Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

Accueil 
Le site 
Partenaires 
Sponsors 
Qui nous sommes 
Contact 

Actu / News  
Le Bloc notes 

Liste des news Liste 
Liste des new du mois Articles 
Le mur 

  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Le PDG d'Orange relaxé dans l'affaire Tapie

  Liste des news     

09

Juillet

Stéphane Richard, 57 ans, reste le grand patron de l'opérateur telecom historique français. France Télévision annonce sa relaxe à l'annonce du jugement ce matin dans le cadre du procès sur l'arbitrage contesté de 2008 en faveur de Bernard Tapie dans son contentieux avec le Crédit Lyonnais. Le tribunal correctionnel de Paris devrait se prononcer pour décider si Stéphane Richard était coupable de "complicité d'escroquerie" dans cette affaire. En cas de condamnation, il avait décidé qu'il présenterait sa démission de son mandat de PDG d'Orange. "C'est une très grande satisfaction, un très grand soulagement" a t-il dit à la sortie de la salle d'audience à la presse. "J'ai vécu pendant des années avec des accusations portées contre moi, dont je me suis toujours défendu avec la plus grande vigueur. J'ai subi tout ce qu'une procédure comme celle là peut représenter, également dans le cadre de mes fonctions. C'est un immense soulagement de voir mon innocence totalement reconnue par ce tribunal." Des peines de trois ans de prison dont 18 mois ferme, 100 000 €d'amende et une interdiction de la fonction publique pendant cinq ans avaient été demandés contre l'actuel PDG d'Orange Stéphane Richard, directeur de cabinet de la ministre de l'Economie et des Finances de l'époque, Christine Lagarde, au moment des faits. En janvier 2018, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait estimé sur Radio Classique que Stéphane Richard avait "fait du bon travail à la tête d'Orange" et avait donc vocation à être reconduit à la tête de la société. Mais il avait ajouté : "Si jamais dans le cours de cette procédure judiciaire il devait y avoir une condamnation, il remettrait immédiatement son mandat et démissionnerait." A noter que le principal protagoniste de l'affaire, Bernard Tapie, à lui aussi bénéficié de la relaxe. Coïncidence du calendrier, le prédécesseur de Stéphane Richard, Didier Lombard, est actuellement jugé pour harcèlement moral avec six autres anciens dirigeants de France Télécom. Les deux affaires sont jugées dans la même salle d'audience du tribunal de Paris. Le ministère public a requis vendredi contre Didier Lombard un an de prison et 15.000 € d'amende, peine maximum prévue pour harcèlement moral.



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Le PDG d'Orange relaxé dans l'affaire Tapie

Stéphane Richard, 57 ans, reste le grand patron de l'opérateur telecom historique français. France Télévision annonce sa relaxe à l'annonce du jugement ce matin dans le cadre du procès sur l'arbitrage contesté de 2008 en faveur de Bernard Tapie dans son contentieux avec le Crédit Lyonnais. Le tribunal correctionnel de Paris devrait se prononcer pour décider si Stéphane Richard était coupable de "complicité d'escroquerie" dans cette affaire. En cas de condamnation, il avait décidé qu'il présenterait sa démission de son mandat de PDG d'Orange. "C'est une très grande satisfaction, un très grand soulagement" a t-il dit à la sortie de la salle d'audience à la presse. "J'ai vécu pendant des années avec des accusations portées contre moi, dont je me suis toujours défendu avec la plus grande vigueur. J'ai subi tout ce qu'une procédure comme celle là peut représenter, également dans le cadre de mes fonctions. C'est un immense soulagement de voir mon innocence totalement reconnue par ce tribunal." Des peines de trois ans de prison dont 18 mois ferme, 100 000 €d'amende et une interdiction de la fonction publique pendant cinq ans avaient été demandés contre l'actuel PDG d'Orange Stéphane Richard, directeur de cabinet de la ministre de l'Economie et des Finances de l'époque, Christine Lagarde, au moment des faits. En janvier 2018, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait estimé sur Radio Classique que Stéphane Richard avait "fait du bon travail à la tête d'Orange" et avait donc vocation à être reconduit à la tête de la société. Mais il avait ajouté : "Si jamais dans le cours de cette procédure judiciaire il devait y avoir une condamnation, il remettrait immédiatement son mandat et démissionnerait." A noter que le principal protagoniste de l'affaire, Bernard Tapie, à lui aussi bénéficié de la relaxe. Coïncidence du calendrier, le prédécesseur de Stéphane Richard, Didier Lombard, est actuellement jugé pour harcèlement moral avec six autres anciens dirigeants de France Télécom. Les deux affaires sont jugées dans la même salle d'audience du tribunal de Paris. Le ministère public a requis vendredi contre Didier Lombard un an de prison et 15.000 € d'amende, peine maximum prévue pour harcèlement moral.
09-07-2019


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant