Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Apple et Amazon démentent

  Liste des news     

08

Octobre

L’article publié la semaine dernière par Bloomberg qui détaillait comment Apple et Amazon, entre autres, avaient été piratés par le gouvernement chinois au moyen de puces espionnes avait fait l’effet d’une bombe. Il était important pour les deux géants de la Silicon Valley de réagir promptement. C’est chose faite, à travers une lettre envoyée par George Stathakopoulos, vice-président de la sécurité des informations chez Apple, au sénat et au congrès étasunien. Dans cette missive que s’est procurée Reuters, l’entreprise nie tout sabotage ou altération de ses serveurs au moyen de puces électroniques chinoises. Selon le représentant d’Apple, « les outils de sécurité de la compagnie scannent précisément ce type de données sortantes, car elles indiquent l’existence d’un malware ou d’autre activité malicieuse. Rien n’a jamais été constaté. [...] Contrairement à ce que clame l’article de Bloomberg, Apple n’a jamais contacté le FBI au sujet d’une telle tentative de piratage ». C’est désormais la probité de Bloomberg qui est mise en doute, puisque même des agences gouvernementales étasuniennes telles que le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis et le Government Communications Headquarters (GCHQ, littéralement « Quartier général des communications du gouvernement ») anglais affirment « n’avoir aucune raison de douter des déclarations d’Apple et Amazon ». La rumeur est-elle définitivement éteinte ? La balle est désormais dans le camp de Bloomberg.




  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Apple et Amazon démentent

L’article publié la semaine dernière par Bloomberg qui détaillait comment Apple et Amazon, entre autres, avaient été piratés par le gouvernement chinois au moyen de puces espionnes avait fait l’effet d’une bombe. Il était important pour les deux géants de la Silicon Valley de réagir promptement. C’est chose faite, à travers une lettre envoyée par George Stathakopoulos, vice-président de la sécurité des informations chez Apple, au sénat et au congrès étasunien. Dans cette missive que s’est procurée Reuters, l’entreprise nie tout sabotage ou altération de ses serveurs au moyen de puces électroniques chinoises. Selon le représentant d’Apple, « les outils de sécurité de la compagnie scannent précisément ce type de données sortantes, car elles indiquent l’existence d’un malware ou d’autre activité malicieuse. Rien n’a jamais été constaté. [...] Contrairement à ce que clame l’article de Bloomberg, Apple n’a jamais contacté le FBI au sujet d’une telle tentative de piratage ». C’est désormais la probité de Bloomberg qui est mise en doute, puisque même des agences gouvernementales étasuniennes telles que le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis et le Government Communications Headquarters (GCHQ, littéralement « Quartier général des communications du gouvernement ») anglais affirment « n’avoir aucune raison de douter des déclarations d’Apple et Amazon ». La rumeur est-elle définitivement éteinte ? La balle est désormais dans le camp de Bloomberg.
08-10-2018


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant