Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 AMD Ryzen des problèmes de sécurité

  Liste des news     

16

Mars

Alors que les patchs pour Spectre et Meltdown sont progressivement déployés par les fondeurs concernés, cette nouvelle découverte risque de faire encore des remous. Selon les experts de CTS Labs, qui ont dévoilé publiquement leurs découvertes, le 13 mars 2018, les processeurs basés sur l'architecture Zen d'AMD contiennent 13 failles critiques. Tous les processeurs, qu'ils soient destinés à des ordinateurs fixes, des ordinateurs portables ou à des serveurs. Les chercheurs ont divisé les failles en quatre classes principales : 3 failles sont appelées Masterkey et touchent de manière plus ou moins dangereuse l'ensemble des processeurs Ryzen et EPYC, 3 sont appelées Fallout et touchent exclusivement les processeurs EPYC (donc les processeurs dédiés aux serveurs), 4 failles sont appelées Ryzenfall et concernent essentiellement les processeurs Ryzen pour ordinateurs fixes, 2 failles appelées Chimera touchent également les ordinateurs fixes, une dernière faille appelée PSP Privilege escalation concernent tous les processeurs. CTS Labs confirme avoir pu exploiter ces failles 21 fois en fonction des processeurs ciblés et soupçonne 11 potentielles attaques non confirmées. Reste que l'ensemble des attaques nécessite un accès physique à la machine ciblée, ce qui laisse supposer que ces failles sont moins dangereuses que les failles Spectre et Meltdown dont il est prouvé qu'elles peuvent être utilisées à distance. Seule la faille Masterkey pourrait donner lieu à des attaques à distance. Outre la découverte de ces failles, la révélation de CTS Labs soulève une nouvelle fois une polémique : l'entreprise israélienne n'aurait donné que 24 heures à AMD pour étudier les documents qui lui ont été fournis avant la publication des résultats des recherches. Un laps de temps extrêmement court qui pourrait en réalité mettre en danger les utilisateurs de processeurs AMD. Combler une faille de ce type, comme l'ont montré les patchs pour Spectre et Meltdown, prend énormément de temps et ne manque pas de créer des problèmes de compatibilité. AMD n'aurait jamais pu réussir à créer un patch efficace en 24 heures, ce que CTS Labs ne pouvait pas ignorer.




  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

AMD Ryzen des problèmes de sécurité

Alors que les patchs pour Spectre et Meltdown sont progressivement déployés par les fondeurs concernés, cette nouvelle découverte risque de faire encore des remous. Selon les experts de CTS Labs, qui ont dévoilé publiquement leurs découvertes, le 13 mars 2018, les processeurs basés sur l'architecture Zen d'AMD contiennent 13 failles critiques. Tous les processeurs, qu'ils soient destinés à des ordinateurs fixes, des ordinateurs portables ou à des serveurs. Les chercheurs ont divisé les failles en quatre classes principales : 3 failles sont appelées Masterkey et touchent de manière plus ou moins dangereuse l'ensemble des processeurs Ryzen et EPYC, 3 sont appelées Fallout et touchent exclusivement les processeurs EPYC (donc les processeurs dédiés aux serveurs), 4 failles sont appelées Ryzenfall et concernent essentiellement les processeurs Ryzen pour ordinateurs fixes, 2 failles appelées Chimera touchent également les ordinateurs fixes, une dernière faille appelée PSP Privilege escalation concernent tous les processeurs. CTS Labs confirme avoir pu exploiter ces failles 21 fois en fonction des processeurs ciblés et soupçonne 11 potentielles attaques non confirmées. Reste que l'ensemble des attaques nécessite un accès physique à la machine ciblée, ce qui laisse supposer que ces failles sont moins dangereuses que les failles Spectre et Meltdown dont il est prouvé qu'elles peuvent être utilisées à distance. Seule la faille Masterkey pourrait donner lieu à des attaques à distance. Outre la découverte de ces failles, la révélation de CTS Labs soulève une nouvelle fois une polémique : l'entreprise israélienne n'aurait donné que 24 heures à AMD pour étudier les documents qui lui ont été fournis avant la publication des résultats des recherches. Un laps de temps extrêmement court qui pourrait en réalité mettre en danger les utilisateurs de processeurs AMD. Combler une faille de ce type, comme l'ont montré les patchs pour Spectre et Meltdown, prend énormément de temps et ne manque pas de créer des problèmes de compatibilité. AMD n'aurait jamais pu réussir à créer un patch efficace en 24 heures, ce que CTS Labs ne pouvait pas ignorer.
16-03-2018


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant