Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  




L'actualité
ECONOMIE


La prime à la reconversion également pour les vélos

  Liste des news    Liste des new du mois  
prime a achat velo electrique

12

Avril

C’est un immense pas en avant pour l’adoption du vélo dans l’Hexagone. Vendredi dernier, un élargissement de la prime à la conversion a été voté à l’Assemblée nationale. Tandis qu’il n’était possible de bénéficier de celle-ci qu’à l’achat d’une voiture électrique, la prime à la conversion s’applique dorénavant à l’achat d’un vélo à assistance électrique, dit VAE. Seule condition : se débarrasser d’un véhicule polluant avant d’acheter un vélo électrique. « La prime à la conversion permettra de mettre au rebut une voiture polluante, et obtenir un financement pour acheter un vélo, un vélo-cargo, un vélo pliant, une vélomobile… » se félicite Olivier Schneider, président de la Fédération des utilisateurs de bicyclettes (FUB). Pour l’heure, le montant de cette prime n’a pas été précisé, et celui-ci devrait varier en fonction du type de vélo désiré, avec un avantage pour « l’acquisition de vélos cargo plus onéreux, mais qui permettent des usages beaucoup plus variés ». Outre le vélo, l’amendement s’attache également à majorer le bonus prévu lors de l’achat de véhicules lourds dotés de détecteurs d’angles morts, afin, justement, de protéger les cyclistes sur la route. Il s’agit clairement d’une bonne nouvelle pour ce marché en plein essor. L’année dernière, largement marquée par l’arrivée du coronavirus dans nos vies, a vu bondir en flèche l’utilisation du vélo dans l’Hexagone. Au total, le marché a progressé de 25% en 2020, avec près de 2,6 millions de vélos vendus, selon l’Union Sport & Cycle. Parmi ces ventes, on retrouve plus de 500 000 vélos à assistance électrique, soit environ un vélo sur cinq.



Xiaomi ce lance dans les voitures électrique

  Liste des news    Liste des new du mois  
xiaomi voiture electrique

31

Mars

Le constructeur chinois vient d’annoncer son lancement sur un secteur où personne ne l’attendait, celui de l’automobile électrique. Xiaomi a prévu d’investir 10 milliards de dollars dans une nouvelle filiale entièrement dédiée à ce projet d’envergure. Décidément, Xiaomi est en feu ces derniers jours ! Après avoir levé le voile sur le Xiaomi Mi 11 Ultra et ses différentes variantes, divers accessoires et même son tout premier smartphone pliant, le Mi Mix Fold, la marque annonce son arrivée prochaine sur le secteur de l’automobile électrique ! « Xiaomi espère offrir des véhicules électriques intelligents de qualité pour permettre à tout le monde de profiter d’une vie intelligente n’importe quand, n’importe où » a expliqué la firme dans son communiqué, et durant sa conférence. Au total, la firme prévoit d’insuffler près de 10 milliards de dollars dans sa filiale entièrement dédié au développement de sa future gamme de véhicules électriques durant les 10 années à venir, dont un investissement initial de 1,5 milliard de dollars. Lei Jun, PDG de Xiaomi, sera aussi le dirigeant de cette nouvelle filiale. Pour l’heure, on ne sait pas à quoi ressembleront ces véhicules signés Xiaomi, même si le constructeur aurait de nombreux modèles dans ses cartons, dont un SUV électrique d’un nouveau genre. Pour le concevoir, la marque se serait rapprochée de Great Wall Motor, le plus grand fournisseur de SUV de Chine. Ce dernier s’était notamment associé avec BMW en 2019 afin de produire des Mini électriques spécialement pour la Chine. Après le succès de cette opération, Xiaomi serait définitivement intéressé pour nouer un partenariat afin d’accélérer son projet automobile, si bien que l’annonce pourrait même survenir d’ici quelques jours, selon Reuters. Avec cette annonce, Xiaomi espère diversifier ses activités et prendre le virage fortement porteur de l’automobile électrique intelligente. Il n’est d’ailleurs pas le seul constructeur à vouloir se lancer sur le secteur. Apple développerait en secret un véhicule électrique et autonome depuis de longues années, tout comme Huawei.



Enfin l'annulation du décret contre Xiaomi

  Liste des news    Liste des new du mois  
1200px Xiaomi Corporation.svg

15

Mars

Les investisseurs américains seront heureux d'apprendre qu'ils peuvent continuer à acheter des actions Xiaomi en Bourse. La Cour de district des États-Unis pour le district de Columbia a en effet annulé le décret mis en place par l'administration Trump quelques jours seulement avant la fin de la présidence de l'homme d'affaires. Ce décret 13959 plaçait en effet Xiaomi sur une liste noire qui considérait le constructeur comme une « Communist Chinese military company »(CCMC) fournissant des technologies et son expertise aux forces armées chinoises et représentant une menace pour les intérêts du pays. Le décret prévoyait notamment l'interdiction d'investir dans Xiaomi et d'acheter des titres cotés en Bourse. Xiaomi avait immédiatement contesté cette la décision et porté l'affaire devant les tribunaux. La justice américaine a rendu son verdict le vendredi 12 mars et donné raison à Xiaomi en suspendant le décret pour une durée temporaire. Les juges se laissent en effet plus de temps pour analyser en profondeur le dossier, mais cette première étape constitue une victoire pour le constructeur. Ce dernier n'a pas tardé à s'en féliciter dans un communiqué de presse relayé sur le compte Twitter de la société : « Xiaomi croit que sa désignation en tant que CCMC est arbitraire et capricieuse, et le juge est d'accord avec cela. Xiaomi compte poursuivre ses actions en justice pour supprimer de façon définitive cette désignation ». Cette histoire rappelle évidemment le bannissement imposé à Huwei en 2019 par l'administration Trump, bien que l'entreprise chinoise reste dans l'œil de Washington. Si l'on a pu croire que l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche allait assouplir les relations entre les États-Unis et le géant chinois des télécoms, les restrictions sur la fourniture de composants ont au contraire été durcies par la nouvelle administration sur fond de guerre commerciale entre les deux super puissances.



La prime à la reconversion également pour les vélos

  Liste des news    Liste des new du mois  
prime a achat velo electrique

12

Avril

C’est un immense pas en avant pour l’adoption du vélo dans l’Hexagone. Vendredi dernier, un élargissement de la prime à la conversion a été voté à l’Assemblée nationale. Tandis qu’il n’était possible de bénéficier de celle-ci qu’à l’achat d’une voiture électrique, la prime à la conversion s’applique dorénavant à l’achat d’un vélo à assistance électrique, dit VAE. Seule condition : se débarrasser d’un véhicule polluant avant d’acheter un vélo électrique. « La prime à la conversion permettra de mettre au rebut une voiture polluante, et obtenir un financement pour acheter un vélo, un vélo-cargo, un vélo pliant, une vélomobile… » se félicite Olivier Schneider, président de la Fédération des utilisateurs de bicyclettes (FUB). Pour l’heure, le montant de cette prime n’a pas été précisé, et celui-ci devrait varier en fonction du type de vélo désiré, avec un avantage pour « l’acquisition de vélos cargo plus onéreux, mais qui permettent des usages beaucoup plus variés ». Outre le vélo, l’amendement s’attache également à majorer le bonus prévu lors de l’achat de véhicules lourds dotés de détecteurs d’angles morts, afin, justement, de protéger les cyclistes sur la route. Il s’agit clairement d’une bonne nouvelle pour ce marché en plein essor. L’année dernière, largement marquée par l’arrivée du coronavirus dans nos vies, a vu bondir en flèche l’utilisation du vélo dans l’Hexagone. Au total, le marché a progressé de 25% en 2020, avec près de 2,6 millions de vélos vendus, selon l’Union Sport & Cycle. Parmi ces ventes, on retrouve plus de 500 000 vélos à assistance électrique, soit environ un vélo sur cinq.



Xiaomi ce lance dans les voitures électrique

  Liste des news    Liste des new du mois  
xiaomi voiture electrique

31

Mars

Le constructeur chinois vient d’annoncer son lancement sur un secteur où personne ne l’attendait, celui de l’automobile électrique. Xiaomi a prévu d’investir 10 milliards de dollars dans une nouvelle filiale entièrement dédiée à ce projet d’envergure. Décidément, Xiaomi est en feu ces derniers jours ! Après avoir levé le voile sur le Xiaomi Mi 11 Ultra et ses différentes variantes, divers accessoires et même son tout premier smartphone pliant, le Mi Mix Fold, la marque annonce son arrivée prochaine sur le secteur de l’automobile électrique ! « Xiaomi espère offrir des véhicules électriques intelligents de qualité pour permettre à tout le monde de profiter d’une vie intelligente n’importe quand, n’importe où » a expliqué la firme dans son communiqué, et durant sa conférence. Au total, la firme prévoit d’insuffler près de 10 milliards de dollars dans sa filiale entièrement dédié au développement de sa future gamme de véhicules électriques durant les 10 années à venir, dont un investissement initial de 1,5 milliard de dollars. Lei Jun, PDG de Xiaomi, sera aussi le dirigeant de cette nouvelle filiale. Pour l’heure, on ne sait pas à quoi ressembleront ces véhicules signés Xiaomi, même si le constructeur aurait de nombreux modèles dans ses cartons, dont un SUV électrique d’un nouveau genre. Pour le concevoir, la marque se serait rapprochée de Great Wall Motor, le plus grand fournisseur de SUV de Chine. Ce dernier s’était notamment associé avec BMW en 2019 afin de produire des Mini électriques spécialement pour la Chine. Après le succès de cette opération, Xiaomi serait définitivement intéressé pour nouer un partenariat afin d’accélérer son projet automobile, si bien que l’annonce pourrait même survenir d’ici quelques jours, selon Reuters. Avec cette annonce, Xiaomi espère diversifier ses activités et prendre le virage fortement porteur de l’automobile électrique intelligente. Il n’est d’ailleurs pas le seul constructeur à vouloir se lancer sur le secteur. Apple développerait en secret un véhicule électrique et autonome depuis de longues années, tout comme Huawei.



Enfin l'annulation du décret contre Xiaomi

  Liste des news    Liste des new du mois  
1200px Xiaomi Corporation.svg

15

Mars

Les investisseurs américains seront heureux d'apprendre qu'ils peuvent continuer à acheter des actions Xiaomi en Bourse. La Cour de district des États-Unis pour le district de Columbia a en effet annulé le décret mis en place par l'administration Trump quelques jours seulement avant la fin de la présidence de l'homme d'affaires. Ce décret 13959 plaçait en effet Xiaomi sur une liste noire qui considérait le constructeur comme une « Communist Chinese military company »(CCMC) fournissant des technologies et son expertise aux forces armées chinoises et représentant une menace pour les intérêts du pays. Le décret prévoyait notamment l'interdiction d'investir dans Xiaomi et d'acheter des titres cotés en Bourse. Xiaomi avait immédiatement contesté cette la décision et porté l'affaire devant les tribunaux. La justice américaine a rendu son verdict le vendredi 12 mars et donné raison à Xiaomi en suspendant le décret pour une durée temporaire. Les juges se laissent en effet plus de temps pour analyser en profondeur le dossier, mais cette première étape constitue une victoire pour le constructeur. Ce dernier n'a pas tardé à s'en féliciter dans un communiqué de presse relayé sur le compte Twitter de la société : « Xiaomi croit que sa désignation en tant que CCMC est arbitraire et capricieuse, et le juge est d'accord avec cela. Xiaomi compte poursuivre ses actions en justice pour supprimer de façon définitive cette désignation ». Cette histoire rappelle évidemment le bannissement imposé à Huwei en 2019 par l'administration Trump, bien que l'entreprise chinoise reste dans l'œil de Washington. Si l'on a pu croire que l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche allait assouplir les relations entre les États-Unis et le géant chinois des télécoms, les restrictions sur la fourniture de composants ont au contraire été durcies par la nouvelle administration sur fond de guerre commerciale entre les deux super puissances.


La prime à la reconversion également pour les vélos

C’est un immense pas en avant pour l’adoption du vélo dans l’Hexagone. Vendredi dernier, un élargissement de la prime à la conversion a été voté à l’Assemblée nationale. Tandis qu’il n’était possible de bénéficier de celle-ci qu’à l’achat d’une voiture électrique, la prime à la conversion s’applique dorénavant à l’achat d’un vélo à assistance électrique, dit VAE. Seule condition : se débarrasser d’un véhicule polluant avant d’acheter un vélo électrique. « La prime à la conversion permettra de mettre au rebut une voiture polluante, et obtenir un financement pour acheter un vélo, un vélo-cargo, un vélo pliant, une vélomobile… » se félicite Olivier Schneider, président de la Fédération des utilisateurs de bicyclettes (FUB). Pour l’heure, le montant de cette prime n’a pas été précisé, et celui-ci devrait varier en fonction du type de vélo désiré, avec un avantage pour « l’acquisition de vélos cargo plus onéreux, mais qui permettent des usages beaucoup plus variés ». Outre le vélo, l’amendement s’attache également à majorer le bonus prévu lors de l’achat de véhicules lourds dotés de détecteurs d’angles morts, afin, justement, de protéger les cyclistes sur la route. Il s’agit clairement d’une bonne nouvelle pour ce marché en plein essor. L’année dernière, largement marquée par l’arrivée du coronavirus dans nos vies, a vu bondir en flèche l’utilisation du vélo dans l’Hexagone. Au total, le marché a progressé de 25% en 2020, avec près de 2,6 millions de vélos vendus, selon l’Union Sport & Cycle. Parmi ces ventes, on retrouve plus de 500 000 vélos à assistance électrique, soit environ un vélo sur cinq.
12-04-2021


Xiaomi ce lance dans les voitures électrique

Le constructeur chinois vient d’annoncer son lancement sur un secteur où personne ne l’attendait, celui de l’automobile électrique. Xiaomi a prévu d’investir 10 milliards de dollars dans une nouvelle filiale entièrement dédiée à ce projet d’envergure. Décidément, Xiaomi est en feu ces derniers jours ! Après avoir levé le voile sur le Xiaomi Mi 11 Ultra et ses différentes variantes, divers accessoires et même son tout premier smartphone pliant, le Mi Mix Fold, la marque annonce son arrivée prochaine sur le secteur de l’automobile électrique ! « Xiaomi espère offrir des véhicules électriques intelligents de qualité pour permettre à tout le monde de profiter d’une vie intelligente n’importe quand, n’importe où » a expliqué la firme dans son communiqué, et durant sa conférence. Au total, la firme prévoit d’insuffler près de 10 milliards de dollars dans sa filiale entièrement dédié au développement de sa future gamme de véhicules électriques durant les 10 années à venir, dont un investissement initial de 1,5 milliard de dollars. Lei Jun, PDG de Xiaomi, sera aussi le dirigeant de cette nouvelle filiale. Pour l’heure, on ne sait pas à quoi ressembleront ces véhicules signés Xiaomi, même si le constructeur aurait de nombreux modèles dans ses cartons, dont un SUV électrique d’un nouveau genre. Pour le concevoir, la marque se serait rapprochée de Great Wall Motor, le plus grand fournisseur de SUV de Chine. Ce dernier s’était notamment associé avec BMW en 2019 afin de produire des Mini électriques spécialement pour la Chine. Après le succès de cette opération, Xiaomi serait définitivement intéressé pour nouer un partenariat afin d’accélérer son projet automobile, si bien que l’annonce pourrait même survenir d’ici quelques jours, selon Reuters. Avec cette annonce, Xiaomi espère diversifier ses activités et prendre le virage fortement porteur de l’automobile électrique intelligente. Il n’est d’ailleurs pas le seul constructeur à vouloir se lancer sur le secteur. Apple développerait en secret un véhicule électrique et autonome depuis de longues années, tout comme Huawei.
31-03-2021


Enfin l'annulation du décret contre Xiaomi

Les investisseurs américains seront heureux d'apprendre qu'ils peuvent continuer à acheter des actions Xiaomi en Bourse. La Cour de district des États-Unis pour le district de Columbia a en effet annulé le décret mis en place par l'administration Trump quelques jours seulement avant la fin de la présidence de l'homme d'affaires. Ce décret 13959 plaçait en effet Xiaomi sur une liste noire qui considérait le constructeur comme une « Communist Chinese military company »(CCMC) fournissant des technologies et son expertise aux forces armées chinoises et représentant une menace pour les intérêts du pays. Le décret prévoyait notamment l'interdiction d'investir dans Xiaomi et d'acheter des titres cotés en Bourse. Xiaomi avait immédiatement contesté cette la décision et porté l'affaire devant les tribunaux. La justice américaine a rendu son verdict le vendredi 12 mars et donné raison à Xiaomi en suspendant le décret pour une durée temporaire. Les juges se laissent en effet plus de temps pour analyser en profondeur le dossier, mais cette première étape constitue une victoire pour le constructeur. Ce dernier n'a pas tardé à s'en féliciter dans un communiqué de presse relayé sur le compte Twitter de la société : « Xiaomi croit que sa désignation en tant que CCMC est arbitraire et capricieuse, et le juge est d'accord avec cela. Xiaomi compte poursuivre ses actions en justice pour supprimer de façon définitive cette désignation ». Cette histoire rappelle évidemment le bannissement imposé à Huwei en 2019 par l'administration Trump, bien que l'entreprise chinoise reste dans l'œil de Washington. Si l'on a pu croire que l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche allait assouplir les relations entre les États-Unis et le géant chinois des télécoms, les restrictions sur la fourniture de composants ont au contraire été durcies par la nouvelle administration sur fond de guerre commerciale entre les deux super puissances.
15-03-2021