Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  




L'actualité
ECONOMIE


Google ce lance dans les services bancaires

  Liste des news    Liste des new du mois  
bientot des comptes en banque google

14

Novembre

La firme californienne prévoit de proposer à partir de l’année prochaine des comptes chèques aux particuliers en partenariat avec la banque Citigroup. Le service sera adossé à Google Pay. Google s’apprête à rejoindre Apple et Facebook sur le créneau des services bancaires et financiers personnels avec le lancement d’une offre de comptes chèques. Baptisé “Cache”, le projet se fera en partenariat avec la banque Citigroup et une coopérative de crédit de l’université Stanford. Ces deux acteurs prendront en charge les activités financières et de conformité liées à ces comptes. Le service Cache fonctionnera avec le portefeuille électronique Google Pay. Mais pas question, promet Google, d’exploiter les données liées à ce système. "Si nous pouvons aider plus de gens à faire plus de choses de manière numérique en ligne, c'est bon pour Internet et c'est bon pour nous”, a déclaré Caesar Sengupta, un représentant de Google cité dans un article du Wall Street Journal révélant l’existence du projet Cache.



Google à bien racheté Fitbit

  Liste des news    Liste des new du mois  
Bracelet Fitbit

04

Novembre

Après quelques jours de rumeurs et de tractations, c’est officiel : Google a bien acheté Fitbit. La transaction, à hauteur de 2,1 milliards de dollars, va permettre au moteur de recherche se mieux se positionner en face de l’Apple Watch. Google empoche officiellement les bracelets connectés, les smartwatchs et les balances de Fitbit. Depuis plusieurs mois, le pionnier du secteur se cherchait un repreneur en raison de la dégradation de ses parts de marché face à l’ogre Apple et son Apple Watch qui en détient près de la moitié. Fitbit n’ayant cessé de perdre de l’argent ces derniers trimestres, la solution la plus radicale d’aider l’entreprise à se maintenir en vie revenait effectivement à la vendre ! « Google est un partenaire idéal pour avancer dans notre mission », a expliqué James Park, le cofondateur de Fitbit. La marque devrait rester en place pendant encore un moment, elle est en effet connue et reconnue : le constructeur a vendu plus de 100 millions de produits, en majorité des bracelets connectés, et il compte 28 millions d’utilisateurs actifs. Rick Osterloh, vice-président Devices & Services de Google, précise sur le blog du moteur de recherche que si l’entreprise a fait des progrès dans le secteur des objets à porter sur soi avec ses partenaires, l’opportunité d’investir encore plus dans l’écosystème Wear OS s’est présentée avec Fitbit. Google veut « stimuler » l’innovation dans les wearables et construire des produits qui profiteront à encore plus de personnes dans le monde. Les futurs appareils de Fitbit porteront la « griffe » Made by Google. Pour l’occasion et puisque le sujet est dans l’air du temps, Google a voulu rassurer les utilisateurs de Fitbit : le moteur de recherche n’a pas l’intention d’exploiter les données santé et bien-être des possesseurs de bracelets et de montres connectés pour ses publicités. Ces derniers pourront aussi consulter et supprimer leurs données en tout temps. La suite va être intéressante. Google va-t-elle profiter de Fitbit pour enfin mettre en route sa propre montre Pixel annoncée depuis des années par la rumeur ?



Google souhaite racheter Fitbit

  Liste des news    Liste des new du mois  
fitbit versa

29

Octobre

Selon les informations de Reuters, Alphabet aurait formulé une offre d'acquisition pour Fitbit. L’agence de presse souligne, comme il est de coutume, que rien n’indique encore que les négociations entre les deux parties aboutiront. Par ailleurs, aucun montant n’est évoqué et aucune des deux entreprises n’a souhaité répondre à Reuters à ce sujet. En septembre, on apprenait que Fitbit avait pris contact avec la banque d’affaires Qatalyst Partners afin d’explorer la possibilité d’une vente. Malgré son rôle moteur dans le développement du marché des bracelets connectés, Fitbit est aujourd’hui concurrencé plus fortement par des marques chinoises comme Huawei et Xiaomi. Par ailleurs, son ouverture sur le segment des montres connectées n’a pas rencontré la réussite escomptée face à la domination d’Apple et Samsung. Cet été, l’entreprise a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’année en cours, invoquant des ventes en dessous des attentes pour sa nouvelle montre Versa Lite. Elle présentera les résultats de son troisième trimestre le 6 novembre.



Taxes GAFA plus rentables que prévu !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Google Amazon Facebook Apple

21

Octobre

Après une tolérance vieille de plusieurs années de pratiques d'optimisation fiscale, la loi du 24 juillet 2019 est venue instaurer une taxe sur les services numériques, suite à de nombreuses discussions entre les deux chambres, Assemblée nationale et Sénat. Les députés, qui discutent actuellement du projet de loi de finances pour 2020, ont dévoilé ce qu'allait rapporter la fameuse taxe appliquée aux géants du numérique depuis le 1er janvier 2019. Et le montant est légèrement supérieur à ce qui était dans un premier temps annoncé. Selon le projet de loi de finances pour 2020, que nous avons pu consulter, les recettes fiscales de l'État devraient atteindre 306,1 milliards d'euros l'an prochain (291,8 milliards en recettes nettes) contre 292,7 milliards d'euros en 2019 (278,1 milliards en recettes nettes). Sur ces recettes fiscales, une nouvelle ligne apparaît, celle de la taxe sur les services numériques. Ce nouvel impôt, souhaité ardemment par Bruno Le Maire, sera maintenu en France en attendant qu'un consensus soit trouvé sur le plan mondial, du côté de l'OCDE. La taxe prévoit un taux unique de 3 % sur le chiffre d'affaires pour les firmes qui génèrent un chiffre d'affaires mondial annuel de 750 millions d'euros, dont 25 millions rien qu'en France. L'impôt touchera une trentaine de sociétés, dont la Française Criteo et des géants de l'écosystème numérique comme Google, Apple, Facebook, Amazon, Alibaba, Microsoft, Airbnb, Booking, Tripadvisor ou Uber. Si l'OCDE ne parvient pas à un accord, la Commission européenne est prête à agir seule. Alors qu'il était censé rapporter autour de 400 millions d'euros en 2019, le projet de loi de finances pour 2020 fait état d'une recette de 459 millions d'euros l'an prochain pour l'État français. À terme (d'ici 2022 selon les experts), les sommes récoltées devraient atteindre 650 millions d'euros.



Les Motos Electriques Evok arrivent en Europe

  Liste des news    Liste des new du mois  
Evok Motocycle moto electrique

02

Octobre

Evoke Motorcycles créée en 2016 par Nathan Siy, un Canadien résidant à Pékin, l'entreprise présentait en 2017 son premier modèle, l'Urban S, suivi l'année suivante par l'Urban Classic. Ces motos au design sportif rappelaient notamment la 797 Monster de Ducati. Comme le souligne Electrek, Evoke précise que l'Autriche, l'Allemagne et Malte rejoindront la liste des pays importateurs de leurs modèles. La 6061 est déjà en cours de livraison à Malte, tandis que les motards allemands et autrichiens peuvent la pré-commander. Parmi ces pays, l'Autriche est pour l'instant le seul où le modèle 2018 Urban Series est disponible en test. En outre, rappelons que le constructeur distribue actuellement dans une dizaine de pays dont l'Amérique, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine, la Norvège ou l'Espagne. Les deux premiers modèles du constructeur chinois, l'Urban S et l'Urban Classic, présentaient tous deux une autonomie de 200 km pour une vitesse maximale de 130 km/h. Par ailleurs, une durée de recharge d'environ 90 minutes pour restaurer la batterie à 80% de sa puissance était mise en avant. Evoke met la barre haut pour son prochain modèle, annoncé pour 2020. En effet, la moto au design épuré sera propulsée par un moteur de 120 Kw (160 ch), avec une transmission spécialement conçue par l'entreprise. Affichant une autonomie de 400 km en ville et 250 km sur autoroute, la 6061 promet surtout un temps de recharge drastiquement diminué, de seulement 15 minutes pour restaurer 80 % de la batterie. Le modèle sera entre autres équipé de batteries à refroidissement automatiques et préchauffées en hiver, d'un système d'équilibrage, d'écrans tactiles dernier cri et d'une option de connectivité réseau. Notons que les modèles Evoke sont produits par Foxconn, le sous-traitant d'Apple en charge de la fabrication de l'iPhone. Enfin, le prix de l'Urban S et de l'Urban Classic étant compris entre 7 000 et 9 000 $, il faudra ainsi probablement débourser plus de 10 000 $ (9 000 €) pour s'offrir le nouveau bébé de la firme.



Le Canada aussi souhaite taxer les GAFA

  Liste des news    Liste des new du mois  
gafa

01

Octobre

En pleine campagne électorale des législatives, Justin Trudeau a annoncé qu’il avait changé d’avis, et que s’il était à nouveau élu, il souhaitait taxer les géants du web. « On avait fait une promesse en 2015 de ne pas le faire et on ne l’a pas fait. Mais au cours des dernières années, on a commencé à parler avec nos partenaires internationaux qui font face aux mêmes défis que nous » s'est justifié le Premier ministre canadien à propos de la perspective de mettre en place un impôt dédié à Google, Facebook et les autres entreprises américaines. « Nous nous alignons avec la France, le Royaume-Uni et d’autres pays qui vont s’assurer que les géants du web qui font des profits et créent des revenus ici au Canada paient leur juste part d’impôt sur ces revenus » a-t-il poursuivi, précisant qu’il s’agirait d’un prélèvement de 3% sur les revenus générés par la publicité en ligne et l’exploitation des données des internautes. S’il est réélu, il évoque une entrée en vigueur dès avril 2020 avec l'ambition de collecter 540 millions de dollars canadiens en 2020, puis 730 millions en 2021. A l’instar d’Emmanuel Macron, dont il dit s’inspirer, Trudeau souhaite « s’assurer que les grandes compagnies vont faire leur part parce que c’est important, dans un monde qui est de plus en plus numérique et mondialisé, que les règles s’appliquent à tout le monde. »



Logitech rachète Streamlabs

  Liste des news    Liste des new du mois  
StreamLabs

27

Septembre

Le fabricant de hardware Logitech (ou LOGI) vient d'acquérir Streamlabs, créateur de la célèbre application pour streameurs, pour environ 89 millions de dollars. Un mariage qui semble presque naturel, puisque les deux entreprises sont spécialisées et reconnues dans le monde du gaming et du streaming de jeux vidéo en ligne. Streamlabs a démocratisé la solution nommée Open Broadcaster Software, permettant aux diffuseurs de jeux vidéo en ligne de monétiser leurs audiences, mais aussi de suivre les alertes de dons et de gérer l'ensemble de stream. Une application qui est extrêmement populaire sur Twitch (70 % des streameurs du site utilisent cette application) et YouTube, puisque l'entreprise revendique 15 millions d'utilisateurs. En parallèle des 89 millions de dollars du rachat, Logitech devrait verser 29 millions de dollars en plus en actions si Streamlabs atteint ses objectifs de croissance.



Pénurie aussi chez Intel

  Liste des news    Liste des new du mois  
CPU Intel Comet Lake en Penurie

26

Septembre

En avril dernier, Intel investissait 1,4 milliard de dollars dans les lignes de production en 14 nm. L’objectif : endiguer la pénurie à laquelle il doit faire face depuis plusieurs mois. L’entreprise espérait y mettre un terme au troisième trimestre de cette année. Malheureusement, le DigiTimes nous apprend qu’Intel n’en a toujours pas fini avec la pénurie. Les puces en 14 nm seraient fortement impactées. La production en 14 nm serait actuellement déficitaire et devrait le rester encore plusieurs mois. Cette carence aurait déjà contraint de nombreux fabricants d’ordinateurs portables à reporter leurs produits à 2020. Les processeurs Comet Lake, en 14 nm, seraient les principaux concernés. Ainsi, malgré le lancement officiel de la gamme en août, seuls quelques ordinateurs débarqueront sur le marché dans les prochaines semaines. Désormais, la pénurie ne devrait pas s’arrêter avant 2020. Voilà qui devrait rassurer AMD, également contraint de retarder la sortie de certaines puces pour d’autres motifs et surtout à son partenariat avec TSMC dont le carnet de commande explose.



AMD repousse la sortie du Ryzen 9 3950X

  Liste des news    Liste des new du mois  
amdthrearipper

24

Septembre

L’entreprise est contrainte de repousser la sortie de son Ryzen 9 3950X à cause de la saturation des lignes 7 nm de TSMC. Le processeur débarquera donc en même temps que les Threardripper Zen 2. Pas mal de gens attendent avec impatience le Ryzen 9 3950X, le porte-étendard des Ryzen 3000. Il faut dire que tout plaide en faveur de ce processeur, qui, en plus d’obtenir un score de folie sous Cinebench R15, surpasserait l’Intel Core i9-9980XE. Malheureusement, AMD vient de repousser la sortie de cette puce 16 cœurs / 32 threads censée sortir initialement ce mois-ci. Les clients devront patienter jusqu’en novembre. La bonne nouvelle de cette annonce, c’est qu’AMD dévoile enfin la date de sortie de ses Threadripper Zen 2. Ces derniers débarqueront également en novembre. L’entreprise explique le report du Ryzen 9 3950X par la forte demande sur les Ryzen 3000 actuels. Chez TSMC, on parlait plutôt d’une saturation des lignes de production en 7 nm. En effet, le fondeur a indiqué crouler sous les demandes. Une surcharge de travail qui allonge logiquement les délais de livraison, y compris pour AMD. Il est probable que l’entreprise privilégie la production de ses processeurs EPYC Rome, également gravés en 7 nm, qui enchainent les records.



WD vend son Data center Intelliflash

  Liste des news    Liste des new du mois  
DDN Acquisition de IntelliFlash Enterprise de stockage pro Western Digital

23

Septembre

Western Digital a déclaré jeudi qu'il vendait son portefeuille de systèmes de centres de données IntelliFlash à DDN, un important fournisseur de stockage de données. Les termes de l'accord n'ont pas été divulgués. Cette vente s'inscrit dans le cadre de la décision de Western Digital de se retirer de l'activité Systèmes de stockage, a déclaré la société. Dans le cadre de cet effort, elle explore également des "options stratégiques" pour son portefeuille ActiveScale. En se déchargeant de ses activités de systèmes de stockage, Western Digital a déclaré qu'elle sera en mesure de concentrer son portefeuille de centres de données autour des plates-formes de stockage. Cela inclut la plate-forme OpenFlex. Plus tôt ce mois-ci, Western Digital a fait l'acquisition de Kazan Network. En plus de l'accord IntelliFlash, Western Digital et DDN ont conclu un accord pluriannuel en vertu duquel DDN augmentera son achat de disques durs et de dispositifs de stockage SSD de Western Digital. Western Digital restera l'un des plus grands consommateurs de produits IntelliFlash ont déclaré les deux entreprises. L'opération devrait être conclue plus tard cette année.



Amazon achète 100 000 camionettes Electriques.

  Liste des news    Liste des new du mois  
Camionette Electrique Amzon

20

Septembre

Le fondateur de la plus grande plate-forme de commerce en ligne s'engage dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il veut atteindre les objectifs fixés par les accords de Paris dix ans avant la date prévue. Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon et l'homme le plus riche du monde, s'est lancé, jeudi 19 septembre, dans une campagne de lutte contre le réchauffement climatique. « Mon engagement est de remplir les objectifs de l'accord de Paris avec dix ans d'avance et Amazon est le premier sur la liste », qui doit associer d'autres entreprises, a expliqué Jeff Bezos au cours d'une conférence de presse à Washington. « Nous voulons nous servir de notre influence et de notre taille pour montrer la voie. ». Pour cela, Jeff Bezos a indiqué que son entreprise allait commander 100 000 camionnettes électriques à l'entreprise américaine Rivian, dont les premières seront opérationnelles dès 2021. La totalité de la flotte sera déployée en 2030, selon un porte-parole du groupe. Le chef d'entreprise avait évoqué précédemment la date de 2024. Jeff Bezos a également indiqué qu'Amazon verserait 100 millions de dollars pour la reforestation, en collaboration avec l'ONG nord-américaine Nature Conservancy.



Un Français à la Tête de HTC

  Liste des news    Liste des new du mois  
htc logo

19

Septembre

Ancien cadre d'Orange. Car si HTC a été le premier constructeur de smartphone a proposer Android sur ses appareils, il a depuis été largement devancé par les constructeurs chinois. Le nouveau PDG de l'entreprise taïwanaise spécialisée dans les smartphones se nomme Yves Maitre. Ancien cadre d'Orange, il doit ré-aviver la marque. Reste que en 2018, l'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires de 770 millions de $, une première sous le milliard depuis son introduction en bourse en 2006. Car si HTC a été le premier constructeur de smartphone a proposer Android sur ses appareils (la photo montre ce smartphone), il a depuis été largement devancé par les constructeurs chinois. HTC a également misé gros que les casques de réalité virtuelle ces dernières années. Et l'entreprise diversifie son offre en la matière en proposant des services. Reste que ce segment demeure une niche, même si les jeux vidéos semblent une voie prometteuse en la matière. Au delà du smartphone et des casques de réalité virtuelle, HTC cherche désormais a partir à la conquête des marchés des hub 5G, avec un nouveau produit présenté récemment. Chez Orange, où il a passé 14 ans, Yves Maitre était vice-président exécutif des équipements grand public et des partenariats. Il avait auparavant travaillé pour Thomson Multimedia. Cher Wang, l’ancienne PDG d’HTC, a de son côté été promue présidente du groupe.



Bientôt des Avions Electriques.

  Liste des news    Liste des new du mois  
X57 Nasa avion Electrique

19

Septembre

Si le secteur automobile a déjà bien avancé en matière d'électrification, la question est plus délicate pour l'aéronautique. Alimenter un vol entier nécessite une autonomie importante, et donc un certain nombre de batteries. Mais cumulées, celles-ci peuvent finir par peser lourd, nécessitant alors plus d'énergie, donc plus de batteries, et donc plus de poids... Un cercle vicieux. Cette problématique n'est cependant pas une fatalité pour certaines entreprises, et notamment pour Electric Power Systems (EPS), basée à Logan, dans l'Utah (États-Unis). La société développe des dispositifs de stockage d'énergie sûrs et légers, particulièrement destinés aux industries aéronautique et spatiale. Ses batteries équipent déjà des engins volants électriques, tels que le X57 de la NASA ou l'eFlyer 2 de Bye Aerospace. Hier, l'entreprise américaine a reçu deux nouveaux soutiens de poids. En effet, EPS a conclu une levée de fonds, qui a vu l'arrivée de deux investisseurs majeurs : l'Américain Boeing et le Français Safran, à travers leurs fonds respectifs, Boeing HorizonX Ventures et Safran Corporate Ventures. Pour les deux industriels, l'idée de cette alliance de circonstance est d'aider EPS à « développer une base industrielle hautement automatisée, capable de produire à une échelle inédite des systèmes de stockage énergétique pour l'aviation », tout en réduisant le coût de ces batteries. cela ne signifie pas que nous pourrons bientôt embarquer à plusieurs centaines dans un Boeing 747 100 % électrique pour un Paris-New York. Les avions concernés aujourd'hui sont plutôt des petits modèles à hélice, prévus pour transport entre deux et 8 passagers. L'enjeu se situe également dans la future mobilité aérienne en zone urbaine. Le marché en est à peine à ses balbutiements, mais les deux entreprises souhaiteraient d'ores et déjà prendre de l'avance. C'est le sens donné à leurs récents investissements : le constructeur américain s'est rapproché de Cuberg, qui développe une nouvelle génération de batteries à forte densité énergétique, tandis que l'entreprise française a acquis une participation dans Oxis Energy, qui produit des cellules lithium-soufre pour améliorer l'efficacité du stockage d'énergie.



Iliad s'associe avec Nokia pour déployer la 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
iliad 5g data

02

Septembre

Le lancement de la 5G reste encore lointain pour les consommateurs mais les opérateurs mobiles se préparent activement pour être prêts dès l'année 2020, qui marquera l'ouverture du réseau sur une partie du territoire. Le groupe Iliad (free) annonce aujourd'hui avoir conclu un accord avec Nokia pour l'installation des antennes 5G. L'entreprise finlandaise travaille avec Free depuis 2010 et les débuts de Free mobile sur le marché français. Dans le communiqué officialisant l'annonce, Iliad explique faire « le choix de la technologie européenne et de l'indépendance stratégique ». On ne peut s'empêcher de penser que Free fait explicitement référence à Huawei, un autre géant des équipements réseau, dans le choix de cette formule. Iliad souhaite désormais aller vite et pourra commencer l'installation de ces premières infrastructures dès la procédure d'attribution des fréquences 5G terminée, probablement au début de l'année prochaine.



Alphabet devient la société la plus riche au monde

  Liste des news    Liste des new du mois  
Alphabet Google societe la plus riche

02

Aout

Selon le Financial Time, Alphabet est désormais la société la plus aisée, en termes de liquidité, du monde, depuis le second trimestre 2019. L'entreprise, société mère de Google, relègue Apple au second rang alors même que la firme de Cupertino a passé un long moment sur le trône. Depuis le dernier trimestre 2017, les réserves de liquidités d'Alphabet ont augmenté de 20 milliards de dollars. Cela lui a permis de détrôner Apple dont la richesse ne s'élève « qu'à » 102 milliards, là où la sienne atteint 15 milliards de plus (117 milliards). Ce succès intervient pile à un moment compliqué pour la société. Elle doit en effet assumer une surveillance antitrust et faire face à des protestions de ses employés. Reste qu'aujourd'hui, même si elle a détrôné Apple, Alphabet n'a pas encore obtenu le titre de la « société la plus précieuse au monde », ce qui est le cas de la firme de Cupertino.



Amazon répercute la taxe GAFA à ses vendeurs

  Liste des news    Liste des new du mois  
Amazon fait payer la taxe gafa a ses vendeurs

02

Aout

Moins d’un mois après l’adoption de la loi sur la fiscalité des géants du numérique au parlement français, Amazon a décidé d’augmenter ses tarifs. « Vu que nous opérons dans le secteur très concurrentiel et à faible marge du commerce de détail et que nous investissons massivement dans la création d’outils et de services destinés à nos clients et à nos vendeurs partenaires, nous ne sommes pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires ». C’est ainsi que Amazon, dans un email envoyé à l'AFP, justifie son choix d’augmenter ses tarifs de commission pour les vendeurs français qui utilisent sa plate-forme. Cette mesure, qui entrera en vigueur début octobre, est la réponse à la taxe GAFA mise en place par la France pour mettre fin à l’inégalité fiscale dont profitent les plus grandes entreprises du numérique. Elles sont une trentaine visées par cette loi fiscale, et on trouve donc Google, Amazon, Facebook et Apple(GAFA), mais aussi des entreprises françaises comme Meetic et Criteo. Cette décision d’Amazon va forcément avoir un impact sur les vendeurs tiers. Soit ils augmentent du même coup leur tarif, soit ils se tournent vers une plate-forme concurrente. Pourquoi pas Rakuten puisque cet autre géant de l’e-commerce a annoncé par la voix de son P-dg Fabien Versavu qu’il n’allait pas répercuter cette taxe sur ses clients.



La Taxe GAFA met Trump en colère !

  Liste des news    Liste des new du mois  
taxe gafa bruno lemaire promet de lappliquer en france en 2019

29

Juillet

Les Etats-Unis s’étaient émus mi-juillet de la mise en place de la taxe GAFA, une taxe jugée alors comme discriminatoire et qui allait faire l’objet d’une enquête par l’administration américaine. Cette taxe de 3% sur le chiffre d’affaires touche toutes les entreprises du numérique générant une activité annuelle d’au moins 750 millions d’euros au niveau mondial et de 25 millions en France. Une taxe qui a fait beaucoup de bruit sur le plan médiatique, mais qui au final ne devrait rapporter que 400 millions d’euros cette année. Et cela pourrait s’avérer de surcroit contre-productif. Les menaces de Donald Trump commencent à se faire plus précises. Le président américain promet en effet de s’attaquer au vin français. On est là dans le symbole mais pas seulement, les exportations de vins et de spiritueux français vers les Etats-Unis dépassaient les 3,1 milliards d’euros. D'ou les mots de Trump : " La France vient d’imposer une taxe du numérique à nos grandes entreprises technologiques américaines. Si quelqu’un devait les taxer, cela devrait être leur pays d’origine, les Etats-Unis. Nous annoncerons bientôt une action réciproque substantielle après la stupidité de Macron. J’ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français !". L’homme qui ne boit pas de vin a précisé sa pensée lors d’une réunion avec des journalistes. Il a déclaré que la sanction américaine devrait être annoncée prochainement et qu’elle pourrait toucher le vin ou autre chose. Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus hier au téléphone et ont entre autres évoqué le sujet de la taxation des GAFA. Des proches du président américain ont multiplié les sorties médiatiques ces derniers jours pour dire tout le mal qu’ils pensaient de cette taxe. Judd Deere, l’un des portes-parole de la Maison Blanche, a rappelé que des négociations étaient en cours au niveau de l’OCDE pour trouver une solution à la taxation des GAFA. Une manière de rappeler le cavalier seul des Français dans cette affaire.



Apple rachète la division Modems d'Intel

  Liste des news    Liste des new du mois  
Modem intel racheter par Apple

23

Juillet

Selon le Wall Street Journal, Apple serait aujourd'hui en « discussions avancées » pour mettre la main sur l'activité « puces réseau » d'Intel. Le constructeur californien serait prêt à mettre au moins un milliard de dollars sur la table pour s'en emparer. Ce rachat permettrait à Apple de récupérer les 8 500 brevets déposés par Intel autour de cette activité, dont 6 000 concernant spécifiquement les connexions 3G, 4G et 5G, mais également une partie des ingénieurs assignés à ces recherches. Avec cette propriété intellectuelle en poche, Apple pourrait avancer plus rapidement sur la conception de ses propres modems, comme elle le fait déjà pour les processeurs ou les puces graphiques. Intel a décidé en avril dernier de ne pas poursuivre ses efforts dans la conception de puces réseau. Cette décision est intervenue après l'accord passé entre Apple et Qualcomm, qui après plusieurs mois de conflit renouaient leur partenariat commercial pour la fourniture de modems qui équiperaient les prochaines gammes d'appareils mobiles du constructeur. De son côté Intel semblait avoir beaucoup de retard sur son concurrent, et Apple n'aurait pas été convaincue des performances de ses dernières puces pour équiper les prochains itérations de l'iPhone. De plus, Intel n'était pas encore prêt pour la 5G alors que les réseaux de dernière génération se déploient un peu partout dans le monde.



Microsoft invertis avec Elon Musk

  Liste des news    Liste des new du mois  
microsoft Elon Musk ai

23

Juillet

Microsoft a annoncé hier un partenariat avec la société fondée par Elon Musk Open AI. La firme de Redmond prévoit d’investir un milliard de dollars dans l’entreprise afin de développer une « intelligence artificielle forte ». Microsoft s’apprête à investir un milliard de dollars dans le laboratoire spécialisé en technologies d’intelligence artificielle Open AI. Cette société était à l’origine une organisation à but non lucratif. Elle a été lancée par Elon Musk et Sam Altman en 2015. Elle est à l’origine de plusieurs ordinateurs et robots dont les domaines de compétence vont de la résolution de casse-tête avancés à la rédaction de fake news. Ayant besoin de plus de fonds pour continuer à développer ses technologies, Open AI a abandonné son statut d’ONG en mars dernier pour attirer de nouveaux investisseurs. Au lendemain de la signature du partenariat, nous savons que les deux sociétés travaillerons ensemble sur le développement de « solutions matérielles et logicielles pour bâtir une intelligence artificielle forte », ce qu’on appelle en anglais l’AGI (Artificial General Intelligence). Les projets de cette collaboration semblent ambitieux. Dans le communiqué officiel, les sociétés affirment que la plateforme développée « entraînera et gérera des modèles d’intelligence artificielle de plus en plus avancés ». Le PDG d’Open AI Sam Altman ajoute même : « Nous pensons que la conception d’AGI sera un bouleversement technologique majeur, qui aura le potentiel de changer la trajectoire de l’humanité. ». L’idée de l’AGI est de créer une intelligence artificielle capable de résoudre des problèmes pluridisciplinaires tels que « le changement climatique, une santé plus personnalisée et l’éducation » indique le communiqué. Open AI utilisera exclusivement les services de cloud Microsoft Azure pour développer et exploiter ses logiciels. En échange de son investissement, Microsoft sera le «partenaire privilégié d’Open AI pour la commercialisation de nouvelles technologies d’intelligence artificielle » développées par Open AI. Les deux sociétés ont également assuré que la sécurité resterait au centre des préoccupations. Elles ont ajouté que les bénéfices économiques des technologies développées seraient partagés avec le plus grand nombre.



Huawei supprime des emplois aux USA

  Liste des news    Liste des new du mois  
futurewei

16

Juillet

Selon les informations relayées par Wall Street Journal, Huawei supprimerait une grande partie des postes chez Futurewei, sa filiale R & D. Le Wall Street Journal cite des sources proches du dossier. Outre le manque à gagner, la présence de Huawei sur la liste noire des États-Unis se traduirait également par plusieurs suppressions de poste. Même les employés de Futurewei seraient concernés. La majorité des 850 travailleurs perdrait leur emploi. Les centres de Futurewei se trouvent dans plusieurs états. Les bureaux sont basés à Dallas, à Seattle et dans la Silicon Valley. À cause des problèmes de Huawei, les dirigeants de la filiale ont effectué une vaste campagne de communication en commençant par annoncer la séparation de leurs activités en public. Par ailleurs, de nombreux cadres de la maison mère ne travaillent déjà plus au sein des bureaux américains. Et surtout, le logo Huawei n’apparait plus dans les documents officiels. Pourtant, malgré ces mesures, l’entreprise est encore victime de dommages collatéraux. D’après le Wall Street Journal, Huawei aurait proposé un poste en Chine aux ressortissants chinois. Les entreprises américaines souffrent également. Qualcomm, Intel et Micron perdraient des milliards de dollars. Elles invitent les autorités à annuler les sanction et certaines outrepassent les interdictions. Donald Trump a effectué un premier pas en déclarant un assouplissement pendant le sommet du G20. Toutefois, les résultats concrets se font attendre.



Panne de production mémoire Toshiba

  Liste des news    Liste des new du mois  
toshiba panne de fabrication memoirejpg

01

Juillet

Toshiba et Western Digital annoncent que le 15 juin dernier, une panne d’électricité a touché leur usine de Yokkaichi, au Japon. Cette dernière fabrique de la mémoire flash NAND. L’avarie a duré 13 minutes et a entraîné des pertes considérables. Toshiba parle de 6 à 9 exaoctets perdus, tandis que WD rapporte près de 6 exaoctets. Maintenant, il y a deux éléments à prendre en compte. Le premier, c’est que 6 exaoctets de mémoire flash représente 12 millions de SSD de 500 Go . Le second, c’est que 35 % de la production mondiale de mémoire flash NAND provient de cette usine de fabrication mutualisée de Toshiba et WD au Japon. Cette panne de 13 minutes et les semaines d’improductivité (deux voire trois) qu’elle cause devrait donc avoir d’importantes répercussions dans les prochains mois sur les prix des disques SSD. Les clients ont déjà passé et réglé les commandes des troisième et quatrième trimestres de cette année. Les consommateurs devraient ainsi ressentir les effets dans leur porte-monnaie début 2020.



Adobe une stratégie payante du Cloud

  Liste des news    Liste des new du mois  
adobe logo

19

Juin

Adobe a publié mardi des résultats financiers du deuxième trimestre meilleurs que prévu. Le géant de l'informatique dans le cloud a déclaré un bénéfice de 632 millions de dollars au deuxième trimestre. Le revenu (chiffre d'affaires) est de 2,74 milliards de dollars, en hausse de 25 % par rapport à l'an dernier. Wall Street s'attendait à un revenu de 2,7 milliards de dollars. Le fabricant de Photoshop a déclaré que les revenus d'abonnement s'élevaient à 2,46 milliards de dollars, les revenus de produits à 152,8 millions de dollars et les revenus de services et de support à 135 millions de dollars. Les revenus de l'unité Médias numériques d'Adobe se sont élevés à 1,89 milliard de dollars et ceux du secteur Expérience numérique à 784 millions de dollars. Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires de Creative Cloud a atteint 1,59 milliard de dollars, tandis que celui de Document Cloud s'élevait à 296 millions de dollars. Adobe a déclaré que les revenus récurrents annualisés de son unité Médias numériques ont augmenté à 7,47 milliards de dollars, soit une augmentation de 406 millions de dollars d'un trimestre à l'autre. Pour le trimestre en cours, les analystes prévoient un revenu de 2,83 milliards de dollars. Adobe a répondu avec un chiffre d'affaires estimé à 2,8 milliards de dollars. Les acquisitions de Marketo et Magento par Adobe ont été commentés par les dirigeants de l'entreprise. Shantanu Narayen, PDG d'Adobe, a déclaré que ces acquisitions ont aidé l'entreprise à attirer de nouveaux clients et à élargir son marché potentiel, notant une intégration plus poussée entre Adobe Marketing Cloud et Marketo Engage, ainsi que le lancement d'Adobe Commerce Cloud, construit sur la plate-forme Magento Commerce. De même, John Murphy, directeur financier d'Adobe, a souligné l'accent mis par l'entreprise au cours du deuxième trimestre sur la création de synergies entre Magento et Marketo, y compris l'alignement de l'organisation, des produits et du lancement sur le marché. "La profondeur et l'étendue de notre écosystème de partenaires d'affaires demeurent un avantage concurrentiel qui contribue à la production de pipelines, au succès des clients ainsi qu'à la performance financière" a ajouté M. Murphy. "Nous avons connu un autre trimestre de ventes réussi aux côtés de Microsoft, où notre proposition de valeur combinée trouve un écho auprès des entreprises clientes."



Le marché des smartphones toujours en baisse

  Liste des news    Liste des new du mois  
Le marche des smartphone en baisse pour 2019

13

Juin

L'institut IDC dévoile ses dernières estimations sur les ventes de smartphones. En Europe, 53,5 millions d'appareils ont été vendus au premier trimestre 2019, ce qui représente une baisse de 2,74% par rapport à l'an passé. Une tendance intéressante se fait remarquer : au moment où les constructeurs historiques souffrent, les marques chinoises écrasent tout sur leur passage. Avec 13,5 millions de smartphones vendus (+66,73%), le constructeur chinois s'approche des 15,7 millions de Samsung (-6,82%), qui maintient tout de même sa place de numéro 1. Apple tombe à la troisième place avec 7,8 millions d'iPhone vendus, une baisse de 22,73% par rapport à 2018. Xiaomi, encore très jeune en Europe, arrache la quatrième place à Nokia (HMD) avec 2,9 millions de smartphones écoulés, une hausse de 33,26%. De manière générale, on remarque que tous les autres constructeurs réunis ne vendent que 11 millions de smartphones, ce qui est moins que Samsung ou Huawei, seuls. Leurs ventes s'effondrent d'ailleurs cette année (-21,86%), sans que l'on sache qui a le plus souffert. Ainsi, les résultats européens d'IDC au Q1 2019 confirment la tendance du moment. Le marché du smartphone va mal, les constructeurs traditionnels sont menacés, les Chinois ont un boulevard devant eux. Si IDC mise sur un retour à la croissance l'an prochain grâce à la 5G, interrogeons-nous tout de même sur les conséquences de l'affaire Huawei sur le marché. En cas de chute du nouveau numéro 2 mondial, qui récupèrera les miettes ? Samsung, Xiaomi ou quelqu'un d'autre ? Bref, les prochains mois s'annoncent passionnants dans un marché du smartphone sur le point d'être bouleversé.



Les GAFA sollicités au G20 pour jouet le jeu ou pas !

  Liste des news    Liste des new du mois  
gafa mise en garde de negociation au G20 2019

10

Juin

Google, Apple, Facebook et Amazon ne sont clairement plus épargnés par les autorités mondiales. Amendes en milliards, volonté d'une taxation européenne voire mondiale par l'OCDE, déclaration de compétence du ministère de la Justice et du régulateur américains en vue de l'ouverture d'enquêtes antitrust... les mastodontes du numérique semblent être placés au centre de la cible des gouvernements depuis plusieurs mois, une impression qui vient de prendre un peu plus d'épaisseur après une réunion du G20. Réunis ce week-end à Fukuoka, au Japon, les ministres des Finances du G20 (dont le sommet entre chefs d'État se tiendra à la fin du mois) ont, selon un communiqué issu de la réunion, que l'agence Reuters a pu se procurer, décidé de définir des règles communes pour mettre fin aux niches fiscales au sein desquelles se réfugient les GAFA. Ces derniers y déclarent en effet les profits de leurs clients, qu'importe leur location dans le monde, et ce afin d'atténuer leurs charges fiscales. Les ministres des Finances du G20 ont affiché leur confiance au terme de leur réunion et font état d'une réelle volonté de « redoubler d'efforts pour parvenir à une solution consensuelle avec un rapport final d'ici 2020 ». Sans surprise, ce sont les Britanniques, par la voix du ministre Philip Hammond, et les Français, par celle de Bruno Le Maire, qui ont été les grands animateurs de la rencontre en proposant de complexifier le transfert de bénéfices vers des paradis fiscaux et en instaurant un impôt minimum sur les sociétés, la fameuse taxe GAFA. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a fait part de son inquiétude concernant les taxes proposées par le flanc anglo-français. « Nous devons donc maintenant dégager un consensus et aborder les aspects techniques de la manière dont nous transformerons cela en un accord », a-t-il laissé échapper, faisant mine de laisser place à des négociations... qui seront à n'en pas douter, difficiles.



Microsoft et Oracle entre en partenariat

  Liste des news    Liste des new du mois  
oracle microsoft

07

Juin

Microsoft et Oracle ont créé la surprise en annonçant un nouveau partenariat. Cet accord va permettre de lier les offres cloud des deux entreprises, afin de convaincre davantage de professionnels. Dans le but notamment de rattraper le leader du marché, Amazon. Deux concurrents qui se rencontrent, pour une question de business. Microsoft et Oracle, qui s'affrontaient jusqu'à présent sur le marché du cloud, ont décidé de joindre leurs forces. Les deux entreprises ont en effet déclaré avoir conclu un rapprochement, pour permettre une interopérabilité entre leurs services. Concrètement, cela signifie que leurs utilisateurs pourront à présent déplacer, de façon transparente, des données d'un cloud vers l'autre. Plusieurs logiciels d'Oracle pourront ainsi être disponibles sur Microsoft Azure, en particulier les solutions de gestion d'entreprise JD Edwards EnterpriseOne, E-Business Suite ou PeopleSoft. Néanmoins, cette interconnexion sera, pour l'instant, limitée à deux data centers situés dans l'Est des États-Unis. Mais elle devrait ensuite s'étendre à d'autres régions du monde. Avec ce partenariat, Oracle espère profiter de la force de frappe de Microsoft, afin de proposer ses solutions professionnelles au plus grand nombre. Car si la société dispose de sa propre offre cloud, elle demeure très loin des acteurs majeurs du marché, que sont Amazon, Microsoft ou Google. Du côté de l'entreprise de Redmond, on cherche surtout à bénéficier des solutions d'Oracle, qui couvrent l'ensemble des besoins des entreprises, du marketing aux ressources humaines, en passant par la logistique. L'objectif de cette alliance est de constituer l'offre la plus attractive du marché, pour convaincre davantage de clients. Et à terme, le but est surtout de pouvoir véritablement concurrencer le leader absolu du secteur, Amazon Web Services. Car si, aujourd'hui, Microsoft s'affirme comme un acteur important du cloud, il est tout de même largement distancé par l'entreprise de Jeff Bezos. D'après les chiffres du cabinet d'études Synergy Research Group, Amazon détiendrait 33 % de part de marché, contre 16 % pour Microsoft, 8 % pour Google, 6 % pour IBM et... 2 % pour Oracle.



Motion Leap racheté par UltraHaptics

  Liste des news    Liste des new du mois  
leapmotion

03

Juin

Courtisée depuis des années par Apple, la start-up Motion Leap (spécialisée dans la reconnaissance des mouvements à destination de la réalité virtuelle) est finalement rachetée par le britannique UltraHaptics... l'un de ses anciens concurrents. C'est ce qu'avance le très sérieux Wall Street Journal. Cette acquisition met fin aux déboires financiers et managériaux de Motion Leap, dont les dirigeants (Michael Buckwald et David Holz) avaient refusé par deux fois les propositions de rachat d'Apple. La dernière en date, formulée en fin d'année dernière, s'élevait entre 30 et 50 millions de dollars, estimait Business Insider fin octobre. Une information corroborée hier par le Wall Street Journal. D'après le rapport du quotidien financier américain, Motion Leap aurait coûté près de 30 millions de dollars à UltraHaptics, soit plus ou moins 10% de sa valeur estimée en 2013 (300 millions de dollars). Ce montant s'approche donc de la fourchette basse proposée par Apple l'automne dernier. Pionnier dans le monde de la réalité virtuelle, Motion Leap avait eu toutes les peines du monde à s'imposer durablement face à ses concurrents. Des difficultés accentuées par la commercialisation de produits accueillis fraîchement par la critique. Peu à peu, la société avait fini par recentrer ses activités sur la concession de licences. Dans le cadre de l'accord conclu avec UltraHaptics, David Holz semble sur le point de rejoindre l'entreprise britannique, tandis que son acolyte Michael Buckwald, lui, partirait vers d'autres horizons. On apprend enfin qu'UltraHaptics pourrait absorber le personnel d'ingénierie de Motion Leap (soit une douzaine de personnes), ainsi que les propriétés intellectuelles et brevets déposés par la société américaine.



Le rachat de Molotov semble impossible

  Liste des news    Liste des new du mois  
rachat de molotov TV discutable par les actionnaires

14

Mai

Le mariage entre Altice et Molotov semblait être la suite logique du processus de négociations exclusives signé entre les des deux entreprises en janvier dernier. Mais les choses ne se passent pas aussi bien qu'espérées et les petits actionnaires du service de télévision par Internet bloquent actuellement la vente. Ces derniers s'opposent aux conditions d'achat proposées par Altice, à savoir une partie en numéraire et le reste sous la forme d'un investissement de 10 millions d'euros dans Molotov. Les actionnaires seraient invités à remettre la main au pot pour un montant à peu près équivalent. Un effort trop important pour les investisseurs, qui souhaitent un rachat exclusivement en cash, afin de limiter leurs risques financiers déjà élevés. A l'époque, Molotov espérait se vendre pour un montant de 100 millions d'euros, une somme qui aujourd'hui n'est clairement plus d'actualité si le service devait au final chercher un nouveau repreneur.



Nvidia en baisse de 45%

  Liste des news    Liste des new du mois  
nvidia en baisse du gamingjpg

18

Fevrier

Sur le quatrième trimestre 2018, la croissance chez NVIDIA ne vient décidément pas du Gaming. Jeudi, les verts dévoilaient les grandes lignes de leurs résultats pour le dernier trimestre de leur année fiscale 2018, avec à la clé un chiffre qui restera en tête : une baisse de 45 % des revenus générés par le Gaming par rapport à la même période un an plus tôt, en 2017. Une claque que NVIDIA explique notamment par les performances décevantes des RTX 2070 et 2080 sur le marché. Loin de rejeter la faute sur ses nouveaux GPU, le fondeur pointe le faible nombre de jeux exploitant les technologies Ray-Tracing et DLSS introduites avec ses puces de nouvelle génération. En clair, d'après NVIDIA, le consommateur manquerait encore d'exemples probants de ce que l'architecture Turing est capable de faire... En dépit du bilan piteux de sa division Gaming, le géant californien peut compter sur des indicateurs dans le vert pour ses branches Automotive (+23 %), Professionnal Visualization (+15 %) et Datacenter (+12 %, sur l'année malgré un déclin de 14 % vis-à-vis du Q3 2018). Ces bonnes performances contribuent à lui assurer un chiffre d'affaires global de 2,21 milliards de dollars pour le quatrième trimestre 2018. Jensen Huang préfère réitérer sa vigilance vis-à-vis de la compétition des CPUs sur le terrain des Datacenters. « Nos principaux compétiteurs sont les processeurs, et c'est vraiment tout ce qu'il y a à dire », a-t-il argué, tout en profitant de l'occasion pour railler AMD quant à l'effet pétard mouillé des Radeon VII face aux GeForce RTX haut de gamme.



L'intel en baisse à cause d'Apple

  Liste des news    Liste des new du mois  
Intel 8th Gen Core 2

25

Janvier

Intel ressent les difficultés macroéconomiques dues au ralentissement économique en Chine, dans un environnement très incertain. Le géant des micro-processeurs a annoncé ses résultats pour le quatrième trimestre fiscal, durant lequel il a engrangé un chiffre d’affaires de 18,66 milliards de dollars, c’est moins que les 19,01 milliards du consensus des analystes. Mais c’est 9% de plus qu’au même trimestre l’année précédente, rétorque Intel. L’entreprise explique que la cible manquée est le résultat du ralentissement en Chine donc, mais aussi de l’appétit dévorant de ses clients cloud qui absorbe toutes les capacités de production du fondeur, ainsi qu’une demande faible en mémoires NAND et… en puces réseau. Apple représentant le plus gros client de modems Intel (ils sont intégrés dans la totalité des derniers iPhone), nul doute que le coup de mou dans les ventes d’iPhone annoncé par Tim Cook a eu un effet négatif sur les comptes de la firme de Santa Clara. Weston Twigg, un analyste, s’attend à un premier trimestre difficile également pour Intel, avec là encore une demande d’Apple dans les chaussettes pour les puces réseau du fondeur. Dans ce domaine, Intel est dans le même bain que les autres sous-traitants d’Apple. L’entreprise est toujours à la recherche de son nouveau CEO, Brian Krzanich ayant dû quitter son poste il y a sept mois en raison d’une relation sentimentale consentie avec une employée du groupe. Depuis, c’est le directeur financier Bob Swan qui assure l’intérim. Johny Srouji, le vice-président d’Apple qui est notamment en charge des puces Ax, intéresserait d’ailleurs Intel.



Google ce lance dans les services bancaires

  Liste des news    Liste des new du mois  
bientot des comptes en banque google

14

Novembre

La firme californienne prévoit de proposer à partir de l’année prochaine des comptes chèques aux particuliers en partenariat avec la banque Citigroup. Le service sera adossé à Google Pay. Google s’apprête à rejoindre Apple et Facebook sur le créneau des services bancaires et financiers personnels avec le lancement d’une offre de comptes chèques. Baptisé “Cache”, le projet se fera en partenariat avec la banque Citigroup et une coopérative de crédit de l’université Stanford. Ces deux acteurs prendront en charge les activités financières et de conformité liées à ces comptes. Le service Cache fonctionnera avec le portefeuille électronique Google Pay. Mais pas question, promet Google, d’exploiter les données liées à ce système. "Si nous pouvons aider plus de gens à faire plus de choses de manière numérique en ligne, c'est bon pour Internet et c'est bon pour nous”, a déclaré Caesar Sengupta, un représentant de Google cité dans un article du Wall Street Journal révélant l’existence du projet Cache.



Google à bien racheté Fitbit

  Liste des news    Liste des new du mois  
Bracelet Fitbit

04

Novembre

Après quelques jours de rumeurs et de tractations, c’est officiel : Google a bien acheté Fitbit. La transaction, à hauteur de 2,1 milliards de dollars, va permettre au moteur de recherche se mieux se positionner en face de l’Apple Watch. Google empoche officiellement les bracelets connectés, les smartwatchs et les balances de Fitbit. Depuis plusieurs mois, le pionnier du secteur se cherchait un repreneur en raison de la dégradation de ses parts de marché face à l’ogre Apple et son Apple Watch qui en détient près de la moitié. Fitbit n’ayant cessé de perdre de l’argent ces derniers trimestres, la solution la plus radicale d’aider l’entreprise à se maintenir en vie revenait effectivement à la vendre ! « Google est un partenaire idéal pour avancer dans notre mission », a expliqué James Park, le cofondateur de Fitbit. La marque devrait rester en place pendant encore un moment, elle est en effet connue et reconnue : le constructeur a vendu plus de 100 millions de produits, en majorité des bracelets connectés, et il compte 28 millions d’utilisateurs actifs. Rick Osterloh, vice-président Devices & Services de Google, précise sur le blog du moteur de recherche que si l’entreprise a fait des progrès dans le secteur des objets à porter sur soi avec ses partenaires, l’opportunité d’investir encore plus dans l’écosystème Wear OS s’est présentée avec Fitbit. Google veut « stimuler » l’innovation dans les wearables et construire des produits qui profiteront à encore plus de personnes dans le monde. Les futurs appareils de Fitbit porteront la « griffe » Made by Google. Pour l’occasion et puisque le sujet est dans l’air du temps, Google a voulu rassurer les utilisateurs de Fitbit : le moteur de recherche n’a pas l’intention d’exploiter les données santé et bien-être des possesseurs de bracelets et de montres connectés pour ses publicités. Ces derniers pourront aussi consulter et supprimer leurs données en tout temps. La suite va être intéressante. Google va-t-elle profiter de Fitbit pour enfin mettre en route sa propre montre Pixel annoncée depuis des années par la rumeur ?



Google souhaite racheter Fitbit

  Liste des news    Liste des new du mois  
fitbit versa

29

Octobre

Selon les informations de Reuters, Alphabet aurait formulé une offre d'acquisition pour Fitbit. L’agence de presse souligne, comme il est de coutume, que rien n’indique encore que les négociations entre les deux parties aboutiront. Par ailleurs, aucun montant n’est évoqué et aucune des deux entreprises n’a souhaité répondre à Reuters à ce sujet. En septembre, on apprenait que Fitbit avait pris contact avec la banque d’affaires Qatalyst Partners afin d’explorer la possibilité d’une vente. Malgré son rôle moteur dans le développement du marché des bracelets connectés, Fitbit est aujourd’hui concurrencé plus fortement par des marques chinoises comme Huawei et Xiaomi. Par ailleurs, son ouverture sur le segment des montres connectées n’a pas rencontré la réussite escomptée face à la domination d’Apple et Samsung. Cet été, l’entreprise a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’année en cours, invoquant des ventes en dessous des attentes pour sa nouvelle montre Versa Lite. Elle présentera les résultats de son troisième trimestre le 6 novembre.



Taxes GAFA plus rentables que prévu !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Google Amazon Facebook Apple

21

Octobre

Après une tolérance vieille de plusieurs années de pratiques d'optimisation fiscale, la loi du 24 juillet 2019 est venue instaurer une taxe sur les services numériques, suite à de nombreuses discussions entre les deux chambres, Assemblée nationale et Sénat. Les députés, qui discutent actuellement du projet de loi de finances pour 2020, ont dévoilé ce qu'allait rapporter la fameuse taxe appliquée aux géants du numérique depuis le 1er janvier 2019. Et le montant est légèrement supérieur à ce qui était dans un premier temps annoncé. Selon le projet de loi de finances pour 2020, que nous avons pu consulter, les recettes fiscales de l'État devraient atteindre 306,1 milliards d'euros l'an prochain (291,8 milliards en recettes nettes) contre 292,7 milliards d'euros en 2019 (278,1 milliards en recettes nettes). Sur ces recettes fiscales, une nouvelle ligne apparaît, celle de la taxe sur les services numériques. Ce nouvel impôt, souhaité ardemment par Bruno Le Maire, sera maintenu en France en attendant qu'un consensus soit trouvé sur le plan mondial, du côté de l'OCDE. La taxe prévoit un taux unique de 3 % sur le chiffre d'affaires pour les firmes qui génèrent un chiffre d'affaires mondial annuel de 750 millions d'euros, dont 25 millions rien qu'en France. L'impôt touchera une trentaine de sociétés, dont la Française Criteo et des géants de l'écosystème numérique comme Google, Apple, Facebook, Amazon, Alibaba, Microsoft, Airbnb, Booking, Tripadvisor ou Uber. Si l'OCDE ne parvient pas à un accord, la Commission européenne est prête à agir seule. Alors qu'il était censé rapporter autour de 400 millions d'euros en 2019, le projet de loi de finances pour 2020 fait état d'une recette de 459 millions d'euros l'an prochain pour l'État français. À terme (d'ici 2022 selon les experts), les sommes récoltées devraient atteindre 650 millions d'euros.



Les Motos Electriques Evok arrivent en Europe

  Liste des news    Liste des new du mois  
Evok Motocycle moto electrique

02

Octobre

Evoke Motorcycles créée en 2016 par Nathan Siy, un Canadien résidant à Pékin, l'entreprise présentait en 2017 son premier modèle, l'Urban S, suivi l'année suivante par l'Urban Classic. Ces motos au design sportif rappelaient notamment la 797 Monster de Ducati. Comme le souligne Electrek, Evoke précise que l'Autriche, l'Allemagne et Malte rejoindront la liste des pays importateurs de leurs modèles. La 6061 est déjà en cours de livraison à Malte, tandis que les motards allemands et autrichiens peuvent la pré-commander. Parmi ces pays, l'Autriche est pour l'instant le seul où le modèle 2018 Urban Series est disponible en test. En outre, rappelons que le constructeur distribue actuellement dans une dizaine de pays dont l'Amérique, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine, la Norvège ou l'Espagne. Les deux premiers modèles du constructeur chinois, l'Urban S et l'Urban Classic, présentaient tous deux une autonomie de 200 km pour une vitesse maximale de 130 km/h. Par ailleurs, une durée de recharge d'environ 90 minutes pour restaurer la batterie à 80% de sa puissance était mise en avant. Evoke met la barre haut pour son prochain modèle, annoncé pour 2020. En effet, la moto au design épuré sera propulsée par un moteur de 120 Kw (160 ch), avec une transmission spécialement conçue par l'entreprise. Affichant une autonomie de 400 km en ville et 250 km sur autoroute, la 6061 promet surtout un temps de recharge drastiquement diminué, de seulement 15 minutes pour restaurer 80 % de la batterie. Le modèle sera entre autres équipé de batteries à refroidissement automatiques et préchauffées en hiver, d'un système d'équilibrage, d'écrans tactiles dernier cri et d'une option de connectivité réseau. Notons que les modèles Evoke sont produits par Foxconn, le sous-traitant d'Apple en charge de la fabrication de l'iPhone. Enfin, le prix de l'Urban S et de l'Urban Classic étant compris entre 7 000 et 9 000 $, il faudra ainsi probablement débourser plus de 10 000 $ (9 000 €) pour s'offrir le nouveau bébé de la firme.



Le Canada aussi souhaite taxer les GAFA

  Liste des news    Liste des new du mois  
gafa

01

Octobre

En pleine campagne électorale des législatives, Justin Trudeau a annoncé qu’il avait changé d’avis, et que s’il était à nouveau élu, il souhaitait taxer les géants du web. « On avait fait une promesse en 2015 de ne pas le faire et on ne l’a pas fait. Mais au cours des dernières années, on a commencé à parler avec nos partenaires internationaux qui font face aux mêmes défis que nous » s'est justifié le Premier ministre canadien à propos de la perspective de mettre en place un impôt dédié à Google, Facebook et les autres entreprises américaines. « Nous nous alignons avec la France, le Royaume-Uni et d’autres pays qui vont s’assurer que les géants du web qui font des profits et créent des revenus ici au Canada paient leur juste part d’impôt sur ces revenus » a-t-il poursuivi, précisant qu’il s’agirait d’un prélèvement de 3% sur les revenus générés par la publicité en ligne et l’exploitation des données des internautes. S’il est réélu, il évoque une entrée en vigueur dès avril 2020 avec l'ambition de collecter 540 millions de dollars canadiens en 2020, puis 730 millions en 2021. A l’instar d’Emmanuel Macron, dont il dit s’inspirer, Trudeau souhaite « s’assurer que les grandes compagnies vont faire leur part parce que c’est important, dans un monde qui est de plus en plus numérique et mondialisé, que les règles s’appliquent à tout le monde. »



Logitech rachète Streamlabs

  Liste des news    Liste des new du mois  
StreamLabs

27

Septembre

Le fabricant de hardware Logitech (ou LOGI) vient d'acquérir Streamlabs, créateur de la célèbre application pour streameurs, pour environ 89 millions de dollars. Un mariage qui semble presque naturel, puisque les deux entreprises sont spécialisées et reconnues dans le monde du gaming et du streaming de jeux vidéo en ligne. Streamlabs a démocratisé la solution nommée Open Broadcaster Software, permettant aux diffuseurs de jeux vidéo en ligne de monétiser leurs audiences, mais aussi de suivre les alertes de dons et de gérer l'ensemble de stream. Une application qui est extrêmement populaire sur Twitch (70 % des streameurs du site utilisent cette application) et YouTube, puisque l'entreprise revendique 15 millions d'utilisateurs. En parallèle des 89 millions de dollars du rachat, Logitech devrait verser 29 millions de dollars en plus en actions si Streamlabs atteint ses objectifs de croissance.



Pénurie aussi chez Intel

  Liste des news    Liste des new du mois  
CPU Intel Comet Lake en Penurie

26

Septembre

En avril dernier, Intel investissait 1,4 milliard de dollars dans les lignes de production en 14 nm. L’objectif : endiguer la pénurie à laquelle il doit faire face depuis plusieurs mois. L’entreprise espérait y mettre un terme au troisième trimestre de cette année. Malheureusement, le DigiTimes nous apprend qu’Intel n’en a toujours pas fini avec la pénurie. Les puces en 14 nm seraient fortement impactées. La production en 14 nm serait actuellement déficitaire et devrait le rester encore plusieurs mois. Cette carence aurait déjà contraint de nombreux fabricants d’ordinateurs portables à reporter leurs produits à 2020. Les processeurs Comet Lake, en 14 nm, seraient les principaux concernés. Ainsi, malgré le lancement officiel de la gamme en août, seuls quelques ordinateurs débarqueront sur le marché dans les prochaines semaines. Désormais, la pénurie ne devrait pas s’arrêter avant 2020. Voilà qui devrait rassurer AMD, également contraint de retarder la sortie de certaines puces pour d’autres motifs et surtout à son partenariat avec TSMC dont le carnet de commande explose.



AMD repousse la sortie du Ryzen 9 3950X

  Liste des news    Liste des new du mois  
amdthrearipper

24

Septembre

L’entreprise est contrainte de repousser la sortie de son Ryzen 9 3950X à cause de la saturation des lignes 7 nm de TSMC. Le processeur débarquera donc en même temps que les Threardripper Zen 2. Pas mal de gens attendent avec impatience le Ryzen 9 3950X, le porte-étendard des Ryzen 3000. Il faut dire que tout plaide en faveur de ce processeur, qui, en plus d’obtenir un score de folie sous Cinebench R15, surpasserait l’Intel Core i9-9980XE. Malheureusement, AMD vient de repousser la sortie de cette puce 16 cœurs / 32 threads censée sortir initialement ce mois-ci. Les clients devront patienter jusqu’en novembre. La bonne nouvelle de cette annonce, c’est qu’AMD dévoile enfin la date de sortie de ses Threadripper Zen 2. Ces derniers débarqueront également en novembre. L’entreprise explique le report du Ryzen 9 3950X par la forte demande sur les Ryzen 3000 actuels. Chez TSMC, on parlait plutôt d’une saturation des lignes de production en 7 nm. En effet, le fondeur a indiqué crouler sous les demandes. Une surcharge de travail qui allonge logiquement les délais de livraison, y compris pour AMD. Il est probable que l’entreprise privilégie la production de ses processeurs EPYC Rome, également gravés en 7 nm, qui enchainent les records.



WD vend son Data center Intelliflash

  Liste des news    Liste des new du mois  
DDN Acquisition de IntelliFlash Enterprise de stockage pro Western Digital

23

Septembre

Western Digital a déclaré jeudi qu'il vendait son portefeuille de systèmes de centres de données IntelliFlash à DDN, un important fournisseur de stockage de données. Les termes de l'accord n'ont pas été divulgués. Cette vente s'inscrit dans le cadre de la décision de Western Digital de se retirer de l'activité Systèmes de stockage, a déclaré la société. Dans le cadre de cet effort, elle explore également des "options stratégiques" pour son portefeuille ActiveScale. En se déchargeant de ses activités de systèmes de stockage, Western Digital a déclaré qu'elle sera en mesure de concentrer son portefeuille de centres de données autour des plates-formes de stockage. Cela inclut la plate-forme OpenFlex. Plus tôt ce mois-ci, Western Digital a fait l'acquisition de Kazan Network. En plus de l'accord IntelliFlash, Western Digital et DDN ont conclu un accord pluriannuel en vertu duquel DDN augmentera son achat de disques durs et de dispositifs de stockage SSD de Western Digital. Western Digital restera l'un des plus grands consommateurs de produits IntelliFlash ont déclaré les deux entreprises. L'opération devrait être conclue plus tard cette année.



Amazon achète 100 000 camionettes Electriques.

  Liste des news    Liste des new du mois  
Camionette Electrique Amzon

20

Septembre

Le fondateur de la plus grande plate-forme de commerce en ligne s'engage dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il veut atteindre les objectifs fixés par les accords de Paris dix ans avant la date prévue. Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon et l'homme le plus riche du monde, s'est lancé, jeudi 19 septembre, dans une campagne de lutte contre le réchauffement climatique. « Mon engagement est de remplir les objectifs de l'accord de Paris avec dix ans d'avance et Amazon est le premier sur la liste », qui doit associer d'autres entreprises, a expliqué Jeff Bezos au cours d'une conférence de presse à Washington. « Nous voulons nous servir de notre influence et de notre taille pour montrer la voie. ». Pour cela, Jeff Bezos a indiqué que son entreprise allait commander 100 000 camionnettes électriques à l'entreprise américaine Rivian, dont les premières seront opérationnelles dès 2021. La totalité de la flotte sera déployée en 2030, selon un porte-parole du groupe. Le chef d'entreprise avait évoqué précédemment la date de 2024. Jeff Bezos a également indiqué qu'Amazon verserait 100 millions de dollars pour la reforestation, en collaboration avec l'ONG nord-américaine Nature Conservancy.



Un Français à la Tête de HTC

  Liste des news    Liste des new du mois  
htc logo

19

Septembre

Ancien cadre d'Orange. Car si HTC a été le premier constructeur de smartphone a proposer Android sur ses appareils, il a depuis été largement devancé par les constructeurs chinois. Le nouveau PDG de l'entreprise taïwanaise spécialisée dans les smartphones se nomme Yves Maitre. Ancien cadre d'Orange, il doit ré-aviver la marque. Reste que en 2018, l'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires de 770 millions de $, une première sous le milliard depuis son introduction en bourse en 2006. Car si HTC a été le premier constructeur de smartphone a proposer Android sur ses appareils (la photo montre ce smartphone), il a depuis été largement devancé par les constructeurs chinois. HTC a également misé gros que les casques de réalité virtuelle ces dernières années. Et l'entreprise diversifie son offre en la matière en proposant des services. Reste que ce segment demeure une niche, même si les jeux vidéos semblent une voie prometteuse en la matière. Au delà du smartphone et des casques de réalité virtuelle, HTC cherche désormais a partir à la conquête des marchés des hub 5G, avec un nouveau produit présenté récemment. Chez Orange, où il a passé 14 ans, Yves Maitre était vice-président exécutif des équipements grand public et des partenariats. Il avait auparavant travaillé pour Thomson Multimedia. Cher Wang, l’ancienne PDG d’HTC, a de son côté été promue présidente du groupe.



Bientôt des Avions Electriques.

  Liste des news    Liste des new du mois  
X57 Nasa avion Electrique

19

Septembre

Si le secteur automobile a déjà bien avancé en matière d'électrification, la question est plus délicate pour l'aéronautique. Alimenter un vol entier nécessite une autonomie importante, et donc un certain nombre de batteries. Mais cumulées, celles-ci peuvent finir par peser lourd, nécessitant alors plus d'énergie, donc plus de batteries, et donc plus de poids... Un cercle vicieux. Cette problématique n'est cependant pas une fatalité pour certaines entreprises, et notamment pour Electric Power Systems (EPS), basée à Logan, dans l'Utah (États-Unis). La société développe des dispositifs de stockage d'énergie sûrs et légers, particulièrement destinés aux industries aéronautique et spatiale. Ses batteries équipent déjà des engins volants électriques, tels que le X57 de la NASA ou l'eFlyer 2 de Bye Aerospace. Hier, l'entreprise américaine a reçu deux nouveaux soutiens de poids. En effet, EPS a conclu une levée de fonds, qui a vu l'arrivée de deux investisseurs majeurs : l'Américain Boeing et le Français Safran, à travers leurs fonds respectifs, Boeing HorizonX Ventures et Safran Corporate Ventures. Pour les deux industriels, l'idée de cette alliance de circonstance est d'aider EPS à « développer une base industrielle hautement automatisée, capable de produire à une échelle inédite des systèmes de stockage énergétique pour l'aviation », tout en réduisant le coût de ces batteries. cela ne signifie pas que nous pourrons bientôt embarquer à plusieurs centaines dans un Boeing 747 100 % électrique pour un Paris-New York. Les avions concernés aujourd'hui sont plutôt des petits modèles à hélice, prévus pour transport entre deux et 8 passagers. L'enjeu se situe également dans la future mobilité aérienne en zone urbaine. Le marché en est à peine à ses balbutiements, mais les deux entreprises souhaiteraient d'ores et déjà prendre de l'avance. C'est le sens donné à leurs récents investissements : le constructeur américain s'est rapproché de Cuberg, qui développe une nouvelle génération de batteries à forte densité énergétique, tandis que l'entreprise française a acquis une participation dans Oxis Energy, qui produit des cellules lithium-soufre pour améliorer l'efficacité du stockage d'énergie.



Iliad s'associe avec Nokia pour déployer la 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
iliad 5g data

02

Septembre

Le lancement de la 5G reste encore lointain pour les consommateurs mais les opérateurs mobiles se préparent activement pour être prêts dès l'année 2020, qui marquera l'ouverture du réseau sur une partie du territoire. Le groupe Iliad (free) annonce aujourd'hui avoir conclu un accord avec Nokia pour l'installation des antennes 5G. L'entreprise finlandaise travaille avec Free depuis 2010 et les débuts de Free mobile sur le marché français. Dans le communiqué officialisant l'annonce, Iliad explique faire « le choix de la technologie européenne et de l'indépendance stratégique ». On ne peut s'empêcher de penser que Free fait explicitement référence à Huawei, un autre géant des équipements réseau, dans le choix de cette formule. Iliad souhaite désormais aller vite et pourra commencer l'installation de ces premières infrastructures dès la procédure d'attribution des fréquences 5G terminée, probablement au début de l'année prochaine.



Alphabet devient la société la plus riche au monde

  Liste des news    Liste des new du mois  
Alphabet Google societe la plus riche

02

Aout

Selon le Financial Time, Alphabet est désormais la société la plus aisée, en termes de liquidité, du monde, depuis le second trimestre 2019. L'entreprise, société mère de Google, relègue Apple au second rang alors même que la firme de Cupertino a passé un long moment sur le trône. Depuis le dernier trimestre 2017, les réserves de liquidités d'Alphabet ont augmenté de 20 milliards de dollars. Cela lui a permis de détrôner Apple dont la richesse ne s'élève « qu'à » 102 milliards, là où la sienne atteint 15 milliards de plus (117 milliards). Ce succès intervient pile à un moment compliqué pour la société. Elle doit en effet assumer une surveillance antitrust et faire face à des protestions de ses employés. Reste qu'aujourd'hui, même si elle a détrôné Apple, Alphabet n'a pas encore obtenu le titre de la « société la plus précieuse au monde », ce qui est le cas de la firme de Cupertino.



Amazon répercute la taxe GAFA à ses vendeurs

  Liste des news    Liste des new du mois  
Amazon fait payer la taxe gafa a ses vendeurs

02

Aout

Moins d’un mois après l’adoption de la loi sur la fiscalité des géants du numérique au parlement français, Amazon a décidé d’augmenter ses tarifs. « Vu que nous opérons dans le secteur très concurrentiel et à faible marge du commerce de détail et que nous investissons massivement dans la création d’outils et de services destinés à nos clients et à nos vendeurs partenaires, nous ne sommes pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires ». C’est ainsi que Amazon, dans un email envoyé à l'AFP, justifie son choix d’augmenter ses tarifs de commission pour les vendeurs français qui utilisent sa plate-forme. Cette mesure, qui entrera en vigueur début octobre, est la réponse à la taxe GAFA mise en place par la France pour mettre fin à l’inégalité fiscale dont profitent les plus grandes entreprises du numérique. Elles sont une trentaine visées par cette loi fiscale, et on trouve donc Google, Amazon, Facebook et Apple(GAFA), mais aussi des entreprises françaises comme Meetic et Criteo. Cette décision d’Amazon va forcément avoir un impact sur les vendeurs tiers. Soit ils augmentent du même coup leur tarif, soit ils se tournent vers une plate-forme concurrente. Pourquoi pas Rakuten puisque cet autre géant de l’e-commerce a annoncé par la voix de son P-dg Fabien Versavu qu’il n’allait pas répercuter cette taxe sur ses clients.



La Taxe GAFA met Trump en colère !

  Liste des news    Liste des new du mois  
taxe gafa bruno lemaire promet de lappliquer en france en 2019

29

Juillet

Les Etats-Unis s’étaient émus mi-juillet de la mise en place de la taxe GAFA, une taxe jugée alors comme discriminatoire et qui allait faire l’objet d’une enquête par l’administration américaine. Cette taxe de 3% sur le chiffre d’affaires touche toutes les entreprises du numérique générant une activité annuelle d’au moins 750 millions d’euros au niveau mondial et de 25 millions en France. Une taxe qui a fait beaucoup de bruit sur le plan médiatique, mais qui au final ne devrait rapporter que 400 millions d’euros cette année. Et cela pourrait s’avérer de surcroit contre-productif. Les menaces de Donald Trump commencent à se faire plus précises. Le président américain promet en effet de s’attaquer au vin français. On est là dans le symbole mais pas seulement, les exportations de vins et de spiritueux français vers les Etats-Unis dépassaient les 3,1 milliards d’euros. D'ou les mots de Trump : " La France vient d’imposer une taxe du numérique à nos grandes entreprises technologiques américaines. Si quelqu’un devait les taxer, cela devrait être leur pays d’origine, les Etats-Unis. Nous annoncerons bientôt une action réciproque substantielle après la stupidité de Macron. J’ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français !". L’homme qui ne boit pas de vin a précisé sa pensée lors d’une réunion avec des journalistes. Il a déclaré que la sanction américaine devrait être annoncée prochainement et qu’elle pourrait toucher le vin ou autre chose. Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus hier au téléphone et ont entre autres évoqué le sujet de la taxation des GAFA. Des proches du président américain ont multiplié les sorties médiatiques ces derniers jours pour dire tout le mal qu’ils pensaient de cette taxe. Judd Deere, l’un des portes-parole de la Maison Blanche, a rappelé que des négociations étaient en cours au niveau de l’OCDE pour trouver une solution à la taxation des GAFA. Une manière de rappeler le cavalier seul des Français dans cette affaire.



Apple rachète la division Modems d'Intel

  Liste des news    Liste des new du mois  
Modem intel racheter par Apple

23

Juillet

Selon le Wall Street Journal, Apple serait aujourd'hui en « discussions avancées » pour mettre la main sur l'activité « puces réseau » d'Intel. Le constructeur californien serait prêt à mettre au moins un milliard de dollars sur la table pour s'en emparer. Ce rachat permettrait à Apple de récupérer les 8 500 brevets déposés par Intel autour de cette activité, dont 6 000 concernant spécifiquement les connexions 3G, 4G et 5G, mais également une partie des ingénieurs assignés à ces recherches. Avec cette propriété intellectuelle en poche, Apple pourrait avancer plus rapidement sur la conception de ses propres modems, comme elle le fait déjà pour les processeurs ou les puces graphiques. Intel a décidé en avril dernier de ne pas poursuivre ses efforts dans la conception de puces réseau. Cette décision est intervenue après l'accord passé entre Apple et Qualcomm, qui après plusieurs mois de conflit renouaient leur partenariat commercial pour la fourniture de modems qui équiperaient les prochaines gammes d'appareils mobiles du constructeur. De son côté Intel semblait avoir beaucoup de retard sur son concurrent, et Apple n'aurait pas été convaincue des performances de ses dernières puces pour équiper les prochains itérations de l'iPhone. De plus, Intel n'était pas encore prêt pour la 5G alors que les réseaux de dernière génération se déploient un peu partout dans le monde.



Microsoft invertis avec Elon Musk

  Liste des news    Liste des new du mois  
microsoft Elon Musk ai

23

Juillet

Microsoft a annoncé hier un partenariat avec la société fondée par Elon Musk Open AI. La firme de Redmond prévoit d’investir un milliard de dollars dans l’entreprise afin de développer une « intelligence artificielle forte ». Microsoft s’apprête à investir un milliard de dollars dans le laboratoire spécialisé en technologies d’intelligence artificielle Open AI. Cette société était à l’origine une organisation à but non lucratif. Elle a été lancée par Elon Musk et Sam Altman en 2015. Elle est à l’origine de plusieurs ordinateurs et robots dont les domaines de compétence vont de la résolution de casse-tête avancés à la rédaction de fake news. Ayant besoin de plus de fonds pour continuer à développer ses technologies, Open AI a abandonné son statut d’ONG en mars dernier pour attirer de nouveaux investisseurs. Au lendemain de la signature du partenariat, nous savons que les deux sociétés travaillerons ensemble sur le développement de « solutions matérielles et logicielles pour bâtir une intelligence artificielle forte », ce qu’on appelle en anglais l’AGI (Artificial General Intelligence). Les projets de cette collaboration semblent ambitieux. Dans le communiqué officiel, les sociétés affirment que la plateforme développée « entraînera et gérera des modèles d’intelligence artificielle de plus en plus avancés ». Le PDG d’Open AI Sam Altman ajoute même : « Nous pensons que la conception d’AGI sera un bouleversement technologique majeur, qui aura le potentiel de changer la trajectoire de l’humanité. ». L’idée de l’AGI est de créer une intelligence artificielle capable de résoudre des problèmes pluridisciplinaires tels que « le changement climatique, une santé plus personnalisée et l’éducation » indique le communiqué. Open AI utilisera exclusivement les services de cloud Microsoft Azure pour développer et exploiter ses logiciels. En échange de son investissement, Microsoft sera le «partenaire privilégié d’Open AI pour la commercialisation de nouvelles technologies d’intelligence artificielle » développées par Open AI. Les deux sociétés ont également assuré que la sécurité resterait au centre des préoccupations. Elles ont ajouté que les bénéfices économiques des technologies développées seraient partagés avec le plus grand nombre.



Huawei supprime des emplois aux USA

  Liste des news    Liste des new du mois  
futurewei

16

Juillet

Selon les informations relayées par Wall Street Journal, Huawei supprimerait une grande partie des postes chez Futurewei, sa filiale R & D. Le Wall Street Journal cite des sources proches du dossier. Outre le manque à gagner, la présence de Huawei sur la liste noire des États-Unis se traduirait également par plusieurs suppressions de poste. Même les employés de Futurewei seraient concernés. La majorité des 850 travailleurs perdrait leur emploi. Les centres de Futurewei se trouvent dans plusieurs états. Les bureaux sont basés à Dallas, à Seattle et dans la Silicon Valley. À cause des problèmes de Huawei, les dirigeants de la filiale ont effectué une vaste campagne de communication en commençant par annoncer la séparation de leurs activités en public. Par ailleurs, de nombreux cadres de la maison mère ne travaillent déjà plus au sein des bureaux américains. Et surtout, le logo Huawei n’apparait plus dans les documents officiels. Pourtant, malgré ces mesures, l’entreprise est encore victime de dommages collatéraux. D’après le Wall Street Journal, Huawei aurait proposé un poste en Chine aux ressortissants chinois. Les entreprises américaines souffrent également. Qualcomm, Intel et Micron perdraient des milliards de dollars. Elles invitent les autorités à annuler les sanction et certaines outrepassent les interdictions. Donald Trump a effectué un premier pas en déclarant un assouplissement pendant le sommet du G20. Toutefois, les résultats concrets se font attendre.



Panne de production mémoire Toshiba

  Liste des news    Liste des new du mois  
toshiba panne de fabrication memoirejpg

01

Juillet

Toshiba et Western Digital annoncent que le 15 juin dernier, une panne d’électricité a touché leur usine de Yokkaichi, au Japon. Cette dernière fabrique de la mémoire flash NAND. L’avarie a duré 13 minutes et a entraîné des pertes considérables. Toshiba parle de 6 à 9 exaoctets perdus, tandis que WD rapporte près de 6 exaoctets. Maintenant, il y a deux éléments à prendre en compte. Le premier, c’est que 6 exaoctets de mémoire flash représente 12 millions de SSD de 500 Go . Le second, c’est que 35 % de la production mondiale de mémoire flash NAND provient de cette usine de fabrication mutualisée de Toshiba et WD au Japon. Cette panne de 13 minutes et les semaines d’improductivité (deux voire trois) qu’elle cause devrait donc avoir d’importantes répercussions dans les prochains mois sur les prix des disques SSD. Les clients ont déjà passé et réglé les commandes des troisième et quatrième trimestres de cette année. Les consommateurs devraient ainsi ressentir les effets dans leur porte-monnaie début 2020.



Adobe une stratégie payante du Cloud

  Liste des news    Liste des new du mois  
adobe logo

19

Juin

Adobe a publié mardi des résultats financiers du deuxième trimestre meilleurs que prévu. Le géant de l'informatique dans le cloud a déclaré un bénéfice de 632 millions de dollars au deuxième trimestre. Le revenu (chiffre d'affaires) est de 2,74 milliards de dollars, en hausse de 25 % par rapport à l'an dernier. Wall Street s'attendait à un revenu de 2,7 milliards de dollars. Le fabricant de Photoshop a déclaré que les revenus d'abonnement s'élevaient à 2,46 milliards de dollars, les revenus de produits à 152,8 millions de dollars et les revenus de services et de support à 135 millions de dollars. Les revenus de l'unité Médias numériques d'Adobe se sont élevés à 1,89 milliard de dollars et ceux du secteur Expérience numérique à 784 millions de dollars. Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires de Creative Cloud a atteint 1,59 milliard de dollars, tandis que celui de Document Cloud s'élevait à 296 millions de dollars. Adobe a déclaré que les revenus récurrents annualisés de son unité Médias numériques ont augmenté à 7,47 milliards de dollars, soit une augmentation de 406 millions de dollars d'un trimestre à l'autre. Pour le trimestre en cours, les analystes prévoient un revenu de 2,83 milliards de dollars. Adobe a répondu avec un chiffre d'affaires estimé à 2,8 milliards de dollars. Les acquisitions de Marketo et Magento par Adobe ont été commentés par les dirigeants de l'entreprise. Shantanu Narayen, PDG d'Adobe, a déclaré que ces acquisitions ont aidé l'entreprise à attirer de nouveaux clients et à élargir son marché potentiel, notant une intégration plus poussée entre Adobe Marketing Cloud et Marketo Engage, ainsi que le lancement d'Adobe Commerce Cloud, construit sur la plate-forme Magento Commerce. De même, John Murphy, directeur financier d'Adobe, a souligné l'accent mis par l'entreprise au cours du deuxième trimestre sur la création de synergies entre Magento et Marketo, y compris l'alignement de l'organisation, des produits et du lancement sur le marché. "La profondeur et l'étendue de notre écosystème de partenaires d'affaires demeurent un avantage concurrentiel qui contribue à la production de pipelines, au succès des clients ainsi qu'à la performance financière" a ajouté M. Murphy. "Nous avons connu un autre trimestre de ventes réussi aux côtés de Microsoft, où notre proposition de valeur combinée trouve un écho auprès des entreprises clientes."



Le marché des smartphones toujours en baisse

  Liste des news    Liste des new du mois  
Le marche des smartphone en baisse pour 2019

13

Juin

L'institut IDC dévoile ses dernières estimations sur les ventes de smartphones. En Europe, 53,5 millions d'appareils ont été vendus au premier trimestre 2019, ce qui représente une baisse de 2,74% par rapport à l'an passé. Une tendance intéressante se fait remarquer : au moment où les constructeurs historiques souffrent, les marques chinoises écrasent tout sur leur passage. Avec 13,5 millions de smartphones vendus (+66,73%), le constructeur chinois s'approche des 15,7 millions de Samsung (-6,82%), qui maintient tout de même sa place de numéro 1. Apple tombe à la troisième place avec 7,8 millions d'iPhone vendus, une baisse de 22,73% par rapport à 2018. Xiaomi, encore très jeune en Europe, arrache la quatrième place à Nokia (HMD) avec 2,9 millions de smartphones écoulés, une hausse de 33,26%. De manière générale, on remarque que tous les autres constructeurs réunis ne vendent que 11 millions de smartphones, ce qui est moins que Samsung ou Huawei, seuls. Leurs ventes s'effondrent d'ailleurs cette année (-21,86%), sans que l'on sache qui a le plus souffert. Ainsi, les résultats européens d'IDC au Q1 2019 confirment la tendance du moment. Le marché du smartphone va mal, les constructeurs traditionnels sont menacés, les Chinois ont un boulevard devant eux. Si IDC mise sur un retour à la croissance l'an prochain grâce à la 5G, interrogeons-nous tout de même sur les conséquences de l'affaire Huawei sur le marché. En cas de chute du nouveau numéro 2 mondial, qui récupèrera les miettes ? Samsung, Xiaomi ou quelqu'un d'autre ? Bref, les prochains mois s'annoncent passionnants dans un marché du smartphone sur le point d'être bouleversé.



Les GAFA sollicités au G20 pour jouet le jeu ou pas !

  Liste des news    Liste des new du mois  
gafa mise en garde de negociation au G20 2019

10

Juin

Google, Apple, Facebook et Amazon ne sont clairement plus épargnés par les autorités mondiales. Amendes en milliards, volonté d'une taxation européenne voire mondiale par l'OCDE, déclaration de compétence du ministère de la Justice et du régulateur américains en vue de l'ouverture d'enquêtes antitrust... les mastodontes du numérique semblent être placés au centre de la cible des gouvernements depuis plusieurs mois, une impression qui vient de prendre un peu plus d'épaisseur après une réunion du G20. Réunis ce week-end à Fukuoka, au Japon, les ministres des Finances du G20 (dont le sommet entre chefs d'État se tiendra à la fin du mois) ont, selon un communiqué issu de la réunion, que l'agence Reuters a pu se procurer, décidé de définir des règles communes pour mettre fin aux niches fiscales au sein desquelles se réfugient les GAFA. Ces derniers y déclarent en effet les profits de leurs clients, qu'importe leur location dans le monde, et ce afin d'atténuer leurs charges fiscales. Les ministres des Finances du G20 ont affiché leur confiance au terme de leur réunion et font état d'une réelle volonté de « redoubler d'efforts pour parvenir à une solution consensuelle avec un rapport final d'ici 2020 ». Sans surprise, ce sont les Britanniques, par la voix du ministre Philip Hammond, et les Français, par celle de Bruno Le Maire, qui ont été les grands animateurs de la rencontre en proposant de complexifier le transfert de bénéfices vers des paradis fiscaux et en instaurant un impôt minimum sur les sociétés, la fameuse taxe GAFA. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a fait part de son inquiétude concernant les taxes proposées par le flanc anglo-français. « Nous devons donc maintenant dégager un consensus et aborder les aspects techniques de la manière dont nous transformerons cela en un accord », a-t-il laissé échapper, faisant mine de laisser place à des négociations... qui seront à n'en pas douter, difficiles.



Microsoft et Oracle entre en partenariat

  Liste des news    Liste des new du mois  
oracle microsoft

07

Juin

Microsoft et Oracle ont créé la surprise en annonçant un nouveau partenariat. Cet accord va permettre de lier les offres cloud des deux entreprises, afin de convaincre davantage de professionnels. Dans le but notamment de rattraper le leader du marché, Amazon. Deux concurrents qui se rencontrent, pour une question de business. Microsoft et Oracle, qui s'affrontaient jusqu'à présent sur le marché du cloud, ont décidé de joindre leurs forces. Les deux entreprises ont en effet déclaré avoir conclu un rapprochement, pour permettre une interopérabilité entre leurs services. Concrètement, cela signifie que leurs utilisateurs pourront à présent déplacer, de façon transparente, des données d'un cloud vers l'autre. Plusieurs logiciels d'Oracle pourront ainsi être disponibles sur Microsoft Azure, en particulier les solutions de gestion d'entreprise JD Edwards EnterpriseOne, E-Business Suite ou PeopleSoft. Néanmoins, cette interconnexion sera, pour l'instant, limitée à deux data centers situés dans l'Est des États-Unis. Mais elle devrait ensuite s'étendre à d'autres régions du monde. Avec ce partenariat, Oracle espère profiter de la force de frappe de Microsoft, afin de proposer ses solutions professionnelles au plus grand nombre. Car si la société dispose de sa propre offre cloud, elle demeure très loin des acteurs majeurs du marché, que sont Amazon, Microsoft ou Google. Du côté de l'entreprise de Redmond, on cherche surtout à bénéficier des solutions d'Oracle, qui couvrent l'ensemble des besoins des entreprises, du marketing aux ressources humaines, en passant par la logistique. L'objectif de cette alliance est de constituer l'offre la plus attractive du marché, pour convaincre davantage de clients. Et à terme, le but est surtout de pouvoir véritablement concurrencer le leader absolu du secteur, Amazon Web Services. Car si, aujourd'hui, Microsoft s'affirme comme un acteur important du cloud, il est tout de même largement distancé par l'entreprise de Jeff Bezos. D'après les chiffres du cabinet d'études Synergy Research Group, Amazon détiendrait 33 % de part de marché, contre 16 % pour Microsoft, 8 % pour Google, 6 % pour IBM et... 2 % pour Oracle.



Motion Leap racheté par UltraHaptics

  Liste des news    Liste des new du mois  
leapmotion

03

Juin

Courtisée depuis des années par Apple, la start-up Motion Leap (spécialisée dans la reconnaissance des mouvements à destination de la réalité virtuelle) est finalement rachetée par le britannique UltraHaptics... l'un de ses anciens concurrents. C'est ce qu'avance le très sérieux Wall Street Journal. Cette acquisition met fin aux déboires financiers et managériaux de Motion Leap, dont les dirigeants (Michael Buckwald et David Holz) avaient refusé par deux fois les propositions de rachat d'Apple. La dernière en date, formulée en fin d'année dernière, s'élevait entre 30 et 50 millions de dollars, estimait Business Insider fin octobre. Une information corroborée hier par le Wall Street Journal. D'après le rapport du quotidien financier américain, Motion Leap aurait coûté près de 30 millions de dollars à UltraHaptics, soit plus ou moins 10% de sa valeur estimée en 2013 (300 millions de dollars). Ce montant s'approche donc de la fourchette basse proposée par Apple l'automne dernier. Pionnier dans le monde de la réalité virtuelle, Motion Leap avait eu toutes les peines du monde à s'imposer durablement face à ses concurrents. Des difficultés accentuées par la commercialisation de produits accueillis fraîchement par la critique. Peu à peu, la société avait fini par recentrer ses activités sur la concession de licences. Dans le cadre de l'accord conclu avec UltraHaptics, David Holz semble sur le point de rejoindre l'entreprise britannique, tandis que son acolyte Michael Buckwald, lui, partirait vers d'autres horizons. On apprend enfin qu'UltraHaptics pourrait absorber le personnel d'ingénierie de Motion Leap (soit une douzaine de personnes), ainsi que les propriétés intellectuelles et brevets déposés par la société américaine.



Le rachat de Molotov semble impossible

  Liste des news    Liste des new du mois  
rachat de molotov TV discutable par les actionnaires

14

Mai

Le mariage entre Altice et Molotov semblait être la suite logique du processus de négociations exclusives signé entre les des deux entreprises en janvier dernier. Mais les choses ne se passent pas aussi bien qu'espérées et les petits actionnaires du service de télévision par Internet bloquent actuellement la vente. Ces derniers s'opposent aux conditions d'achat proposées par Altice, à savoir une partie en numéraire et le reste sous la forme d'un investissement de 10 millions d'euros dans Molotov. Les actionnaires seraient invités à remettre la main au pot pour un montant à peu près équivalent. Un effort trop important pour les investisseurs, qui souhaitent un rachat exclusivement en cash, afin de limiter leurs risques financiers déjà élevés. A l'époque, Molotov espérait se vendre pour un montant de 100 millions d'euros, une somme qui aujourd'hui n'est clairement plus d'actualité si le service devait au final chercher un nouveau repreneur.



Nvidia en baisse de 45%

  Liste des news    Liste des new du mois  
nvidia en baisse du gamingjpg

18

Fevrier

Sur le quatrième trimestre 2018, la croissance chez NVIDIA ne vient décidément pas du Gaming. Jeudi, les verts dévoilaient les grandes lignes de leurs résultats pour le dernier trimestre de leur année fiscale 2018, avec à la clé un chiffre qui restera en tête : une baisse de 45 % des revenus générés par le Gaming par rapport à la même période un an plus tôt, en 2017. Une claque que NVIDIA explique notamment par les performances décevantes des RTX 2070 et 2080 sur le marché. Loin de rejeter la faute sur ses nouveaux GPU, le fondeur pointe le faible nombre de jeux exploitant les technologies Ray-Tracing et DLSS introduites avec ses puces de nouvelle génération. En clair, d'après NVIDIA, le consommateur manquerait encore d'exemples probants de ce que l'architecture Turing est capable de faire... En dépit du bilan piteux de sa division Gaming, le géant californien peut compter sur des indicateurs dans le vert pour ses branches Automotive (+23 %), Professionnal Visualization (+15 %) et Datacenter (+12 %, sur l'année malgré un déclin de 14 % vis-à-vis du Q3 2018). Ces bonnes performances contribuent à lui assurer un chiffre d'affaires global de 2,21 milliards de dollars pour le quatrième trimestre 2018. Jensen Huang préfère réitérer sa vigilance vis-à-vis de la compétition des CPUs sur le terrain des Datacenters. « Nos principaux compétiteurs sont les processeurs, et c'est vraiment tout ce qu'il y a à dire », a-t-il argué, tout en profitant de l'occasion pour railler AMD quant à l'effet pétard mouillé des Radeon VII face aux GeForce RTX haut de gamme.



L'intel en baisse à cause d'Apple

  Liste des news    Liste des new du mois  
Intel 8th Gen Core 2

25

Janvier

Intel ressent les difficultés macroéconomiques dues au ralentissement économique en Chine, dans un environnement très incertain. Le géant des micro-processeurs a annoncé ses résultats pour le quatrième trimestre fiscal, durant lequel il a engrangé un chiffre d’affaires de 18,66 milliards de dollars, c’est moins que les 19,01 milliards du consensus des analystes. Mais c’est 9% de plus qu’au même trimestre l’année précédente, rétorque Intel. L’entreprise explique que la cible manquée est le résultat du ralentissement en Chine donc, mais aussi de l’appétit dévorant de ses clients cloud qui absorbe toutes les capacités de production du fondeur, ainsi qu’une demande faible en mémoires NAND et… en puces réseau. Apple représentant le plus gros client de modems Intel (ils sont intégrés dans la totalité des derniers iPhone), nul doute que le coup de mou dans les ventes d’iPhone annoncé par Tim Cook a eu un effet négatif sur les comptes de la firme de Santa Clara. Weston Twigg, un analyste, s’attend à un premier trimestre difficile également pour Intel, avec là encore une demande d’Apple dans les chaussettes pour les puces réseau du fondeur. Dans ce domaine, Intel est dans le même bain que les autres sous-traitants d’Apple. L’entreprise est toujours à la recherche de son nouveau CEO, Brian Krzanich ayant dû quitter son poste il y a sept mois en raison d’une relation sentimentale consentie avec une employée du groupe. Depuis, c’est le directeur financier Bob Swan qui assure l’intérim. Johny Srouji, le vice-président d’Apple qui est notamment en charge des puces Ax, intéresserait d’ailleurs Intel.


Google ce lance dans les services bancaires

La firme californienne prévoit de proposer à partir de l’année prochaine des comptes chèques aux particuliers en partenariat avec la banque Citigroup. Le service sera adossé à Google Pay. Google s’apprête à rejoindre Apple et Facebook sur le créneau des services bancaires et financiers personnels avec le lancement d’une offre de comptes chèques. Baptisé “Cache”, le projet se fera en partenariat avec la banque Citigroup et une coopérative de crédit de l’université Stanford. Ces deux acteurs prendront en charge les activités financières et de conformité liées à ces comptes. Le service Cache fonctionnera avec le portefeuille électronique Google Pay. Mais pas question, promet Google, d’exploiter les données liées à ce système. "Si nous pouvons aider plus de gens à faire plus de choses de manière numérique en ligne, c'est bon pour Internet et c'est bon pour nous”, a déclaré Caesar Sengupta, un représentant de Google cité dans un article du Wall Street Journal révélant l’existence du projet Cache.
14-11-2019


Google à bien racheté Fitbit

Après quelques jours de rumeurs et de tractations, c’est officiel : Google a bien acheté Fitbit. La transaction, à hauteur de 2,1 milliards de dollars, va permettre au moteur de recherche se mieux se positionner en face de l’Apple Watch. Google empoche officiellement les bracelets connectés, les smartwatchs et les balances de Fitbit. Depuis plusieurs mois, le pionnier du secteur se cherchait un repreneur en raison de la dégradation de ses parts de marché face à l’ogre Apple et son Apple Watch qui en détient près de la moitié. Fitbit n’ayant cessé de perdre de l’argent ces derniers trimestres, la solution la plus radicale d’aider l’entreprise à se maintenir en vie revenait effectivement à la vendre ! « Google est un partenaire idéal pour avancer dans notre mission », a expliqué James Park, le cofondateur de Fitbit. La marque devrait rester en place pendant encore un moment, elle est en effet connue et reconnue : le constructeur a vendu plus de 100 millions de produits, en majorité des bracelets connectés, et il compte 28 millions d’utilisateurs actifs. Rick Osterloh, vice-président Devices & Services de Google, précise sur le blog du moteur de recherche que si l’entreprise a fait des progrès dans le secteur des objets à porter sur soi avec ses partenaires, l’opportunité d’investir encore plus dans l’écosystème Wear OS s’est présentée avec Fitbit. Google veut « stimuler » l’innovation dans les wearables et construire des produits qui profiteront à encore plus de personnes dans le monde. Les futurs appareils de Fitbit porteront la « griffe » Made by Google. Pour l’occasion et puisque le sujet est dans l’air du temps, Google a voulu rassurer les utilisateurs de Fitbit : le moteur de recherche n’a pas l’intention d’exploiter les données santé et bien-être des possesseurs de bracelets et de montres connectés pour ses publicités. Ces derniers pourront aussi consulter et supprimer leurs données en tout temps. La suite va être intéressante. Google va-t-elle profiter de Fitbit pour enfin mettre en route sa propre montre Pixel annoncée depuis des années par la rumeur ?
04-11-2019


Google souhaite racheter Fitbit

Selon les informations de Reuters, Alphabet aurait formulé une offre d'acquisition pour Fitbit. L’agence de presse souligne, comme il est de coutume, que rien n’indique encore que les négociations entre les deux parties aboutiront. Par ailleurs, aucun montant n’est évoqué et aucune des deux entreprises n’a souhaité répondre à Reuters à ce sujet. En septembre, on apprenait que Fitbit avait pris contact avec la banque d’affaires Qatalyst Partners afin d’explorer la possibilité d’une vente. Malgré son rôle moteur dans le développement du marché des bracelets connectés, Fitbit est aujourd’hui concurrencé plus fortement par des marques chinoises comme Huawei et Xiaomi. Par ailleurs, son ouverture sur le segment des montres connectées n’a pas rencontré la réussite escomptée face à la domination d’Apple et Samsung. Cet été, l’entreprise a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l’année en cours, invoquant des ventes en dessous des attentes pour sa nouvelle montre Versa Lite. Elle présentera les résultats de son troisième trimestre le 6 novembre.
29-10-2019


Taxes GAFA plus rentables que prévu !

Après une tolérance vieille de plusieurs années de pratiques d'optimisation fiscale, la loi du 24 juillet 2019 est venue instaurer une taxe sur les services numériques, suite à de nombreuses discussions entre les deux chambres, Assemblée nationale et Sénat. Les députés, qui discutent actuellement du projet de loi de finances pour 2020, ont dévoilé ce qu'allait rapporter la fameuse taxe appliquée aux géants du numérique depuis le 1er janvier 2019. Et le montant est légèrement supérieur à ce qui était dans un premier temps annoncé. Selon le projet de loi de finances pour 2020, que nous avons pu consulter, les recettes fiscales de l'État devraient atteindre 306,1 milliards d'euros l'an prochain (291,8 milliards en recettes nettes) contre 292,7 milliards d'euros en 2019 (278,1 milliards en recettes nettes). Sur ces recettes fiscales, une nouvelle ligne apparaît, celle de la taxe sur les services numériques. Ce nouvel impôt, souhaité ardemment par Bruno Le Maire, sera maintenu en France en attendant qu'un consensus soit trouvé sur le plan mondial, du côté de l'OCDE. La taxe prévoit un taux unique de 3 % sur le chiffre d'affaires pour les firmes qui génèrent un chiffre d'affaires mondial annuel de 750 millions d'euros, dont 25 millions rien qu'en France. L'impôt touchera une trentaine de sociétés, dont la Française Criteo et des géants de l'écosystème numérique comme Google, Apple, Facebook, Amazon, Alibaba, Microsoft, Airbnb, Booking, Tripadvisor ou Uber. Si l'OCDE ne parvient pas à un accord, la Commission européenne est prête à agir seule. Alors qu'il était censé rapporter autour de 400 millions d'euros en 2019, le projet de loi de finances pour 2020 fait état d'une recette de 459 millions d'euros l'an prochain pour l'État français. À terme (d'ici 2022 selon les experts), les sommes récoltées devraient atteindre 650 millions d'euros.
21-10-2019


Les Motos Electriques Evok arrivent en Europe

Evoke Motorcycles créée en 2016 par Nathan Siy, un Canadien résidant à Pékin, l'entreprise présentait en 2017 son premier modèle, l'Urban S, suivi l'année suivante par l'Urban Classic. Ces motos au design sportif rappelaient notamment la 797 Monster de Ducati. Comme le souligne Electrek, Evoke précise que l'Autriche, l'Allemagne et Malte rejoindront la liste des pays importateurs de leurs modèles. La 6061 est déjà en cours de livraison à Malte, tandis que les motards allemands et autrichiens peuvent la pré-commander. Parmi ces pays, l'Autriche est pour l'instant le seul où le modèle 2018 Urban Series est disponible en test. En outre, rappelons que le constructeur distribue actuellement dans une dizaine de pays dont l'Amérique, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine, la Norvège ou l'Espagne. Les deux premiers modèles du constructeur chinois, l'Urban S et l'Urban Classic, présentaient tous deux une autonomie de 200 km pour une vitesse maximale de 130 km/h. Par ailleurs, une durée de recharge d'environ 90 minutes pour restaurer la batterie à 80% de sa puissance était mise en avant. Evoke met la barre haut pour son prochain modèle, annoncé pour 2020. En effet, la moto au design épuré sera propulsée par un moteur de 120 Kw (160 ch), avec une transmission spécialement conçue par l'entreprise. Affichant une autonomie de 400 km en ville et 250 km sur autoroute, la 6061 promet surtout un temps de recharge drastiquement diminué, de seulement 15 minutes pour restaurer 80 % de la batterie. Le modèle sera entre autres équipé de batteries à refroidissement automatiques et préchauffées en hiver, d'un système d'équilibrage, d'écrans tactiles dernier cri et d'une option de connectivité réseau. Notons que les modèles Evoke sont produits par Foxconn, le sous-traitant d'Apple en charge de la fabrication de l'iPhone. Enfin, le prix de l'Urban S et de l'Urban Classic étant compris entre 7 000 et 9 000 $, il faudra ainsi probablement débourser plus de 10 000 $ (9 000 €) pour s'offrir le nouveau bébé de la firme.
02-10-2019


Le Canada aussi souhaite taxer les GAFA

En pleine campagne électorale des législatives, Justin Trudeau a annoncé qu’il avait changé d’avis, et que s’il était à nouveau élu, il souhaitait taxer les géants du web. « On avait fait une promesse en 2015 de ne pas le faire et on ne l’a pas fait. Mais au cours des dernières années, on a commencé à parler avec nos partenaires internationaux qui font face aux mêmes défis que nous » s'est justifié le Premier ministre canadien à propos de la perspective de mettre en place un impôt dédié à Google, Facebook et les autres entreprises américaines. « Nous nous alignons avec la France, le Royaume-Uni et d’autres pays qui vont s’assurer que les géants du web qui font des profits et créent des revenus ici au Canada paient leur juste part d’impôt sur ces revenus » a-t-il poursuivi, précisant qu’il s’agirait d’un prélèvement de 3% sur les revenus générés par la publicité en ligne et l’exploitation des données des internautes. S’il est réélu, il évoque une entrée en vigueur dès avril 2020 avec l'ambition de collecter 540 millions de dollars canadiens en 2020, puis 730 millions en 2021. A l’instar d’Emmanuel Macron, dont il dit s’inspirer, Trudeau souhaite « s’assurer que les grandes compagnies vont faire leur part parce que c’est important, dans un monde qui est de plus en plus numérique et mondialisé, que les règles s’appliquent à tout le monde. »
01-10-2019


Logitech rachète Streamlabs

Le fabricant de hardware Logitech (ou LOGI) vient d'acquérir Streamlabs, créateur de la célèbre application pour streameurs, pour environ 89 millions de dollars. Un mariage qui semble presque naturel, puisque les deux entreprises sont spécialisées et reconnues dans le monde du gaming et du streaming de jeux vidéo en ligne. Streamlabs a démocratisé la solution nommée Open Broadcaster Software, permettant aux diffuseurs de jeux vidéo en ligne de monétiser leurs audiences, mais aussi de suivre les alertes de dons et de gérer l'ensemble de stream. Une application qui est extrêmement populaire sur Twitch (70 % des streameurs du site utilisent cette application) et YouTube, puisque l'entreprise revendique 15 millions d'utilisateurs. En parallèle des 89 millions de dollars du rachat, Logitech devrait verser 29 millions de dollars en plus en actions si Streamlabs atteint ses objectifs de croissance.
27-09-2019


Pénurie aussi chez Intel

En avril dernier, Intel investissait 1,4 milliard de dollars dans les lignes de production en 14 nm. L’objectif : endiguer la pénurie à laquelle il doit faire face depuis plusieurs mois. L’entreprise espérait y mettre un terme au troisième trimestre de cette année. Malheureusement, le DigiTimes nous apprend qu’Intel n’en a toujours pas fini avec la pénurie. Les puces en 14 nm seraient fortement impactées. La production en 14 nm serait actuellement déficitaire et devrait le rester encore plusieurs mois. Cette carence aurait déjà contraint de nombreux fabricants d’ordinateurs portables à reporter leurs produits à 2020. Les processeurs Comet Lake, en 14 nm, seraient les principaux concernés. Ainsi, malgré le lancement officiel de la gamme en août, seuls quelques ordinateurs débarqueront sur le marché dans les prochaines semaines. Désormais, la pénurie ne devrait pas s’arrêter avant 2020. Voilà qui devrait rassurer AMD, également contraint de retarder la sortie de certaines puces pour d’autres motifs et surtout à son partenariat avec TSMC dont le carnet de commande explose.
26-09-2019


AMD repousse la sortie du Ryzen 9 3950X

L’entreprise est contrainte de repousser la sortie de son Ryzen 9 3950X à cause de la saturation des lignes 7 nm de TSMC. Le processeur débarquera donc en même temps que les Threardripper Zen 2. Pas mal de gens attendent avec impatience le Ryzen 9 3950X, le porte-étendard des Ryzen 3000. Il faut dire que tout plaide en faveur de ce processeur, qui, en plus d’obtenir un score de folie sous Cinebench R15, surpasserait l’Intel Core i9-9980XE. Malheureusement, AMD vient de repousser la sortie de cette puce 16 cœurs / 32 threads censée sortir initialement ce mois-ci. Les clients devront patienter jusqu’en novembre. La bonne nouvelle de cette annonce, c’est qu’AMD dévoile enfin la date de sortie de ses Threadripper Zen 2. Ces derniers débarqueront également en novembre. L’entreprise explique le report du Ryzen 9 3950X par la forte demande sur les Ryzen 3000 actuels. Chez TSMC, on parlait plutôt d’une saturation des lignes de production en 7 nm. En effet, le fondeur a indiqué crouler sous les demandes. Une surcharge de travail qui allonge logiquement les délais de livraison, y compris pour AMD. Il est probable que l’entreprise privilégie la production de ses processeurs EPYC Rome, également gravés en 7 nm, qui enchainent les records.
24-09-2019


WD vend son Data center Intelliflash

Western Digital a déclaré jeudi qu'il vendait son portefeuille de systèmes de centres de données IntelliFlash à DDN, un important fournisseur de stockage de données. Les termes de l'accord n'ont pas été divulgués. Cette vente s'inscrit dans le cadre de la décision de Western Digital de se retirer de l'activité Systèmes de stockage, a déclaré la société. Dans le cadre de cet effort, elle explore également des "options stratégiques" pour son portefeuille ActiveScale. En se déchargeant de ses activités de systèmes de stockage, Western Digital a déclaré qu'elle sera en mesure de concentrer son portefeuille de centres de données autour des plates-formes de stockage. Cela inclut la plate-forme OpenFlex. Plus tôt ce mois-ci, Western Digital a fait l'acquisition de Kazan Network. En plus de l'accord IntelliFlash, Western Digital et DDN ont conclu un accord pluriannuel en vertu duquel DDN augmentera son achat de disques durs et de dispositifs de stockage SSD de Western Digital. Western Digital restera l'un des plus grands consommateurs de produits IntelliFlash ont déclaré les deux entreprises. L'opération devrait être conclue plus tard cette année.
23-09-2019


Amazon achète 100 000 camionettes Electriques.

Le fondateur de la plus grande plate-forme de commerce en ligne s'engage dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il veut atteindre les objectifs fixés par les accords de Paris dix ans avant la date prévue. Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon et l'homme le plus riche du monde, s'est lancé, jeudi 19 septembre, dans une campagne de lutte contre le réchauffement climatique. « Mon engagement est de remplir les objectifs de l'accord de Paris avec dix ans d'avance et Amazon est le premier sur la liste », qui doit associer d'autres entreprises, a expliqué Jeff Bezos au cours d'une conférence de presse à Washington. « Nous voulons nous servir de notre influence et de notre taille pour montrer la voie. ». Pour cela, Jeff Bezos a indiqué que son entreprise allait commander 100 000 camionnettes électriques à l'entreprise américaine Rivian, dont les premières seront opérationnelles dès 2021. La totalité de la flotte sera déployée en 2030, selon un porte-parole du groupe. Le chef d'entreprise avait évoqué précédemment la date de 2024. Jeff Bezos a également indiqué qu'Amazon verserait 100 millions de dollars pour la reforestation, en collaboration avec l'ONG nord-américaine Nature Conservancy.
20-09-2019


Un Français à la Tête de HTC

Ancien cadre d'Orange. Car si HTC a été le premier constructeur de smartphone a proposer Android sur ses appareils, il a depuis été largement devancé par les constructeurs chinois. Le nouveau PDG de l'entreprise taïwanaise spécialisée dans les smartphones se nomme Yves Maitre. Ancien cadre d'Orange, il doit ré-aviver la marque. Reste que en 2018, l'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires de 770 millions de $, une première sous le milliard depuis son introduction en bourse en 2006. Car si HTC a été le premier constructeur de smartphone a proposer Android sur ses appareils (la photo montre ce smartphone), il a depuis été largement devancé par les constructeurs chinois. HTC a également misé gros que les casques de réalité virtuelle ces dernières années. Et l'entreprise diversifie son offre en la matière en proposant des services. Reste que ce segment demeure une niche, même si les jeux vidéos semblent une voie prometteuse en la matière. Au delà du smartphone et des casques de réalité virtuelle, HTC cherche désormais a partir à la conquête des marchés des hub 5G, avec un nouveau produit présenté récemment. Chez Orange, où il a passé 14 ans, Yves Maitre était vice-président exécutif des équipements grand public et des partenariats. Il avait auparavant travaillé pour Thomson Multimedia. Cher Wang, l’ancienne PDG d’HTC, a de son côté été promue présidente du groupe.
19-09-2019


Bientôt des Avions Electriques.

Si le secteur automobile a déjà bien avancé en matière d'électrification, la question est plus délicate pour l'aéronautique. Alimenter un vol entier nécessite une autonomie importante, et donc un certain nombre de batteries. Mais cumulées, celles-ci peuvent finir par peser lourd, nécessitant alors plus d'énergie, donc plus de batteries, et donc plus de poids... Un cercle vicieux. Cette problématique n'est cependant pas une fatalité pour certaines entreprises, et notamment pour Electric Power Systems (EPS), basée à Logan, dans l'Utah (États-Unis). La société développe des dispositifs de stockage d'énergie sûrs et légers, particulièrement destinés aux industries aéronautique et spatiale. Ses batteries équipent déjà des engins volants électriques, tels que le X57 de la NASA ou l'eFlyer 2 de Bye Aerospace. Hier, l'entreprise américaine a reçu deux nouveaux soutiens de poids. En effet, EPS a conclu une levée de fonds, qui a vu l'arrivée de deux investisseurs majeurs : l'Américain Boeing et le Français Safran, à travers leurs fonds respectifs, Boeing HorizonX Ventures et Safran Corporate Ventures. Pour les deux industriels, l'idée de cette alliance de circonstance est d'aider EPS à « développer une base industrielle hautement automatisée, capable de produire à une échelle inédite des systèmes de stockage énergétique pour l'aviation », tout en réduisant le coût de ces batteries. cela ne signifie pas que nous pourrons bientôt embarquer à plusieurs centaines dans un Boeing 747 100 % électrique pour un Paris-New York. Les avions concernés aujourd'hui sont plutôt des petits modèles à hélice, prévus pour transport entre deux et 8 passagers. L'enjeu se situe également dans la future mobilité aérienne en zone urbaine. Le marché en est à peine à ses balbutiements, mais les deux entreprises souhaiteraient d'ores et déjà prendre de l'avance. C'est le sens donné à leurs récents investissements : le constructeur américain s'est rapproché de Cuberg, qui développe une nouvelle génération de batteries à forte densité énergétique, tandis que l'entreprise française a acquis une participation dans Oxis Energy, qui produit des cellules lithium-soufre pour améliorer l'efficacité du stockage d'énergie.
19-09-2019


Iliad s'associe avec Nokia pour déployer la 5G

Le lancement de la 5G reste encore lointain pour les consommateurs mais les opérateurs mobiles se préparent activement pour être prêts dès l'année 2020, qui marquera l'ouverture du réseau sur une partie du territoire. Le groupe Iliad (free) annonce aujourd'hui avoir conclu un accord avec Nokia pour l'installation des antennes 5G. L'entreprise finlandaise travaille avec Free depuis 2010 et les débuts de Free mobile sur le marché français. Dans le communiqué officialisant l'annonce, Iliad explique faire « le choix de la technologie européenne et de l'indépendance stratégique ». On ne peut s'empêcher de penser que Free fait explicitement référence à Huawei, un autre géant des équipements réseau, dans le choix de cette formule. Iliad souhaite désormais aller vite et pourra commencer l'installation de ces premières infrastructures dès la procédure d'attribution des fréquences 5G terminée, probablement au début de l'année prochaine.
02-09-2019


Alphabet devient la société la plus riche au monde

Selon le Financial Time, Alphabet est désormais la société la plus aisée, en termes de liquidité, du monde, depuis le second trimestre 2019. L'entreprise, société mère de Google, relègue Apple au second rang alors même que la firme de Cupertino a passé un long moment sur le trône. Depuis le dernier trimestre 2017, les réserves de liquidités d'Alphabet ont augmenté de 20 milliards de dollars. Cela lui a permis de détrôner Apple dont la richesse ne s'élève « qu'à » 102 milliards, là où la sienne atteint 15 milliards de plus (117 milliards). Ce succès intervient pile à un moment compliqué pour la société. Elle doit en effet assumer une surveillance antitrust et faire face à des protestions de ses employés. Reste qu'aujourd'hui, même si elle a détrôné Apple, Alphabet n'a pas encore obtenu le titre de la « société la plus précieuse au monde », ce qui est le cas de la firme de Cupertino.
02-08-2019


Amazon répercute la taxe GAFA à ses vendeurs

Moins d’un mois après l’adoption de la loi sur la fiscalité des géants du numérique au parlement français, Amazon a décidé d’augmenter ses tarifs. « Vu que nous opérons dans le secteur très concurrentiel et à faible marge du commerce de détail et que nous investissons massivement dans la création d’outils et de services destinés à nos clients et à nos vendeurs partenaires, nous ne sommes pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires ». C’est ainsi que Amazon, dans un email envoyé à l'AFP, justifie son choix d’augmenter ses tarifs de commission pour les vendeurs français qui utilisent sa plate-forme. Cette mesure, qui entrera en vigueur début octobre, est la réponse à la taxe GAFA mise en place par la France pour mettre fin à l’inégalité fiscale dont profitent les plus grandes entreprises du numérique. Elles sont une trentaine visées par cette loi fiscale, et on trouve donc Google, Amazon, Facebook et Apple(GAFA), mais aussi des entreprises françaises comme Meetic et Criteo. Cette décision d’Amazon va forcément avoir un impact sur les vendeurs tiers. Soit ils augmentent du même coup leur tarif, soit ils se tournent vers une plate-forme concurrente. Pourquoi pas Rakuten puisque cet autre géant de l’e-commerce a annoncé par la voix de son P-dg Fabien Versavu qu’il n’allait pas répercuter cette taxe sur ses clients.
02-08-2019


La Taxe GAFA met Trump en colère !

Les Etats-Unis s’étaient émus mi-juillet de la mise en place de la taxe GAFA, une taxe jugée alors comme discriminatoire et qui allait faire l’objet d’une enquête par l’administration américaine. Cette taxe de 3% sur le chiffre d’affaires touche toutes les entreprises du numérique générant une activité annuelle d’au moins 750 millions d’euros au niveau mondial et de 25 millions en France. Une taxe qui a fait beaucoup de bruit sur le plan médiatique, mais qui au final ne devrait rapporter que 400 millions d’euros cette année. Et cela pourrait s’avérer de surcroit contre-productif. Les menaces de Donald Trump commencent à se faire plus précises. Le président américain promet en effet de s’attaquer au vin français. On est là dans le symbole mais pas seulement, les exportations de vins et de spiritueux français vers les Etats-Unis dépassaient les 3,1 milliards d’euros. D'ou les mots de Trump : " La France vient d’imposer une taxe du numérique à nos grandes entreprises technologiques américaines. Si quelqu’un devait les taxer, cela devrait être leur pays d’origine, les Etats-Unis. Nous annoncerons bientôt une action réciproque substantielle après la stupidité de Macron. J’ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français !". L’homme qui ne boit pas de vin a précisé sa pensée lors d’une réunion avec des journalistes. Il a déclaré que la sanction américaine devrait être annoncée prochainement et qu’elle pourrait toucher le vin ou autre chose. Emmanuel Macron et Donald Trump se sont entretenus hier au téléphone et ont entre autres évoqué le sujet de la taxation des GAFA. Des proches du président américain ont multiplié les sorties médiatiques ces derniers jours pour dire tout le mal qu’ils pensaient de cette taxe. Judd Deere, l’un des portes-parole de la Maison Blanche, a rappelé que des négociations étaient en cours au niveau de l’OCDE pour trouver une solution à la taxation des GAFA. Une manière de rappeler le cavalier seul des Français dans cette affaire.
29-07-2019


Apple rachète la division Modems d'Intel

Selon le Wall Street Journal, Apple serait aujourd'hui en « discussions avancées » pour mettre la main sur l'activité « puces réseau » d'Intel. Le constructeur californien serait prêt à mettre au moins un milliard de dollars sur la table pour s'en emparer. Ce rachat permettrait à Apple de récupérer les 8 500 brevets déposés par Intel autour de cette activité, dont 6 000 concernant spécifiquement les connexions 3G, 4G et 5G, mais également une partie des ingénieurs assignés à ces recherches. Avec cette propriété intellectuelle en poche, Apple pourrait avancer plus rapidement sur la conception de ses propres modems, comme elle le fait déjà pour les processeurs ou les puces graphiques. Intel a décidé en avril dernier de ne pas poursuivre ses efforts dans la conception de puces réseau. Cette décision est intervenue après l'accord passé entre Apple et Qualcomm, qui après plusieurs mois de conflit renouaient leur partenariat commercial pour la fourniture de modems qui équiperaient les prochaines gammes d'appareils mobiles du constructeur. De son côté Intel semblait avoir beaucoup de retard sur son concurrent, et Apple n'aurait pas été convaincue des performances de ses dernières puces pour équiper les prochains itérations de l'iPhone. De plus, Intel n'était pas encore prêt pour la 5G alors que les réseaux de dernière génération se déploient un peu partout dans le monde.
23-07-2019


Microsoft invertis avec Elon Musk

Microsoft a annoncé hier un partenariat avec la société fondée par Elon Musk Open AI. La firme de Redmond prévoit d’investir un milliard de dollars dans l’entreprise afin de développer une « intelligence artificielle forte ». Microsoft s’apprête à investir un milliard de dollars dans le laboratoire spécialisé en technologies d’intelligence artificielle Open AI. Cette société était à l’origine une organisation à but non lucratif. Elle a été lancée par Elon Musk et Sam Altman en 2015. Elle est à l’origine de plusieurs ordinateurs et robots dont les domaines de compétence vont de la résolution de casse-tête avancés à la rédaction de fake news. Ayant besoin de plus de fonds pour continuer à développer ses technologies, Open AI a abandonné son statut d’ONG en mars dernier pour attirer de nouveaux investisseurs. Au lendemain de la signature du partenariat, nous savons que les deux sociétés travaillerons ensemble sur le développement de « solutions matérielles et logicielles pour bâtir une intelligence artificielle forte », ce qu’on appelle en anglais l’AGI (Artificial General Intelligence). Les projets de cette collaboration semblent ambitieux. Dans le communiqué officiel, les sociétés affirment que la plateforme développée « entraînera et gérera des modèles d’intelligence artificielle de plus en plus avancés ». Le PDG d’Open AI Sam Altman ajoute même : « Nous pensons que la conception d’AGI sera un bouleversement technologique majeur, qui aura le potentiel de changer la trajectoire de l’humanité. ». L’idée de l’AGI est de créer une intelligence artificielle capable de résoudre des problèmes pluridisciplinaires tels que « le changement climatique, une santé plus personnalisée et l’éducation » indique le communiqué. Open AI utilisera exclusivement les services de cloud Microsoft Azure pour développer et exploiter ses logiciels. En échange de son investissement, Microsoft sera le «partenaire privilégié d’Open AI pour la commercialisation de nouvelles technologies d’intelligence artificielle » développées par Open AI. Les deux sociétés ont également assuré que la sécurité resterait au centre des préoccupations. Elles ont ajouté que les bénéfices économiques des technologies développées seraient partagés avec le plus grand nombre.
23-07-2019


Huawei supprime des emplois aux USA

Selon les informations relayées par Wall Street Journal, Huawei supprimerait une grande partie des postes chez Futurewei, sa filiale R & D. Le Wall Street Journal cite des sources proches du dossier. Outre le manque à gagner, la présence de Huawei sur la liste noire des États-Unis se traduirait également par plusieurs suppressions de poste. Même les employés de Futurewei seraient concernés. La majorité des 850 travailleurs perdrait leur emploi. Les centres de Futurewei se trouvent dans plusieurs états. Les bureaux sont basés à Dallas, à Seattle et dans la Silicon Valley. À cause des problèmes de Huawei, les dirigeants de la filiale ont effectué une vaste campagne de communication en commençant par annoncer la séparation de leurs activités en public. Par ailleurs, de nombreux cadres de la maison mère ne travaillent déjà plus au sein des bureaux américains. Et surtout, le logo Huawei n’apparait plus dans les documents officiels. Pourtant, malgré ces mesures, l’entreprise est encore victime de dommages collatéraux. D’après le Wall Street Journal, Huawei aurait proposé un poste en Chine aux ressortissants chinois. Les entreprises américaines souffrent également. Qualcomm, Intel et Micron perdraient des milliards de dollars. Elles invitent les autorités à annuler les sanction et certaines outrepassent les interdictions. Donald Trump a effectué un premier pas en déclarant un assouplissement pendant le sommet du G20. Toutefois, les résultats concrets se font attendre.
16-07-2019


Panne de production mémoire Toshiba

Toshiba et Western Digital annoncent que le 15 juin dernier, une panne d’électricité a touché leur usine de Yokkaichi, au Japon. Cette dernière fabrique de la mémoire flash NAND. L’avarie a duré 13 minutes et a entraîné des pertes considérables. Toshiba parle de 6 à 9 exaoctets perdus, tandis que WD rapporte près de 6 exaoctets. Maintenant, il y a deux éléments à prendre en compte. Le premier, c’est que 6 exaoctets de mémoire flash représente 12 millions de SSD de 500 Go . Le second, c’est que 35 % de la production mondiale de mémoire flash NAND provient de cette usine de fabrication mutualisée de Toshiba et WD au Japon. Cette panne de 13 minutes et les semaines d’improductivité (deux voire trois) qu’elle cause devrait donc avoir d’importantes répercussions dans les prochains mois sur les prix des disques SSD. Les clients ont déjà passé et réglé les commandes des troisième et quatrième trimestres de cette année. Les consommateurs devraient ainsi ressentir les effets dans leur porte-monnaie début 2020.
01-07-2019


Adobe une stratégie payante du Cloud

Adobe a publié mardi des résultats financiers du deuxième trimestre meilleurs que prévu. Le géant de l'informatique dans le cloud a déclaré un bénéfice de 632 millions de dollars au deuxième trimestre. Le revenu (chiffre d'affaires) est de 2,74 milliards de dollars, en hausse de 25 % par rapport à l'an dernier. Wall Street s'attendait à un revenu de 2,7 milliards de dollars. Le fabricant de Photoshop a déclaré que les revenus d'abonnement s'élevaient à 2,46 milliards de dollars, les revenus de produits à 152,8 millions de dollars et les revenus de services et de support à 135 millions de dollars. Les revenus de l'unité Médias numériques d'Adobe se sont élevés à 1,89 milliard de dollars et ceux du secteur Expérience numérique à 784 millions de dollars. Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires de Creative Cloud a atteint 1,59 milliard de dollars, tandis que celui de Document Cloud s'élevait à 296 millions de dollars. Adobe a déclaré que les revenus récurrents annualisés de son unité Médias numériques ont augmenté à 7,47 milliards de dollars, soit une augmentation de 406 millions de dollars d'un trimestre à l'autre. Pour le trimestre en cours, les analystes prévoient un revenu de 2,83 milliards de dollars. Adobe a répondu avec un chiffre d'affaires estimé à 2,8 milliards de dollars. Les acquisitions de Marketo et Magento par Adobe ont été commentés par les dirigeants de l'entreprise. Shantanu Narayen, PDG d'Adobe, a déclaré que ces acquisitions ont aidé l'entreprise à attirer de nouveaux clients et à élargir son marché potentiel, notant une intégration plus poussée entre Adobe Marketing Cloud et Marketo Engage, ainsi que le lancement d'Adobe Commerce Cloud, construit sur la plate-forme Magento Commerce. De même, John Murphy, directeur financier d'Adobe, a souligné l'accent mis par l'entreprise au cours du deuxième trimestre sur la création de synergies entre Magento et Marketo, y compris l'alignement de l'organisation, des produits et du lancement sur le marché. "La profondeur et l'étendue de notre écosystème de partenaires d'affaires demeurent un avantage concurrentiel qui contribue à la production de pipelines, au succès des clients ainsi qu'à la performance financière" a ajouté M. Murphy. "Nous avons connu un autre trimestre de ventes réussi aux côtés de Microsoft, où notre proposition de valeur combinée trouve un écho auprès des entreprises clientes."
19-06-2019


Le marché des smartphones toujours en baisse

L'institut IDC dévoile ses dernières estimations sur les ventes de smartphones. En Europe, 53,5 millions d'appareils ont été vendus au premier trimestre 2019, ce qui représente une baisse de 2,74% par rapport à l'an passé. Une tendance intéressante se fait remarquer : au moment où les constructeurs historiques souffrent, les marques chinoises écrasent tout sur leur passage. Avec 13,5 millions de smartphones vendus (+66,73%), le constructeur chinois s'approche des 15,7 millions de Samsung (-6,82%), qui maintient tout de même sa place de numéro 1. Apple tombe à la troisième place avec 7,8 millions d'iPhone vendus, une baisse de 22,73% par rapport à 2018. Xiaomi, encore très jeune en Europe, arrache la quatrième place à Nokia (HMD) avec 2,9 millions de smartphones écoulés, une hausse de 33,26%. De manière générale, on remarque que tous les autres constructeurs réunis ne vendent que 11 millions de smartphones, ce qui est moins que Samsung ou Huawei, seuls. Leurs ventes s'effondrent d'ailleurs cette année (-21,86%), sans que l'on sache qui a le plus souffert. Ainsi, les résultats européens d'IDC au Q1 2019 confirment la tendance du moment. Le marché du smartphone va mal, les constructeurs traditionnels sont menacés, les Chinois ont un boulevard devant eux. Si IDC mise sur un retour à la croissance l'an prochain grâce à la 5G, interrogeons-nous tout de même sur les conséquences de l'affaire Huawei sur le marché. En cas de chute du nouveau numéro 2 mondial, qui récupèrera les miettes ? Samsung, Xiaomi ou quelqu'un d'autre ? Bref, les prochains mois s'annoncent passionnants dans un marché du smartphone sur le point d'être bouleversé.
13-06-2019


Les GAFA sollicités au G20 pour jouet le jeu ou pas !

Google, Apple, Facebook et Amazon ne sont clairement plus épargnés par les autorités mondiales. Amendes en milliards, volonté d'une taxation européenne voire mondiale par l'OCDE, déclaration de compétence du ministère de la Justice et du régulateur américains en vue de l'ouverture d'enquêtes antitrust... les mastodontes du numérique semblent être placés au centre de la cible des gouvernements depuis plusieurs mois, une impression qui vient de prendre un peu plus d'épaisseur après une réunion du G20. Réunis ce week-end à Fukuoka, au Japon, les ministres des Finances du G20 (dont le sommet entre chefs d'État se tiendra à la fin du mois) ont, selon un communiqué issu de la réunion, que l'agence Reuters a pu se procurer, décidé de définir des règles communes pour mettre fin aux niches fiscales au sein desquelles se réfugient les GAFA. Ces derniers y déclarent en effet les profits de leurs clients, qu'importe leur location dans le monde, et ce afin d'atténuer leurs charges fiscales. Les ministres des Finances du G20 ont affiché leur confiance au terme de leur réunion et font état d'une réelle volonté de « redoubler d'efforts pour parvenir à une solution consensuelle avec un rapport final d'ici 2020 ». Sans surprise, ce sont les Britanniques, par la voix du ministre Philip Hammond, et les Français, par celle de Bruno Le Maire, qui ont été les grands animateurs de la rencontre en proposant de complexifier le transfert de bénéfices vers des paradis fiscaux et en instaurant un impôt minimum sur les sociétés, la fameuse taxe GAFA. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a fait part de son inquiétude concernant les taxes proposées par le flanc anglo-français. « Nous devons donc maintenant dégager un consensus et aborder les aspects techniques de la manière dont nous transformerons cela en un accord », a-t-il laissé échapper, faisant mine de laisser place à des négociations... qui seront à n'en pas douter, difficiles.
10-06-2019


Microsoft et Oracle entre en partenariat

Microsoft et Oracle ont créé la surprise en annonçant un nouveau partenariat. Cet accord va permettre de lier les offres cloud des deux entreprises, afin de convaincre davantage de professionnels. Dans le but notamment de rattraper le leader du marché, Amazon. Deux concurrents qui se rencontrent, pour une question de business. Microsoft et Oracle, qui s'affrontaient jusqu'à présent sur le marché du cloud, ont décidé de joindre leurs forces. Les deux entreprises ont en effet déclaré avoir conclu un rapprochement, pour permettre une interopérabilité entre leurs services. Concrètement, cela signifie que leurs utilisateurs pourront à présent déplacer, de façon transparente, des données d'un cloud vers l'autre. Plusieurs logiciels d'Oracle pourront ainsi être disponibles sur Microsoft Azure, en particulier les solutions de gestion d'entreprise JD Edwards EnterpriseOne, E-Business Suite ou PeopleSoft. Néanmoins, cette interconnexion sera, pour l'instant, limitée à deux data centers situés dans l'Est des États-Unis. Mais elle devrait ensuite s'étendre à d'autres régions du monde. Avec ce partenariat, Oracle espère profiter de la force de frappe de Microsoft, afin de proposer ses solutions professionnelles au plus grand nombre. Car si la société dispose de sa propre offre cloud, elle demeure très loin des acteurs majeurs du marché, que sont Amazon, Microsoft ou Google. Du côté de l'entreprise de Redmond, on cherche surtout à bénéficier des solutions d'Oracle, qui couvrent l'ensemble des besoins des entreprises, du marketing aux ressources humaines, en passant par la logistique. L'objectif de cette alliance est de constituer l'offre la plus attractive du marché, pour convaincre davantage de clients. Et à terme, le but est surtout de pouvoir véritablement concurrencer le leader absolu du secteur, Amazon Web Services. Car si, aujourd'hui, Microsoft s'affirme comme un acteur important du cloud, il est tout de même largement distancé par l'entreprise de Jeff Bezos. D'après les chiffres du cabinet d'études Synergy Research Group, Amazon détiendrait 33 % de part de marché, contre 16 % pour Microsoft, 8 % pour Google, 6 % pour IBM et... 2 % pour Oracle.
07-06-2019


Motion Leap racheté par UltraHaptics

Courtisée depuis des années par Apple, la start-up Motion Leap (spécialisée dans la reconnaissance des mouvements à destination de la réalité virtuelle) est finalement rachetée par le britannique UltraHaptics... l'un de ses anciens concurrents. C'est ce qu'avance le très sérieux Wall Street Journal. Cette acquisition met fin aux déboires financiers et managériaux de Motion Leap, dont les dirigeants (Michael Buckwald et David Holz) avaient refusé par deux fois les propositions de rachat d'Apple. La dernière en date, formulée en fin d'année dernière, s'élevait entre 30 et 50 millions de dollars, estimait Business Insider fin octobre. Une information corroborée hier par le Wall Street Journal. D'après le rapport du quotidien financier américain, Motion Leap aurait coûté près de 30 millions de dollars à UltraHaptics, soit plus ou moins 10% de sa valeur estimée en 2013 (300 millions de dollars). Ce montant s'approche donc de la fourchette basse proposée par Apple l'automne dernier. Pionnier dans le monde de la réalité virtuelle, Motion Leap avait eu toutes les peines du monde à s'imposer durablement face à ses concurrents. Des difficultés accentuées par la commercialisation de produits accueillis fraîchement par la critique. Peu à peu, la société avait fini par recentrer ses activités sur la concession de licences. Dans le cadre de l'accord conclu avec UltraHaptics, David Holz semble sur le point de rejoindre l'entreprise britannique, tandis que son acolyte Michael Buckwald, lui, partirait vers d'autres horizons. On apprend enfin qu'UltraHaptics pourrait absorber le personnel d'ingénierie de Motion Leap (soit une douzaine de personnes), ainsi que les propriétés intellectuelles et brevets déposés par la société américaine.
03-06-2019


Le rachat de Molotov semble impossible

Le mariage entre Altice et Molotov semblait être la suite logique du processus de négociations exclusives signé entre les des deux entreprises en janvier dernier. Mais les choses ne se passent pas aussi bien qu'espérées et les petits actionnaires du service de télévision par Internet bloquent actuellement la vente. Ces derniers s'opposent aux conditions d'achat proposées par Altice, à savoir une partie en numéraire et le reste sous la forme d'un investissement de 10 millions d'euros dans Molotov. Les actionnaires seraient invités à remettre la main au pot pour un montant à peu près équivalent. Un effort trop important pour les investisseurs, qui souhaitent un rachat exclusivement en cash, afin de limiter leurs risques financiers déjà élevés. A l'époque, Molotov espérait se vendre pour un montant de 100 millions d'euros, une somme qui aujourd'hui n'est clairement plus d'actualité si le service devait au final chercher un nouveau repreneur.
14-05-2019


Nvidia en baisse de 45%

Sur le quatrième trimestre 2018, la croissance chez NVIDIA ne vient décidément pas du Gaming. Jeudi, les verts dévoilaient les grandes lignes de leurs résultats pour le dernier trimestre de leur année fiscale 2018, avec à la clé un chiffre qui restera en tête : une baisse de 45 % des revenus générés par le Gaming par rapport à la même période un an plus tôt, en 2017. Une claque que NVIDIA explique notamment par les performances décevantes des RTX 2070 et 2080 sur le marché. Loin de rejeter la faute sur ses nouveaux GPU, le fondeur pointe le faible nombre de jeux exploitant les technologies Ray-Tracing et DLSS introduites avec ses puces de nouvelle génération. En clair, d'après NVIDIA, le consommateur manquerait encore d'exemples probants de ce que l'architecture Turing est capable de faire... En dépit du bilan piteux de sa division Gaming, le géant californien peut compter sur des indicateurs dans le vert pour ses branches Automotive (+23 %), Professionnal Visualization (+15 %) et Datacenter (+12 %, sur l'année malgré un déclin de 14 % vis-à-vis du Q3 2018). Ces bonnes performances contribuent à lui assurer un chiffre d'affaires global de 2,21 milliards de dollars pour le quatrième trimestre 2018. Jensen Huang préfère réitérer sa vigilance vis-à-vis de la compétition des CPUs sur le terrain des Datacenters. « Nos principaux compétiteurs sont les processeurs, et c'est vraiment tout ce qu'il y a à dire », a-t-il argué, tout en profitant de l'occasion pour railler AMD quant à l'effet pétard mouillé des Radeon VII face aux GeForce RTX haut de gamme.
18-02-2019


L'intel en baisse à cause d'Apple

Intel ressent les difficultés macroéconomiques dues au ralentissement économique en Chine, dans un environnement très incertain. Le géant des micro-processeurs a annoncé ses résultats pour le quatrième trimestre fiscal, durant lequel il a engrangé un chiffre d’affaires de 18,66 milliards de dollars, c’est moins que les 19,01 milliards du consensus des analystes. Mais c’est 9% de plus qu’au même trimestre l’année précédente, rétorque Intel. L’entreprise explique que la cible manquée est le résultat du ralentissement en Chine donc, mais aussi de l’appétit dévorant de ses clients cloud qui absorbe toutes les capacités de production du fondeur, ainsi qu’une demande faible en mémoires NAND et… en puces réseau. Apple représentant le plus gros client de modems Intel (ils sont intégrés dans la totalité des derniers iPhone), nul doute que le coup de mou dans les ventes d’iPhone annoncé par Tim Cook a eu un effet négatif sur les comptes de la firme de Santa Clara. Weston Twigg, un analyste, s’attend à un premier trimestre difficile également pour Intel, avec là encore une demande d’Apple dans les chaussettes pour les puces réseau du fondeur. Dans ce domaine, Intel est dans le même bain que les autres sous-traitants d’Apple. L’entreprise est toujours à la recherche de son nouveau CEO, Brian Krzanich ayant dû quitter son poste il y a sept mois en raison d’une relation sentimentale consentie avec une employée du groupe. Depuis, c’est le directeur financier Bob Swan qui assure l’intérim. Johny Srouji, le vice-président d’Apple qui est notamment en charge des puces Ax, intéresserait d’ailleurs Intel.
25-01-2019