Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Google présente Translatotron

  Liste des news     

16

Mai

Google vient de présenter Translatotron, un modèle capable de traduire directement le discours parlé d’une langue à une autre. La voix de la traduction reproduit celle du locuteur mais aussi sa cadence. C’est ce que Google appelle de la « traduction directe ». Translatotron prend une entrée vocale, la traite comme un spectrogramme, une représentation visuelle des fréquences, et génère un nouveau spectrogramme dans une langue cible. Le résultat est une traduction beaucoup plus rapide avec moins de risques d’erreurs. Des systèmes de traduction de parole à parole existaient déjà par le passé. Mais ils transcrivaient le discours en texte pour le traduire, puis généraient une voix de synthèse pour lire le résultat. Le problème, c’est que ces différentes étapes étaient sources d’erreur et ralentissaient la vitesse d’exécution. Le résultat de Google Translatotron est encore un peu robotique et loin d’être parfait mais il représente un vrai progrès et devrait profiter à terme à Google Translate.



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Google présente Translatotron

Google vient de présenter Translatotron, un modèle capable de traduire directement le discours parlé d’une langue à une autre. La voix de la traduction reproduit celle du locuteur mais aussi sa cadence. C’est ce que Google appelle de la « traduction directe ». Translatotron prend une entrée vocale, la traite comme un spectrogramme, une représentation visuelle des fréquences, et génère un nouveau spectrogramme dans une langue cible. Le résultat est une traduction beaucoup plus rapide avec moins de risques d’erreurs. Des systèmes de traduction de parole à parole existaient déjà par le passé. Mais ils transcrivaient le discours en texte pour le traduire, puis généraient une voix de synthèse pour lire le résultat. Le problème, c’est que ces différentes étapes étaient sources d’erreur et ralentissaient la vitesse d’exécution. Le résultat de Google Translatotron est encore un peu robotique et loin d’être parfait mais il représente un vrai progrès et devrait profiter à terme à Google Translate.
16-05-2019


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant