Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Les GAFA sollicités au G20 pour jouet le jeu ou pas !

  Liste des news     

10

Juin

Google, Apple, Facebook et Amazon ne sont clairement plus épargnés par les autorités mondiales. Amendes en milliards, volonté d'une taxation européenne voire mondiale par l'OCDE, déclaration de compétence du ministère de la Justice et du régulateur américains en vue de l'ouverture d'enquêtes antitrust... les mastodontes du numérique semblent être placés au centre de la cible des gouvernements depuis plusieurs mois, une impression qui vient de prendre un peu plus d'épaisseur après une réunion du G20. Réunis ce week-end à Fukuoka, au Japon, les ministres des Finances du G20 (dont le sommet entre chefs d'État se tiendra à la fin du mois) ont, selon un communiqué issu de la réunion, que l'agence Reuters a pu se procurer, décidé de définir des règles communes pour mettre fin aux niches fiscales au sein desquelles se réfugient les GAFA. Ces derniers y déclarent en effet les profits de leurs clients, qu'importe leur location dans le monde, et ce afin d'atténuer leurs charges fiscales. Les ministres des Finances du G20 ont affiché leur confiance au terme de leur réunion et font état d'une réelle volonté de « redoubler d'efforts pour parvenir à une solution consensuelle avec un rapport final d'ici 2020 ». Sans surprise, ce sont les Britanniques, par la voix du ministre Philip Hammond, et les Français, par celle de Bruno Le Maire, qui ont été les grands animateurs de la rencontre en proposant de complexifier le transfert de bénéfices vers des paradis fiscaux et en instaurant un impôt minimum sur les sociétés, la fameuse taxe GAFA. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a fait part de son inquiétude concernant les taxes proposées par le flanc anglo-français. « Nous devons donc maintenant dégager un consensus et aborder les aspects techniques de la manière dont nous transformerons cela en un accord », a-t-il laissé échapper, faisant mine de laisser place à des négociations... qui seront à n'en pas douter, difficiles.



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Les GAFA sollicités au G20 pour jouet le jeu ou pas !

Google, Apple, Facebook et Amazon ne sont clairement plus épargnés par les autorités mondiales. Amendes en milliards, volonté d'une taxation européenne voire mondiale par l'OCDE, déclaration de compétence du ministère de la Justice et du régulateur américains en vue de l'ouverture d'enquêtes antitrust... les mastodontes du numérique semblent être placés au centre de la cible des gouvernements depuis plusieurs mois, une impression qui vient de prendre un peu plus d'épaisseur après une réunion du G20. Réunis ce week-end à Fukuoka, au Japon, les ministres des Finances du G20 (dont le sommet entre chefs d'État se tiendra à la fin du mois) ont, selon un communiqué issu de la réunion, que l'agence Reuters a pu se procurer, décidé de définir des règles communes pour mettre fin aux niches fiscales au sein desquelles se réfugient les GAFA. Ces derniers y déclarent en effet les profits de leurs clients, qu'importe leur location dans le monde, et ce afin d'atténuer leurs charges fiscales. Les ministres des Finances du G20 ont affiché leur confiance au terme de leur réunion et font état d'une réelle volonté de « redoubler d'efforts pour parvenir à une solution consensuelle avec un rapport final d'ici 2020 ». Sans surprise, ce sont les Britanniques, par la voix du ministre Philip Hammond, et les Français, par celle de Bruno Le Maire, qui ont été les grands animateurs de la rencontre en proposant de complexifier le transfert de bénéfices vers des paradis fiscaux et en instaurant un impôt minimum sur les sociétés, la fameuse taxe GAFA. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a fait part de son inquiétude concernant les taxes proposées par le flanc anglo-français. « Nous devons donc maintenant dégager un consensus et aborder les aspects techniques de la manière dont nous transformerons cela en un accord », a-t-il laissé échapper, faisant mine de laisser place à des négociations... qui seront à n'en pas douter, difficiles.
10-06-2019


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant