Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Intel fait mieux que le M1 Max d'Apple avec son nouveau i9

  Liste des news     

27

Janvier

Un benchmark confirme que le CPU d'Intel s'impose d'une courte tête au niveau des performances brutes... à condition de sacrifier la consommation électrique. Au fur et à mesure que de nouveaux produits haut de gamme sortent équipés de processeurs Intel de 12e génération, nous commençons à y voir plus clair sur ses performances en conditions réelles; nous apprenons aujourd’hui via MacWorld qu’ en termes de performances brutes, le Core i9-12900HK tiendrait la dragée haute à la fulgurante puce M1 Max d’Apple. Le site spécialisé a soumis un MSI GE76 Raider équipé du processeur d’Intel et un MacBook Pro 16 au même benchmark Geekbench, l’une des plateformes de référence pour tester les performances brutes. En monocœur, la puce d’Intel s’impose avec un score de 1838 points, contre 1778 pour le M1 Pro. Même constat en multicœurs; les 12.244 points de la M1 Pro s’inclinent face aux 13.235 points de l’i9-12900HK. Une différence pas gigantesque, mais significative et suffisante pour déclarer la puce de l’équipe bleue vainqueur sur ce critère. En revanche, cette courte victoire, Intel la paye au prix fort sur le plan de la consommation. Si la lutte était serrée au niveau de la puissance brute, il n’y a tout simplement aucune comparaison possible sur ce second critère. Pour tester ce point, PCWorld et AnandTech ont respectivement soumis un GE76 Raider’s équipé du processeur d’Intel et un MacBook Pro 16 pouces au même benchmark Cinebench R23. Et à ce petit jeu-là, la puce d’Apple s’est montrée assez exceptionnelle avec une consommation autour des 40 W. En comparaison, l’i9 mord la poussière; il passe le plus clair de son temps autour des 100 W, avec des pics mesurés à 140 W ce qui s'explique logiquement avec la différence d'épaisseur de gravure. Ceux qui prédisaient que les i9 de 12e génération seraient plus rapides mais aussi beaucoup plus gourmands ont donc visé en plein dans le mille. C’est une différence assez énorme, qui devrait se traduire par une différence très concrète au niveau de l’autonomie. En effet, de nombreux tests placent l’autonomie maximale du MacBook 16” autour des 20 heures en lecture vidéo. D’après PCWorld, dans ces mêmes conditions, le GE76 Raider ne tiendrait que… 6 heures. Un comparatif qu’il faut prendre avec des pincettes puisque le CPU est loin d’être la seule variable déterminante à ce niveau; mais cela illustre de manière flagrante le fossé qui existe entre l’autonomie des appareils équipés de ces processeurs. Apple avait frappé très fort, avec une puce M1 exceptionnelle à bien des égards. La firme aura certainement à cœur de faire encore mieux, ce qui laisse déjà entrevoir un petit bijou de technologie… au grand dam d’Intel, qui commence tout juste à reprendre des couleurs. Les connaissances d'Intel en matière de technologie CPU restent très intéresser mais la marque doit rattraper quand même son retard d'investissement dans les puces à petite gravure, pendant que AMD et TSMC, Samsung et Apple seront bientôt gravés en 4 ou 3 nm, Intel a encore du mal à passer le seuil des 9 nm ce qui compense on le sait une consommation d'énergie astronomique.



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Intel fait mieux que le M1 Max d'Apple avec son nouveau i9

Un benchmark confirme que le CPU d'Intel s'impose d'une courte tête au niveau des performances brutes... à condition de sacrifier la consommation électrique. Au fur et à mesure que de nouveaux produits haut de gamme sortent équipés de processeurs Intel de 12e génération, nous commençons à y voir plus clair sur ses performances en conditions réelles; nous apprenons aujourd’hui via MacWorld qu’ en termes de performances brutes, le Core i9-12900HK tiendrait la dragée haute à la fulgurante puce M1 Max d’Apple. Le site spécialisé a soumis un MSI GE76 Raider équipé du processeur d’Intel et un MacBook Pro 16 au même benchmark Geekbench, l’une des plateformes de référence pour tester les performances brutes. En monocœur, la puce d’Intel s’impose avec un score de 1838 points, contre 1778 pour le M1 Pro. Même constat en multicœurs; les 12.244 points de la M1 Pro s’inclinent face aux 13.235 points de l’i9-12900HK. Une différence pas gigantesque, mais significative et suffisante pour déclarer la puce de l’équipe bleue vainqueur sur ce critère. En revanche, cette courte victoire, Intel la paye au prix fort sur le plan de la consommation. Si la lutte était serrée au niveau de la puissance brute, il n’y a tout simplement aucune comparaison possible sur ce second critère. Pour tester ce point, PCWorld et AnandTech ont respectivement soumis un GE76 Raider’s équipé du processeur d’Intel et un MacBook Pro 16 pouces au même benchmark Cinebench R23. Et à ce petit jeu-là, la puce d’Apple s’est montrée assez exceptionnelle avec une consommation autour des 40 W. En comparaison, l’i9 mord la poussière; il passe le plus clair de son temps autour des 100 W, avec des pics mesurés à 140 W ce qui s'explique logiquement avec la différence d'épaisseur de gravure. Ceux qui prédisaient que les i9 de 12e génération seraient plus rapides mais aussi beaucoup plus gourmands ont donc visé en plein dans le mille. C’est une différence assez énorme, qui devrait se traduire par une différence très concrète au niveau de l’autonomie. En effet, de nombreux tests placent l’autonomie maximale du MacBook 16” autour des 20 heures en lecture vidéo. D’après PCWorld, dans ces mêmes conditions, le GE76 Raider ne tiendrait que… 6 heures. Un comparatif qu’il faut prendre avec des pincettes puisque le CPU est loin d’être la seule variable déterminante à ce niveau; mais cela illustre de manière flagrante le fossé qui existe entre l’autonomie des appareils équipés de ces processeurs. Apple avait frappé très fort, avec une puce M1 exceptionnelle à bien des égards. La firme aura certainement à cœur de faire encore mieux, ce qui laisse déjà entrevoir un petit bijou de technologie… au grand dam d’Intel, qui commence tout juste à reprendre des couleurs. Les connaissances d'Intel en matière de technologie CPU restent très intéresser mais la marque doit rattraper quand même son retard d'investissement dans les puces à petite gravure, pendant que AMD et TSMC, Samsung et Apple seront bientôt gravés en 4 ou 3 nm, Intel a encore du mal à passer le seuil des 9 nm ce qui compense on le sait une consommation d'énergie astronomique.
27-01-2022


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant