Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

 Le premier PC portable à Processeur RISK V

  Liste des news     

04

Juillet

Ce qui nous invite à la prudence dans l’achat de ce PC portable, c’est moins la technologie balbutiante de RISC V, dont on connaît les limites matérielles et logicielles, que le discours marketing halluciné des entreprises chinoises responsables de son développement. Le premier PC portable fonctionnant avec un processeur RISC V pourrait voir le jour cette année. Le nom de cette plate-forme de développement développée par les entreprises chinoises Xcalibyte et DeepComputing est ROMA. Une machine qui intègrerait un processeur « jamais lancé » – gravé en 28 nm pour la version normale et en 12 nm pour la version pro, épaulé par 16 Go de RAM LPDDR4(X) et jusqu’à 256 Go de SSD. Le PC serait facile à mettre à jour côté processeur, puisque les deux versions du CPU seraient montées sur un module (system on a module, SOM) qui s’enlève et s’insère comme une barrette de RAM (à la manière d’un Raspberry Compute Module). Avec l’engouement mondial de cette architecture ouverte face aux « monopoles » de x86 et ARM, vous vous dites peut-être « C’est le bon moment pour acheter le PC portable du futur ! ». Eh bien, calmez vos ardeurs et gardez votre argent pour le moment. Car si cette machine actuellement en précommande pourrait bien voir le jour, il faut garder la tête froide. La première raison est que, à moins d’être un développeur, il y a fort peu de chances que vous puissiez faire quelque chose de cette machine : l’écosystème logiciel est quasi inexistant, les versions de Linux à peine stables, idem pour le support. Il s’agit d’une machine de défricheurs, tournée vers l’éducation et le développement de programmes de bas niveau, un genre de Raspberry PI professionnel (un peu paradoxale mais on peu le dire). Un appareil qui a surtout comme bénéfice d’être plus facile à transporter que les seules tours disponibles avec ce type de puce. Des puces dont les performances sont d’ailleurs pour l’heure au ras des pâquerettes. Mais même si vous faites partie des rares utilisateurs à avoir intérêt à commencer à travailler sur un processeur RISC V, attendez tout de même un peu. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que pour l’heure, cette machine ne vous servira pas à grand chose.



  Article précédent Précédent   suivant Article suivant  

Le premier PC portable à Processeur RISK V

Ce qui nous invite à la prudence dans l’achat de ce PC portable, c’est moins la technologie balbutiante de RISC V, dont on connaît les limites matérielles et logicielles, que le discours marketing halluciné des entreprises chinoises responsables de son développement. Le premier PC portable fonctionnant avec un processeur RISC V pourrait voir le jour cette année. Le nom de cette plate-forme de développement développée par les entreprises chinoises Xcalibyte et DeepComputing est ROMA. Une machine qui intègrerait un processeur « jamais lancé » – gravé en 28 nm pour la version normale et en 12 nm pour la version pro, épaulé par 16 Go de RAM LPDDR4(X) et jusqu’à 256 Go de SSD. Le PC serait facile à mettre à jour côté processeur, puisque les deux versions du CPU seraient montées sur un module (system on a module, SOM) qui s’enlève et s’insère comme une barrette de RAM (à la manière d’un Raspberry Compute Module). Avec l’engouement mondial de cette architecture ouverte face aux « monopoles » de x86 et ARM, vous vous dites peut-être « C’est le bon moment pour acheter le PC portable du futur ! ». Eh bien, calmez vos ardeurs et gardez votre argent pour le moment. Car si cette machine actuellement en précommande pourrait bien voir le jour, il faut garder la tête froide. La première raison est que, à moins d’être un développeur, il y a fort peu de chances que vous puissiez faire quelque chose de cette machine : l’écosystème logiciel est quasi inexistant, les versions de Linux à peine stables, idem pour le support. Il s’agit d’une machine de défricheurs, tournée vers l’éducation et le développement de programmes de bas niveau, un genre de Raspberry PI professionnel (un peu paradoxale mais on peu le dire). Un appareil qui a surtout comme bénéfice d’être plus facile à transporter que les seules tours disponibles avec ce type de puce. Des puces dont les performances sont d’ailleurs pour l’heure au ras des pâquerettes. Mais même si vous faites partie des rares utilisateurs à avoir intérêt à commencer à travailler sur un processeur RISC V, attendez tout de même un peu. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que pour l’heure, cette machine ne vous servira pas à grand chose.
04-07-2022


  Article précédent Précédent   suivant Article suivant