Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  



"Actu vu !" sur le web


 1  2  3  4  5  6  > 

Une faille dans la messagerie instantanée Signal

  Liste des news    Liste des new du mois  
Faille de localisation dans Messange

22

Mai

Alerté, Signal a été prompt à déployer une mise à jour. L’entreprise recommande à tous ses utilisateurs de télécharger la nouvelle version de l’application sans plus attendre sur le Google Play Store et l’App Store. Tenable a mis le doigt sur une faille permettant à des pirates d’accéder à la localisation des utilisateurs de Signal, ou du moins à leurs schémas de déplacement. Par quel prodige ? En passant un simple appel via l’application. Que l’appel soit accepté ou non par l’utilisateur, le pirate serait ainsi en mesure d’accéder à de précieuses données de localisation. Plus précisément, la faille utilise le code WebRTC qui s’occupe des requêtes DNS sur l’appareil des utilisateurs. Grâce à elle, les pirates peuvent récupérer des données du DNS d’un utilisateur, et obtenir des informations sur sa position dans un rayon de 400 miles (645 kilomètres). L’utilisateur lambda de Signal n’a sans doute pas grand-chose à craindre de cette faille. Mais Signal ayant la réputation d’être une application extrêmement sécurisée et, surtout, particulièrement robuste en matière de protection des données, elle a la préférence de personnalités issues du monde de l’espionnage, du journalisme et, bien entendu, des lanceurs d’alerte. D’ailleurs, l’application a très largement été popularisée par un certain Edward Snowden qui, après avoir révélé au grand jour la surveillance de masse des agences gouvernementales américaines, recommandait d’utiliser Signal pour ses échanges.



Les Razer Phone 2 remboursés pour non respect du DAS

  Liste des news    Liste des new du mois  
Razer Phone 2 DAS non reglementaire

22

Mai

Pour avoir dépassé la limite réglementaire du Débit d'Absorption Spécifique (DAS) « Tronc », le Razer Phone 2 est retiré de la commercialisation.Le constructeur propose également aux acheteurs un formulaire, pour bénéficier d'un remboursement intégral du smartphone. Lancé en toute fin d'année 2018, le Razer Phone 2 vient d'être retiré de la commercialisation. Pourquoi ? Parce que suite à un test de l'ANFR, ce dernier ne respecte pas les exigences européennes concernant le DAS (Débit d'Absorption Spécifique) « Tronc », soit le niveau d'exposition aux ondes électromagnétiques lorsque le smartphone est porté près du tronc, dans une poche ou un sac. Rappelons que les terminaux sont évalués à une distance maximale de 5 mm et doivent respecter la valeur limite réglementaire de 2 W/kg. Concernant le Razer Phone 2, la mesure a indiqué une valeur de 3,29 W/kg. L'Agence Nationale des Fréquences(ANFR) a aussitôt sommé la société Razer de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la non-conformité constatée sur les terminaux actuellement sur le marché et ceux d'ores et déjà commercialisés. Razer a aussitôt décidé de retirer son smartphone de la commercialisation, et propose, depuis le 8 mai dernier (et pendant six mois) un rappel des smartphones (via ce formulaire), avec la possibilité pour les acheteurs de bénéficier d'un remboursement intégral.



Les Apple Glass pourrai arrivés avec l'iPhone 12

  Liste des news    Liste des new du mois  
apple glass

20

Mai

Cela fait déjà plusieurs années que les rumeurs parlent d’hypothétiques lunettes connectées en préparation chez Apple. Mais si elles n’étaient pas attendues avant au moins plusieurs années, il semblerait que la Pomme puisse les dévoiler bien plus tôt que prévu, dès cette année 2020. C’est en tout cas ce qu’affirme le leaker Jon Prosse, qui semble avoir d’excellentes sources chez la firme, puisqu’il a annoncé à l’avance, avec précision, chaque nouveau produit Apple lancé depuis ce début d’année. Après avoir dressé le contour de la future gamme d’iPhone 12, voilà que Prosser s’attaque à ces fameuses lunettes de réalité augmentée, et, surprise, il affirme qu’elles pourraient être dévoilées en fin d’année 2020, ou début d’année 2021 si la pandémie en cours venait à s’allonger. Il évoque également un nom officiel : Apple Glass. En plus d’annoncer le nom et la date de sortie de ce qui devrait être le futur « One More Thing » d’Apple, Jon Prosser évoque également le prix de l’appareil, et un certain nombre de fonctionnalités. Selon lui, les Apple Glass seraient vendues au prix de départ de 499 euros. Produit atypique oblige, il faudrait y rajouter le tarif de la prescription médicale pour les porteurs de verre correcteur. On peut s’étonner d’un prix relativement bas pour un produit de ce genre, surtout venant d’Apple. Pour justifier ce tarif, Prosser indique que cette première génération de lunettes connectées d’Apple ne devrait pas être autonome. Tout comme l’Apple Watch à ses débuts, les Apple Glass devraient être connectées à l’iPhone en permanence, d’où elles puiseraient leur puissance. Les questions sont nombreuses concernant ce produit. Comment fonctionneront les Apple Glass ? Comment interagir avec elles ? À quoi serviront-elles ? Prosser répond à certaines d’entre elles. Selon lui, le produit imaginé par Apple sera doté de deux écrans, un pour chaque oeil. On disposerait d’un OS dédié, et il sera possible d’interagir avec les lunettes par des gestes. Pour détecter ceux-ci, ainsi que l’environnement avoisinant, les Apple Glass seraient dotés du fameux capteur LiDAR, un capteur spécialement dédié à la réalité augmentée ayant fait son apparition sur le dernier iPad Pro, et supposer débarquer sur les futurs iPhone 12 Pro à la rentrée. Enfin, Prosser précise que ces Apple Glass devraient être rechargées exclusivement sans fil. On peut d’ores et déjà imaginer un boîtier de rangement faisant également office de chargeur. Hélas, Prosser ne mentionne pas l’hypothétique autonomie du produit.Les Apple Glass pourraient donc être dévoilées dès cette année, en octobre. Prosser indique que la présentation des lunettes devrait se faire en guise de « One More Thing » à la fin de la présentation des iPhone 12, initialement prévue en septembre, mais qui pourrait être décalée au mois d’octobre selon l’évolution de la pandémie de COVID-19. Si cette dernière venait à se prolonger, Apple décalerait la présentation de ces lunettes au début de l’année prochaine, affirme le leaker. Cependant, il ne s’agirait là que de la présentation du produit. Son lancement à la vente ne devrait pas intervenir avant fin 2021, voire début 2022, indique Prosser.



Un super calculateur a AI pour Mitcrosoft

  Liste des news    Liste des new du mois  
Microsoft AI

20

Mai

L’un des cinq ordinateurs les plus puissants au monde : lors de sa conférence « Build » dédiée aux développeurs, Microsoft a annoncé avoir achevé la construction d’un super-ordinateur qui, selon l’entreprise, figure parmi les cinq plus puissants de laplanète. L’appareil dispose de plus de 285 000 cœurs CPUs, 10 000 GPUs, et strong<>400 gigabits par seconde de connectivité pour chaque serveur GPU. Il est hébergé au sein du Cloud de Microsoft, Azure. Une machine spécialement conçue pour OpenAI. Le super-ordinateur est destiné à être utilisé par l’organisation OpenAI. Fondée en 2015 par les entrepreneurs Sam Altman et Elon Musk (qui en est parti depuis), cette association à but non lucratif est spécialisée dans la recherche autour de l’intelligence artificielle. Son objectif est notamment de s’assurer que la technologie bénéficie à toute l’Humanité, et donc d’éviter qu’elle soit détenue par une poignée d’entreprises toutes-puissantes. Pour cela, elle s’efforce de faire avancer la recherche de manière ouverte et collaborative. Créer une intelligence artificielle générale : l’an dernier, Microsoft a investi un milliard de dollars dans OpenAI, avec pour objectif de construire une machine susceptible de permettre à l’organisation de tester des modèles d’intelligence artificielle sophistiqués. C’est désormais chose faite. Ces modèles sont très gourmands en matière de puissance informatique, et requièrent donc des machines dotées de solides performances, notamment pour de la recherche de pointe, comme celle que poursuit OpenAI. L’un de ses objectifs est en effet de construire une intelligence artificielle générale, capable de reproduire l’intelligence humaine. Dans cette optique, elle exerce notamment ses algorithmes à battre des joueurs humains sur des jeux comme Starcraft II, tâche pour laquelle le nouveau super-ordinateur va sans doute s’avérer des plus utiles.



Sony & Microsoft en partenariat pour des caméra IA

  Liste des news    Liste des new du mois  
sony microsoft

19

Mai

La semaine passée, Sony présentait une innovation de taille dans le petit monde des capteurs photo, largement dominé par la firme japonaise. Sony a ainsi dévoilé son capteur IMX500, premier de son genre, puisqu’il incorpore aussi bien une puce de pixels classique qu’une puce logique, soit un processeur capable de traiter et reconnaître en temps réel les images perçues, sans l’aide d’un processeur externe. Cette innovation est proposée aux professionnels, plutôt qu’au grand public, et pourrait être prochainement intégrée à des lieux comme les grandes surfaces, notamment. « Un magasin pourrait, en effet, n’utiliser qu’un seul type de caméra pour gérer différents lieux, circonstances, événements ou problématiques. À l’entrée de l’établissement, elle pourrait compter le nombre de visiteurs entrant dans l’établissement ; installée sur l’étagère d’un magasin, elle détecterait les ruptures de stock. Montée au plafond, elle réaliserait la cartographie thermique du magasin en détectant les zones d’affluence, et ainsi de suite » expliquait Sony pour illustrer son innovation. Après cette annonce prometteuse, voilà qu’une autre s’avère encore plus encourageante. Sony et Microsoft viennent en effet de sceller un partenariat afin de créer des solutions de caméras intelligentes boostées à l’IA. Si l’alliance entre ses deux firmes ne coule pas de source, notamment en raison de leur rivalité sur le secteur des consoles de jeux vidéo, PlayStation VS Xbox, les deux géants sont déjà partenaires depuis leur alliance de l’année dernière sur le secteur du cloud gaming, basée sur Microsoft Azure. Cette fois, il s’agit de proposer une solution particulièrement complète en matière d’analyse d’image en faisant fonctionner de concert l’expertise des deux firmes, celle de Sony sur le secteur de l’imagerie, et celle de Microsoft en matière de cloud computing. Dans les faits, les solutions en matière d’IA de Microsoft, tel que Microsoft Azure, sera mis à disposition du capteur IMX500 de Sony, permettant d’accéder à un point jamais atteint en matière de vision intelligente.



LG reviendrai avec un smarphone à écran pivotant

  Liste des news    Liste des new du mois  
LG pivotant

19

Mai

LG plancherait sur un smartphone « articulé ». Selon plusieurs publications sud-coréennes, le géant de l’électronique, bien à la peine dans le secteur du smartphone, s’apprêterait à présenter son « Wing » (nom de code), un terminal dont l’écran principal de 6,8 pouces pivote pour dévoiler un écran secondaire… carré. Mesurant 4 pouces de diagonale (10,16 cm), cet écran serait utilisé notamment pour le multitâche ou enrichir les expériences logicielles – lors de la prise de photos, etc. Le terminal serait propulsé par une puce Snapdragon de la série 7, profiterait d'un triple module caméra et serait compatible 5G. En regardant l’image du concept du Wing, difficile de ne pas penser aux anciens téléphones portables à écran pivotant que la marque a lancé dans les années 2000 – ci-dessus, un LG VX9400. Un mécanisme qui a connu son heure de gloire aussi au Japon, où les technophiles de l’ère pré-smartphone pouvaient déjà consommer des vidéos (voire la télévision) dans les transports en commun, dix ans avant le reste de la planète. Mais en 2020, ce mécanisme apparaît désormais plus comme une façon artificielle de se démarquer. Sans compter les risques potentiels de panne mécanique. Aucune information pour l'heure quant à son prix ou son éventuelle commercialisation hors des frontières du pays du matin calme.



Les prix des Pixel 4a

  Liste des news    Liste des new du mois  
pixel5

19

Mai

Depuis quelques semaines un faisceau d’indices nous laissait penser que Google envisageait de revoir à la baisse le prix de vente du Pixel 4a. Alors que les premières fuites annonçaient un smartphone à 399 $comme son prédécesseur, Stephen Hall de 9To5Google prédisait plutôt un Pixel 4a à 349 $ pour concurrencer l’iPhone SE 2020. Un sondage Google confirme le prix du smartphone de milieu de gamme, mais dévoile également celui du Pixel 5. Le sondage propose de choisir entre deux smartphones Google Pixel. L’un avec une coque plastique et une prise mini jack pour 349 dollars, et l’autre, un Google Pixel premium doté des dernières innovations de la firme, et de capteurs photos hauts de gamme pour 699 $. Les descriptions sont plutôt basiques, mais ne laissent que peu de doute sur les modèles. Le premier est vraisemblablement le Pixel 4a, et le second, sans doute un Pixel 5. Dans ce cas, Google aurait bien décidé de changer de politique tarifaire en baissant de 50 dollars son modèle d’entrée de gamme, et de 100 dollars le porte-étendard de la marque.



Des iPad à petit prix !

  Liste des news    Liste des new du mois  
iPas Low Cost

18

Mai

Cette année, Apple a déjà renouvelé une partie de sa gamme d’iPad en lançant deux nouvelles déclinaisons de ses iPad Pro. Deux modèles qui nous avaient laissés sur notre faim, probablement à cause des nombreuses spéculations qui entouraient leur lancement. On s’attendait notamment à un SoC bien plus puissant, et à un écran mini LED. Ce sont finalement le scanner LiDAR et le support d’un trackpad qui auront marqué le lancement de l’iPad Pro 2020. Côté processeur, Apple s’est contenté de recycler l’A12 de 2018 avec une architecture identique et seulement un cœur supplémentaire. La firme ne semble pas vouloir en rester là pour 2020. Elle pourrait également sortir de nouveaux iPad avec des tailles d’écran inédites pour un prix inférieur aux modèles actuels. Un rapport du célèbre analyste de TFT Securities indique qu’Apple se préparerait à lancer deux nouveaux modèles d’iPad en fin d’année. Selon Ming-Chi Kuo, la tablette se déclinera en 10,8 pouces pour l’iPad standard, et 8,5 ou 9 pouces pour l’iPad Mini. Des dalles légèrement plus grandes que sur les modèles actuels avec 10,2 pouces pour l’iPad, 10,5 pour l’iPad Air et enfin 7,9 pouces pour l’iPad Mini. L’analyste précise que les nouveaux modèles « suivront la stratégie produit de l’iPhone SE, et les arguments de vente seront le prix plus abordable et l’adoption de de puces rapides ». Actuellement, l’iPad Air et l’iPad mini sont dotés de Soc A12 et le modèle standard embarque un A10 Fusion. Pour abaisser les coûts tout en les rendant plus performants, on imagine que la firme de Cupertino optera pour l’A13 des iPhone SE.



Ubisoft attaque Google et Apple en justice Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
AeraF2

18

Mai

Développé, édité puis sorti en fin 2015 par Ubisoft, Tom Clancy's Rainbow Six: Siege est un succès dont on ne peut pas douter. Le jeu de tir, qui possède une solide base de 55 millions de joueurs enregistrés, demeure toujours l'un des dix titres les plus sollicités sur Steam, avec un pic à 115 000 gamers connectés en simultané entre dimanche et ce lundi. Et le jeu semble avoir inspiré EJoy, filiale d'Alibaba dédiée à la création de jeux vidéo. La société EJoy, acquise par le mastodonte chinois Alibaba en 2017, a développé le jeu pour smartphones Area F2, aujourd'hui dans le collimateur d'Ubisoft, qui accuse le studio d'avoir livré une copie quasi conforme de Rainbow Six: Siege (R6S). Celui-ci accueille encore autour de 3 millions de joueurs chaque jour. Un bon plagiat des familles qui a conduit Ubsioft a déposé une plainte contre Google et Apple devant un tribunal fédéral de Los Angeles, vendredi 15 mai. Selon Ubisoft, qui a déjà eu à subir un exercice 2019/2020 financièrement difficile (baisse de son chiffre d'affaires de 24%, à 1,53 milliard d'euros), Area F2 est « une copie quasi conforme de Rainbow Six: Siege, c'est incontestable. Tous les aspects du jeu sont tirés de R6S, de l'écran de sélection des opérateurs à l'écran de score final, et tout ce qu'il y a entre les deux », comme indiqué dans la plainte relayée par nos confrères américains de Bloomberg. Au-delà du plagiat qui semble plutôt évident et pas vraiment discret au regard de la masse de commentaires faisant aussi ce parallèle, ce qui chagrine Ubisoft, c'est que le jeu soit proposé sur l'App Store et le Play Store, les boutiques d'Apple et Google. Area F2 est en ligne depuis le mois dernier sur ces deux plateformes. Le studio français souhaite évidemment voir le jeu de tir mobile disparaître des deux boutiques numériques, via lesquelles il est disponible gratuitement. D'autant plus qu'il indique avoir dans un premier temps prévenu les deux géants américains, qui ont choisi de snober l'éditeur tricolore. Ubisoft se place donc dans l'attente d'une décision favorable et d'une réaction positive de Google et Apple. Les doutes sont toutefois permis au sujet des intentions d'EJoy, quand on sait que la plateforme a été rachetée en fin 2017 par Alibaba et que l'entreprise a réagi en indiquant que le jeu était développé depuis… deux ans. Sans oublier que R6S n'existe pas sur Android et iOS.



Pas de voiture Dyson

  Liste des news    Liste des new du mois  
dyson n526

18

Mai

Il n’est pas facile de se lancer dans le véhicule électrique. De nombreuses start-ups s’y sont cassé les dents. On pensera par exemple à Faraday Future qui peine à garder la tête hors de l’eau depuis 2014. Dyson, marque anglaise qui a révolutionné le monde de l’aspirateur en faisant disparaitre les sacs, avait annoncé se lancer dans l’aventure en 2017. 560 millions d’euros dépensés pour un SUV qui ne verra jamais le jour. Dyson est un fabricant renommé d’aspirateurs, de sèche-mains et de ventilateurs. Alors quand son patron, Sir James Dyson, avait annoncé en 2017 sa volonté de se lancer dans la course à la voiture électrique, cela avait surpris. Confiant, il parlait à l’époque d’un véhicule radicalement différent. L’année suivante, il annonçait même que 2 autres modèles étaient prévus. Enfin en octobre 2019, Dyson déclarait avoir 600 personnes travaillant sur le projet de cette « voiture électrique fantastique ». Aujourd’hui, dans une entrevue avec le journal The Times, le patron de Dyson revient sur le N526, son SUV sportif mort-né. Construit avec une carrosserie en aluminium, le N526 devait pouvoir loger 7 passagers, tout en roulant à 200 km/h en vitesse de pointe et en assurant le 0 à 100 km/h en 4,8 secondes. Ces chiffres sont largement dans la moyenne des véhicules existants, et même bien en deçà de la Tesla Model X qui aurait dû être sa principale concurrente et qui depuis 2016 est mieux équipée et moins chère. Toutefois, ce qui avait fait les gros titres était l’autonomie de ce SUV Dyson. Elle était annoncée à près de 1000 kilomètres, soit quasiment le dou" 000 euros pour simplement rentrer dans ses frais, une somme très importante au regard des 97 000 euros nécessaires pour s’offrir une Model X Grande Autonomie. La marque a enterré le projet et annonce avoir gaspillé 560 millions d’euros dans l’aventure.


 1  2  3  4  5  6  > 

"Actu vu !" sur le web


 1  2  3  4  5  6  > 

Une faille dans la messagerie instantanée Signal

Alerté, Signal a été prompt à déployer une mise à jour. L’entreprise recommande à tous ses utilisateurs de télécharger la nouvelle version de l’application sans plus attendre sur le Google Play Store et l’App Store. Tenable a mis le doigt sur une faille permettant à des pirates d’accéder à la localisation des utilisateurs de Signal, ou du moins à leurs schémas de déplacement. Par quel prodige ? En passant un simple appel via l’application. Que l’appel soit accepté ou non par l’utilisateur, le pirate serait ainsi en mesure d’accéder à de précieuses données de localisation. Plus précisément, la faille utilise le code WebRTC qui s’occupe des requêtes DNS sur l’appareil des utilisateurs. Grâce à elle, les pirates peuvent récupérer des données du DNS d’un utilisateur, et obtenir des informations sur sa position dans un rayon de 400 miles (645 kilomètres). L’utilisateur lambda de Signal n’a sans doute pas grand-chose à craindre de cette faille. Mais Signal ayant la réputation d’être une application extrêmement sécurisée et, surtout, particulièrement robuste en matière de protection des données, elle a la préférence de personnalités issues du monde de l’espionnage, du journalisme et, bien entendu, des lanceurs d’alerte. D’ailleurs, l’application a très largement été popularisée par un certain Edward Snowden qui, après avoir révélé au grand jour la surveillance de masse des agences gouvernementales américaines, recommandait d’utiliser Signal pour ses échanges.
22-05-2020


Les Razer Phone 2 remboursés pour non respect du DAS

Pour avoir dépassé la limite réglementaire du Débit d'Absorption Spécifique (DAS) « Tronc », le Razer Phone 2 est retiré de la commercialisation.Le constructeur propose également aux acheteurs un formulaire, pour bénéficier d'un remboursement intégral du smartphone. Lancé en toute fin d'année 2018, le Razer Phone 2 vient d'être retiré de la commercialisation. Pourquoi ? Parce que suite à un test de l'ANFR, ce dernier ne respecte pas les exigences européennes concernant le DAS (Débit d'Absorption Spécifique) « Tronc », soit le niveau d'exposition aux ondes électromagnétiques lorsque le smartphone est porté près du tronc, dans une poche ou un sac. Rappelons que les terminaux sont évalués à une distance maximale de 5 mm et doivent respecter la valeur limite réglementaire de 2 W/kg. Concernant le Razer Phone 2, la mesure a indiqué une valeur de 3,29 W/kg. L'Agence Nationale des Fréquences(ANFR) a aussitôt sommé la société Razer de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la non-conformité constatée sur les terminaux actuellement sur le marché et ceux d'ores et déjà commercialisés. Razer a aussitôt décidé de retirer son smartphone de la commercialisation, et propose, depuis le 8 mai dernier (et pendant six mois) un rappel des smartphones (via ce formulaire), avec la possibilité pour les acheteurs de bénéficier d'un remboursement intégral.
22-05-2020


Les Apple Glass pourrai arrivés avec l'iPhone 12

Cela fait déjà plusieurs années que les rumeurs parlent d’hypothétiques lunettes connectées en préparation chez Apple. Mais si elles n’étaient pas attendues avant au moins plusieurs années, il semblerait que la Pomme puisse les dévoiler bien plus tôt que prévu, dès cette année 2020. C’est en tout cas ce qu’affirme le leaker Jon Prosse, qui semble avoir d’excellentes sources chez la firme, puisqu’il a annoncé à l’avance, avec précision, chaque nouveau produit Apple lancé depuis ce début d’année. Après avoir dressé le contour de la future gamme d’iPhone 12, voilà que Prosser s’attaque à ces fameuses lunettes de réalité augmentée, et, surprise, il affirme qu’elles pourraient être dévoilées en fin d’année 2020, ou début d’année 2021 si la pandémie en cours venait à s’allonger. Il évoque également un nom officiel : Apple Glass. En plus d’annoncer le nom et la date de sortie de ce qui devrait être le futur « One More Thing » d’Apple, Jon Prosser évoque également le prix de l’appareil, et un certain nombre de fonctionnalités. Selon lui, les Apple Glass seraient vendues au prix de départ de 499 euros. Produit atypique oblige, il faudrait y rajouter le tarif de la prescription médicale pour les porteurs de verre correcteur. On peut s’étonner d’un prix relativement bas pour un produit de ce genre, surtout venant d’Apple. Pour justifier ce tarif, Prosser indique que cette première génération de lunettes connectées d’Apple ne devrait pas être autonome. Tout comme l’Apple Watch à ses débuts, les Apple Glass devraient être connectées à l’iPhone en permanence, d’où elles puiseraient leur puissance. Les questions sont nombreuses concernant ce produit. Comment fonctionneront les Apple Glass ? Comment interagir avec elles ? À quoi serviront-elles ? Prosser répond à certaines d’entre elles. Selon lui, le produit imaginé par Apple sera doté de deux écrans, un pour chaque oeil. On disposerait d’un OS dédié, et il sera possible d’interagir avec les lunettes par des gestes. Pour détecter ceux-ci, ainsi que l’environnement avoisinant, les Apple Glass seraient dotés du fameux capteur LiDAR, un capteur spécialement dédié à la réalité augmentée ayant fait son apparition sur le dernier iPad Pro, et supposer débarquer sur les futurs iPhone 12 Pro à la rentrée. Enfin, Prosser précise que ces Apple Glass devraient être rechargées exclusivement sans fil. On peut d’ores et déjà imaginer un boîtier de rangement faisant également office de chargeur. Hélas, Prosser ne mentionne pas l’hypothétique autonomie du produit.Les Apple Glass pourraient donc être dévoilées dès cette année, en octobre. Prosser indique que la présentation des lunettes devrait se faire en guise de « One More Thing » à la fin de la présentation des iPhone 12, initialement prévue en septembre, mais qui pourrait être décalée au mois d’octobre selon l’évolution de la pandémie de COVID-19. Si cette dernière venait à se prolonger, Apple décalerait la présentation de ces lunettes au début de l’année prochaine, affirme le leaker. Cependant, il ne s’agirait là que de la présentation du produit. Son lancement à la vente ne devrait pas intervenir avant fin 2021, voire début 2022, indique Prosser.
20-05-2020


Un super calculateur a AI pour Mitcrosoft

L’un des cinq ordinateurs les plus puissants au monde : lors de sa conférence « Build » dédiée aux développeurs, Microsoft a annoncé avoir achevé la construction d’un super-ordinateur qui, selon l’entreprise, figure parmi les cinq plus puissants de laplanète. L’appareil dispose de plus de 285 000 cœurs CPUs, 10 000 GPUs, et strong<>400 gigabits par seconde de connectivité pour chaque serveur GPU. Il est hébergé au sein du Cloud de Microsoft, Azure. Une machine spécialement conçue pour OpenAI. Le super-ordinateur est destiné à être utilisé par l’organisation OpenAI. Fondée en 2015 par les entrepreneurs Sam Altman et Elon Musk (qui en est parti depuis), cette association à but non lucratif est spécialisée dans la recherche autour de l’intelligence artificielle. Son objectif est notamment de s’assurer que la technologie bénéficie à toute l’Humanité, et donc d’éviter qu’elle soit détenue par une poignée d’entreprises toutes-puissantes. Pour cela, elle s’efforce de faire avancer la recherche de manière ouverte et collaborative. Créer une intelligence artificielle générale : l’an dernier, Microsoft a investi un milliard de dollars dans OpenAI, avec pour objectif de construire une machine susceptible de permettre à l’organisation de tester des modèles d’intelligence artificielle sophistiqués. C’est désormais chose faite. Ces modèles sont très gourmands en matière de puissance informatique, et requièrent donc des machines dotées de solides performances, notamment pour de la recherche de pointe, comme celle que poursuit OpenAI. L’un de ses objectifs est en effet de construire une intelligence artificielle générale, capable de reproduire l’intelligence humaine. Dans cette optique, elle exerce notamment ses algorithmes à battre des joueurs humains sur des jeux comme Starcraft II, tâche pour laquelle le nouveau super-ordinateur va sans doute s’avérer des plus utiles.
20-05-2020


Sony & Microsoft en partenariat pour des caméra IA

La semaine passée, Sony présentait une innovation de taille dans le petit monde des capteurs photo, largement dominé par la firme japonaise. Sony a ainsi dévoilé son capteur IMX500, premier de son genre, puisqu’il incorpore aussi bien une puce de pixels classique qu’une puce logique, soit un processeur capable de traiter et reconnaître en temps réel les images perçues, sans l’aide d’un processeur externe. Cette innovation est proposée aux professionnels, plutôt qu’au grand public, et pourrait être prochainement intégrée à des lieux comme les grandes surfaces, notamment. « Un magasin pourrait, en effet, n’utiliser qu’un seul type de caméra pour gérer différents lieux, circonstances, événements ou problématiques. À l’entrée de l’établissement, elle pourrait compter le nombre de visiteurs entrant dans l’établissement ; installée sur l’étagère d’un magasin, elle détecterait les ruptures de stock. Montée au plafond, elle réaliserait la cartographie thermique du magasin en détectant les zones d’affluence, et ainsi de suite » expliquait Sony pour illustrer son innovation. Après cette annonce prometteuse, voilà qu’une autre s’avère encore plus encourageante. Sony et Microsoft viennent en effet de sceller un partenariat afin de créer des solutions de caméras intelligentes boostées à l’IA. Si l’alliance entre ses deux firmes ne coule pas de source, notamment en raison de leur rivalité sur le secteur des consoles de jeux vidéo, PlayStation VS Xbox, les deux géants sont déjà partenaires depuis leur alliance de l’année dernière sur le secteur du cloud gaming, basée sur Microsoft Azure. Cette fois, il s’agit de proposer une solution particulièrement complète en matière d’analyse d’image en faisant fonctionner de concert l’expertise des deux firmes, celle de Sony sur le secteur de l’imagerie, et celle de Microsoft en matière de cloud computing. Dans les faits, les solutions en matière d’IA de Microsoft, tel que Microsoft Azure, sera mis à disposition du capteur IMX500 de Sony, permettant d’accéder à un point jamais atteint en matière de vision intelligente.
19-05-2020


LG reviendrai avec un smarphone à écran pivotant

LG plancherait sur un smartphone « articulé ». Selon plusieurs publications sud-coréennes, le géant de l’électronique, bien à la peine dans le secteur du smartphone, s’apprêterait à présenter son « Wing » (nom de code), un terminal dont l’écran principal de 6,8 pouces pivote pour dévoiler un écran secondaire… carré. Mesurant 4 pouces de diagonale (10,16 cm), cet écran serait utilisé notamment pour le multitâche ou enrichir les expériences logicielles – lors de la prise de photos, etc. Le terminal serait propulsé par une puce Snapdragon de la série 7, profiterait d'un triple module caméra et serait compatible 5G. En regardant l’image du concept du Wing, difficile de ne pas penser aux anciens téléphones portables à écran pivotant que la marque a lancé dans les années 2000 – ci-dessus, un LG VX9400. Un mécanisme qui a connu son heure de gloire aussi au Japon, où les technophiles de l’ère pré-smartphone pouvaient déjà consommer des vidéos (voire la télévision) dans les transports en commun, dix ans avant le reste de la planète. Mais en 2020, ce mécanisme apparaît désormais plus comme une façon artificielle de se démarquer. Sans compter les risques potentiels de panne mécanique. Aucune information pour l'heure quant à son prix ou son éventuelle commercialisation hors des frontières du pays du matin calme.
19-05-2020


Les prix des Pixel 4a

Depuis quelques semaines un faisceau d’indices nous laissait penser que Google envisageait de revoir à la baisse le prix de vente du Pixel 4a. Alors que les premières fuites annonçaient un smartphone à 399 $comme son prédécesseur, Stephen Hall de 9To5Google prédisait plutôt un Pixel 4a à 349 $ pour concurrencer l’iPhone SE 2020. Un sondage Google confirme le prix du smartphone de milieu de gamme, mais dévoile également celui du Pixel 5. Le sondage propose de choisir entre deux smartphones Google Pixel. L’un avec une coque plastique et une prise mini jack pour 349 dollars, et l’autre, un Google Pixel premium doté des dernières innovations de la firme, et de capteurs photos hauts de gamme pour 699 $. Les descriptions sont plutôt basiques, mais ne laissent que peu de doute sur les modèles. Le premier est vraisemblablement le Pixel 4a, et le second, sans doute un Pixel 5. Dans ce cas, Google aurait bien décidé de changer de politique tarifaire en baissant de 50 dollars son modèle d’entrée de gamme, et de 100 dollars le porte-étendard de la marque.
19-05-2020


Des iPad à petit prix !

Cette année, Apple a déjà renouvelé une partie de sa gamme d’iPad en lançant deux nouvelles déclinaisons de ses iPad Pro. Deux modèles qui nous avaient laissés sur notre faim, probablement à cause des nombreuses spéculations qui entouraient leur lancement. On s’attendait notamment à un SoC bien plus puissant, et à un écran mini LED. Ce sont finalement le scanner LiDAR et le support d’un trackpad qui auront marqué le lancement de l’iPad Pro 2020. Côté processeur, Apple s’est contenté de recycler l’A12 de 2018 avec une architecture identique et seulement un cœur supplémentaire. La firme ne semble pas vouloir en rester là pour 2020. Elle pourrait également sortir de nouveaux iPad avec des tailles d’écran inédites pour un prix inférieur aux modèles actuels. Un rapport du célèbre analyste de TFT Securities indique qu’Apple se préparerait à lancer deux nouveaux modèles d’iPad en fin d’année. Selon Ming-Chi Kuo, la tablette se déclinera en 10,8 pouces pour l’iPad standard, et 8,5 ou 9 pouces pour l’iPad Mini. Des dalles légèrement plus grandes que sur les modèles actuels avec 10,2 pouces pour l’iPad, 10,5 pour l’iPad Air et enfin 7,9 pouces pour l’iPad Mini. L’analyste précise que les nouveaux modèles « suivront la stratégie produit de l’iPhone SE, et les arguments de vente seront le prix plus abordable et l’adoption de de puces rapides ». Actuellement, l’iPad Air et l’iPad mini sont dotés de Soc A12 et le modèle standard embarque un A10 Fusion. Pour abaisser les coûts tout en les rendant plus performants, on imagine que la firme de Cupertino optera pour l’A13 des iPhone SE.
18-05-2020


Ubisoft attaque Google et Apple en justice Video

Développé, édité puis sorti en fin 2015 par Ubisoft, Tom Clancy's Rainbow Six: Siege est un succès dont on ne peut pas douter. Le jeu de tir, qui possède une solide base de 55 millions de joueurs enregistrés, demeure toujours l'un des dix titres les plus sollicités sur Steam, avec un pic à 115 000 gamers connectés en simultané entre dimanche et ce lundi. Et le jeu semble avoir inspiré EJoy, filiale d'Alibaba dédiée à la création de jeux vidéo. La société EJoy, acquise par le mastodonte chinois Alibaba en 2017, a développé le jeu pour smartphones Area F2, aujourd'hui dans le collimateur d'Ubisoft, qui accuse le studio d'avoir livré une copie quasi conforme de Rainbow Six: Siege (R6S). Celui-ci accueille encore autour de 3 millions de joueurs chaque jour. Un bon plagiat des familles qui a conduit Ubsioft a déposé une plainte contre Google et Apple devant un tribunal fédéral de Los Angeles, vendredi 15 mai. Selon Ubisoft, qui a déjà eu à subir un exercice 2019/2020 financièrement difficile (baisse de son chiffre d'affaires de 24%, à 1,53 milliard d'euros), Area F2 est « une copie quasi conforme de Rainbow Six: Siege, c'est incontestable. Tous les aspects du jeu sont tirés de R6S, de l'écran de sélection des opérateurs à l'écran de score final, et tout ce qu'il y a entre les deux », comme indiqué dans la plainte relayée par nos confrères américains de Bloomberg. Au-delà du plagiat qui semble plutôt évident et pas vraiment discret au regard de la masse de commentaires faisant aussi ce parallèle, ce qui chagrine Ubisoft, c'est que le jeu soit proposé sur l'App Store et le Play Store, les boutiques d'Apple et Google. Area F2 est en ligne depuis le mois dernier sur ces deux plateformes. Le studio français souhaite évidemment voir le jeu de tir mobile disparaître des deux boutiques numériques, via lesquelles il est disponible gratuitement. D'autant plus qu'il indique avoir dans un premier temps prévenu les deux géants américains, qui ont choisi de snober l'éditeur tricolore. Ubisoft se place donc dans l'attente d'une décision favorable et d'une réaction positive de Google et Apple. Les doutes sont toutefois permis au sujet des intentions d'EJoy, quand on sait que la plateforme a été rachetée en fin 2017 par Alibaba et que l'entreprise a réagi en indiquant que le jeu était développé depuis… deux ans. Sans oublier que R6S n'existe pas sur Android et iOS.


18-05-2020


Pas de voiture Dyson

Il n’est pas facile de se lancer dans le véhicule électrique. De nombreuses start-ups s’y sont cassé les dents. On pensera par exemple à Faraday Future qui peine à garder la tête hors de l’eau depuis 2014. Dyson, marque anglaise qui a révolutionné le monde de l’aspirateur en faisant disparaitre les sacs, avait annoncé se lancer dans l’aventure en 2017. 560 millions d’euros dépensés pour un SUV qui ne verra jamais le jour. Dyson est un fabricant renommé d’aspirateurs, de sèche-mains et de ventilateurs. Alors quand son patron, Sir James Dyson, avait annoncé en 2017 sa volonté de se lancer dans la course à la voiture électrique, cela avait surpris. Confiant, il parlait à l’époque d’un véhicule radicalement différent. L’année suivante, il annonçait même que 2 autres modèles étaient prévus. Enfin en octobre 2019, Dyson déclarait avoir 600 personnes travaillant sur le projet de cette « voiture électrique fantastique ». Aujourd’hui, dans une entrevue avec le journal The Times, le patron de Dyson revient sur le N526, son SUV sportif mort-né. Construit avec une carrosserie en aluminium, le N526 devait pouvoir loger 7 passagers, tout en roulant à 200 km/h en vitesse de pointe et en assurant le 0 à 100 km/h en 4,8 secondes. Ces chiffres sont largement dans la moyenne des véhicules existants, et même bien en deçà de la Tesla Model X qui aurait dû être sa principale concurrente et qui depuis 2016 est mieux équipée et moins chère. Toutefois, ce qui avait fait les gros titres était l’autonomie de ce SUV Dyson. Elle était annoncée à près de 1000 kilomètres, soit quasiment le dou" 000 euros pour simplement rentrer dans ses frais, une somme très importante au regard des 97 000 euros nécessaires pour s’offrir une Model X Grande Autonomie. La marque a enterré le projet et annonce avoir gaspillé 560 millions d’euros dans l’aventure.
18-05-2020


 1  2  3  4  5  6  >