Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Mark Zuckerberg face au sénat

  Liste des news     

11

Avril

Mardi 10 avril, c'était l'heure du grand oral pour Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook qui est dans la tempête après de nombreux scandales dont le dernier en date est celui de Cambridge Analytica qui a éclaté à la mi-mars. Pour l'occasion, le jeune PDG de 33 ans a revêtu un costume et a répondu aux questions des sénateurs américains pendant plusieurs heures. Zuckerberg a fait face à 44 sénateurs prêts à poser leurs questions pour éclaircir les zones d'ombre qui planent sur le réseau social aux 2 milliards d'utilisateurs. Avant que le fondateur de Facebook commence son discours, ce dernier est resté blême face à l'énervement d'une sénatrice qui lance "CA a utilisé les données récoltées grâce à Facebook pour influencer l'élection présidentielle américaine". Puis, Mark Zuckerberg a débuté son oral en présentant encore une fois les excuses qu'il avait déjà faites publiquement. Il avance le fait que Facebook n'a pas "assez fait pour empêcher ces outils d'être utilisés de façon malintentionnées". Bien entendu, il fait ici référence aux "fake news", l'ingérence russe, les discours de haine et au dernier scandale concernant l'entreprise Cambridge Analytica et au vol des données de 87 millions d'utilisateurs. Il poursuit en reconnaissant que son entreprise n'a "pas pris une mesure assez large" de ses responsabilités et il avoue que "c'était une grosse erreur" et d'appuyer sur le fait qu'il assume pleinement cette erreur. Mais Mark Zuckerberg a souhaité souligner l'aspect positif de Facebook en rappelant que son réseau social était en pleine mutation philosophique. Sans oublier de parler des mouvements MeToo ou la March for Our Lives, qui sont nés sur Facebook. Selon le patron de Facebook, ce qu'il propose est un "puissant outil pour rester connecté avec ses proches, faire entendre sa voix et bâtir une communauté" tout en insistant que les connexions entre les gens doivent être positives.




  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Mark Zuckerberg face au sénat

Mardi 10 avril, c'était l'heure du grand oral pour Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook qui est dans la tempête après de nombreux scandales dont le dernier en date est celui de Cambridge Analytica qui a éclaté à la mi-mars. Pour l'occasion, le jeune PDG de 33 ans a revêtu un costume et a répondu aux questions des sénateurs américains pendant plusieurs heures. Zuckerberg a fait face à 44 sénateurs prêts à poser leurs questions pour éclaircir les zones d'ombre qui planent sur le réseau social aux 2 milliards d'utilisateurs. Avant que le fondateur de Facebook commence son discours, ce dernier est resté blême face à l'énervement d'une sénatrice qui lance "CA a utilisé les données récoltées grâce à Facebook pour influencer l'élection présidentielle américaine". Puis, Mark Zuckerberg a débuté son oral en présentant encore une fois les excuses qu'il avait déjà faites publiquement. Il avance le fait que Facebook n'a pas "assez fait pour empêcher ces outils d'être utilisés de façon malintentionnées". Bien entendu, il fait ici référence aux "fake news", l'ingérence russe, les discours de haine et au dernier scandale concernant l'entreprise Cambridge Analytica et au vol des données de 87 millions d'utilisateurs. Il poursuit en reconnaissant que son entreprise n'a "pas pris une mesure assez large" de ses responsabilités et il avoue que "c'était une grosse erreur" et d'appuyer sur le fait qu'il assume pleinement cette erreur. Mais Mark Zuckerberg a souhaité souligner l'aspect positif de Facebook en rappelant que son réseau social était en pleine mutation philosophique. Sans oublier de parler des mouvements MeToo ou la March for Our Lives, qui sont nés sur Facebook. Selon le patron de Facebook, ce qu'il propose est un "puissant outil pour rester connecté avec ses proches, faire entendre sa voix et bâtir une communauté" tout en insistant que les connexions entre les gens doivent être positives.
11-04-2018


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant