses smartphones, le chiffre d'affaires de la firme de Cupertino est devenue beaucoup trop dépendante de la vente d'iPhone qui doit faire face à une concurrence de plus en plus rude. Concernant Google, le géant a cette année chuté de la première à la troisième place malgré une croissance de 10% de sa valeur qui atteint 120,9 milliards de dollars. Selon Brand Finance, cette évolution lente s'explique par le fait que, tout comme Apple, ses efforts s'appuient trop sur certains secteurs particuliers et l'empêchent d'augmenter son potentiel en créant une dépendance trop forte à un seul type de marché.




Le PDG D'intel démissionne

  Liste des news    Liste des new du mois  
Brian Krzanich demissione d intel

22

Juin

Brian Krzanich, CEO d'Intel, a démissionné de ses fonctions, avec effet immédiat. Une décision surprenante au premier abord, car depuis 2013 il était bien calé dans le fauteuil laissé par Paul Otellini. Ce n'est pas un problème de performances financières qui lui a coûté son poste, mais… une « relation consentie » avec un ou une employée du groupe. Cette histoire a donné lieu à une enquête interne durant laquelle Brian Krzanich a été convaincu d'avoir enfreint les règles de « non fraternisation » en vigueur chez les dirigeants de l'entreprise. On ne plaisante pas avec le guide de bonne conduite chez Intel, y compris quand on en est le CEO. L'intérim à la tête d'Intel sera assuré par Bob Swan, qui était auparavant le directeur financier du groupe. Le conseil d'administration est parti à la chasse au profil pour se trouver un nouveau CEO. Cette passation de pouvoir soudaine se déroule dans un contexte singulier. D'un côté, les comptes se portent bien : l'entreprise a connu un « excellent démarrage » en 2018, qui devrait être une année record. Et pourtant, les nuages s'accumulent dans le ciel : les processeurs Intel sont de plus en plus concurrencés par des solutions Arm « maison » comme chez Apple et comme toujours par AMD.




Héritage Virtuel !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Matthew Mellon

28

Mai

Matthew Mellon a fait fortune dans les cryptomonnaies, transformant 2 millions de dollars en un milliard. Il est cependant décédé brutalement il y a quelques jours, laissant une fortune pour l'instant impossible à hériter, car elle est verrouillée par un mot de passe. L'homme d'affaire a fait fortune dans le Bitcoin, puis dans le Ripple. Ses portefeuilles de cryptomonnaie sont toutefois difficiles à évaluer à l'heure actuelle, sachant que la valeur du Bitcoin et du Ripple a plongé en début d'année (et qu'il dépensait 7 millions de dollars par mois avant sa mort). Reste que ces portefeuilles sont impossibles à ouvrir, car sa famille n'a pas retrouvé les mots de passe de ses comptes, impossibles à décrypter autrement.




Xiami pourrait racheter GoPro

  Liste des news    Liste des new du mois  
Xiaomi rachete GoPRo

17

Avril

Au mois dernier, GoPro a chargé J.P. Morgan Chase de lui trouver un potentiel acheteur. Selon nos confrères de The Information, la firme chinoise Xiaomi est intéressée. Une telle opération lui ouvrirait la voie du marché américain. D’après les informations disponibles, Xiaomi aurait envisagé une offre, mais ne souhaite pas payer trop. Sachant les difficultés de GoPro, la compagne chinoise est peut-être en position de force. En effet, la marque américaine a récemment licencié près de 20% de son personnel. Elle est maintenant valorisée à environ 1 milliard de dollars, soit près du tiers de sa valeur en 2014. Par ailleurs, elle a confirmé qu’elle abandonne le marché du drone pour se consacrer aux caméras. Xiaomi est surtout connu pour ses smartphones. Néanmoins, la compagnie chinoise a déjà commencé la diversification de ses produits. Elle commercialise aussi des drones, des vélos électriques, des purificateurs d’air ou encore des robots aspirateurs. Le rachat ou un partenariat privilégié avec GoPro constituerait un atout important. Toutefois, depuis quelque temps les autorités sont très exigeantes avec les investisseurs étrangers qui souhaitent acheter des entreprises américaines. Si Xiaomi confirme ce projet, son parcours du combattant ne fait que commencer.




Foxconn se paye Belkin, Linksys et Wemo

  Liste des news    Liste des new du mois  
Foxconn entreprise electronique numerique

28

Mars

Depuis l’accès de Trump à la présidence, le rachat d’entreprises américaines par des investisseurs étrangers est devenu plus compliqué, surtout dans les domaines sensibles tels que les équipements réseau. Certains projets ont même été abandonnés. Comme Foxconn a promis de construire une usine de 10 milliards de dollars au Wisconsin, elle espère que son dossier sera validé par le comité chargé de son examen. L’entreprise taiwanaise est surtout connue en tant que sous-traitant d’Apple, elle assure l’assemblage des iPhone. L’achat de Belkin lui offre de nouvelles opportunités. Cette société californienne s’est forgé une solide réputation grâce à ces accessoires pour ordinateurs et téléphones. Elle a aussi réalisé une bonne opération en achetant Linksys en 2013. Outre ses routeurs, elle commercialise également des produits connectés sous la marque Wemo. Selon les estimations, le marché des objets connectés atteindrait 900 milliards de dollars d’ici 2025. Même si le créneau est concurrentiel, Foxconn espère tirer son épingle du jeu et ne plus dépendre des commandes d’Apple pour son développement. D’ailleurs des analyses récentes ont démontré que la croissance de la marque américaine passerait par les services et non plus les iPhone.




Vivendi lache Ubisoft

  Liste des news    Liste des new du mois  
logo ubisoft

26

Mars

Le géant du jeu vidéo français Ubisoft a annoncé un accord avec Vivendi en vue de la cession de l’intégralité de la participation de Vivendi dans Ubisoft, soit 30 489 300 actions. Le groupe précise que l’opération s’effectuera au moyen de l’entrée au capital d’Ubisoft de 2 nouveaux investisseurs de long terme, Ontario Teachers’ et Tencent, d’un rachat d’actions par Ubisoft, d’un achat d’actions par Guillemot Brothers SE et d’un placement privé accéléré auprès d’investisseurs institutionnels. Au terme de l’opération, Vivendi ne sera plus actionnaire d’Ubisoft et s’est par ailleurs engagé à ne pas acquérir d’actions Ubisoft pendant une période de 5 ans. Rappelons que le groupe Vivendi détient pas moins de 30 489 300 actions Ubisoft, lesquelles seront vendues au prix de 66 € chacune, pour un total légèrement inférieur à 2 milliards d’euros. Pour Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft : « L’évolution de notre actionnariat est une excellente nouvelle pour Ubisoft. Elle a été rendue possible par l’exécution remarquable de notre stratégie et par le soutien déterminant de nos talents, de nos joueurs et de nos actionnaires. Je voudrais les en remercier chaleureusement. » Le groupe Vivendi, très intéressé par le secteur vidéoludique, avait notamment mis la main sur Gameloft en 2016, une société détenue alors par… les frères Guillemot. En ce qui concerne les nouveaux actionnaires, dans le détail, Ontario Teachers’ s’est engagé à investir 250 millions d’euros soit 3 787 878 actions Ubisoft (3,4% du capital) et Tencent s’est engagé à acquérir 5 591 469 actions Ubisoft (5,0% du capital). Ces prises de participations se feront au prix de 66 € par action et ne prévoient pas d’attribution de sièges au conseil d’administration d’Ubisoft. Tencent s’est en outre engagé à ne pas transférer ses actions ni à augmenter sa détention d’actions ou de droits de vote dans Ubisoft. Evidemment, l’arrivée de Tencent s’accompagne de la signature d’un partenariat stratégique qui permettra d’étendre fortement la portée des franchises d’Ubisoft en Chine dans les années à venir. De son côté, Ubisoft s’est engagée à racheter auprès de Vivendi jusqu’à 9 090 909 (8.1% du capital) de ses propres actions. Dans le cadre de l’opération, Guillemot Brothers SE s’est engagé à acheter 3 030 303 actions (2,7% du capital), et le solde de la participation de Vivendi, soit 8 988 741 actions (8,0% du capital), sera cédé dans le cadre d’un placement privé accéléré (« Accelerated Bookbuilding ») auprès d’investisseurs institutionnels. Au passage, Ubisoft réaffirme ses objectifs pour 2017-18 et 2018-19 ainsi que ses perspectives de croissance sur le long terme.




Google achète Lytro

  Liste des news    Liste des new du mois  
Appareil Lytro

21

Mars

Pour 40 millions de $, Google pourrait mettre la main sur les ingénieurs et les brevets de Lytro, une petite entreprise américaine dont l’approche ambitionnait de révolutionner la captation des photos et des vidéos. Lytro ne serait plus. C’est en tous cas ce qu’affirme TechCrunch : une information relayée par des sources multiples. La petite entreprise qui avait tenté de révolutionner la photo (et la vidéo) serait en passe d’être rachetée par Google. Un Google qui mettrait la main non seulement sur les ingénieurs, mais aussi sur les brevets et le savoir-faire de Lytro dans un domaine assez peu exploré : la captation plénoptique. Les deux appareils lancés par Lytro dans les années 2011 et 2014 fonctionnaient sur ce principe où le capteur est équipé d’une matrice de microlentilles qui permet à l’appareil d’enregistrer, outre les informations de couleur et de luminosité, celles concernant la direction des rayons lumineux. Une technologie unique qui permet de se passer de l’autofocus : l’appareil enregistre instantanément l’image et on règle l’intensité de la zone de netteté et la mise au point a posteriori. Une révolution qui n’a pas eu lieu puisque les deux appareils, le Light Field et l’Illum, très limités dans l’usage (faible définition, peu de mémoire tampon, obligation de passer par un ordinateur, fichiers non pris en charge par les logiciels et navigateurs, etc.) n’ont pas rencontré de succès commercial. A la suite de cela, Lytro s’est tourné en 2016 vers la captation vidéo professionnelle en promettant des technologies encore plus folles avec le Lytro Cinema. Une « über » camera dont le capteur se revendiquait « équivalent à un capteur de 755 Mpix » et offrait, sur le papier, des fonctionnalités jamais vues comme le réglage du point a posteriori, l’isolation de sujet a posteriori (sans fond vert), le réglage de l’obturateur a posteriori, etc. Manque de chance, la caméra dont la vidéo promotionnelle de l’époque ne laissait pas voir grand-chose est morte-née. Et Lytro a dû se vendre au plus offrant… pour des clopinettes : selon TechCrunch, le rachat serait de 40 millions de $ voire 25 millions selon une autre source. Des miettes non seulement au regard du portefeuille de Google, mais surtout en comparaison des 200 millions que différents investisseurs avaient mis dans l’entreprise valorisée en 2017 aux alentours de 360 millions de $. Impossible de dire ce que Google entend faire de ces technologies : améliorer des technologies existantes ? Penser de nouveaux appareils pour la VR ? Se protéger dans le futur en accumulant des brevets dans l’imagerie ? Mais une chose est sûre : si Lytro est un échec, l’entreprise a tout de même lancé deux appareils qui étaient opérationnels. Et qui avaient le mérite d’approcher la captation de l’image d’une manière radicalement nouvelle. Espérons que la puissance de Google permette aux anciens de Lytro de continuer leurs recherches dans ce domaine.




U.E. taxe les GAFA de 3%

  Liste des news    Liste des new du mois  
Commision Europeen

20

Mars

C'est cette semaine que les GAFA, acronyme derrière lequel se cachent les grosses entreprises du numérique (Google, Apple, Facebook, Amazon et les autres), sauront à quelle sauce l'Union européenne veut les manger. Ce mercredi 21 mars, la Commission européenne devrait en effet dévoiler ses propositions concernant la taxation de ces mastodontes qui ont hissé la pratique de l'optimisation fiscale au rang d'art… Selon un document dévoilé par Reuters, la taxe devrait se fixer à 3% des ventes des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel dépasse les 750 millions d'euros dans le monde ; autre condition pour tomber sous le coup de cette taxe : que les revenus annuels « taxables » au sein de l'Union dépassent les 50 millions d'euros. Autant dire que tous les GAFA y auront droit, mais aussi Uber et Airbnb en tant que plateformes de services agissant comme intermédiaires entre le consommateur du service et celui qui le fournit. Par contre, Netflix et les distributeurs de contenus numériques seraient épargnés car la Commission estime qu'ils ne s'appuient pas sur leurs utilisateurs pour créer de la valeur. Une notion qui peut se discuter, mais on aura toutes les explications cette semaine. Le précédent chiffre qui circulait était une taxe comprise entre 1% à 5%. Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie, avait évoqué récemment une fourchette entre 2% à 6%, en prévenant qu'on serait « plus près de 2 que de 6 ». Finalement, la Commission pourrait piocher un peu plus d'argent dans la poche de ces entreprises. Cette taxe, dont le montant final peut encore évoluer d'ici l'annonce de mercredi, est promise à une belle bataille entre l'Union européenne et les États-Unis. Les deux blocs sont déjà échauffés par la décision de Donald Trump de relever les taxes sur les importations de métal et d'aluminium. Affaire à suivre entre le bras de fer, entre l'Europe et les U.S.A.




Le Rachat de HTC par Google

  Liste des news    Liste des new du mois  
rachat de HTC par Google

30

Janvier

La finalisation du rachat de la division smartphone de HTC permet à Google de récupérer plus de 2.000 ingénieurs dont beaucoup spécialisés dans le hardware… Le marché est conclu : l’acquisition par la maison mère de Google de la division smartphone de HTC pour 1,1 milliard de $est une réalité, comme le valide The Verge. Ce qui fait de Google un concepteur à la fois de système d’exploitation avec Android et un concepteur de téléphones avec le savoir-faire de HTC. Si Google a depuis longtemps conçu des téléphones « type » avec des partenaires, les Nexus puis Pixels, développés avec HTC, LG et autres, c’est la première fois que l’entreprise californienne réunit tous les savoir-faire. Ce transfert rend Google plus compétitif et solide face à Apple.




Microsoft achète PlayFab

  Liste des news    Liste des new du mois  
microsoft logo.jpeg

30

Janvier

Après le service de stockage Avere Systems, Microsoft vient de procéder à sa deuxième acquisition, cette fois-ci dans le secteur des jeux vidéo. Il s’agit de PlayFab, une jeune pousse née en 2014 qui a développé une solution de backend pour les jeux hébergés dans le cloud qui gère toutes les opérations courantes ainsi que les outils d'analyse. Il s’agit de libérer les développeurs des tâches annexes et chronophages comme la gestion des tournois, des classements et les statistiques. PlayFab gère plus de 700 millions de joueurs et il est utilisé comme backend pour plus de 1 200 jeux, ce qui représente 1,5 milliard de transactions quotidiennes. Disney, Rovio et Atari sont parmi ses clients. Microsoft, qui n’a pas révélé le montant de cette acquisition, compte intégrer cette plateforme à son cloud Azure pour ajouter ce type de prestation à son offre. La firme de Redmond a récemment indiqué qu’il pourrait lancer un service de jeux vidéo en streaming dans les deux ans qui viennent. (Eureka Presse)




La mémoire DRAM va augmenter

  Liste des news    Liste des new du mois  
Memoire flambe

18

Janvier

L’annonce a été faite lors d’une conférence avec des investisseurs le 16 janvier dernier. Lee Pei-ing, PDG de Nanya, a expliqué que la situation globale du marché restera stable tout au long de l’année. En clair l’offre n’arrivera pas à répondre à la demande. Rien ne semble pourvoir éviter les choses même si certains fabricants ont annoncé une augmentation de leur production. Ce tableau idyllique est rassurant pour les investisseurs. Il a été souligné que si Samsung Electronics et SK Hynix augmentent vraiment leurs capacités de production de DRAM, cela ne sera pas suffisant. La demande va croitre. La hausse est estimée entre 20 à 25%. Cette prévision s’appuie sur le marché dynamique des serveurs qui restera fort en 2018. Les centres de données vont progresser et l’arrivée de la 5G ou encore le développement de l’IA (intelligence artificielle) devraient générer une forte demande une mémoire vive. A cela s’ajoute l’arrivée des nouvelles générations de smartphone avec des capacités de mémoire entre 4 et 6 Go et un besoin constant de nouveautés sur le marché grand public. Ceci concerne les téléviseurs, les décodeurs, les consoles de jeu, les appareils « miniers » et bien d’autres choses. Enfin Nanya a annoncé avoir démarré au dernier trimestre 2017 sa production en volume de sa dernière DDR4 de 8 Go en utilisant une gravure de 20 nm. Rapidement plusieurs cabinets d’analyse ont souhaité rassurer en soulignant que le marché de la DRAM restera stable en 2018. Il est même prévu des hausses des marges bénéficiaires pour Samsung. Tout ce contexte est du à une offre qui n’arrive pas à suivre la demande. Aucun indice ne laisse supposer que cette dernière va s’affaiblir cette année… bien au contraire. Le NDRC (National Development and Reform Commission’s Pricing Supervision Department) Chinois déclare être très attentif aux récentes flambées des prix des puces mémoire. Un haut responsable (Xu Xinyu) annonce dans les colonnes du quotidien China Daily qu’une éventuelle fixation des prix est possible. L’alerte a été donnée après une hausse constante des tarifs depuis maintenant 18 mois. Xu Xinyu n’exclue pas que cette situation pourrait être le résultat d’une action coordonnée de la part d’un certain nombre d’entreprises pour obtenir le maximum de profit en poussant le prix le plus haut possible.




Le Marché des PC toujours en baisse

  Liste des news    Liste des new du mois  
Marche du PC

15

Janvier

Le PC ne fait plus rêver à Noël, La 6e année consécutive de recul des livraisons mondiales de PC est arrivée. La chute fléchit cependant par rapport aux années précédentes. Ainsi en 2017, Gartner évalue la baisse à 2,8%, soit 262,5 millions de PC écoulés dans le monde, contre plus de 6% un an plus tôt. Rien de très réjouissant cependant, d'autant que le cabinet a comptabilisé 13 trimestres de baisse ininterrompue. Les derniers mois de l'année 2017, porteurs généralement pour les produits high-tech, n'ont pas fait exception avec -2% ou 71,5 millions de PC livrés. Si les analystes Gartner soutenaient observer certaines raisons d'être optimiste, ils doivent bien reconnaître : "Les résultats du quatrième trimestre confirment encore une fois que les PC ne sont plus des cadeaux de fêtes populaires." Mais attention, cela "ne signifie pas que les ordinateurs disparaissent des foyers". Gartner estime que si le marché continue de rétrécir, les acheteurs mettront à l'avenir l'accent sur la qualité et les fonctionnalités et plus le prix le moins cher. Cela aura pour effet une amélioration de la rentabilité et une hausse du prix de vente moyen. Du moins à long terme. Et pour certains constructeurs seulement. Les achats de PC sont désormais motivés par un "besoin" plutôt que par un désir ou une envie, soulignait déjà l'analyste Mikako Kitagawa. "Les grands événements de vente, tels que le Black Friday, Cyber Monday et les ventes de Noël ne sont plus des opportunités de marketing efficaces pour les PC" avançait-il. Noël a été une confirmation. Les livraisons mondiales de PC pourraient parvenir à freiner leur baisse en 2017. Gartner estimait à 50 millions le nombre d’unités livrées en 2016. Ce pourrait être 59 millions l'année dernière. Le cabinet n'a pas encore fourni ces données. En attendant, le marché mondial a cumulé une année supplémentaire de recul à 262,5 millions de PC. Malgré ces éléments positifs, la croissance ne sera pas au rendez-vous dans la zone EMEA en 2017. Gartner prévoit une baisse de 4% cette année, malgré l'acquisition de PC Windows 10 par les entreprises.




Parrot dans le rouge

  Liste des news    Liste des new du mois  
pack parrot fpv bebop 2 drone blanc cockpitglasses

26

Novembre

Malgré un Anafi lancé en juillet dernier et salué par la critique, Parrot enregistre un chiffre d'affaires en chute libre de 40% au troisième trimestre 2019, et s'apprête à licencier. Parrot dans la tourmente. À la lumière des résultats financiers du troisième trimestre 2018 parus aujourd'hui, l'entreprise de Henri Seydoux ne parvient pas à composer avec une concurrence chinoise très agressive, et une tendance en perte de vitesse. Fleuron de la French Tech, Parrot signe un troisième trimestre 2018 moribond, avec un chiffre d'affaires en berne de 40% (23,4 millions d'euros) et des pertes nettes de 51,8 millions d'euros. D'après Le Monde, la tendance ne devrait guère s'inverser au dernier trimestre, et même dépasser les 100 millions d'euros sur l'année. Conséquence directe d'un marché qui dévisse : Parrot va devoir se séparer de nombreux collaborateurs pour rester à flots en 2019-2020. Le groupe a ainsi annoncé que des plans de départ allaient être mis en place, essentiellement dans les antennes américaines et asiatiques de l'entreprise. Pour retrouver l'équilibre financier, Parrot va également miser davantage sur ses filiales oeuvrant notamment dans la modélisation par drone et l'inspection d'ouvrages. Le salut du drone se trouvera-t-il dans des applications professionnelles ? L'avenir nous le dira sans doute.




Le Disque Dur Magnétique commence sa descente

  Liste des news    Liste des new du mois  
SSD Western Digital ferme une usine de disque dur magnetique

19

Juillet

La chute continuelle des besoins en disque dur mécanique oblige Western Digital a fermer l’une de ses trois usines de fabrication. La technologie SSD est l’avenir du stockage. La bataille entre le disque dur et le SSD prend désormais un nouveau visage. Le stockage Flash avec ses vertus de robustesse, de performances et de compacité remporte un succès grandissant même si les couts sont encore très supérieur mais abordable. Les besoins sont nombreux surtout en mobilité. La technologie des disques durs a désormais du mal à s’imposer pour de nombreuses raisons. Depuis plusieurs années, les grands noms du domaine ont tenté de repousser l’inévitable. L’un des arguments a été la course à la capacité et aux prix mais l’heure semble désormais venue. Western Digital vient d’annoncer qu’il fermera son usine de disque dur près de Kuala Lumpur en Malaisie. C’est l’une de ses plus importantes unités de fabrication. Elle est en activité depuis 1973.lol Après cette fermeture, WD assurera sa production de disque dur avec ses sites de productions basées en Thaïlande. Le géant tente en parallèle de gagner des parts de marché sur le segment des SSD




Les PC de retour

  Liste des news    Liste des new du mois  
le marche des ordinateur PC

13

Juillet

Le PC est loin d’être mort et reste un outil de travail incontournable. Mais le smartphone continue de s’imposer comme « l’ordinateur » du quotidien. Et la fin du renouvellement lancé par Windows 10 est proche... Voilà une bonne nouvelle pour les amoureux des ordinateurs « à l’ancienne » : le cabinet d’analyse de marché Gartner publie des chiffres encourageant pour le marché du PC. Au dernier trimestre (2e trimestre 2018 donc) le marché est en progression de +1,4% par rapport au second trimestre 2017, soit plus de 62 millions de machines. Une progression modeste, certes, mais qui vient enrayer six années de baisse constante, c’est la première hausse d’un trimestre d’une année sur l’autre depuis… 2012 ! Gartner précise que « ce signe de stabilisation n’est pas suffisant pour affirmer que l’industrie du PC va repartir ». Car si une forte « saison » d’achats professionnels de la part de gouvernements et d’entreprises a un peu relancé la machine, le marché des PC grand public est toujours en difficulté. Et le cabinet de noter que « les utilisateurs utilisent leurs smartphones pour réaliser de plus en plus de tâches quotidiennes, comme les réseaux sociaux, vérifier leur calendrier, se connecter à leur banque, faire du shopping, ce qui limite le besoin (d’avoir à acheter, ndr) un PC grand public ». En clair : on travaille toujours sur des PC, mais la vie numérique quotidienne tourne de plus en plus autour des smartphones. Au détriment de nos bons vieux ordinateurs. Le format même du PC portable a encore de beaux jours devant lui. Mais de iOS en passant par Chrome OS, les alternatives à Microsoft existent désormais et influes étrangement sur les chiffre du marché bien divisé dont les limites sont parfois flous.




Amazon explose les compteurs !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Evolution des entreprises de la tech

02

Juillet

Pendant plus de 6 ans, Apple et Google ont toujours occupé respectivement la première et seconde place du classement Brand Finance 2018. Autant d'années où Amazon sera grimpé de la cinquième du classement en 2011 à la première cette année, talonné par les géants de Cupertino et de Mountain View. Depuis ses débuts en tant que simple libraire en ligne, Amazon connaît une très forte croissance qui l'a poussé à devenir aujourd'hui la société la plus importante du monde en termes de capitalisation boursière et de revenu, selon l'analyse de l'organisme Brand Finance. Ainsi, Amazon vaudrait aujourd'hui 150,8 milliards de dollars. Une telle valorisation ne sort pas de nulle part : l'entreprise doit son succès principalement à un enchaînement de bonnes décisions. Aujourd'hui, Amazon n'est plus un simple magasin de revente en ligne, mais un titan dans le marché de la production de produits électroniques et de services en ligne. En investissant dans le domaine du streaming et des enceintes connectées, le géant de Seattle a réussi à négocier avec succès les virages qu'avaient empruntés auparavant les géants du milieu des nouvelles technologies. Si ces dernières années Apple occupait régulièrement la première position avec une avance considérable sur les autres sociétés du classement, la firme à la pomme a connu en 2016 une chute de 27% de sa valeur, faisant tomber la marque à la troisième position du classement en 2017. Malgré une bonne remontée à la deuxième position pour une valeur de 146,3 milliards de dollars, l'avenir financier de la marque à la pomme semble cependant rempli de pépins. À force de capitaliser sur ses smartphones, le chiffre d'affaires de la firme de Cupertino est devenue beaucoup trop dépendante de la vente d'iPhone qui doit faire face à une concurrence de plus en plus rude. Concernant Google, le géant a cette année chuté de la première à la troisième place malgré une croissance de 10% de sa valeur qui atteint 120,9 milliards de dollars. Selon Brand Finance, cette évolution lente s'explique par le fait que, tout comme Apple, ses efforts s'appuient trop sur certains secteurs particuliers et l'empêchent d'augmenter son potentiel en créant une dépendance trop forte à un seul type de marché.




Le PDG D'intel démissionne

  Liste des news    Liste des new du mois  
Brian Krzanich demissione d intel

22

Juin

Brian Krzanich, CEO d'Intel, a démissionné de ses fonctions, avec effet immédiat. Une décision surprenante au premier abord, car depuis 2013 il était bien calé dans le fauteuil laissé par Paul Otellini. Ce n'est pas un problème de performances financières qui lui a coûté son poste, mais… une « relation consentie » avec un ou une employée du groupe. Cette histoire a donné lieu à une enquête interne durant laquelle Brian Krzanich a été convaincu d'avoir enfreint les règles de « non fraternisation » en vigueur chez les dirigeants de l'entreprise. On ne plaisante pas avec le guide de bonne conduite chez Intel, y compris quand on en est le CEO. L'intérim à la tête d'Intel sera assuré par Bob Swan, qui était auparavant le directeur financier du groupe. Le conseil d'administration est parti à la chasse au profil pour se trouver un nouveau CEO. Cette passation de pouvoir soudaine se déroule dans un contexte singulier. D'un côté, les comptes se portent bien : l'entreprise a connu un « excellent démarrage » en 2018, qui devrait être une année record. Et pourtant, les nuages s'accumulent dans le ciel : les processeurs Intel sont de plus en plus concurrencés par des solutions Arm « maison » comme chez Apple et comme toujours par AMD.




Héritage Virtuel !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Matthew Mellon

28

Mai

Matthew Mellon a fait fortune dans les cryptomonnaies, transformant 2 millions de dollars en un milliard. Il est cependant décédé brutalement il y a quelques jours, laissant une fortune pour l'instant impossible à hériter, car elle est verrouillée par un mot de passe. L'homme d'affaire a fait fortune dans le Bitcoin, puis dans le Ripple. Ses portefeuilles de cryptomonnaie sont toutefois difficiles à évaluer à l'heure actuelle, sachant que la valeur du Bitcoin et du Ripple a plongé en début d'année (et qu'il dépensait 7 millions de dollars par mois avant sa mort). Reste que ces portefeuilles sont impossibles à ouvrir, car sa famille n'a pas retrouvé les mots de passe de ses comptes, impossibles à décrypter autrement.




Xiami pourrait racheter GoPro

  Liste des news    Liste des new du mois  
Xiaomi rachete GoPRo

17

Avril

Au mois dernier, GoPro a chargé J.P. Morgan Chase de lui trouver un potentiel acheteur. Selon nos confrères de The Information, la firme chinoise Xiaomi est intéressée. Une telle opération lui ouvrirait la voie du marché américain. D’après les informations disponibles, Xiaomi aurait envisagé une offre, mais ne souhaite pas payer trop. Sachant les difficultés de GoPro, la compagne chinoise est peut-être en position de force. En effet, la marque américaine a récemment licencié près de 20% de son personnel. Elle est maintenant valorisée à environ 1 milliard de dollars, soit près du tiers de sa valeur en 2014. Par ailleurs, elle a confirmé qu’elle abandonne le marché du drone pour se consacrer aux caméras. Xiaomi est surtout connu pour ses smartphones. Néanmoins, la compagnie chinoise a déjà commencé la diversification de ses produits. Elle commercialise aussi des drones, des vélos électriques, des purificateurs d’air ou encore des robots aspirateurs. Le rachat ou un partenariat privilégié avec GoPro constituerait un atout important. Toutefois, depuis quelque temps les autorités sont très exigeantes avec les investisseurs étrangers qui souhaitent acheter des entreprises américaines. Si Xiaomi confirme ce projet, son parcours du combattant ne fait que commencer.




Foxconn se paye Belkin, Linksys et Wemo

  Liste des news    Liste des new du mois  
Foxconn entreprise electronique numerique

28

Mars

Depuis l’accès de Trump à la présidence, le rachat d’entreprises américaines par des investisseurs étrangers est devenu plus compliqué, surtout dans les domaines sensibles tels que les équipements réseau. Certains projets ont même été abandonnés. Comme Foxconn a promis de construire une usine de 10 milliards de dollars au Wisconsin, elle espère que son dossier sera validé par le comité chargé de son examen. L’entreprise taiwanaise est surtout connue en tant que sous-traitant d’Apple, elle assure l’assemblage des iPhone. L’achat de Belkin lui offre de nouvelles opportunités. Cette société californienne s’est forgé une solide réputation grâce à ces accessoires pour ordinateurs et téléphones. Elle a aussi réalisé une bonne opération en achetant Linksys en 2013. Outre ses routeurs, elle commercialise également des produits connectés sous la marque Wemo. Selon les estimations, le marché des objets connectés atteindrait 900 milliards de dollars d’ici 2025. Même si le créneau est concurrentiel, Foxconn espère tirer son épingle du jeu et ne plus dépendre des commandes d’Apple pour son développement. D’ailleurs des analyses récentes ont démontré que la croissance de la marque américaine passerait par les services et non plus les iPhone.




Vivendi lache Ubisoft

  Liste des news    Liste des new du mois  
logo ubisoft

26

Mars

Le géant du jeu vidéo français Ubisoft a annoncé un accord avec Vivendi en vue de la cession de l’intégralité de la participation de Vivendi dans Ubisoft, soit 30 489 300 actions. Le groupe précise que l’opération s’effectuera au moyen de l’entrée au capital d’Ubisoft de 2 nouveaux investisseurs de long terme, Ontario Teachers’ et Tencent, d’un rachat d’actions par Ubisoft, d’un achat d’actions par Guillemot Brothers SE et d’un placement privé accéléré auprès d’investisseurs institutionnels. Au terme de l’opération, Vivendi ne sera plus actionnaire d’Ubisoft et s’est par ailleurs engagé à ne pas acquérir d’actions Ubisoft pendant une période de 5 ans. Rappelons que le groupe Vivendi détient pas moins de 30 489 300 actions Ubisoft, lesquelles seront vendues au prix de 66 € chacune, pour un total légèrement inférieur à 2 milliards d’euros. Pour Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft : « L’évolution de notre actionnariat est une excellente nouvelle pour Ubisoft. Elle a été rendue possible par l’exécution remarquable de notre stratégie et par le soutien déterminant de nos talents, de nos joueurs et de nos actionnaires. Je voudrais les en remercier chaleureusement. » Le groupe Vivendi, très intéressé par le secteur vidéoludique, avait notamment mis la main sur Gameloft en 2016, une société détenue alors par… les frères Guillemot. En ce qui concerne les nouveaux actionnaires, dans le détail, Ontario Teachers’ s’est engagé à investir 250 millions d’euros soit 3 787 878 actions Ubisoft (3,4% du capital) et Tencent s’est engagé à acquérir 5 591 469 actions Ubisoft (5,0% du capital). Ces prises de participations se feront au prix de 66 € par action et ne prévoient pas d’attribution de sièges au conseil d’administration d’Ubisoft. Tencent s’est en outre engagé à ne pas transférer ses actions ni à augmenter sa détention d’actions ou de droits de vote dans Ubisoft. Evidemment, l’arrivée de Tencent s’accompagne de la signature d’un partenariat stratégique qui permettra d’étendre fortement la portée des franchises d’Ubisoft en Chine dans les années à venir. De son côté, Ubisoft s’est engagée à racheter auprès de Vivendi jusqu’à 9 090 909 (8.1% du capital) de ses propres actions. Dans le cadre de l’opération, Guillemot Brothers SE s’est engagé à acheter 3 030 303 actions (2,7% du capital), et le solde de la participation de Vivendi, soit 8 988 741 actions (8,0% du capital), sera cédé dans le cadre d’un placement privé accéléré (« Accelerated Bookbuilding ») auprès d’investisseurs institutionnels. Au passage, Ubisoft réaffirme ses objectifs pour 2017-18 et 2018-19 ainsi que ses perspectives de croissance sur le long terme.




Google achète Lytro

  Liste des news    Liste des new du mois  
Appareil Lytro

21

Mars

Pour 40 millions de $, Google pourrait mettre la main sur les ingénieurs et les brevets de Lytro, une petite entreprise américaine dont l’approche ambitionnait de révolutionner la captation des photos et des vidéos. Lytro ne serait plus. C’est en tous cas ce qu’affirme TechCrunch : une information relayée par des sources multiples. La petite entreprise qui avait tenté de révolutionner la photo (et la vidéo) serait en passe d’être rachetée par Google. Un Google qui mettrait la main non seulement sur les ingénieurs, mais aussi sur les brevets et le savoir-faire de Lytro dans un domaine assez peu exploré : la captation plénoptique. Les deux appareils lancés par Lytro dans les années 2011 et 2014 fonctionnaient sur ce principe où le capteur est équipé d’une matrice de microlentilles qui permet à l’appareil d’enregistrer, outre les informations de couleur et de luminosité, celles concernant la direction des rayons lumineux. Une technologie unique qui permet de se passer de l’autofocus : l’appareil enregistre instantanément l’image et on règle l’intensité de la zone de netteté et la mise au point a posteriori. Une révolution qui n’a pas eu lieu puisque les deux appareils, le Light Field et l’Illum, très limités dans l’usage (faible définition, peu de mémoire tampon, obligation de passer par un ordinateur, fichiers non pris en charge par les logiciels et navigateurs, etc.) n’ont pas rencontré de succès commercial. A la suite de cela, Lytro s’est tourné en 2016 vers la captation vidéo professionnelle en promettant des technologies encore plus folles avec le Lytro Cinema. Une « über » camera dont le capteur se revendiquait « équivalent à un capteur de 755 Mpix » et offrait, sur le papier, des fonctionnalités jamais vues comme le réglage du point a posteriori, l’isolation de sujet a posteriori (sans fond vert), le réglage de l’obturateur a posteriori, etc. Manque de chance, la caméra dont la vidéo promotionnelle de l’époque ne laissait pas voir grand-chose est morte-née. Et Lytro a dû se vendre au plus offrant… pour des clopinettes : selon TechCrunch, le rachat serait de 40 millions de $ voire 25 millions selon une autre source. Des miettes non seulement au regard du portefeuille de Google, mais surtout en comparaison des 200 millions que différents investisseurs avaient mis dans l’entreprise valorisée en 2017 aux alentours de 360 millions de $. Impossible de dire ce que Google entend faire de ces technologies : améliorer des technologies existantes ? Penser de nouveaux appareils pour la VR ? Se protéger dans le futur en accumulant des brevets dans l’imagerie ? Mais une chose est sûre : si Lytro est un échec, l’entreprise a tout de même lancé deux appareils qui étaient opérationnels. Et qui avaient le mérite d’approcher la captation de l’image d’une manière radicalement nouvelle. Espérons que la puissance de Google permette aux anciens de Lytro de continuer leurs recherches dans ce domaine.




U.E. taxe les GAFA de 3%

  Liste des news    Liste des new du mois  
Commision Europeen

20

Mars

C'est cette semaine que les GAFA, acronyme derrière lequel se cachent les grosses entreprises du numérique (Google, Apple, Facebook, Amazon et les autres), sauront à quelle sauce l'Union européenne veut les manger. Ce mercredi 21 mars, la Commission européenne devrait en effet dévoiler ses propositions concernant la taxation de ces mastodontes qui ont hissé la pratique de l'optimisation fiscale au rang d'art… Selon un document dévoilé par Reuters, la taxe devrait se fixer à 3% des ventes des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel dépasse les 750 millions d'euros dans le monde ; autre condition pour tomber sous le coup de cette taxe : que les revenus annuels « taxables » au sein de l'Union dépassent les 50 millions d'euros. Autant dire que tous les GAFA y auront droit, mais aussi Uber et Airbnb en tant que plateformes de services agissant comme intermédiaires entre le consommateur du service et celui qui le fournit. Par contre, Netflix et les distributeurs de contenus numériques seraient épargnés car la Commission estime qu'ils ne s'appuient pas sur leurs utilisateurs pour créer de la valeur. Une notion qui peut se discuter, mais on aura toutes les explications cette semaine. Le précédent chiffre qui circulait était une taxe comprise entre 1% à 5%. Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie, avait évoqué récemment une fourchette entre 2% à 6%, en prévenant qu'on serait « plus près de 2 que de 6 ». Finalement, la Commission pourrait piocher un peu plus d'argent dans la poche de ces entreprises. Cette taxe, dont le montant final peut encore évoluer d'ici l'annonce de mercredi, est promise à une belle bataille entre l'Union européenne et les États-Unis. Les deux blocs sont déjà échauffés par la décision de Donald Trump de relever les taxes sur les importations de métal et d'aluminium. Affaire à suivre entre le bras de fer, entre l'Europe et les U.S.A.




Le Rachat de HTC par Google

  Liste des news    Liste des new du mois  
rachat de HTC par Google

30

Janvier

La finalisation du rachat de la division smartphone de HTC permet à Google de récupérer plus de 2.000 ingénieurs dont beaucoup spécialisés dans le hardware… Le marché est conclu : l’acquisition par la maison mère de Google de la division smartphone de HTC pour 1,1 milliard de $est une réalité, comme le valide The Verge. Ce qui fait de Google un concepteur à la fois de système d’exploitation avec Android et un concepteur de téléphones avec le savoir-faire de HTC. Si Google a depuis longtemps conçu des téléphones « type » avec des partenaires, les Nexus puis Pixels, développés avec HTC, LG et autres, c’est la première fois que l’entreprise californienne réunit tous les savoir-faire. Ce transfert rend Google plus compétitif et solide face à Apple.




Microsoft achète PlayFab

  Liste des news    Liste des new du mois  
microsoft logo.jpeg

30

Janvier

Après le service de stockage Avere Systems, Microsoft vient de procéder à sa deuxième acquisition, cette fois-ci dans le secteur des jeux vidéo. Il s’agit de PlayFab, une jeune pousse née en 2014 qui a développé une solution de backend pour les jeux hébergés dans le cloud qui gère toutes les opérations courantes ainsi que les outils d'analyse. Il s’agit de libérer les développeurs des tâches annexes et chronophages comme la gestion des tournois, des classements et les statistiques. PlayFab gère plus de 700 millions de joueurs et il est utilisé comme backend pour plus de 1 200 jeux, ce qui représente 1,5 milliard de transactions quotidiennes. Disney, Rovio et Atari sont parmi ses clients. Microsoft, qui n’a pas révélé le montant de cette acquisition, compte intégrer cette plateforme à son cloud Azure pour ajouter ce type de prestation à son offre. La firme de Redmond a récemment indiqué qu’il pourrait lancer un service de jeux vidéo en streaming dans les deux ans qui viennent. (Eureka Presse)




La mémoire DRAM va augmenter

  Liste des news    Liste des new du mois  
Memoire flambe

18

Janvier

L’annonce a été faite lors d’une conférence avec des investisseurs le 16 janvier dernier. Lee Pei-ing, PDG de Nanya, a expliqué que la situation globale du marché restera stable tout au long de l’année. En clair l’offre n’arrivera pas à répondre à la demande. Rien ne semble pourvoir éviter les choses même si certains fabricants ont annoncé une augmentation de leur production. Ce tableau idyllique est rassurant pour les investisseurs. Il a été souligné que si Samsung Electronics et SK Hynix augmentent vraiment leurs capacités de production de DRAM, cela ne sera pas suffisant. La demande va croitre. La hausse est estimée entre 20 à 25%. Cette prévision s’appuie sur le marché dynamique des serveurs qui restera fort en 2018. Les centres de données vont progresser et l’arrivée de la 5G ou encore le développement de l’IA (intelligence artificielle) devraient générer une forte demande une mémoire vive. A cela s’ajoute l’arrivée des nouvelles générations de smartphone avec des capacités de mémoire entre 4 et 6 Go et un besoin constant de nouveautés sur le marché grand public. Ceci concerne les téléviseurs, les décodeurs, les consoles de jeu, les appareils « miniers » et bien d’autres choses. Enfin Nanya a annoncé avoir démarré au dernier trimestre 2017 sa production en volume de sa dernière DDR4 de 8 Go en utilisant une gravure de 20 nm. Rapidement plusieurs cabinets d’analyse ont souhaité rassurer en soulignant que le marché de la DRAM restera stable en 2018. Il est même prévu des hausses des marges bénéficiaires pour Samsung. Tout ce contexte est du à une offre qui n’arrive pas à suivre la demande. Aucun indice ne laisse supposer que cette dernière va s’affaiblir cette année… bien au contraire. Le NDRC (National Development and Reform Commission’s Pricing Supervision Department) Chinois déclare être très attentif aux récentes flambées des prix des puces mémoire. Un haut responsable (Xu Xinyu) annonce dans les colonnes du quotidien China Daily qu’une éventuelle fixation des prix est possible. L’alerte a été donnée après une hausse constante des tarifs depuis maintenant 18 mois. Xu Xinyu n’exclue pas que cette situation pourrait être le résultat d’une action coordonnée de la part d’un certain nombre d’entreprises pour obtenir le maximum de profit en poussant le prix le plus haut possible.




Le Marché des PC toujours en baisse

  Liste des news    Liste des new du mois  
Marche du PC

15

Janvier

Le PC ne fait plus rêver à Noël, La 6e année consécutive de recul des livraisons mondiales de PC est arrivée. La chute fléchit cependant par rapport aux années précédentes. Ainsi en 2017, Gartner évalue la baisse à 2,8%, soit 262,5 millions de PC écoulés dans le monde, contre plus de 6% un an plus tôt. Rien de très réjouissant cependant, d'autant que le cabinet a comptabilisé 13 trimestres de baisse ininterrompue. Les derniers mois de l'année 2017, porteurs généralement pour les produits high-tech, n'ont pas fait exception avec -2% ou 71,5 millions de PC livrés. Si les analystes Gartner soutenaient observer certaines raisons d'être optimiste, ils doivent bien reconnaître : "Les résultats du quatrième trimestre confirment encore une fois que les PC ne sont plus des cadeaux de fêtes populaires." Mais attention, cela "ne signifie pas que les ordinateurs disparaissent des foyers". Gartner estime que si le marché continue de rétrécir, les acheteurs mettront à l'avenir l'accent sur la qualité et les fonctionnalités et plus le prix le moins cher. Cela aura pour effet une amélioration de la rentabilité et une hausse du prix de vente moyen. Du moins à long terme. Et pour certains constructeurs seulement. Les achats de PC sont désormais motivés par un "besoin" plutôt que par un désir ou une envie, soulignait déjà l'analyste Mikako Kitagawa. "Les grands événements de vente, tels que le Black Friday, Cyber Monday et les ventes de Noël ne sont plus des opportunités de marketing efficaces pour les PC" avançait-il. Noël a été une confirmation. Les livraisons mondiales de PC pourraient parvenir à freiner leur baisse en 2017. Gartner estimait à 50 millions le nombre d’unités livrées en 2016. Ce pourrait être 59 millions l'année dernière. Le cabinet n'a pas encore fourni ces données. En attendant, le marché mondial a cumulé une année supplémentaire de recul à 262,5 millions de PC. Malgré ces éléments positifs, la croissance ne sera pas au rendez-vous dans la zone EMEA en 2017. Gartner prévoit une baisse de 4% cette année, malgré l'acquisition de PC Windows 10 par les entreprises.



Parrot dans le rouge

Malgré un Anafi lancé en juillet dernier et salué par la critique, Parrot enregistre un chiffre d'affaires en chute libre de 40% au troisième trimestre 2019, et s'apprête à licencier. Parrot dans la tourmente. À la lumière des résultats financiers du troisième trimestre 2018 parus aujourd'hui, l'entreprise de Henri Seydoux ne parvient pas à composer avec une concurrence chinoise très agressive, et une tendance en perte de vitesse. Fleuron de la French Tech, Parrot signe un troisième trimestre 2018 moribond, avec un chiffre d'affaires en berne de 40% (23,4 millions d'euros) et des pertes nettes de 51,8 millions d'euros. D'après Le Monde, la tendance ne devrait guère s'inverser au dernier trimestre, et même dépasser les 100 millions d'euros sur l'année. Conséquence directe d'un marché qui dévisse : Parrot va devoir se séparer de nombreux collaborateurs pour rester à flots en 2019-2020. Le groupe a ainsi annoncé que des plans de départ allaient être mis en place, essentiellement dans les antennes américaines et asiatiques de l'entreprise. Pour retrouver l'équilibre financier, Parrot va également miser davantage sur ses filiales oeuvrant notamment dans la modélisation par drone et l'inspection d'ouvrages. Le salut du drone se trouvera-t-il dans des applications professionnelles ? L'avenir nous le dira sans doute.
26-11-2018


Le Disque Dur Magnétique commence sa descente

La chute continuelle des besoins en disque dur mécanique oblige Western Digital a fermer l’une de ses trois usines de fabrication. La technologie SSD est l’avenir du stockage. La bataille entre le disque dur et le SSD prend désormais un nouveau visage. Le stockage Flash avec ses vertus de robustesse, de performances et de compacité remporte un succès grandissant même si les couts sont encore très supérieur mais abordable. Les besoins sont nombreux surtout en mobilité. La technologie des disques durs a désormais du mal à s’imposer pour de nombreuses raisons. Depuis plusieurs années, les grands noms du domaine ont tenté de repousser l’inévitable. L’un des arguments a été la course à la capacité et aux prix mais l’heure semble désormais venue. Western Digital vient d’annoncer qu’il fermera son usine de disque dur près de Kuala Lumpur en Malaisie. C’est l’une de ses plus importantes unités de fabrication. Elle est en activité depuis 1973.lol Après cette fermeture, WD assurera sa production de disque dur avec ses sites de productions basées en Thaïlande. Le géant tente en parallèle de gagner des parts de marché sur le segment des SSD
19-07-2018


Les PC de retour

Le PC est loin d’être mort et reste un outil de travail incontournable. Mais le smartphone continue de s’imposer comme « l’ordinateur » du quotidien. Et la fin du renouvellement lancé par Windows 10 est proche... Voilà une bonne nouvelle pour les amoureux des ordinateurs « à l’ancienne » : le cabinet d’analyse de marché Gartner publie des chiffres encourageant pour le marché du PC. Au dernier trimestre (2e trimestre 2018 donc) le marché est en progression de +1,4% par rapport au second trimestre 2017, soit plus de 62 millions de machines. Une progression modeste, certes, mais qui vient enrayer six années de baisse constante, c’est la première hausse d’un trimestre d’une année sur l’autre depuis… 2012 ! Gartner précise que « ce signe de stabilisation n’est pas suffisant pour affirmer que l’industrie du PC va repartir ». Car si une forte « saison » d’achats professionnels de la part de gouvernements et d’entreprises a un peu relancé la machine, le marché des PC grand public est toujours en difficulté. Et le cabinet de noter que « les utilisateurs utilisent leurs smartphones pour réaliser de plus en plus de tâches quotidiennes, comme les réseaux sociaux, vérifier leur calendrier, se connecter à leur banque, faire du shopping, ce qui limite le besoin (d’avoir à acheter, ndr) un PC grand public ». En clair : on travaille toujours sur des PC, mais la vie numérique quotidienne tourne de plus en plus autour des smartphones. Au détriment de nos bons vieux ordinateurs. Le format même du PC portable a encore de beaux jours devant lui. Mais de iOS en passant par Chrome OS, les alternatives à Microsoft existent désormais et influes étrangement sur les chiffre du marché bien divisé dont les limites sont parfois flous.
13-07-2018


Amazon explose les compteurs !

Pendant plus de 6 ans, Apple et Google ont toujours occupé respectivement la première et seconde place du classement Brand Finance 2018. Autant d'années où Amazon sera grimpé de la cinquième du classement en 2011 à la première cette année, talonné par les géants de Cupertino et de Mountain View. Depuis ses débuts en tant que simple libraire en ligne, Amazon connaît une très forte croissance qui l'a poussé à devenir aujourd'hui la société la plus importante du monde en termes de capitalisation boursière et de revenu, selon l'analyse de l'organisme Brand Finance. Ainsi, Amazon vaudrait aujourd'hui 150,8 milliards de dollars. Une telle valorisation ne sort pas de nulle part : l'entreprise doit son succès principalement à un enchaînement de bonnes décisions. Aujourd'hui, Amazon n'est plus un simple magasin de revente en ligne, mais un titan dans le marché de la production de produits électroniques et de services en ligne. En investissant dans le domaine du streaming et des enceintes connectées, le géant de Seattle a réussi à négocier avec succès les virages qu'avaient empruntés auparavant les géants du milieu des nouvelles technologies. Si ces dernières années Apple occupait régulièrement la première position avec une avance considérable sur les autres sociétés du classement, la firme à la pomme a connu en 2016 une chute de 27% de sa valeur, faisant tomber la marque à la troisième position du classement en 2017. Malgré une bonne remontée à la deuxième position pour une valeur de 146,3 milliards de dollars, l'avenir financier de la marque à la pomme semble cependant rempli de pépins. À force de capitaliser sur ses smartphones, le chiffre d'affaires de la firme de Cupertino est devenue beaucoup trop dépendante de la vente d'iPhone qui doit faire face à une concurrence de plus en plus rude. Concernant Google, le géant a cette année chuté de la première à la troisième place malgré une croissance de 10% de sa valeur qui atteint 120,9 milliards de dollars. Selon Brand Finance, cette évolution lente s'explique par le fait que, tout comme Apple, ses efforts s'appuient trop sur certains secteurs particuliers et l'empêchent d'augmenter son potentiel en créant une dépendance trop forte à un seul type de marché.
02-07-2018


Le PDG D'intel démissionne

Brian Krzanich, CEO d'Intel, a démissionné de ses fonctions, avec effet immédiat. Une décision surprenante au premier abord, car depuis 2013 il était bien calé dans le fauteuil laissé par Paul Otellini. Ce n'est pas un problème de performances financières qui lui a coûté son poste, mais… une « relation consentie » avec un ou une employée du groupe. Cette histoire a donné lieu à une enquête interne durant laquelle Brian Krzanich a été convaincu d'avoir enfreint les règles de « non fraternisation » en vigueur chez les dirigeants de l'entreprise. On ne plaisante pas avec le guide de bonne conduite chez Intel, y compris quand on en est le CEO. L'intérim à la tête d'Intel sera assuré par Bob Swan, qui était auparavant le directeur financier du groupe. Le conseil d'administration est parti à la chasse au profil pour se trouver un nouveau CEO. Cette passation de pouvoir soudaine se déroule dans un contexte singulier. D'un côté, les comptes se portent bien : l'entreprise a connu un « excellent démarrage » en 2018, qui devrait être une année record. Et pourtant, les nuages s'accumulent dans le ciel : les processeurs Intel sont de plus en plus concurrencés par des solutions Arm « maison » comme chez Apple et comme toujours par AMD.
22-06-2018


Héritage Virtuel !

Matthew Mellon a fait fortune dans les cryptomonnaies, transformant 2 millions de dollars en un milliard. Il est cependant décédé brutalement il y a quelques jours, laissant une fortune pour l'instant impossible à hériter, car elle est verrouillée par un mot de passe. L'homme d'affaire a fait fortune dans le Bitcoin, puis dans le Ripple. Ses portefeuilles de cryptomonnaie sont toutefois difficiles à évaluer à l'heure actuelle, sachant que la valeur du Bitcoin et du Ripple a plongé en début d'année (et qu'il dépensait 7 millions de dollars par mois avant sa mort). Reste que ces portefeuilles sont impossibles à ouvrir, car sa famille n'a pas retrouvé les mots de passe de ses comptes, impossibles à décrypter autrement.
28-05-2018


Xiami pourrait racheter GoPro

Au mois dernier, GoPro a chargé J.P. Morgan Chase de lui trouver un potentiel acheteur. Selon nos confrères de The Information, la firme chinoise Xiaomi est intéressée. Une telle opération lui ouvrirait la voie du marché américain. D’après les informations disponibles, Xiaomi aurait envisagé une offre, mais ne souhaite pas payer trop. Sachant les difficultés de GoPro, la compagne chinoise est peut-être en position de force. En effet, la marque américaine a récemment licencié près de 20% de son personnel. Elle est maintenant valorisée à environ 1 milliard de dollars, soit près du tiers de sa valeur en 2014. Par ailleurs, elle a confirmé qu’elle abandonne le marché du drone pour se consacrer aux caméras. Xiaomi est surtout connu pour ses smartphones. Néanmoins, la compagnie chinoise a déjà commencé la diversification de ses produits. Elle commercialise aussi des drones, des vélos électriques, des purificateurs d’air ou encore des robots aspirateurs. Le rachat ou un partenariat privilégié avec GoPro constituerait un atout important. Toutefois, depuis quelque temps les autorités sont très exigeantes avec les investisseurs étrangers qui souhaitent acheter des entreprises américaines. Si Xiaomi confirme ce projet, son parcours du combattant ne fait que commencer.
17-04-2018


Foxconn se paye Belkin, Linksys et Wemo

Depuis l’accès de Trump à la présidence, le rachat d’entreprises américaines par des investisseurs étrangers est devenu plus compliqué, surtout dans les domaines sensibles tels que les équipements réseau. Certains projets ont même été abandonnés. Comme Foxconn a promis de construire une usine de 10 milliards de dollars au Wisconsin, elle espère que son dossier sera validé par le comité chargé de son examen. L’entreprise taiwanaise est surtout connue en tant que sous-traitant d’Apple, elle assure l’assemblage des iPhone. L’achat de Belkin lui offre de nouvelles opportunités. Cette société californienne s’est forgé une solide réputation grâce à ces accessoires pour ordinateurs et téléphones. Elle a aussi réalisé une bonne opération en achetant Linksys en 2013. Outre ses routeurs, elle commercialise également des produits connectés sous la marque Wemo. Selon les estimations, le marché des objets connectés atteindrait 900 milliards de dollars d’ici 2025. Même si le créneau est concurrentiel, Foxconn espère tirer son épingle du jeu et ne plus dépendre des commandes d’Apple pour son développement. D’ailleurs des analyses récentes ont démontré que la croissance de la marque américaine passerait par les services et non plus les iPhone.
28-03-2018


Vivendi lache Ubisoft

Le géant du jeu vidéo français Ubisoft a annoncé un accord avec Vivendi en vue de la cession de l’intégralité de la participation de Vivendi dans Ubisoft, soit 30 489 300 actions. Le groupe précise que l’opération s’effectuera au moyen de l’entrée au capital d’Ubisoft de 2 nouveaux investisseurs de long terme, Ontario Teachers’ et Tencent, d’un rachat d’actions par Ubisoft, d’un achat d’actions par Guillemot Brothers SE et d’un placement privé accéléré auprès d’investisseurs institutionnels. Au terme de l’opération, Vivendi ne sera plus actionnaire d’Ubisoft et s’est par ailleurs engagé à ne pas acquérir d’actions Ubisoft pendant une période de 5 ans. Rappelons que le groupe Vivendi détient pas moins de 30 489 300 actions Ubisoft, lesquelles seront vendues au prix de 66 € chacune, pour un total légèrement inférieur à 2 milliards d’euros. Pour Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft : « L’évolution de notre actionnariat est une excellente nouvelle pour Ubisoft. Elle a été rendue possible par l’exécution remarquable de notre stratégie et par le soutien déterminant de nos talents, de nos joueurs et de nos actionnaires. Je voudrais les en remercier chaleureusement. » Le groupe Vivendi, très intéressé par le secteur vidéoludique, avait notamment mis la main sur Gameloft en 2016, une société détenue alors par… les frères Guillemot. En ce qui concerne les nouveaux actionnaires, dans le détail, Ontario Teachers’ s’est engagé à investir 250 millions d’euros soit 3 787 878 actions Ubisoft (3,4% du capital) et Tencent s’est engagé à acquérir 5 591 469 actions Ubisoft (5,0% du capital). Ces prises de participations se feront au prix de 66 € par action et ne prévoient pas d’attribution de sièges au conseil d’administration d’Ubisoft. Tencent s’est en outre engagé à ne pas transférer ses actions ni à augmenter sa détention d’actions ou de droits de vote dans Ubisoft. Evidemment, l’arrivée de Tencent s’accompagne de la signature d’un partenariat stratégique qui permettra d’étendre fortement la portée des franchises d’Ubisoft en Chine dans les années à venir. De son côté, Ubisoft s’est engagée à racheter auprès de Vivendi jusqu’à 9 090 909 (8.1% du capital) de ses propres actions. Dans le cadre de l’opération, Guillemot Brothers SE s’est engagé à acheter 3 030 303 actions (2,7% du capital), et le solde de la participation de Vivendi, soit 8 988 741 actions (8,0% du capital), sera cédé dans le cadre d’un placement privé accéléré (« Accelerated Bookbuilding ») auprès d’investisseurs institutionnels. Au passage, Ubisoft réaffirme ses objectifs pour 2017-18 et 2018-19 ainsi que ses perspectives de croissance sur le long terme.
26-03-2018


Google achète Lytro

Pour 40 millions de $, Google pourrait mettre la main sur les ingénieurs et les brevets de Lytro, une petite entreprise américaine dont l’approche ambitionnait de révolutionner la captation des photos et des vidéos. Lytro ne serait plus. C’est en tous cas ce qu’affirme TechCrunch : une information relayée par des sources multiples. La petite entreprise qui avait tenté de révolutionner la photo (et la vidéo) serait en passe d’être rachetée par Google. Un Google qui mettrait la main non seulement sur les ingénieurs, mais aussi sur les brevets et le savoir-faire de Lytro dans un domaine assez peu exploré : la captation plénoptique. Les deux appareils lancés par Lytro dans les années 2011 et 2014 fonctionnaient sur ce principe où le capteur est équipé d’une matrice de microlentilles qui permet à l’appareil d’enregistrer, outre les informations de couleur et de luminosité, celles concernant la direction des rayons lumineux. Une technologie unique qui permet de se passer de l’autofocus : l’appareil enregistre instantanément l’image et on règle l’intensité de la zone de netteté et la mise au point a posteriori. Une révolution qui n’a pas eu lieu puisque les deux appareils, le Light Field et l’Illum, très limités dans l’usage (faible définition, peu de mémoire tampon, obligation de passer par un ordinateur, fichiers non pris en charge par les logiciels et navigateurs, etc.) n’ont pas rencontré de succès commercial. A la suite de cela, Lytro s’est tourné en 2016 vers la captation vidéo professionnelle en promettant des technologies encore plus folles avec le Lytro Cinema. Une « über » camera dont le capteur se revendiquait « équivalent à un capteur de 755 Mpix » et offrait, sur le papier, des fonctionnalités jamais vues comme le réglage du point a posteriori, l’isolation de sujet a posteriori (sans fond vert), le réglage de l’obturateur a posteriori, etc. Manque de chance, la caméra dont la vidéo promotionnelle de l’époque ne laissait pas voir grand-chose est morte-née. Et Lytro a dû se vendre au plus offrant… pour des clopinettes : selon TechCrunch, le rachat serait de 40 millions de $ voire 25 millions selon une autre source. Des miettes non seulement au regard du portefeuille de Google, mais surtout en comparaison des 200 millions que différents investisseurs avaient mis dans l’entreprise valorisée en 2017 aux alentours de 360 millions de $. Impossible de dire ce que Google entend faire de ces technologies : améliorer des technologies existantes ? Penser de nouveaux appareils pour la VR ? Se protéger dans le futur en accumulant des brevets dans l’imagerie ? Mais une chose est sûre : si Lytro est un échec, l’entreprise a tout de même lancé deux appareils qui étaient opérationnels. Et qui avaient le mérite d’approcher la captation de l’image d’une manière radicalement nouvelle. Espérons que la puissance de Google permette aux anciens de Lytro de continuer leurs recherches dans ce domaine.


21-03-2018


U.E. taxe les GAFA de 3%

C'est cette semaine que les GAFA, acronyme derrière lequel se cachent les grosses entreprises du numérique (Google, Apple, Facebook, Amazon et les autres), sauront à quelle sauce l'Union européenne veut les manger. Ce mercredi 21 mars, la Commission européenne devrait en effet dévoiler ses propositions concernant la taxation de ces mastodontes qui ont hissé la pratique de l'optimisation fiscale au rang d'art… Selon un document dévoilé par Reuters, la taxe devrait se fixer à 3% des ventes des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel dépasse les 750 millions d'euros dans le monde ; autre condition pour tomber sous le coup de cette taxe : que les revenus annuels « taxables » au sein de l'Union dépassent les 50 millions d'euros. Autant dire que tous les GAFA y auront droit, mais aussi Uber et Airbnb en tant que plateformes de services agissant comme intermédiaires entre le consommateur du service et celui qui le fournit. Par contre, Netflix et les distributeurs de contenus numériques seraient épargnés car la Commission estime qu'ils ne s'appuient pas sur leurs utilisateurs pour créer de la valeur. Une notion qui peut se discuter, mais on aura toutes les explications cette semaine. Le précédent chiffre qui circulait était une taxe comprise entre 1% à 5%. Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie, avait évoqué récemment une fourchette entre 2% à 6%, en prévenant qu'on serait « plus près de 2 que de 6 ». Finalement, la Commission pourrait piocher un peu plus d'argent dans la poche de ces entreprises. Cette taxe, dont le montant final peut encore évoluer d'ici l'annonce de mercredi, est promise à une belle bataille entre l'Union européenne et les États-Unis. Les deux blocs sont déjà échauffés par la décision de Donald Trump de relever les taxes sur les importations de métal et d'aluminium. Affaire à suivre entre le bras de fer, entre l'Europe et les U.S.A.
20-03-2018


Le Rachat de HTC par Google

La finalisation du rachat de la division smartphone de HTC permet à Google de récupérer plus de 2.000 ingénieurs dont beaucoup spécialisés dans le hardware… Le marché est conclu : l’acquisition par la maison mère de Google de la division smartphone de HTC pour 1,1 milliard de $est une réalité, comme le valide The Verge. Ce qui fait de Google un concepteur à la fois de système d’exploitation avec Android et un concepteur de téléphones avec le savoir-faire de HTC. Si Google a depuis longtemps conçu des téléphones « type » avec des partenaires, les Nexus puis Pixels, développés avec HTC, LG et autres, c’est la première fois que l’entreprise californienne réunit tous les savoir-faire. Ce transfert rend Google plus compétitif et solide face à Apple.
30-01-2018


Microsoft achète PlayFab

Après le service de stockage Avere Systems, Microsoft vient de procéder à sa deuxième acquisition, cette fois-ci dans le secteur des jeux vidéo. Il s’agit de PlayFab, une jeune pousse née en 2014 qui a développé une solution de backend pour les jeux hébergés dans le cloud qui gère toutes les opérations courantes ainsi que les outils d'analyse. Il s’agit de libérer les développeurs des tâches annexes et chronophages comme la gestion des tournois, des classements et les statistiques. PlayFab gère plus de 700 millions de joueurs et il est utilisé comme backend pour plus de 1 200 jeux, ce qui représente 1,5 milliard de transactions quotidiennes. Disney, Rovio et Atari sont parmi ses clients. Microsoft, qui n’a pas révélé le montant de cette acquisition, compte intégrer cette plateforme à son cloud Azure pour ajouter ce type de prestation à son offre. La firme de Redmond a récemment indiqué qu’il pourrait lancer un service de jeux vidéo en streaming dans les deux ans qui viennent. (Eureka Presse)
30-01-2018


La mémoire DRAM va augmenter

L’annonce a été faite lors d’une conférence avec des investisseurs le 16 janvier dernier. Lee Pei-ing, PDG de Nanya, a expliqué que la situation globale du marché restera stable tout au long de l’année. En clair l’offre n’arrivera pas à répondre à la demande. Rien ne semble pourvoir éviter les choses même si certains fabricants ont annoncé une augmentation de leur production. Ce tableau idyllique est rassurant pour les investisseurs. Il a été souligné que si Samsung Electronics et SK Hynix augmentent vraiment leurs capacités de production de DRAM, cela ne sera pas suffisant. La demande va croitre. La hausse est estimée entre 20 à 25%. Cette prévision s’appuie sur le marché dynamique des serveurs qui restera fort en 2018. Les centres de données vont progresser et l’arrivée de la 5G ou encore le développement de l’IA (intelligence artificielle) devraient générer une forte demande une mémoire vive. A cela s’ajoute l’arrivée des nouvelles générations de smartphone avec des capacités de mémoire entre 4 et 6 Go et un besoin constant de nouveautés sur le marché grand public. Ceci concerne les téléviseurs, les décodeurs, les consoles de jeu, les appareils « miniers » et bien d’autres choses. Enfin Nanya a annoncé avoir démarré au dernier trimestre 2017 sa production en volume de sa dernière DDR4 de 8 Go en utilisant une gravure de 20 nm. Rapidement plusieurs cabinets d’analyse ont souhaité rassurer en soulignant que le marché de la DRAM restera stable en 2018. Il est même prévu des hausses des marges bénéficiaires pour Samsung. Tout ce contexte est du à une offre qui n’arrive pas à suivre la demande. Aucun indice ne laisse supposer que cette dernière va s’affaiblir cette année… bien au contraire. Le NDRC (National Development and Reform Commission’s Pricing Supervision Department) Chinois déclare être très attentif aux récentes flambées des prix des puces mémoire. Un haut responsable (Xu Xinyu) annonce dans les colonnes du quotidien China Daily qu’une éventuelle fixation des prix est possible. L’alerte a été donnée après une hausse constante des tarifs depuis maintenant 18 mois. Xu Xinyu n’exclue pas que cette situation pourrait être le résultat d’une action coordonnée de la part d’un certain nombre d’entreprises pour obtenir le maximum de profit en poussant le prix le plus haut possible.
18-01-2018


Le Marché des PC toujours en baisse

Le PC ne fait plus rêver à Noël, La 6e année consécutive de recul des livraisons mondiales de PC est arrivée. La chute fléchit cependant par rapport aux années précédentes. Ainsi en 2017, Gartner évalue la baisse à 2,8%, soit 262,5 millions de PC écoulés dans le monde, contre plus de 6% un an plus tôt. Rien de très réjouissant cependant, d'autant que le cabinet a comptabilisé 13 trimestres de baisse ininterrompue. Les derniers mois de l'année 2017, porteurs généralement pour les produits high-tech, n'ont pas fait exception avec -2% ou 71,5 millions de PC livrés. Si les analystes Gartner soutenaient observer certaines raisons d'être optimiste, ils doivent bien reconnaître : "Les résultats du quatrième trimestre confirment encore une fois que les PC ne sont plus des cadeaux de fêtes populaires." Mais attention, cela "ne signifie pas que les ordinateurs disparaissent des foyers". Gartner estime que si le marché continue de rétrécir, les acheteurs mettront à l'avenir l'accent sur la qualité et les fonctionnalités et plus le prix le moins cher. Cela aura pour effet une amélioration de la rentabilité et une hausse du prix de vente moyen. Du moins à long terme. Et pour certains constructeurs seulement. Les achats de PC sont désormais motivés par un "besoin" plutôt que par un désir ou une envie, soulignait déjà l'analyste Mikako Kitagawa. "Les grands événements de vente, tels que le Black Friday, Cyber Monday et les ventes de Noël ne sont plus des opportunités de marketing efficaces pour les PC" avançait-il. Noël a été une confirmation. Les livraisons mondiales de PC pourraient parvenir à freiner leur baisse en 2017. Gartner estimait à 50 millions le nombre d’unités livrées en 2016. Ce pourrait être 59 millions l'année dernière. Le cabinet n'a pas encore fourni ces données. En attendant, le marché mondial a cumulé une année supplémentaire de recul à 262,5 millions de PC. Malgré ces éléments positifs, la croissance ne sera pas au rendez-vous dans la zone EMEA en 2017. Gartner prévoit une baisse de 4% cette année, malgré l'acquisition de PC Windows 10 par les entreprises.
15-01-2018