Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com
  



"Actu vu !" sur le web


 1  2  3  4  5  6  7  > 

Plus de Malwares sur Mac que sur Windows en 2019

  Liste des news    Liste des new du mois  
apple mac os malware

13

Fevrier

La société Malwarebytes, célèbre pour ses solutions anti-malware, vient de publier son rapport annuel basé sur les statistiques de détection de ses logiciels. Le millésime 2019 marque une progression significative des menaces qui visent OSX. Par rapport à 2018, la firme a enregistré une augmentation de 400 % des détections de logiciels malveillants sur Mac. Un chiffre qu’il faut néanmoins relativiser puisqu’il se base sur le nombre total de détections. Malwarebytes précise d’ailleurs qu’il doit être mis en corrélation avec une nette augmentation de ses clients sous macOS. Cependant, le nombre de détections par machine confirme cette croissance. En 2018, les Mac ont détecté en moyenne 4,8 logiciels malveillants contre 11 cette année. À titre de comparaison, c’est environ deux fois plus que pour les machines équipées de Microsoft Windows. Selon toujours Malwarebytes, ces résultats proviendraient d’une plus grande popularité des machines d’Apple. Pourtant les chiffres donnent un éclairage plus nuancé. Les ventes d’ordinateurs sous OSX ont effectivement progressé, mais il s’agit d’une tendance générale. En termes de part de marché, l’OS d’Apple a reculé face à ses concurrents. On imagine plutôt qu’un manque de vigilance est à l’origine de la situation. Moins exposés aux malwares pendant des années, certains utilisateurs de Mac imaginent être à l’abri, et se passent d’antivirus. Une aubaine pour les créateurs de malwares qui en font logiquement des cibles privilégiées.



Annulation du MWC 2020 de Barcelone officiel

  Liste des news    Liste des new du mois  
mobile world congress barcelone annulation 2020

13

Fevrier

Finalement, le GSMA vient d’annoncer l”annulation pur et simple du salon qui devait se tenir à Barcelone en fin du mois ! La liste des absents s’allongent, rejoints notamment aujourd’hui par Facebook et Nokia. Après s’être entretenue avec la ville de Barcelone, l’entité organisatrice du Mobile World Congress a décidé de maintenir l’événement puis de l'annuler purement et simplement. Après de nombreuses discussion, le MWC 2020 est finalement annulé et n’aura donc pas lieu cette année ! Sur le site officiel on peut lire ce communiqué qui montre que le coronavirus 2019-nCoV aura donc eu raison de l’événement. Rendez-vous en 2021… Traduction ! " Depuis la première édition du Mobile World Congress à Barcelone en 2006, la GSMA a réuni l'industrie, les gouvernements, les ministres, les décideurs, les opérateurs et les leaders de l'industrie à travers l'écosystème plus large. Compte tenu de l'environnement sûr et sain à Barcelone et dans le pays organisateur d'aujourd'hui, la GSMA a annulé le MWC Barcelona 2020 parce que la préoccupation mondiale concernant l'épidémie de coronavirus, les problèmes de voyage et d'autres circonstances, empêchent la GSMA de tenir l'événement."



Le Raspberry PI Zéro s'offre une autonomie à piles

  Liste des news    Liste des new du mois  
Extension a piles pour Rapsberry PI Zero

13

Fevrier

Notamment connue pour ses modules COM, la société américaine Gumstix a récemment étendu sa gamme de produits à destination des cartes Raspberry Pi. Après avoir lancé sa gamme Gumstix Pi Family avec des projets comme Chatterbox, un kit de développement pour Alexa Voice Service sur Raspberry Pi, Gumstix revient avec une extension (HAT) nouvelle et pertinente pour les makers. Le Gumstix Raspberry Pi Zero Battery Board permet en effet d'alimenter un Pi Zero sans qu'il soit nécessaire de le connecter au secteur ou à une batterie encombrante, faisant ainsi clairement gagner en compacité la plus minuscule des framboises. Cette extension possède bien d'autres avantages et une certaine polyvalence. Se connectant sur les broches GPIO du Pi Zero, elle n'embarque pas seulement un support permettant de placer deux piles AA mais aussi l'électronique nécessaire à leur recharge, ce qui indique qu'il est possible d'utiliser deux accumulateurs NiMH ou NiCd et de les recharger simplement grâce au port microUSB du Pi Zero. Outre ce module LTC4060 provenant de Linear Technology, cette extension embarque un capteur de mouvements (IMU) Bosch BMI160. Il s'agit ni plus ni moins d'un accéléromètre trois axes épaulé par un gyroscope, ce qui ouvre de multiples possibilités de projets. Le fort inconvénient de ce produit, c'est sans aucun doute son prix puisqu'il vient d'être lancé pour 50 $, soit dix fois plus cher que le Pi Zero sur lequel il vient reposer ! Gumstix indique toutefois que cette extension peut être adaptée pour d'autres cartes Raspberry Pi ; c'est là le point fort de la société qui propose son outil en ligne nommé Geppetto. Ce dernier permet de personnaliser un grand nombre de produits grâce à une interface drag and drop, un système de conception modulaire de produits électroniques particulièrement simple et accessible.



Logi lance une nouvelle Web Cam ou StreamCam

  Liste des news    Liste des new du mois  
Logitech StreamCam

13

Fevrier

Non la webcam n’est pas morte. Depuis l’essor des livestreams, porté notamment par la plateforme Twitch, la webcam revient sur le devant de la scène, sauf qu’elle ne sert plus à voir son interlocuteur sur MSN mais plutôt à créer du contenu en direct. Pour ces créateurs, Logitech a imaginé la StreamCam, disponible dès à présent au prix de 159 €. Avec son nom assez évocateur, la StreamCam est avant tout pensée pour le stream. Elle est disponible en noir et en blanc, avec un look minimaliste et bien pensé, et peut se connecter à n’importe quel ordinateur via USB C (3.0), qu’il s’agisse d’un Mac ou d’un PC Windows. Au niveau des performances, la caméra est capable de filmer en Full HD (1080p) ou eh HD (720p) à 60 images par seconde. Certes, pas de 4K, mais la caméra est avant tout pensée pour streamer du contenu, un exercice pour lequel le Full HD reste une norme, à défaut de débits suffisants partout. L’image devrait toutefois être particulièrement fluide, grâce aux 60 fps, et une mise au point extrêmement rapide. Logitech a en effet doté sa StreamCam d’un certain nombre de fonctionnalités, lesquelles sont disponibles en couplant la caméra au logiciel Logitech Capture 2.0. De là, on pourra ainsi activer la reconnaissance faciale, ce qui permet une mise en point optimale sur le sujet, mais aussi une gestion intelligente de l’exposition. Surtout, le logiciel permet à la StreamCam d’optimiser elle-même le cadrage de la vidéo, de manière à garder un streamer un peu gigotant toujours à l’image. Pour finir, puisque la StreamCam est définitivement une webcam moderne, on pourra également filmer au format vertical (9:16), parfaitement adapté aux vidéos sur les réseaux sociaux. Voir une application autrement professionnel si vous voyez ce que je veux dire !



Xbox xCloud aussi sur iOS & Android

  Liste des news    Liste des new du mois  
xCloud Xbox disponible aussi sur iOS

13

Fevrier

Entre Google Stadia, Shadow PC, Nvidia GeForce Now, ou encore PlayStation Now, on a tendance à oublier que Microsoft prépare lui aussi son offensive dans le secteur du cloud gaming. Dans ce domaine, la firme de Redmond prévoit de bousculer le marché avec xCloud, un service dont l’arrivée est prévue au cours de l’année, sans plus de précisions. Bien que xCloud ne soit pas encore disponible pour tous, Microsoft a d’ores et déjà lancé une première bêta très fermée à l’automne 2019, uniquement compatible avec les appareils Android. Autrefois réservé à l’OS de Google, la version bêta de xCloud s’offre dès à présent une version iOS, une aubaine quand on considère que, ni Stadia, ni GeForce Now, ne sont compatibles avec l’iPhone et l’iPad à l’heure où nous écrivons ces lignes. Malgré tout, tout comme son homologue Android, cette bêta est toujours réservée à un cercle très restreint. Pour pouvoir y accéder, il faut en effet faire parti des 10 000 inscrits au programme, lequel est actuellement réservé aux États-Unis, Canada, et au Royaume-Uni . L’application est alors seulement accessible via TestFlight, le programme d’Apple permettant de tester des applications qui ne sont pas encore sorties. Par ailleurs, Microsoft admet avoir fait quelques concessions sur sa version iOS de xCloud. « Afin de nous conformer aux exigences des politiques d’utilisation de l’App Store, la bêta de xCloud n’offre pas tout à fait les mêmes services et expériences que sur les autres plates-formes », précise un porte-parole de la firme de Redmond. Ainsi, seul un jeu est disponible sur la bêta iOS de xCloud, soit le titre Halo : The Master Chief Collection, quand la version Android comporte plusieurs autres jeux au catalogue. Aussi, l’interface pourrait s’avérer un brin différente, et le service Xbox Game Streaming ne sera pas disponible sur iPhone et iPad. Celui-ci permet de streamer ses titres installés localement sur sa Xbox. Hélas, il faudra nécessairement utiliser un appareil Android pour pouvoir en profiter. Microsoft n’a pas précisé quels autres ajustements l’entreprise a été contrainte de réaliser sur la version xCloud d’iOS afin que l’app soit validée par Apple. La firme de Cupertino semble en effet très frileuse à l’idée de laisser les plateformes de cloud gaming s’installer sur ses appareils, certainement en raison de la concurrence qu’elles pourraient représenter pour Apple Arcade, le service de jeux vidéo par abonnement de la Pomme.



Samsung a lancé son Galaxy Z Flip Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Samsung Z flip

13

Fevrier

Avec son design directement inspiré du « compoudrier » des espionnes du dessin animé Totally Spies, le Galaxy Z Flip tranche radicalement avec le Galaxy Fold, sorti en septembre dernier. Dépliable à la verticale, il s'agit moins d'une hybridation avec une tablette que d'un smartphone que l'on peut rendre plus compact, sous la forme d'un petit bloc. Problème : si l'on peut aisément s'accorder sur le confort de lecture accru offert par le Galaxy Fold, les usages de ce présent Z Flip restent encore assez flous. D'autant que son form factor très allongé (22:9) ne font rien pour arranger son affaire. Les avantages semble uniquement tourné tu côté design, ergonomie et pratique. Affiché à partir de 1 509 €, le Galaxy Z Flip entre aussi en concurrence directe avec le tout récent Motorola Razr, dont la philosophie est proche. Reste qu'en termes d'innovation, le Galaxy Z Flip se pose là : le nouveau smartphone pliable est le premier à se doter d'un écran en verre, et non plus en plastique. Une petite prouesse, qui devrait rendre l'appareil bien plus résistant et durable. Notez que l'interface de OneUI 2 semble s'adapter parfaitement aux trois différents modes d'ouverture permis par la charnière du Z Flip. Grâce à celle-ci, il est possible d'ouvrir le smartphone à 90° et ainsi de le poser sur une surface plane. Pour prendre un selfie, ou encore pour faire une pause longue sans avoir à se servir d'un trépied. Comme le laissaient entendre de précédentes rumeurs, le petit écran d'à peine plus d'un pouce sur le dos du smartphone permet d'afficher les notifications, mais peut aussi servir de viewfinder lors de la prise d'une photo. Les specs sont proche d'un S20 d'entrée de gamme, donc d'un écran 6,7 pouces, AMOLED, définition FHD+ (ratio 22:9, 425 ppi), et un petit afficheur de 1,1 pouce sur le dos, horlogé par un Snapdragon 855 Plus (7 nm) composé d'un processeur 8 cœurs (jusqu'à 2,96 GHz) de mémoire vive 8 Go et d'un stockage 256 Go, alimenté par une batterie légère de 3 300 mAh, rechargeable à 15 W. Appareils photo (arrière) : grand-angle 12 MPx (ƒ/1.8) et ultra grand-angle 12 MPx (ƒ/2.2), appareils photo (avant) : 10 MPx (ƒ2.2), capteur d'empreintes latéral avec 3 coloris Rose, or et noir. Il ne rivalise en rien avec la débauche de moyens engagés par Samsung sur les Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra qu'elle vient de présenter, et pour enfoncer le clou : le Galaxy Z Flip n'est pas compatible 5G.



Les nouveaux Samsung Galaxy Buds+

  Liste des news    Liste des new du mois  
Samsung Galaxy Budsplus

12

Fevrier

Le constructeur sud-coréen Samsung a donc fait étalage de la nouvelle mouture de ses écouteurs true wireless, ainsi que de son enceinte connectée, laquelle est attendue de longue date. On connaissait déjà tous les détails des Galaxy Buds+ avant l'annonce. Récapitulons. Côté forme, rien ne change ; nous avons là affaire à des écouteurs intra-auriculaires à l'esthétique plutôt discrète. Mais la cuisine interne, elle, a été revue par modestes touches. Profitant de l'ajout d'un second haut-parleur (woofer+tweeter), ces Galaxy Buds+ devraient logiquement offrir un son de meilleure qualité que leur prédécesseur. L'extérieur de chaque écouteur se barde désormais de trois microphones afin de réduire les bruits parasites et éclaircir la voix. Malheureusement, toujours pas de réduction de bruit au programme ; Samsung ayant privilégié l'autonomie de ses nouveaux écouteurs. Mais à l'instar des derniers AirPods Pro, il est possible d'activer un mode passthrough permettant de favoriser l'écoute des bruits ambiants. Grâce à une batterie intégrée dotée d'une capacité presque 50 % supérieure à l'ancien modèle, les Galaxy Buds+ offrent pas moins de 11 h d'écoute. Comptez le double grâce au boîtier de recharge. Aussi, les Buds+ ne nécessitent que trois minutes de charge pour récupérer une autonomie de 60 minutes. Enfin, les appareils peuvent aussi s'appairer facilement avec les appareils iOS grâce à une companion app dédiée. Les Galaxy Buds+ seront disponibles à partir de 149 $ dès le 14 février. Une paire est offerte pour toute précommande d'un Galaxy S20+ ou S20 Ultra.



Samsung dévoile son Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra

  Liste des news    Liste des new du mois  
Samsung S20 S20plus S20 Ultra

12

Fevrier

Un trio de smartphones aux ambitions photographiques clairement assumées, et qui se pose également comme la première gamme de produits Samsung entièrement compatible 5G. Après des mois de fuites en tout genre, il ne planait plus que de maigres mystères sur les caractéristiques techniques des nouveaux porte-étendards Samsung. Voici, dans le détail, les specs des trois nouveaux modèles. La taille bien sur des écrans diffère entre les modèle tous AMOLED à 120Hz entre 6,2 pouces 6,7 et 6,9. On y retrouve aussi le même processeur sur les 3 appareils le Samsung Exynos 990 (7 nm) composé d'un processeur 8 cœurs (jusqu'à 2,73 GHz) avec une mémoire vive au choix 8 ou 12 Go (LPDDR5) avec uns stockage de 128 Go ou 512 Go (uniquement 128Go pour le S20) alimenté par une batterie de 4 000 mAh (4 500 mAh pour le S20+). Côté objectif photo on retrouve grand-angle 12 Mpx (ƒ/1.8) avec OIS, ultra grand-angle 12 Mpx (ƒ/2.2) et téléobjectif 64 Mpx (ƒ/2.0) avec OIS et zoom optique 3x et 10Mpx appareil photo avant sur le S20 et S20+. Sur le S20 Ultre par contre est équipé d'un grand-angle 108 Mpx (ƒ/1.8) avec OIS, ultra grand-angle 12 Mpx (ƒ/2.2) et téléobjectif 48 MPx (ƒ/3.5) avec OIS et zoom optique 10x et 40Mpx pour l'appareil photo avant. Donc filme tous 8K à 24 ips, 4K à 60 ips et inférieure. Ils sont tous iP68 (étanche) avec un capteur d'empreintes ultrasonique intégré sous l'écran, reconnaissance faciale (2D) disponible jusqu'à 3 coloris : Cosmic Gray / Cloud Pink / Cloud Blue. Côté prix pour le S20 909 € (4G, 8+128 Go) ou 1009 € (5G, 12+128 Go). Le S20+ 1 009 € (4G, 8+128 Go) ou 1 109 € (5G, 12+128 Go) et enfin le S20 Ultra à 1 359 € (5G, 12+128 Go). Samsung tire les prix vers le haut avec ses nouveaux produits. Si, l'an passé, le Galaxy S10E entamait les enchères à 759 €, Samsung remanie sa gamme pour se positionner de façon très agressive sur l'ultra haut de gamme — son Galaxy S20 Ultra est vendu plus cher que le Galaxy Note 10+



Un I.A. vas terminer la 10e Symphonie de Beethoven

  Liste des news    Liste des new du mois  
IA et pour finir la 10r synphonie de Beethoven

11

Fevrier

Avoir recours à l'intelligence artificielle pour donner vie à la 10e symphonie inachevée de Beethoven ? C'est le projet ambitieux et insolite de la société allemande Deutsche Telekom, comme le rapporte Le Parisien. À l'occasion du 250e anniversaire de la naissance du mythique compositeur, l'entreprise tente de reconstituer sa dernière symphonie, qu'il avait commencé à préparer en griffonnant quelques esquisses çà et là, avant de mourir en 1827. Depuis novembre dernier, une équipe composée de musicologues, compositeurs et informaticiens travaille ainsi d'arrache-pied pour mettre au point une intelligence artificielle qui puisse reproduire le style de Beethoven. Les puristes diront certainement que cette idée est inconcevable. Pourtant, si l'intelligence artificielle engloutit suffisamment de données, elle a « la capacité d'établir des corrélations entre les différentes notes des partitions » et « peut définir mathématiquement ce qui constitue le style d'un artiste », affirme au Parisien Ahmed Elgammal, un professeur au département des sciences informatiques de l'université américaine Rutgers, qui travaille sur le projet.



Le WMC 2020 en péril, encore des absents

  Liste des news    Liste des new du mois  
mwc intel vivo

11

Fevrier

Combien d’entreprises et de visiteurs vont finalement se déplacer à Barcelone du 24 au 27 février ? Difficile à dire avec toutes ces annonces de retraits qui se suivent les unes après les autres. Hier, nous vous apprenions que Sony et Amazon annulaient leur présence et que Samsung diminuait ses effectifs présents. Nvidia a annoncé son retrait il y a deux jours et c’est LG qui a ouvert la marche le 5 février. Décidément, ça ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour le plus grand salon de l’industrie de la téléphonie mobile qui cumule les pertes. Intel, Vivo et NTT Docomo se retirent du MWC. Un porte-parole d’Intel a déclaré à nos confrères de VentureBeat que : « la sécurité et le bien-être de tous nos employés et partenaires sont nos priorités absolues, et nous nous sommes retirés du Mobile World Congress de cette année par prudence. Nous sommes reconnaissants à la GSMA pour sa compréhension et nous sommes impatients d’assister et de soutenir les futurs événements du Mobile World Congress ». Nous ne savons pas encore si Intel va emboîter le pas à Sony en publiant une vidéo au même moment afin de dévoiler ses nouveaux produits. Du côté de Vivo, ce sont les mêmes inquiétudes concernant la sécurité de ses employés qui l’ont poussé à prendre cette décision. Le fabricant chinois ne pourra donc pas présenter son nouveau concept phone, l’Apex 2020. Il communiquera ultérieurement plus d’informations au sujet de son lancement. Nous ne attendons donc pas à une conférence en streaming de la part de Vivo. Enfin, NTT Docomo qui est l’opérateur mobile principal au Japon s’est retiré après avoir pris en considération la sécurité des clients, des partenaires et des employés face à l’épidémie de coronavirus. Le bilan est de plus en plus lourd pour le Mobile World Congress qui perd autant de participants clés. En termes d’annonces importantes, il nous reste encore Samsung, Microsoft, Nokia, Qualcomm, Honor et Lenovo. Espérons que ces géants ne changent pas d’avis !


 1  2  3  4  5  6  7  > 

"Actu vu !" sur le web


 1  2  3  4  5  6  7  > 

Plus de Malwares sur Mac que sur Windows en 2019

La société Malwarebytes, célèbre pour ses solutions anti-malware, vient de publier son rapport annuel basé sur les statistiques de détection de ses logiciels. Le millésime 2019 marque une progression significative des menaces qui visent OSX. Par rapport à 2018, la firme a enregistré une augmentation de 400 % des détections de logiciels malveillants sur Mac. Un chiffre qu’il faut néanmoins relativiser puisqu’il se base sur le nombre total de détections. Malwarebytes précise d’ailleurs qu’il doit être mis en corrélation avec une nette augmentation de ses clients sous macOS. Cependant, le nombre de détections par machine confirme cette croissance. En 2018, les Mac ont détecté en moyenne 4,8 logiciels malveillants contre 11 cette année. À titre de comparaison, c’est environ deux fois plus que pour les machines équipées de Microsoft Windows. Selon toujours Malwarebytes, ces résultats proviendraient d’une plus grande popularité des machines d’Apple. Pourtant les chiffres donnent un éclairage plus nuancé. Les ventes d’ordinateurs sous OSX ont effectivement progressé, mais il s’agit d’une tendance générale. En termes de part de marché, l’OS d’Apple a reculé face à ses concurrents. On imagine plutôt qu’un manque de vigilance est à l’origine de la situation. Moins exposés aux malwares pendant des années, certains utilisateurs de Mac imaginent être à l’abri, et se passent d’antivirus. Une aubaine pour les créateurs de malwares qui en font logiquement des cibles privilégiées.
13-02-2020


Annulation du MWC 2020 de Barcelone officiel

Finalement, le GSMA vient d’annoncer l”annulation pur et simple du salon qui devait se tenir à Barcelone en fin du mois ! La liste des absents s’allongent, rejoints notamment aujourd’hui par Facebook et Nokia. Après s’être entretenue avec la ville de Barcelone, l’entité organisatrice du Mobile World Congress a décidé de maintenir l’événement puis de l'annuler purement et simplement. Après de nombreuses discussion, le MWC 2020 est finalement annulé et n’aura donc pas lieu cette année ! Sur le site officiel on peut lire ce communiqué qui montre que le coronavirus 2019-nCoV aura donc eu raison de l’événement. Rendez-vous en 2021… Traduction ! " Depuis la première édition du Mobile World Congress à Barcelone en 2006, la GSMA a réuni l'industrie, les gouvernements, les ministres, les décideurs, les opérateurs et les leaders de l'industrie à travers l'écosystème plus large. Compte tenu de l'environnement sûr et sain à Barcelone et dans le pays organisateur d'aujourd'hui, la GSMA a annulé le MWC Barcelona 2020 parce que la préoccupation mondiale concernant l'épidémie de coronavirus, les problèmes de voyage et d'autres circonstances, empêchent la GSMA de tenir l'événement."
13-02-2020


Le Raspberry PI Zéro s'offre une autonomie à piles

Notamment connue pour ses modules COM, la société américaine Gumstix a récemment étendu sa gamme de produits à destination des cartes Raspberry Pi. Après avoir lancé sa gamme Gumstix Pi Family avec des projets comme Chatterbox, un kit de développement pour Alexa Voice Service sur Raspberry Pi, Gumstix revient avec une extension (HAT) nouvelle et pertinente pour les makers. Le Gumstix Raspberry Pi Zero Battery Board permet en effet d'alimenter un Pi Zero sans qu'il soit nécessaire de le connecter au secteur ou à une batterie encombrante, faisant ainsi clairement gagner en compacité la plus minuscule des framboises. Cette extension possède bien d'autres avantages et une certaine polyvalence. Se connectant sur les broches GPIO du Pi Zero, elle n'embarque pas seulement un support permettant de placer deux piles AA mais aussi l'électronique nécessaire à leur recharge, ce qui indique qu'il est possible d'utiliser deux accumulateurs NiMH ou NiCd et de les recharger simplement grâce au port microUSB du Pi Zero. Outre ce module LTC4060 provenant de Linear Technology, cette extension embarque un capteur de mouvements (IMU) Bosch BMI160. Il s'agit ni plus ni moins d'un accéléromètre trois axes épaulé par un gyroscope, ce qui ouvre de multiples possibilités de projets. Le fort inconvénient de ce produit, c'est sans aucun doute son prix puisqu'il vient d'être lancé pour 50 $, soit dix fois plus cher que le Pi Zero sur lequel il vient reposer ! Gumstix indique toutefois que cette extension peut être adaptée pour d'autres cartes Raspberry Pi ; c'est là le point fort de la société qui propose son outil en ligne nommé Geppetto. Ce dernier permet de personnaliser un grand nombre de produits grâce à une interface drag and drop, un système de conception modulaire de produits électroniques particulièrement simple et accessible.
13-02-2020


Logi lance une nouvelle Web Cam ou StreamCam

Non la webcam n’est pas morte. Depuis l’essor des livestreams, porté notamment par la plateforme Twitch, la webcam revient sur le devant de la scène, sauf qu’elle ne sert plus à voir son interlocuteur sur MSN mais plutôt à créer du contenu en direct. Pour ces créateurs, Logitech a imaginé la StreamCam, disponible dès à présent au prix de 159 €. Avec son nom assez évocateur, la StreamCam est avant tout pensée pour le stream. Elle est disponible en noir et en blanc, avec un look minimaliste et bien pensé, et peut se connecter à n’importe quel ordinateur via USB C (3.0), qu’il s’agisse d’un Mac ou d’un PC Windows. Au niveau des performances, la caméra est capable de filmer en Full HD (1080p) ou eh HD (720p) à 60 images par seconde. Certes, pas de 4K, mais la caméra est avant tout pensée pour streamer du contenu, un exercice pour lequel le Full HD reste une norme, à défaut de débits suffisants partout. L’image devrait toutefois être particulièrement fluide, grâce aux 60 fps, et une mise au point extrêmement rapide. Logitech a en effet doté sa StreamCam d’un certain nombre de fonctionnalités, lesquelles sont disponibles en couplant la caméra au logiciel Logitech Capture 2.0. De là, on pourra ainsi activer la reconnaissance faciale, ce qui permet une mise en point optimale sur le sujet, mais aussi une gestion intelligente de l’exposition. Surtout, le logiciel permet à la StreamCam d’optimiser elle-même le cadrage de la vidéo, de manière à garder un streamer un peu gigotant toujours à l’image. Pour finir, puisque la StreamCam est définitivement une webcam moderne, on pourra également filmer au format vertical (9:16), parfaitement adapté aux vidéos sur les réseaux sociaux. Voir une application autrement professionnel si vous voyez ce que je veux dire !
13-02-2020


Xbox xCloud aussi sur iOS & Android

Entre Google Stadia, Shadow PC, Nvidia GeForce Now, ou encore PlayStation Now, on a tendance à oublier que Microsoft prépare lui aussi son offensive dans le secteur du cloud gaming. Dans ce domaine, la firme de Redmond prévoit de bousculer le marché avec xCloud, un service dont l’arrivée est prévue au cours de l’année, sans plus de précisions. Bien que xCloud ne soit pas encore disponible pour tous, Microsoft a d’ores et déjà lancé une première bêta très fermée à l’automne 2019, uniquement compatible avec les appareils Android. Autrefois réservé à l’OS de Google, la version bêta de xCloud s’offre dès à présent une version iOS, une aubaine quand on considère que, ni Stadia, ni GeForce Now, ne sont compatibles avec l’iPhone et l’iPad à l’heure où nous écrivons ces lignes. Malgré tout, tout comme son homologue Android, cette bêta est toujours réservée à un cercle très restreint. Pour pouvoir y accéder, il faut en effet faire parti des 10 000 inscrits au programme, lequel est actuellement réservé aux États-Unis, Canada, et au Royaume-Uni . L’application est alors seulement accessible via TestFlight, le programme d’Apple permettant de tester des applications qui ne sont pas encore sorties. Par ailleurs, Microsoft admet avoir fait quelques concessions sur sa version iOS de xCloud. « Afin de nous conformer aux exigences des politiques d’utilisation de l’App Store, la bêta de xCloud n’offre pas tout à fait les mêmes services et expériences que sur les autres plates-formes », précise un porte-parole de la firme de Redmond. Ainsi, seul un jeu est disponible sur la bêta iOS de xCloud, soit le titre Halo : The Master Chief Collection, quand la version Android comporte plusieurs autres jeux au catalogue. Aussi, l’interface pourrait s’avérer un brin différente, et le service Xbox Game Streaming ne sera pas disponible sur iPhone et iPad. Celui-ci permet de streamer ses titres installés localement sur sa Xbox. Hélas, il faudra nécessairement utiliser un appareil Android pour pouvoir en profiter. Microsoft n’a pas précisé quels autres ajustements l’entreprise a été contrainte de réaliser sur la version xCloud d’iOS afin que l’app soit validée par Apple. La firme de Cupertino semble en effet très frileuse à l’idée de laisser les plateformes de cloud gaming s’installer sur ses appareils, certainement en raison de la concurrence qu’elles pourraient représenter pour Apple Arcade, le service de jeux vidéo par abonnement de la Pomme.
13-02-2020


Samsung a lancé son Galaxy Z Flip Video

Avec son design directement inspiré du « compoudrier » des espionnes du dessin animé Totally Spies, le Galaxy Z Flip tranche radicalement avec le Galaxy Fold, sorti en septembre dernier. Dépliable à la verticale, il s'agit moins d'une hybridation avec une tablette que d'un smartphone que l'on peut rendre plus compact, sous la forme d'un petit bloc. Problème : si l'on peut aisément s'accorder sur le confort de lecture accru offert par le Galaxy Fold, les usages de ce présent Z Flip restent encore assez flous. D'autant que son form factor très allongé (22:9) ne font rien pour arranger son affaire. Les avantages semble uniquement tourné tu côté design, ergonomie et pratique. Affiché à partir de 1 509 €, le Galaxy Z Flip entre aussi en concurrence directe avec le tout récent Motorola Razr, dont la philosophie est proche. Reste qu'en termes d'innovation, le Galaxy Z Flip se pose là : le nouveau smartphone pliable est le premier à se doter d'un écran en verre, et non plus en plastique. Une petite prouesse, qui devrait rendre l'appareil bien plus résistant et durable. Notez que l'interface de OneUI 2 semble s'adapter parfaitement aux trois différents modes d'ouverture permis par la charnière du Z Flip. Grâce à celle-ci, il est possible d'ouvrir le smartphone à 90° et ainsi de le poser sur une surface plane. Pour prendre un selfie, ou encore pour faire une pause longue sans avoir à se servir d'un trépied. Comme le laissaient entendre de précédentes rumeurs, le petit écran d'à peine plus d'un pouce sur le dos du smartphone permet d'afficher les notifications, mais peut aussi servir de viewfinder lors de la prise d'une photo. Les specs sont proche d'un S20 d'entrée de gamme, donc d'un écran 6,7 pouces, AMOLED, définition FHD+ (ratio 22:9, 425 ppi), et un petit afficheur de 1,1 pouce sur le dos, horlogé par un Snapdragon 855 Plus (7 nm) composé d'un processeur 8 cœurs (jusqu'à 2,96 GHz) de mémoire vive 8 Go et d'un stockage 256 Go, alimenté par une batterie légère de 3 300 mAh, rechargeable à 15 W. Appareils photo (arrière) : grand-angle 12 MPx (ƒ/1.8) et ultra grand-angle 12 MPx (ƒ/2.2), appareils photo (avant) : 10 MPx (ƒ2.2), capteur d'empreintes latéral avec 3 coloris Rose, or et noir. Il ne rivalise en rien avec la débauche de moyens engagés par Samsung sur les Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra qu'elle vient de présenter, et pour enfoncer le clou : le Galaxy Z Flip n'est pas compatible 5G.


13-02-2020


Les nouveaux Samsung Galaxy Buds+

Le constructeur sud-coréen Samsung a donc fait étalage de la nouvelle mouture de ses écouteurs true wireless, ainsi que de son enceinte connectée, laquelle est attendue de longue date. On connaissait déjà tous les détails des Galaxy Buds+ avant l'annonce. Récapitulons. Côté forme, rien ne change ; nous avons là affaire à des écouteurs intra-auriculaires à l'esthétique plutôt discrète. Mais la cuisine interne, elle, a été revue par modestes touches. Profitant de l'ajout d'un second haut-parleur (woofer+tweeter), ces Galaxy Buds+ devraient logiquement offrir un son de meilleure qualité que leur prédécesseur. L'extérieur de chaque écouteur se barde désormais de trois microphones afin de réduire les bruits parasites et éclaircir la voix. Malheureusement, toujours pas de réduction de bruit au programme ; Samsung ayant privilégié l'autonomie de ses nouveaux écouteurs. Mais à l'instar des derniers AirPods Pro, il est possible d'activer un mode passthrough permettant de favoriser l'écoute des bruits ambiants. Grâce à une batterie intégrée dotée d'une capacité presque 50 % supérieure à l'ancien modèle, les Galaxy Buds+ offrent pas moins de 11 h d'écoute. Comptez le double grâce au boîtier de recharge. Aussi, les Buds+ ne nécessitent que trois minutes de charge pour récupérer une autonomie de 60 minutes. Enfin, les appareils peuvent aussi s'appairer facilement avec les appareils iOS grâce à une companion app dédiée. Les Galaxy Buds+ seront disponibles à partir de 149 $ dès le 14 février. Une paire est offerte pour toute précommande d'un Galaxy S20+ ou S20 Ultra.
12-02-2020


Samsung dévoile son Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra

Un trio de smartphones aux ambitions photographiques clairement assumées, et qui se pose également comme la première gamme de produits Samsung entièrement compatible 5G. Après des mois de fuites en tout genre, il ne planait plus que de maigres mystères sur les caractéristiques techniques des nouveaux porte-étendards Samsung. Voici, dans le détail, les specs des trois nouveaux modèles. La taille bien sur des écrans diffère entre les modèle tous AMOLED à 120Hz entre 6,2 pouces 6,7 et 6,9. On y retrouve aussi le même processeur sur les 3 appareils le Samsung Exynos 990 (7 nm) composé d'un processeur 8 cœurs (jusqu'à 2,73 GHz) avec une mémoire vive au choix 8 ou 12 Go (LPDDR5) avec uns stockage de 128 Go ou 512 Go (uniquement 128Go pour le S20) alimenté par une batterie de 4 000 mAh (4 500 mAh pour le S20+). Côté objectif photo on retrouve grand-angle 12 Mpx (ƒ/1.8) avec OIS, ultra grand-angle 12 Mpx (ƒ/2.2) et téléobjectif 64 Mpx (ƒ/2.0) avec OIS et zoom optique 3x et 10Mpx appareil photo avant sur le S20 et S20+. Sur le S20 Ultre par contre est équipé d'un grand-angle 108 Mpx (ƒ/1.8) avec OIS, ultra grand-angle 12 Mpx (ƒ/2.2) et téléobjectif 48 MPx (ƒ/3.5) avec OIS et zoom optique 10x et 40Mpx pour l'appareil photo avant. Donc filme tous 8K à 24 ips, 4K à 60 ips et inférieure. Ils sont tous iP68 (étanche) avec un capteur d'empreintes ultrasonique intégré sous l'écran, reconnaissance faciale (2D) disponible jusqu'à 3 coloris : Cosmic Gray / Cloud Pink / Cloud Blue. Côté prix pour le S20 909 € (4G, 8+128 Go) ou 1009 € (5G, 12+128 Go). Le S20+ 1 009 € (4G, 8+128 Go) ou 1 109 € (5G, 12+128 Go) et enfin le S20 Ultra à 1 359 € (5G, 12+128 Go). Samsung tire les prix vers le haut avec ses nouveaux produits. Si, l'an passé, le Galaxy S10E entamait les enchères à 759 €, Samsung remanie sa gamme pour se positionner de façon très agressive sur l'ultra haut de gamme — son Galaxy S20 Ultra est vendu plus cher que le Galaxy Note 10+


12-02-2020


Un I.A. vas terminer la 10e Symphonie de Beethoven

Avoir recours à l'intelligence artificielle pour donner vie à la 10e symphonie inachevée de Beethoven ? C'est le projet ambitieux et insolite de la société allemande Deutsche Telekom, comme le rapporte Le Parisien. À l'occasion du 250e anniversaire de la naissance du mythique compositeur, l'entreprise tente de reconstituer sa dernière symphonie, qu'il avait commencé à préparer en griffonnant quelques esquisses çà et là, avant de mourir en 1827. Depuis novembre dernier, une équipe composée de musicologues, compositeurs et informaticiens travaille ainsi d'arrache-pied pour mettre au point une intelligence artificielle qui puisse reproduire le style de Beethoven. Les puristes diront certainement que cette idée est inconcevable. Pourtant, si l'intelligence artificielle engloutit suffisamment de données, elle a « la capacité d'établir des corrélations entre les différentes notes des partitions » et « peut définir mathématiquement ce qui constitue le style d'un artiste », affirme au Parisien Ahmed Elgammal, un professeur au département des sciences informatiques de l'université américaine Rutgers, qui travaille sur le projet.
11-02-2020


Le WMC 2020 en péril, encore des absents

Combien d’entreprises et de visiteurs vont finalement se déplacer à Barcelone du 24 au 27 février ? Difficile à dire avec toutes ces annonces de retraits qui se suivent les unes après les autres. Hier, nous vous apprenions que Sony et Amazon annulaient leur présence et que Samsung diminuait ses effectifs présents. Nvidia a annoncé son retrait il y a deux jours et c’est LG qui a ouvert la marche le 5 février. Décidément, ça ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour le plus grand salon de l’industrie de la téléphonie mobile qui cumule les pertes. Intel, Vivo et NTT Docomo se retirent du MWC. Un porte-parole d’Intel a déclaré à nos confrères de VentureBeat que : « la sécurité et le bien-être de tous nos employés et partenaires sont nos priorités absolues, et nous nous sommes retirés du Mobile World Congress de cette année par prudence. Nous sommes reconnaissants à la GSMA pour sa compréhension et nous sommes impatients d’assister et de soutenir les futurs événements du Mobile World Congress ». Nous ne savons pas encore si Intel va emboîter le pas à Sony en publiant une vidéo au même moment afin de dévoiler ses nouveaux produits. Du côté de Vivo, ce sont les mêmes inquiétudes concernant la sécurité de ses employés qui l’ont poussé à prendre cette décision. Le fabricant chinois ne pourra donc pas présenter son nouveau concept phone, l’Apex 2020. Il communiquera ultérieurement plus d’informations au sujet de son lancement. Nous ne attendons donc pas à une conférence en streaming de la part de Vivo. Enfin, NTT Docomo qui est l’opérateur mobile principal au Japon s’est retiré après avoir pris en considération la sécurité des clients, des partenaires et des employés face à l’épidémie de coronavirus. Le bilan est de plus en plus lourd pour le Mobile World Congress qui perd autant de participants clés. En termes d’annonces importantes, il nous reste encore Samsung, Microsoft, Nokia, Qualcomm, Honor et Lenovo. Espérons que ces géants ne changent pas d’avis !
11-02-2020


 1  2  3  4  5  6  7  >