Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Disney fait retirer les Gif de baby Yoda du Web ou pas !

  Liste des news     

27

Novembre

C’est la nouvelle star de la série de Disney+ The Mandalorian. Le bébé Yoda, une appellation abusive puisqu’il ne serait pas du tout Yoda, a ému tous les téléspectateurs du nouveau service de SVOD. Comme souvent dans ce cas, les GIF animés le représentant ont fleuri sur les réseaux sociaux et le Web, et notamment sur Giphy, l’une des plates-formes d’hébergement de référence des GIF. Ainsi, l’équipe du site culturel américain Vulture s’est empressée d’uploader sur le service de nombreux extrait représentant Baby Yoda. Parfait pour illustrer leurs articles sur le sujet. Mais quelques heures après, elle a remarqué que les GIF avaient tous disparu de leurs articles, car retirés de Giphy. Sûrement la faute à Disney, se disait-on, on connaît l’esprit procédurier de la société américaine et sa volonté sans faille de protéger ses droits d’auteur. De nombreux internautes trouvaient toutefois la manœuvre abusive, tant l’utilisation de GIF Baby Yoda ne portait pas tort à la marque de divertissement et donnait même plutôt envie de s’abonner à Disney+ pour en découvrir plus. Mais ce 26 novembre, patatras, on apprend finalement que c’est Giphy qui avait retiré de lui-même les GIF en question de ses pages. La plate-forme a tout simplement eu peur de la réaction de Disney et évoque un « embrouillamini » à propos de la légalité de leurs statuts. A découvrir aussi en vidéo. Le droit américain et français laisse généralement l’utilisation d’œuvre dans les GIF à l’appréciation des juges. Ceux-ci se basent sur le droit de citation qui permet de mentionner une œuvre sans toutefois trop la dévoiler, de manières à dispenser le spectateur d’aller la voir. Cela montre également que la réputation de Disney quant à la protection de ses droits d’auteur n’est plus à faire, la société semblant avant tout inspirer la crainte à ce sujet.







  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Disney fait retirer les Gif de baby Yoda du Web ou pas !

C’est la nouvelle star de la série de Disney+ The Mandalorian. Le bébé Yoda, une appellation abusive puisqu’il ne serait pas du tout Yoda, a ému tous les téléspectateurs du nouveau service de SVOD. Comme souvent dans ce cas, les GIF animés le représentant ont fleuri sur les réseaux sociaux et le Web, et notamment sur Giphy, l’une des plates-formes d’hébergement de référence des GIF. Ainsi, l’équipe du site culturel américain Vulture s’est empressée d’uploader sur le service de nombreux extrait représentant Baby Yoda. Parfait pour illustrer leurs articles sur le sujet. Mais quelques heures après, elle a remarqué que les GIF avaient tous disparu de leurs articles, car retirés de Giphy. Sûrement la faute à Disney, se disait-on, on connaît l’esprit procédurier de la société américaine et sa volonté sans faille de protéger ses droits d’auteur. De nombreux internautes trouvaient toutefois la manœuvre abusive, tant l’utilisation de GIF Baby Yoda ne portait pas tort à la marque de divertissement et donnait même plutôt envie de s’abonner à Disney+ pour en découvrir plus. Mais ce 26 novembre, patatras, on apprend finalement que c’est Giphy qui avait retiré de lui-même les GIF en question de ses pages. La plate-forme a tout simplement eu peur de la réaction de Disney et évoque un « embrouillamini » à propos de la légalité de leurs statuts. A découvrir aussi en vidéo. Le droit américain et français laisse généralement l’utilisation d’œuvre dans les GIF à l’appréciation des juges. Ceux-ci se basent sur le droit de citation qui permet de mentionner une œuvre sans toutefois trop la dévoiler, de manières à dispenser le spectateur d’aller la voir. Cela montre également que la réputation de Disney quant à la protection de ses droits d’auteur n’est plus à faire, la société semblant avant tout inspirer la crainte à ce sujet.






27-11-2019


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant