Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

"Actu vu !" sur le web


 1  2  3  4  > 

Le prix des DRAM, la course aux profits !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Flambe des prix DRAM l autorite chinoise enquete

22

Juin

Le prix de la DRAM est l’objet d’une surveillance depuis plusieurs mois de la part des autorités Chinoises. En fin d’année 2017 le département « Pricing Supervision » de la NDRC (National Development and Reform Commission) avait déclaré être très attentif à cette flambée des prix des puces mémoire. " La hausse constante des tarifs de la DRAM et de la NAND devient inquiétante aux yeux des autorités chinoises. Il est annoncé un renfort des contrôles et la possibilité d’imposer aux producteurs de puces mémoire des prix fixes. " A l’époque un haut responsable, Xu Xinyu, n’avait pas écarté l’idée que cette situation pourrait être le résultat d’une action coordonnée de la part d’un certain nombre d’entreprises. L’objectif serait d’obtenir un maximum de profit en poussant les prix le plus haut possibles. Depuis des réunions ont eu lieu entre les autorités chinois, Samsung Electronics, SK Hynix et Micron Technology. Malheureusement, la réalité montre que toutes ces discutions n’ont pas permis de trouver des solutions. Le prix de la DRAM a continué de grimper. Il semble que toute patience à des limites. Le régulateurs « antitrust » chinois vient de prendre la décision d’ouvrir une enquête contre ces trois géants. Ils représentent a eux seuls, 90% de production mondiale de DRAM. Si les investigations permettent de conclure à leur culpabilité, les amandes risquent d’être lourdes. Elles peuvent se situer entre 800 et 8 milliards de dollars. Ces montants sont estimés sur la base des ventes DRAM des sociétés Chinoises entre 2016 et 2017.




Le PDG D'intel démissionne

  Liste des news    Liste des new du mois  
Brian Krzanich demissione d intel

22

Juin

Brian Krzanich, CEO d'Intel, a démissionné de ses fonctions, avec effet immédiat. Une décision surprenante au premier abord, car depuis 2013 il était bien calé dans le fauteuil laissé par Paul Otellini. Ce n'est pas un problème de performances financières qui lui a coûté son poste, mais… une « relation consentie » avec un ou une employée du groupe. Cette histoire a donné lieu à une enquête interne durant laquelle Brian Krzanich a été convaincu d'avoir enfreint les règles de « non fraternisation » en vigueur chez les dirigeants de l'entreprise. On ne plaisante pas avec le guide de bonne conduite chez Intel, y compris quand on en est le CEO. L'intérim à la tête d'Intel sera assuré par Bob Swan, qui était auparavant le directeur financier du groupe. Le conseil d'administration est parti à la chasse au profil pour se trouver un nouveau CEO. Cette passation de pouvoir soudaine se déroule dans un contexte singulier. D'un côté, les comptes se portent bien : l'entreprise a connu un « excellent démarrage » en 2018, qui devrait être une année record. Et pourtant, les nuages s'accumulent dans le ciel : les processeurs Intel sont de plus en plus concurrencés par des solutions Arm « maison » comme chez Apple et comme toujours par AMD.




L'Oculus Go en Pré-commande

  Liste des news    Liste des new du mois  
oculus go casque VR autonome

22

Juin

Officialisé en fin d’année dernière, le casque de réalité virtuelle Oculus Go était attendu pour le début de l’année 2018, sans plus de précision. Contrairement au Rift qui nécessite un PC haut de gamme pour fonctionner, ce dernier se veut parfaitement autonome et n’a besoin ni de PC, ni même de smartphone pour fonctionner. Avec Oculus Go, le groupe dirigé par Facebook souhaite s’adresser à une cible plus large, puisque le nouveau casque est parfaitement autonome. Un casque disponible depuis le site web officiel du groupe. Toutefois, la marque va pouvoir profiter d’un réseau de distribution autrement plus large, puisque le casque Oculus Go est désormais référencé également chez d’autres revendeurs, comme FNAC ou Amazon. Tous deux proposent en effet le dispositif Oculus Go en précommande, avec des livraisons prévues pour le 26 juin. Côté tarifs, pas de mauvaise surprise, puisque le casque est affiché à 219 € pour la déclinaison 32 Go, ce qui est presque donné pour un casque VR autonome. Rappelons que la grande force de ce nouveau système de VR mis au point par Oculus, c’est l’absence totale de PC, de smartphone, de câblage fastidieux… le casque Oculus Go se suffit à lui-même, et est animé par un processeur SnapDragon 821, 3 Go de RAM et 32 Go de stockage. On y retrouve également une batterie (rechargeable via microUSB), sans oublier un écran de type Fast Switch LDC, de 5,5″, qui affiche une image en 2 560 x 1440 pixels. Le tout est livré avec un petit joystick permettant de profiter d’un pavé tactile cliquable, d’une gâchette, sans oublier les boutons Accueil et Return. Un casque qui permet donc de profiter d’un réel confort d’utilisation, avec en prime une compatibilité totale avec les applications proposées sur le Gear VR de Samsung, ce qui permettra à l’heureux acheteurs de profiter de toute une flopée d’applications, gratuites et payantes, après avoir déballé son nouveau joujou de VR. A voir maintenant si cette VR plus simple permettra enfin de démocratiser cette technologie qui semble avoir bien du mal à convaincre le grand public




Cross-plateforme Sony ne souhaite pas être de la partie ! Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Cross plateforme Sony ne souhaite pas des jouers Switch

22

Juin

Sony est-il en train de se tirer une balle dans le pied ? À force de toujours vouloir faire la course en tête seul , le constructeur japonais risque de finir par avoir plus d’ennemis que d’alliés. Depuis l’E3 de la semaine dernière et la sortie de Fortnite sur Switch, la firme se met à dos des milliers de joueurs. La raison ? Sony interdit d’utiliser les comptes du Battle Royale associé au PSN sur la console de Nintendo. Et dans l’histoire, c’est bien Microsoft qui est plus malin que tout le monde. « Lorsque j’étais chez Sony, la raison invoquée en interne était l’argent. Ils n’aimaient pas l’idée que quelqu’un achète du contenu sur Xbox, et qu’il puisse être utilisé sur PlayStation. C’est une raison triviale aussi simple que ça » affirme John Smedley, l’ancien patron de DayBreak Games. Sauf que l’argent est une chose et la popularité une autre. Et avec Minecraft, Nintendo et Microsoft se sont montrés bien plus intelligents que Sony. Le célèbre bac à sable cubique se dote aujourd’hui d’une mise à jour nommée « Better Together » (‘Meilleurs ensemble’). Cette dernière offre la possibilité de jouer sur les mêmes serveurs entre possesseurs de Switch et de Xbox One, mais aussi de Windows 10 et autres appareils mobiles. En résumé, l’ensemble des appareils pouvait faire tourner Minecraft ont la possibilité de jouer ensemble à l’exception faite de… la PlayStation. Alors certes, derrière cette campagne publicitaire déguisée en beau message de camaraderie se cache un accord marketing certainement juteux, mais les faits sont indéniables : Sony se retrouve un peu seul dans son coin. Le constructeur japonais ne souhaite toujours pas vraiment communiquer sur ce refus de « partage » d’expérience sur plusieurs titres phares que sont Fortnite, Rocket League et donc Minecraft. Les seuls arguments avancés évoquent « la grande communauté PlayStation de plus de 80 millions d’utilisateurs actifs chaque mois ». En bref, le souhait de rester entre eux et de ne pas voir de joueurs Xbox One et Switch s’immiscer dans le groupe En colère. Une stratégie qui, à terme, pourrait leur coûter plus cher que prévu. A suivre ...




Nvidia pas en forme pour ses nouvelles cartes

  Liste des news    Liste des new du mois  
Carte Nividia GTX 1080

21

Juin

D’après le site Seeking Alpha, il semblerait que NVIDIA soit obligé de reporter, sur plusieurs mois, la date de sortie de sa nouvelle génération de GeForce GTX. Apparemment, l’entreprise aurait surestimé la demande et se retrouverait avec un énorme surplus d’inventaires de GPU Pascal. La situation serait tellement critique que l’un des plus gros constructeurs OEM de cartes graphiques aurait renvoyé plus de 300 000 GPU à NVIDIA. Après la pénurie de la gamme actuelle de GeForce GTX, suite à l’explosion du mining et la forte demande des cybercafés asiatiques, NVIDIA aurait mis les bouchées doubles pour produire davantage de GPU. Seulement, depuis avril la demande en cartes graphiques a énormément diminué, étant donné la baisse des valeurs des crypto monnaies et certains joueurs avisés attendant la nouvelle génération de GeForce GTX (ou juste un retour aux prix normaux). Résultat, NVIDIA et ses partenaires OEM se retrouveraient avec un stock conséquent de GPU à écouler (un minimum) avant la sortie de la fameuse GTX 1180. Notez que ces informations restent à confirmer.




Samsung des SSD 8To en M.2

  Liste des news    Liste des new du mois  
Nouveaux SSD Samsung 8To

21

Juin

Samsung lance le SSD NVMe avec la plus grande capacité du marché pour le format NGSFF ou Next Generation Small Form Factor (11cm x 3.05 cm). Destinés aux datacenters, les nouveaux SSD NVMe NF1 embarquent une capacité de stockage de 8 To. Cela représente le double de ce que proposent la plupart des SSD NVMe M.2 communément utilisés pour les serveurs. Les SSD NVMe NF1 embarquent 16 puces de mémoire NAND de 512 Go, constitués, eux-mêmes, de 16 couches de 256 gigabits de mémoire flash V-NAND (3 bits par cellule). Ils supportent le de protocole NVMe 1.3 et l’interface PCIe 4.0. Ils délivrent une vitesse de lecture et d’écriture séquentielle allant respectivement jusqu’à 3100 et 2000 Mo/s. En ce qui concerne la lecture et l’écriture aléatoire, elles s’élèvent à 500K / 50K IOPS. Enfin, ces SSD sont également accompagnés par 12 Go de mémoire LPDDR4, permettant un traitement des données plus rapide et avec un meilleur rendement énergétique. Pas de prix pour le moment mais il s'agit de solution Pro.




Microsoft développe lui aussi ses puces

  Liste des news    Liste des new du mois  
E2 La Processeur de Mitcrosoft ARM compaible Windows Lunix etc

21

Juin

Développé dans le secret des laboratoires de Microsoft Research depuis plus de 8 ans, le processeur E2 pourrait voir le jour grâce à Qualcomm. Cette puce porte en elle la promesse de processeurs au fonctionnement bien plus efficace. Pendant que Qualcomm lance ses puces pour PC, que AMD revient sur le devant de la scène, que Samsung est devenu le champion des semi-conducteurs et que Intel veut investir le marché des cartes graphiques, un nom incongru pointe dans le monde des processeurs : celui de Microsoft. Le très technique site anglais The Register met en effet au jour le projet E2 de Microsoft, une puce sur laquelle le géant du logiciel travaille depuis plus de 8 ans. La nouvelle du jour étant que Microsoft a compilé une version aux petits oignons de son système d’exploitation Windows 10, preuve que la puce est opérationnelle. Si le projet est important c’est que Microsoft ne s’est pas contenté de développer une puce ARM ou un clone de x86. L’américain a réinventé la roue et a donc développé un nouveau jeu d’instructions baptisé EDGE (aucun lien avec le navigateur), inaugurant ainsi une toute nouvelle plateforme matérielle. Le prototype le plus avancé de la puce de Microsoft, le E2 R1 serait équipé de 32 unités d’exécution « out-of-order ». Une conception « Super RISC » qui ambitionne de dépasser les architectures existantes en termes de rapidité d’exécution. Microsoft a donc fait appel à son compatriote Qualcomm avec lequel il travaille main dans la main dans le portage de Windows 10 sur ARM. Le géant de la conception des puces pour terminaux mobiles travaille sur la conception d’une vraie puce physique. E2 et son jeu d’instructions EDGE sont un projet de développement de la très secrète unité de Microsoft Research et on en est pour l’heure qu’au stade la validation du concept. Mais si l'architecture fait ses preuves, les technologies de l'informatique pourraient bien muter en profondeur.




Kamini de retour dans nos campagnes Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Kamini de retour dans nos campagne

20

Juin

11 ans après Marly-Gomont, l’artiste lillois est retourné écumer la campagne nordiste pour y tourner le clip de son dernier titre, «Eul’vraie France»… Copier-coller ? Le rappeur, humoriste, animateur et infirmier lillois, Kamini, vient de publier le clip de son morceau Eul’vraie France, extrait de son prochain album dont la sortie est prévue à la rentrée 2018. L'artiste ressort les ingrédients qui, à l’époque, lui ont permis de gagner une notoriété fulgurante. Le clip d’Eul’vraie France dure un peu moins de quatre minutes et la production est soignée. Les moyens n’ont rien à voir avec ceux de 2007 : drone, caméra mobile, son, image. C’est propre, rien à dire. Et comme le disait Kamini lui-même « le beat est bon ». Pour autant, le visionnage laisse comme une impression de déjà-vu. Grâce à son vécu et, depuis un an, grâce à son émission sur France 3, Les gens des Hauts, Kamini peut se vanter de connaître la région. Et plus précisément les Hauts-de-France côté campagne, « ces p’tits patelins paumés que personne ne connaît ». C’est d’ailleurs à Wignehies, une commune de moins de 3.000 habitants située près d’Avesnes-sur-Helpe, que son dernier clip a été tourné. Les thématiques abordées sont les mêmes que celles qu’il mettait en avant dans Marly-Gomont : désertification médicale, transports, éducation, racisme… Des sujets qui lui tiennent vraisemblablement à cœur et sur lesquels il n’est donc pas incongru qu’il revienne. Kamini ne se gêne pas pour mettre un petit taquet à la capitale. « Ici c’est pas Paris hein », « A Paris ils ont Neymar et nous ici, on n’a marre ». Et avec l’accent d’min coin s’il vous plaît, featuring les vrais gens d’eul vraie France.




Des écrans Mini LED Chez AUO

  Liste des news    Liste des new du mois  
Ecran mini LED de chez AUO

20

Juin

On attend encore la technologie OLED pour produire l'écran gaming parfait, mais AUO, fabricant taïwanais de dalles LCD, mise pour l'instant sur une autre technologie : le mini LED, à ne pas confondre avec le microLED de Sony, puis Samsung (et bientôt Apple). Le DigiTimes rapporte qu'AUO prépare la livraison des premières dalles mini LED au dernier trimestre 2018, et les premiers écrans du genre devraient donc arriver pour Noël. AUO travaille aussi sur le MicroLED, avec un écran 8 pouces déjà présenté sur cette technologie. Le mini LED est uniquement une technique de rétroéclairage, tandis que l'affichage reste en LCD classique (certainement du VA, spécialité d'AUO). C'est un système de local dimming encore plus précis, composé de milliers de minuscules LED produisant la lumière derrière la dalle LCD, le rétroéclairage. Résultat : un taux de contraste parfait, sans glowing. Les écrans FALD (Full Array Local Dimming) actuels se limitent souvent à 384 zones, notamment pour les 27 pouces G-Sync HDR 4K à 144 Hz (ou plutôt 120 Hz). Autre avantage du mini LED : s'incruster dans des écrans très fins. AUO a donc déjà présenté un 27 pouces mini LED (4K à 144 Hz), mais aussi un écran 15 pouces 4K LTPS pour ordinateur portable, et même un 6 pouces tactile (in-cell) pour smartphone, et un 2 pouces pour les casques VR. L'idée consiste à ne pas faire exploser le prix de l'écran, comme le microLED ou l'OLED face à l'AMOLED, en gardant une base LCD avec un rétroéclairage quasi-équivalent en termes de taux de contraste.




Un super calculateur ARM

  Liste des news    Liste des new du mois  
hpe apollo serveur ARM

20

Juin

Baptisé Astra, le bébé de HPE (Hewlett Packard Enterprise) a été conçu en partenariat avec le Department of Energy - DoE - américain. Encore à l'état de prototype, ce supercalculateur intégrera les bureaux du Laboratoire National de Sandia afin d'aider à la recherche dans le nucléaire. HPE continue ainsi dans la voie ouverte en 2017 par son projet The Machine visant à développer des super-ordinateurs orientés vers des échanges mémoire hyperrapides plutôt que vers la puissance de calcul brute. En effet, à l'heure actuelle, la plupart des ordinateurs destinés aux calculs lourds misent tout sur leur puissance brute. Le système Summit, le plus puissant au monde, est doté de 9 000 processeurs IBM Power9 à 22 cœurs et de plus de 27 000 GPU Nvidia Tesla V100. Il peut accomplir des calculs à la vitesse de 200 pétaflops. Il est d'ailleurs le premier à avoir accompli un calcul exascale, c'est-à-dire un milliard de milliard d'opérations scientifiques par seconde. HPE vise cependant d'autres frontières avec Astra. Selon l'entreprise américaine, les échanges mémoire sont actuellement un frein aux supercalculateurs actuels. L'utilisation de puces ARM permettrait d'augmenter la vitesse de ces échanges tout en diminuant la consommation énergétique. HPE estime qu'aujourd'hui, 90% de la puissance des super-ordinateurs est dédiée aux communications entre la mémoire et le stockage. Basé sur le système Apollo, Astra est doté de 145 000 CPU répartis dans 2 592 serveurs double cœur. Les processeur ThunderX2 à 28 cœurs utilisés par HPE offrent aussi huit canaux mémoire contre six sur les architectures x86 utilisées actuellement. Ceci permet au bébé de HPE de développer une puissance de calcul de 2.3 pétaflops, ce qui en fait l'un des 100 plus puissants supercalculateurs au monde. Il gagne aussi la première place au sein des super-ordinateurs ARM. Si le prototype Astra reste bien en-dessous de Summit en termes de puissance, il devrait néanmoins permettre de participer à l'émergence des calculs exascale d'ici 2021. Il servira aussi au sein de Sandia à déterminer comment les architectures ARM pourront être améliorées dans le futur.



 1  2  3  4  > 

"Actu vu !" sur le web


 1  2  3  4  > 

Le prix des DRAM, la course aux profits !

Le prix de la DRAM est l’objet d’une surveillance depuis plusieurs mois de la part des autorités Chinoises. En fin d’année 2017 le département « Pricing Supervision » de la NDRC (National Development and Reform Commission) avait déclaré être très attentif à cette flambée des prix des puces mémoire. " La hausse constante des tarifs de la DRAM et de la NAND devient inquiétante aux yeux des autorités chinoises. Il est annoncé un renfort des contrôles et la possibilité d’imposer aux producteurs de puces mémoire des prix fixes. " A l’époque un haut responsable, Xu Xinyu, n’avait pas écarté l’idée que cette situation pourrait être le résultat d’une action coordonnée de la part d’un certain nombre d’entreprises. L’objectif serait d’obtenir un maximum de profit en poussant les prix le plus haut possibles. Depuis des réunions ont eu lieu entre les autorités chinois, Samsung Electronics, SK Hynix et Micron Technology. Malheureusement, la réalité montre que toutes ces discutions n’ont pas permis de trouver des solutions. Le prix de la DRAM a continué de grimper. Il semble que toute patience à des limites. Le régulateurs « antitrust » chinois vient de prendre la décision d’ouvrir une enquête contre ces trois géants. Ils représentent a eux seuls, 90% de production mondiale de DRAM. Si les investigations permettent de conclure à leur culpabilité, les amandes risquent d’être lourdes. Elles peuvent se situer entre 800 et 8 milliards de dollars. Ces montants sont estimés sur la base des ventes DRAM des sociétés Chinoises entre 2016 et 2017.
22-06-2018


Le PDG D'intel démissionne

Brian Krzanich, CEO d'Intel, a démissionné de ses fonctions, avec effet immédiat. Une décision surprenante au premier abord, car depuis 2013 il était bien calé dans le fauteuil laissé par Paul Otellini. Ce n'est pas un problème de performances financières qui lui a coûté son poste, mais… une « relation consentie » avec un ou une employée du groupe. Cette histoire a donné lieu à une enquête interne durant laquelle Brian Krzanich a été convaincu d'avoir enfreint les règles de « non fraternisation » en vigueur chez les dirigeants de l'entreprise. On ne plaisante pas avec le guide de bonne conduite chez Intel, y compris quand on en est le CEO. L'intérim à la tête d'Intel sera assuré par Bob Swan, qui était auparavant le directeur financier du groupe. Le conseil d'administration est parti à la chasse au profil pour se trouver un nouveau CEO. Cette passation de pouvoir soudaine se déroule dans un contexte singulier. D'un côté, les comptes se portent bien : l'entreprise a connu un « excellent démarrage » en 2018, qui devrait être une année record. Et pourtant, les nuages s'accumulent dans le ciel : les processeurs Intel sont de plus en plus concurrencés par des solutions Arm « maison » comme chez Apple et comme toujours par AMD.
22-06-2018


L'Oculus Go en Pré-commande

Officialisé en fin d’année dernière, le casque de réalité virtuelle Oculus Go était attendu pour le début de l’année 2018, sans plus de précision. Contrairement au Rift qui nécessite un PC haut de gamme pour fonctionner, ce dernier se veut parfaitement autonome et n’a besoin ni de PC, ni même de smartphone pour fonctionner. Avec Oculus Go, le groupe dirigé par Facebook souhaite s’adresser à une cible plus large, puisque le nouveau casque est parfaitement autonome. Un casque disponible depuis le site web officiel du groupe. Toutefois, la marque va pouvoir profiter d’un réseau de distribution autrement plus large, puisque le casque Oculus Go est désormais référencé également chez d’autres revendeurs, comme FNAC ou Amazon. Tous deux proposent en effet le dispositif Oculus Go en précommande, avec des livraisons prévues pour le 26 juin. Côté tarifs, pas de mauvaise surprise, puisque le casque est affiché à 219 € pour la déclinaison 32 Go, ce qui est presque donné pour un casque VR autonome. Rappelons que la grande force de ce nouveau système de VR mis au point par Oculus, c’est l’absence totale de PC, de smartphone, de câblage fastidieux… le casque Oculus Go se suffit à lui-même, et est animé par un processeur SnapDragon 821, 3 Go de RAM et 32 Go de stockage. On y retrouve également une batterie (rechargeable via microUSB), sans oublier un écran de type Fast Switch LDC, de 5,5″, qui affiche une image en 2 560 x 1440 pixels. Le tout est livré avec un petit joystick permettant de profiter d’un pavé tactile cliquable, d’une gâchette, sans oublier les boutons Accueil et Return. Un casque qui permet donc de profiter d’un réel confort d’utilisation, avec en prime une compatibilité totale avec les applications proposées sur le Gear VR de Samsung, ce qui permettra à l’heureux acheteurs de profiter de toute une flopée d’applications, gratuites et payantes, après avoir déballé son nouveau joujou de VR. A voir maintenant si cette VR plus simple permettra enfin de démocratiser cette technologie qui semble avoir bien du mal à convaincre le grand public
22-06-2018


Cross-plateforme Sony ne souhaite pas être de la partie ! Video

Sony est-il en train de se tirer une balle dans le pied ? À force de toujours vouloir faire la course en tête seul , le constructeur japonais risque de finir par avoir plus d’ennemis que d’alliés. Depuis l’E3 de la semaine dernière et la sortie de Fortnite sur Switch, la firme se met à dos des milliers de joueurs. La raison ? Sony interdit d’utiliser les comptes du Battle Royale associé au PSN sur la console de Nintendo. Et dans l’histoire, c’est bien Microsoft qui est plus malin que tout le monde. « Lorsque j’étais chez Sony, la raison invoquée en interne était l’argent. Ils n’aimaient pas l’idée que quelqu’un achète du contenu sur Xbox, et qu’il puisse être utilisé sur PlayStation. C’est une raison triviale aussi simple que ça » affirme John Smedley, l’ancien patron de DayBreak Games. Sauf que l’argent est une chose et la popularité une autre. Et avec Minecraft, Nintendo et Microsoft se sont montrés bien plus intelligents que Sony. Le célèbre bac à sable cubique se dote aujourd’hui d’une mise à jour nommée « Better Together » (‘Meilleurs ensemble’). Cette dernière offre la possibilité de jouer sur les mêmes serveurs entre possesseurs de Switch et de Xbox One, mais aussi de Windows 10 et autres appareils mobiles. En résumé, l’ensemble des appareils pouvait faire tourner Minecraft ont la possibilité de jouer ensemble à l’exception faite de… la PlayStation. Alors certes, derrière cette campagne publicitaire déguisée en beau message de camaraderie se cache un accord marketing certainement juteux, mais les faits sont indéniables : Sony se retrouve un peu seul dans son coin. Le constructeur japonais ne souhaite toujours pas vraiment communiquer sur ce refus de « partage » d’expérience sur plusieurs titres phares que sont Fortnite, Rocket League et donc Minecraft. Les seuls arguments avancés évoquent « la grande communauté PlayStation de plus de 80 millions d’utilisateurs actifs chaque mois ». En bref, le souhait de rester entre eux et de ne pas voir de joueurs Xbox One et Switch s’immiscer dans le groupe En colère. Une stratégie qui, à terme, pourrait leur coûter plus cher que prévu. A suivre ...


22-06-2018


Nvidia pas en forme pour ses nouvelles cartes

D’après le site Seeking Alpha, il semblerait que NVIDIA soit obligé de reporter, sur plusieurs mois, la date de sortie de sa nouvelle génération de GeForce GTX. Apparemment, l’entreprise aurait surestimé la demande et se retrouverait avec un énorme surplus d’inventaires de GPU Pascal. La situation serait tellement critique que l’un des plus gros constructeurs OEM de cartes graphiques aurait renvoyé plus de 300 000 GPU à NVIDIA. Après la pénurie de la gamme actuelle de GeForce GTX, suite à l’explosion du mining et la forte demande des cybercafés asiatiques, NVIDIA aurait mis les bouchées doubles pour produire davantage de GPU. Seulement, depuis avril la demande en cartes graphiques a énormément diminué, étant donné la baisse des valeurs des crypto monnaies et certains joueurs avisés attendant la nouvelle génération de GeForce GTX (ou juste un retour aux prix normaux). Résultat, NVIDIA et ses partenaires OEM se retrouveraient avec un stock conséquent de GPU à écouler (un minimum) avant la sortie de la fameuse GTX 1180. Notez que ces informations restent à confirmer.
21-06-2018


Samsung des SSD 8To en M.2

Samsung lance le SSD NVMe avec la plus grande capacité du marché pour le format NGSFF ou Next Generation Small Form Factor (11cm x 3.05 cm). Destinés aux datacenters, les nouveaux SSD NVMe NF1 embarquent une capacité de stockage de 8 To. Cela représente le double de ce que proposent la plupart des SSD NVMe M.2 communément utilisés pour les serveurs. Les SSD NVMe NF1 embarquent 16 puces de mémoire NAND de 512 Go, constitués, eux-mêmes, de 16 couches de 256 gigabits de mémoire flash V-NAND (3 bits par cellule). Ils supportent le de protocole NVMe 1.3 et l’interface PCIe 4.0. Ils délivrent une vitesse de lecture et d’écriture séquentielle allant respectivement jusqu’à 3100 et 2000 Mo/s. En ce qui concerne la lecture et l’écriture aléatoire, elles s’élèvent à 500K / 50K IOPS. Enfin, ces SSD sont également accompagnés par 12 Go de mémoire LPDDR4, permettant un traitement des données plus rapide et avec un meilleur rendement énergétique. Pas de prix pour le moment mais il s'agit de solution Pro.
21-06-2018


Microsoft développe lui aussi ses puces

Développé dans le secret des laboratoires de Microsoft Research depuis plus de 8 ans, le processeur E2 pourrait voir le jour grâce à Qualcomm. Cette puce porte en elle la promesse de processeurs au fonctionnement bien plus efficace. Pendant que Qualcomm lance ses puces pour PC, que AMD revient sur le devant de la scène, que Samsung est devenu le champion des semi-conducteurs et que Intel veut investir le marché des cartes graphiques, un nom incongru pointe dans le monde des processeurs : celui de Microsoft. Le très technique site anglais The Register met en effet au jour le projet E2 de Microsoft, une puce sur laquelle le géant du logiciel travaille depuis plus de 8 ans. La nouvelle du jour étant que Microsoft a compilé une version aux petits oignons de son système d’exploitation Windows 10, preuve que la puce est opérationnelle. Si le projet est important c’est que Microsoft ne s’est pas contenté de développer une puce ARM ou un clone de x86. L’américain a réinventé la roue et a donc développé un nouveau jeu d’instructions baptisé EDGE (aucun lien avec le navigateur), inaugurant ainsi une toute nouvelle plateforme matérielle. Le prototype le plus avancé de la puce de Microsoft, le E2 R1 serait équipé de 32 unités d’exécution « out-of-order ». Une conception « Super RISC » qui ambitionne de dépasser les architectures existantes en termes de rapidité d’exécution. Microsoft a donc fait appel à son compatriote Qualcomm avec lequel il travaille main dans la main dans le portage de Windows 10 sur ARM. Le géant de la conception des puces pour terminaux mobiles travaille sur la conception d’une vraie puce physique. E2 et son jeu d’instructions EDGE sont un projet de développement de la très secrète unité de Microsoft Research et on en est pour l’heure qu’au stade la validation du concept. Mais si l'architecture fait ses preuves, les technologies de l'informatique pourraient bien muter en profondeur.
21-06-2018


Kamini de retour dans nos campagnes Video

11 ans après Marly-Gomont, l’artiste lillois est retourné écumer la campagne nordiste pour y tourner le clip de son dernier titre, «Eul’vraie France»… Copier-coller ? Le rappeur, humoriste, animateur et infirmier lillois, Kamini, vient de publier le clip de son morceau Eul’vraie France, extrait de son prochain album dont la sortie est prévue à la rentrée 2018. L'artiste ressort les ingrédients qui, à l’époque, lui ont permis de gagner une notoriété fulgurante. Le clip d’Eul’vraie France dure un peu moins de quatre minutes et la production est soignée. Les moyens n’ont rien à voir avec ceux de 2007 : drone, caméra mobile, son, image. C’est propre, rien à dire. Et comme le disait Kamini lui-même « le beat est bon ». Pour autant, le visionnage laisse comme une impression de déjà-vu. Grâce à son vécu et, depuis un an, grâce à son émission sur France 3, Les gens des Hauts, Kamini peut se vanter de connaître la région. Et plus précisément les Hauts-de-France côté campagne, « ces p’tits patelins paumés que personne ne connaît ». C’est d’ailleurs à Wignehies, une commune de moins de 3.000 habitants située près d’Avesnes-sur-Helpe, que son dernier clip a été tourné. Les thématiques abordées sont les mêmes que celles qu’il mettait en avant dans Marly-Gomont : désertification médicale, transports, éducation, racisme… Des sujets qui lui tiennent vraisemblablement à cœur et sur lesquels il n’est donc pas incongru qu’il revienne. Kamini ne se gêne pas pour mettre un petit taquet à la capitale. « Ici c’est pas Paris hein », « A Paris ils ont Neymar et nous ici, on n’a marre ». Et avec l’accent d’min coin s’il vous plaît, featuring les vrais gens d’eul vraie France.


20-06-2018


Des écrans Mini LED Chez AUO

On attend encore la technologie OLED pour produire l'écran gaming parfait, mais AUO, fabricant taïwanais de dalles LCD, mise pour l'instant sur une autre technologie : le mini LED, à ne pas confondre avec le microLED de Sony, puis Samsung (et bientôt Apple). Le DigiTimes rapporte qu'AUO prépare la livraison des premières dalles mini LED au dernier trimestre 2018, et les premiers écrans du genre devraient donc arriver pour Noël. AUO travaille aussi sur le MicroLED, avec un écran 8 pouces déjà présenté sur cette technologie. Le mini LED est uniquement une technique de rétroéclairage, tandis que l'affichage reste en LCD classique (certainement du VA, spécialité d'AUO). C'est un système de local dimming encore plus précis, composé de milliers de minuscules LED produisant la lumière derrière la dalle LCD, le rétroéclairage. Résultat : un taux de contraste parfait, sans glowing. Les écrans FALD (Full Array Local Dimming) actuels se limitent souvent à 384 zones, notamment pour les 27 pouces G-Sync HDR 4K à 144 Hz (ou plutôt 120 Hz). Autre avantage du mini LED : s'incruster dans des écrans très fins. AUO a donc déjà présenté un 27 pouces mini LED (4K à 144 Hz), mais aussi un écran 15 pouces 4K LTPS pour ordinateur portable, et même un 6 pouces tactile (in-cell) pour smartphone, et un 2 pouces pour les casques VR. L'idée consiste à ne pas faire exploser le prix de l'écran, comme le microLED ou l'OLED face à l'AMOLED, en gardant une base LCD avec un rétroéclairage quasi-équivalent en termes de taux de contraste.
20-06-2018


Un super calculateur ARM

Baptisé Astra, le bébé de HPE (Hewlett Packard Enterprise) a été conçu en partenariat avec le Department of Energy - DoE - américain. Encore à l'état de prototype, ce supercalculateur intégrera les bureaux du Laboratoire National de Sandia afin d'aider à la recherche dans le nucléaire. HPE continue ainsi dans la voie ouverte en 2017 par son projet The Machine visant à développer des super-ordinateurs orientés vers des échanges mémoire hyperrapides plutôt que vers la puissance de calcul brute. En effet, à l'heure actuelle, la plupart des ordinateurs destinés aux calculs lourds misent tout sur leur puissance brute. Le système Summit, le plus puissant au monde, est doté de 9 000 processeurs IBM Power9 à 22 cœurs et de plus de 27 000 GPU Nvidia Tesla V100. Il peut accomplir des calculs à la vitesse de 200 pétaflops. Il est d'ailleurs le premier à avoir accompli un calcul exascale, c'est-à-dire un milliard de milliard d'opérations scientifiques par seconde. HPE vise cependant d'autres frontières avec Astra. Selon l'entreprise américaine, les échanges mémoire sont actuellement un frein aux supercalculateurs actuels. L'utilisation de puces ARM permettrait d'augmenter la vitesse de ces échanges tout en diminuant la consommation énergétique. HPE estime qu'aujourd'hui, 90% de la puissance des super-ordinateurs est dédiée aux communications entre la mémoire et le stockage. Basé sur le système Apollo, Astra est doté de 145 000 CPU répartis dans 2 592 serveurs double cœur. Les processeur ThunderX2 à 28 cœurs utilisés par HPE offrent aussi huit canaux mémoire contre six sur les architectures x86 utilisées actuellement. Ceci permet au bébé de HPE de développer une puissance de calcul de 2.3 pétaflops, ce qui en fait l'un des 100 plus puissants supercalculateurs au monde. Il gagne aussi la première place au sein des super-ordinateurs ARM. Si le prototype Astra reste bien en-dessous de Summit en termes de puissance, il devrait néanmoins permettre de participer à l'émergence des calculs exascale d'ici 2021. Il servira aussi au sein de Sandia à déterminer comment les architectures ARM pourront être améliorées dans le futur.
20-06-2018


 1  2  3  4  >