Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

Accueil 
Le site 
Partenaires 
Sponsors 
Qui nous sommes 
Contact 

Actu / News  
Le Bloc notes 

Liste des news Liste 
Liste des new du mois Articles 
Le mur 

"Actu vu !" sur le web


 <  23  24  25  26  27  28  29  > 

Google G suite compatible Office

  Liste des news    Liste des new du mois  
Google G suite compatible Microsoft office

15

Avril

G Suite est une suite d'outils développés par Google, qui s'adresse à un public professionnel, sous la forme d'un abonnement. Parmi les services proposés, on retrouve Google Drive, dans une version similaire à celle grand public. Mais cette déclinaison pour entreprises va connaître quelques améliorations. En effet, Google a annoncé une meilleure interopérabilité entre son outil et Microsoft Office. Concrètement, cela se traduit par la possibilité désormais offerte aux utilisateurs abonnés d'éditer directement des fichiers Word, Excel et Powerpoint via Google Drive. Car jusqu'à présent, pour modifier un tel document, il fallait premièrement l'importer dans le service de partage, puis le convertir (automatiquement) sous un autre format pour activer les fonctionnalités d'édition. Et si vous souhaitiez le récupérer en local, une nouvelle conversion était nécessaire pour obtenir un fichier compatible avec la suite Office. Dorénavant, ce processus est donc simplifié, ces étapes de traitement n'étant plus requises. Ce qui facilite la collaboration avec des acteurs utilisant Office, sans risquer d'altérer la mise en forme des documents. Par ailleurs, Google a annoncé une nouvelle fonctionnalité, encore en bêta, appelée « Visitor Sharing ». Celle-ci consiste à partager des documents avec des utilisateurs, même s'ils ne possèdent pas de compte G Suite. À l'aide d'un code PIN, ils peuvent ainsi accéder aux fichiers, ajouter des commentaires, proposer ou apporter des suggestions. Enfin, l'entreprise souhaite faciliter la recherche de documents dans Drive. Pour cela, elle offre à présent la possibilité aux administrateurs d'ajouter des catégories et des critères de classification personnalisés, sous forme de métadonnées. Une fonctionnalité également disponible en bêta.




La B.A. du prochain Star Wars disponible Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
StarWars 2019

12

Avril

C’est en décembre prochain que le dernier épisode de la nouvelle trilogie Star Wars sera dévoilé sur grand écran. En attendant, la production vient de diffuser la toute première bande-annonce du film et elle est gargantuesque. Entre deux combats au sabre laser de Rey ou de Kylo Ren, c’est l’occasion de revoir aussi certains personnages de la toute première trilogie, à savoir Lando Calrissian et Leia Organa. Et les fans auront aussi certainement reconnu ce rire maléfique que l’on entend en toute fin, mais chut ! Nous ne vous en disons pas plus et vous laissons découvrir le trailer en question : Quant au titre du film, The Rise of Skywalker, il est on ne peut plus énigmatique. De quel Skywalker s’agit-il ? De Kylo Ren, de Leia elle-même, ou bien…? Quoi qu’il en soit, si cette bande-annonce ne vous suffit pas, rappelons que la sortie du film étant prévue pour le 18 décembre prochain : nul doute que Disney nous offrira d’autres bandes-annonces d’ici là.




La mort de Shockwave avant Flash

  Liste des news    Liste des new du mois  
Adobe Shockwave Player

12

Avril

Le 9 avril, Adobe a dit adieu à Shockwave, dont l’agonie avait débuté en 2017. L’entreprise a retiré le lien de téléchargements sur son site. Pour les entreprises clientes, le moribond bénéficie d’un léger sursis, puisque Adobe continuera de fournir des correctifs de sécurité jusqu’à la fin de tous les contrats, soit en 2022. L’avenir du contenu actuel basé sur Shockwave reste flou, mais celui-ci risque de devenir inaccessible à la plupart des utilisateurs. Rassurez-vous, cette décision ne devrait pas avoir de répercussions visibles pour la très grosse majorité des internautes. Le HTML5 et WebGL ont relégué cette solution aux oubliettes depuis longtemps. De nos jours, très peu de sites proposent du contenu interactif s’appuyant encore sur cette technologie. Elle était d’ailleurs bien moins utilisée qu’Adobe Flash, qui doit quant à lui disparaître en 2020 et auquel nous avons déjà rendu un hommage posthume.




Disney+ présente sa SVOD Video

  Liste des news    Liste des new du mois  
Disney SVOD

12

Avril

Disney a présenté dans le détail son service de streaming. Il proposera comme prévu l'accès à l'ensemble des productions du groupe, pour un prix de 6,99$/mois, soit un peu moins cher que Netflix. Disney est officiellement entré dans l'univers de streaming. Le géant du divertissement a présenté en détail ce jeudi 11 avril son service de SVOD et les contenus qui viendront garnir son catalogue dans les prochaines semaines. Sans surprise, la firme de Mickey va mettre en avant son impressionnant catalogue. Les classiques d'animation seront accessibles dès le premier jour, ainsi que l'ensemble de ses récentes acquisitions avec les films des studios Pixar, Marvel et Lucasfilm. Disney+ proposera également des contenus originaux dérivées de ses prestigieuses (et juteuses) licences. Parmi les séries disponibles sur la plateforme on trouvera entre autres The Mandalorian, un spin-off Star Wars centralisé sur un chasseur de primes, Falcon & Winter Soldier, une série réunissant les deux Avengers ou encore Loki, pour les fans du demi-frère de Thor. Les acteurs déjà castés dans les films reprendront leurs rôles respectifs, assurant la continuité dans les univers respectifs entretenus par Disney. Des séries d'animation dérivées seront également disponibles et exclusives à Disney+ ainsi que des remakes live de ses grands succès d'animation. L'offre sera complétée par des documentaires produits par National Geographic, ainsi que des productions développées en interne sur les coulisses des studios ou des parcs d'attraction. La firme mettra à profit le rachat historique de la 20th Century Fox et proposera également de découvrir ou redécouvrir les films et séries produites par l'ancien mastodonte hollywoodien. Les Simpson seront bien entendu au rendez-vous et un petit clip a été mis en ligne pour célébrer l'événement.




Recalbox enfin Rapsberry PI

  Liste des news    Liste des new du mois  
Recalbox 6.0

12

Avril

La célèbre distribution française dédiée au rétrogaming Recalbox arrive auojurd’hui dans une toute nouvelle version 6.0. Une version majeure dans le cycle de développement qui aura pris plus de temps que prévu notamment pour la prise en charge d’une pièce très prisée des rétrogamers : la dernière version du Raspberry Pi. Du point de vue hardware, l’une des améliorations les plus intéressantes est la prise en charge enfin ! du Raspberry Pi 3B+, la toute dernière version du célèbre nano ordinateur. Si les précédentes versions étaient prises en charge depuis longtemps, la version 3B+ est non seulement plus puissante un bonus de 15%, de quoi améliorer les émulations plus difficiles, comme la N64 mais en plus elle dispose d’une partie réseau bien plus rapide (Ethernet Gigabit, Wi-Fi 5 GHz). Cette compatibilité a aussi étendu au Raspberry Compute module 3 ainsi qu’en version Alpha sur les puces de la famille Pine64 basées sur les puces ARM de chez Rockchip (Pine64, les Rockpi4, Rock64, RockBox et Rock64Pro). Si la distribution prenait déjà en charge de nombreuses consoles « classiques », la version 6.0 propose l’émulation de consoles plus « exotiques » et historiques comme le SNES Satellaview (un accessoire satellitaire pour la SNES vendu uniquement au Japon), l’Amiga CD32, la 3DO ou encore des machines Atari « antiques » comme l’Atari 5200. La mise à disposition de cette version 6.0 sera effective à 21h00 ce vendredi 12 avril sur le site officiel de Recalbox. Au même moment, l’équipe en charge du développement promet une annonce en streaming sur leur compte Twitter officiel qui aura trait à l’accessibilité. Note pour les utilisateurs des versions antérieur à la v6.0 : il est impossible de réaliser une mise à jour, il vous faudra réinstaller tout le système.




Windows 7 et 8.1 M.àj. indispensable

  Liste des news    Liste des new du mois  
windows 7 et 8 1 01.jpeg

11

Avril

Microsoft a déployé plusieurs correctifs pour Windows 7 et 8.1. Ils prennent la forme de mises à jour proposées dans le cadre du Patch Tuesday d’avril 2019. Tout ce petit monde s’attaque à la sécurité et à quelques corrections de bug. Windows 7 est concerné par KB4493472 (cumul mensuel) et KB4493448 réservée à la sécurité. Vous trouverez tous les détails en fin d’article. Il est important de noter que KB4493472 introduit des mesures d’atténuation supplémentaires pour les vulnérabilités Meltdown et Spectre. Elles ont été dévoilées en début d’année 2018. Microsoft explique : « Cette mise à jour fournit des protections Spectre Variant 2 (CVE-2017-5715) et Meltdown (CVE-2017-5754) pour les ordinateurs VIA. Ces protections sont activées par défaut mais désactivées par défaut pour Windows Server. « En parallèle plusieurs failles de sécurité sont corrigées. Elles touchent différents éléments du système d’exploitation Windows allant de son noyau à ses composants. Les PC sous Windows 8.1 sont concernés par KB4493446 (cumul mensuel) et KB4493467 visant la sécurité. Là encore le géant déploie des atténuations supplémentaires contre les failles Meltdown et Spectre Variant 2. A cela s’ajoute quelques correctifs de bugs issus de précédentes mises à jour mensuelles. Par exemple, un patch s’attaque au problème entrainant l’arrêt des applications MSXML6. Ces mises à jour sont disponibles au travers du service Windows Update. Elles peuvent être téléchargées et installées dès maintenant. A notre connaissance il n’y a pas de rapport négatif évoquant des problèmes d’installation.




Facebook condamné par l'UFC

  Liste des news    Liste des new du mois  
UFC fait condamner Facebook

11

Avril

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé avoir remporté une bataille judiciaire de plus de 5 ans contre Facebook. Le jugement du Tribunal de grande instance de Paris a en effet déclaré abusives et illicites 430 clauses présentes dans les conditions d'utilisation du réseau social. Le 24 mars 2014, l'UFC-Que Choisir avait assigné Facebook en justice, lui reprochant de ne pas honorer ses obligations en matière de respect de la vie privée de ses utilisateurs. Ce qui marquait alors le coup d'envoi d'une procédure finalement achevée 5 ans plus tard. En effet, sur son site, l'association annonce avoir remporté son combat, en faisant condamner Facebook. Le Tribunal de grande instance de Paris a premièrement pointé du doigt le manque d'informations fournies aux utilisateurs quant à l'utilisation de leurs données personnelles. Le jugement met en avant le caractère systématique de la collecte de ces données, ainsi que leur commercialisation, sans le consentement des individus concernés. Au total, ce sont pas moins de 430 clauses des Conditions Générales d'Utilisation de la plateforme sociale qui ont été jugées « abusives et illicites ». Facebook sera contraint de revoir profondément sa copie. Parmi les modifications à apporter, le réseau social ne pourra ainsi plus utiliser gratuitement ou revendre les contenus de ses utilisateurs, sans limite de temps. Il lui sera également interdit de conserver indéfiniment les données de ses inscrits après la suppression de leur compte. De plus, il ne pourra plus supprimer un contenu ou un compte sans avertissement ni justification. Outre les (nombreux) changements engendrés pour les CGU, l'entreprise américaine est également condamnée à payer la somme de 30 000 € à l'UFC-Que Choisir, au titre de réparation du préjudice moral. Ainsi qu'une indemnité de 20 000 €, pour le remboursement des frais de justice. Enfin, Facebook a pour obligation de rendre le jugement accessible à ses utilisateurs, depuis sa page d'accueil, dans un délai d'un mois. À moins que l'entreprise ne décide de faire appel.




Google ne lache pas les tablettes

  Liste des news    Liste des new du mois  
Tablette google

10

Avril

De nouvelles tablettes et de nouveaux ordinateurs portables sont toujours prévus. C’est la réponse de Google à une rumeur voulant que les projets de Pixelbook et de Pixel Slate soient abandonnés à la suite de suppressions de postes dans leurs équipes. Google n’a pas donné plus d’informations à The Verge, mais lors d’une conférence qui s’est tenue hier, l’entreprise a promis du nouveau matériel pour les professionnels qui pourrait être différent de ce qu’elle propose actuellement avec Fuchsia, son nouveau système d’exploitation en développement depuis des années ? Le Pixelbook et la Pixel Slate, qui tournent tous les deux sous Chrome OS, ne sont toujours pas commercialisés en France.




3 version du OnePlus 7

  Liste des news    Liste des new du mois  
OnePlus 7

10

Avril

OnePlus devrait prochainement dégainer son OnePlus 7. Cependant, OnePlus pourrait changer de stratégie cette année en sortant trois variantes du OnePlus 7 dès sa sortie, d’après le leaker Ishan Agarwal. Généralement, OnePlus dévoile un seul smartphone, puis une variante « T » un peu plus tard dans l’année. En 2019, la marque devrait puiser son inspiration chez des concurrents comme Apple, Huawei, Samsung et consorts, qui proposent chacun différentes versions de leurs flagships. Ainsi, OnePlus devrait dévoiler un OnePlus 7 « standard », un OnePlus 7 Pro mais aussi un OnePlus 7 Pro 5G. D’après les dernières rumeurs, ce OnePlus 7 Pro devrait embarquer un écran AMOLED de 6,67 pouces, une puce Snapdragon 855 couplé à 8 Go de RAM et 256 Go de stockage. Il devrait bénéficier d’un triple capteur photo à l’arrière (48 Mpx + 16 Mpx + 8 Mpx) ainsi que d’une caméra rétractable à l’avant, permettant ainsi de se débarrasser de toute encoche disgracieuse ou autre poinçon. Concernant la variante 5G du smartphone, il sera très certainement équipé d’un Snapdragon 855 épaulé par le modem X50 de Qualcomm. En marge de l’annonce du OnePlus 6T, le PDG de la marque, Pete Lau, avait affirmé sa volonté de lancer « le premier smartphone 5G en Europe ». Ainsi, ce OnePlus 7 Pro 5G devrait arriver dans nos contrées en même temps que ses petits frères, déjà paré pour accueillir la 5G française qui devrait débarquer l’année prochaine.




Le gourvernement ne motive pas la 5G

  Liste des news    Liste des new du mois  
Le gourvernement ne jouera pas la 5G

10

Avril

La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher semble indiquer dans une interview au journal Le Monde que les opérateurs ne seront pas contraints de couvrir toute la population avec le nouveau standard de téléphonie mobile 5G. « La 5G, avec sa faible latence, ses débits bien plus élevés et sa faible portée, est bien adaptée pour les entreprises et les zones de forte densité humaine », déclare-t-elle, précisant également qu'à chaque situation, sa technologie adaptée. On peut donc en conclure que seuls les emplacements des entreprises et les grandes villes seront concernés par la 5G, le reste des Français étant assuré de bénéficier à terme de la 4G grâce au New Deal mobile. Le suspens est aussi levé "sur la possibilité d’attribuer des fréquences à des acteurs qui ne soient pas des opérateurs télécoms comme en Allemagne. Cette option a été abandonnée devant le peu d’empressement des industriels. Ce que cela implique. Si le gouvernement entérine effectivement dans quelques jours ces objectifs modestes de couverture, il va prendre le risque de créer une nouvelle fracture numérique et une inégalité d’accès aux nouvelles technologies. Par ailleurs, l’Europe a fixé pour objectif à chaque Etat membre de couvrir au moins une grande ville d’ici 2020. Agnès Pannier-Runacher assure que la France fera plus. Pas trop difficile à promettre étant donné qu’Orange, Bouygues Telecom et SFR n’auront qu’à ouvrir leur réseau commercial dans les villes pilotes où ils ont déjà déployés la 5G pour des tests. La Corée du Sud a lancé officiellement la 5G au niveau national la semaine dernière, tandis que Verizon a ouvert sa commercialisation dans deux villes aux Etats-Unis. C’est au tour de la Suisse aujourd’hui avec l’opérateur Swisscom. En France, le gouvernement s'apprête envoyer une lettre de cadrage des attributions des fréquences à l’Arcep.



 <  23  24  25  26  27  28  29  > 

"Actu vu !" sur le web


 <  23  24  25  26  27  28  29  > 

Google G suite compatible Office

G Suite est une suite d'outils développés par Google, qui s'adresse à un public professionnel, sous la forme d'un abonnement. Parmi les services proposés, on retrouve Google Drive, dans une version similaire à celle grand public. Mais cette déclinaison pour entreprises va connaître quelques améliorations. En effet, Google a annoncé une meilleure interopérabilité entre son outil et Microsoft Office. Concrètement, cela se traduit par la possibilité désormais offerte aux utilisateurs abonnés d'éditer directement des fichiers Word, Excel et Powerpoint via Google Drive. Car jusqu'à présent, pour modifier un tel document, il fallait premièrement l'importer dans le service de partage, puis le convertir (automatiquement) sous un autre format pour activer les fonctionnalités d'édition. Et si vous souhaitiez le récupérer en local, une nouvelle conversion était nécessaire pour obtenir un fichier compatible avec la suite Office. Dorénavant, ce processus est donc simplifié, ces étapes de traitement n'étant plus requises. Ce qui facilite la collaboration avec des acteurs utilisant Office, sans risquer d'altérer la mise en forme des documents. Par ailleurs, Google a annoncé une nouvelle fonctionnalité, encore en bêta, appelée « Visitor Sharing ». Celle-ci consiste à partager des documents avec des utilisateurs, même s'ils ne possèdent pas de compte G Suite. À l'aide d'un code PIN, ils peuvent ainsi accéder aux fichiers, ajouter des commentaires, proposer ou apporter des suggestions. Enfin, l'entreprise souhaite faciliter la recherche de documents dans Drive. Pour cela, elle offre à présent la possibilité aux administrateurs d'ajouter des catégories et des critères de classification personnalisés, sous forme de métadonnées. Une fonctionnalité également disponible en bêta.
15-04-2019


La B.A. du prochain Star Wars disponible Video

C’est en décembre prochain que le dernier épisode de la nouvelle trilogie Star Wars sera dévoilé sur grand écran. En attendant, la production vient de diffuser la toute première bande-annonce du film et elle est gargantuesque. Entre deux combats au sabre laser de Rey ou de Kylo Ren, c’est l’occasion de revoir aussi certains personnages de la toute première trilogie, à savoir Lando Calrissian et Leia Organa. Et les fans auront aussi certainement reconnu ce rire maléfique que l’on entend en toute fin, mais chut ! Nous ne vous en disons pas plus et vous laissons découvrir le trailer en question : Quant au titre du film, The Rise of Skywalker, il est on ne peut plus énigmatique. De quel Skywalker s’agit-il ? De Kylo Ren, de Leia elle-même, ou bien…? Quoi qu’il en soit, si cette bande-annonce ne vous suffit pas, rappelons que la sortie du film étant prévue pour le 18 décembre prochain : nul doute que Disney nous offrira d’autres bandes-annonces d’ici là.


12-04-2019


La mort de Shockwave avant Flash

Le 9 avril, Adobe a dit adieu à Shockwave, dont l’agonie avait débuté en 2017. L’entreprise a retiré le lien de téléchargements sur son site. Pour les entreprises clientes, le moribond bénéficie d’un léger sursis, puisque Adobe continuera de fournir des correctifs de sécurité jusqu’à la fin de tous les contrats, soit en 2022. L’avenir du contenu actuel basé sur Shockwave reste flou, mais celui-ci risque de devenir inaccessible à la plupart des utilisateurs. Rassurez-vous, cette décision ne devrait pas avoir de répercussions visibles pour la très grosse majorité des internautes. Le HTML5 et WebGL ont relégué cette solution aux oubliettes depuis longtemps. De nos jours, très peu de sites proposent du contenu interactif s’appuyant encore sur cette technologie. Elle était d’ailleurs bien moins utilisée qu’Adobe Flash, qui doit quant à lui disparaître en 2020 et auquel nous avons déjà rendu un hommage posthume.
12-04-2019


Disney+ présente sa SVOD Video

Disney a présenté dans le détail son service de streaming. Il proposera comme prévu l'accès à l'ensemble des productions du groupe, pour un prix de 6,99$/mois, soit un peu moins cher que Netflix. Disney est officiellement entré dans l'univers de streaming. Le géant du divertissement a présenté en détail ce jeudi 11 avril son service de SVOD et les contenus qui viendront garnir son catalogue dans les prochaines semaines. Sans surprise, la firme de Mickey va mettre en avant son impressionnant catalogue. Les classiques d'animation seront accessibles dès le premier jour, ainsi que l'ensemble de ses récentes acquisitions avec les films des studios Pixar, Marvel et Lucasfilm. Disney+ proposera également des contenus originaux dérivées de ses prestigieuses (et juteuses) licences. Parmi les séries disponibles sur la plateforme on trouvera entre autres The Mandalorian, un spin-off Star Wars centralisé sur un chasseur de primes, Falcon & Winter Soldier, une série réunissant les deux Avengers ou encore Loki, pour les fans du demi-frère de Thor. Les acteurs déjà castés dans les films reprendront leurs rôles respectifs, assurant la continuité dans les univers respectifs entretenus par Disney. Des séries d'animation dérivées seront également disponibles et exclusives à Disney+ ainsi que des remakes live de ses grands succès d'animation. L'offre sera complétée par des documentaires produits par National Geographic, ainsi que des productions développées en interne sur les coulisses des studios ou des parcs d'attraction. La firme mettra à profit le rachat historique de la 20th Century Fox et proposera également de découvrir ou redécouvrir les films et séries produites par l'ancien mastodonte hollywoodien. Les Simpson seront bien entendu au rendez-vous et un petit clip a été mis en ligne pour célébrer l'événement.


12-04-2019


Recalbox enfin Rapsberry PI

La célèbre distribution française dédiée au rétrogaming Recalbox arrive auojurd’hui dans une toute nouvelle version 6.0. Une version majeure dans le cycle de développement qui aura pris plus de temps que prévu notamment pour la prise en charge d’une pièce très prisée des rétrogamers : la dernière version du Raspberry Pi. Du point de vue hardware, l’une des améliorations les plus intéressantes est la prise en charge enfin ! du Raspberry Pi 3B+, la toute dernière version du célèbre nano ordinateur. Si les précédentes versions étaient prises en charge depuis longtemps, la version 3B+ est non seulement plus puissante un bonus de 15%, de quoi améliorer les émulations plus difficiles, comme la N64 mais en plus elle dispose d’une partie réseau bien plus rapide (Ethernet Gigabit, Wi-Fi 5 GHz). Cette compatibilité a aussi étendu au Raspberry Compute module 3 ainsi qu’en version Alpha sur les puces de la famille Pine64 basées sur les puces ARM de chez Rockchip (Pine64, les Rockpi4, Rock64, RockBox et Rock64Pro). Si la distribution prenait déjà en charge de nombreuses consoles « classiques », la version 6.0 propose l’émulation de consoles plus « exotiques » et historiques comme le SNES Satellaview (un accessoire satellitaire pour la SNES vendu uniquement au Japon), l’Amiga CD32, la 3DO ou encore des machines Atari « antiques » comme l’Atari 5200. La mise à disposition de cette version 6.0 sera effective à 21h00 ce vendredi 12 avril sur le site officiel de Recalbox. Au même moment, l’équipe en charge du développement promet une annonce en streaming sur leur compte Twitter officiel qui aura trait à l’accessibilité. Note pour les utilisateurs des versions antérieur à la v6.0 : il est impossible de réaliser une mise à jour, il vous faudra réinstaller tout le système.
12-04-2019


Windows 7 et 8.1 M.àj. indispensable

Microsoft a déployé plusieurs correctifs pour Windows 7 et 8.1. Ils prennent la forme de mises à jour proposées dans le cadre du Patch Tuesday d’avril 2019. Tout ce petit monde s’attaque à la sécurité et à quelques corrections de bug. Windows 7 est concerné par KB4493472 (cumul mensuel) et KB4493448 réservée à la sécurité. Vous trouverez tous les détails en fin d’article. Il est important de noter que KB4493472 introduit des mesures d’atténuation supplémentaires pour les vulnérabilités Meltdown et Spectre. Elles ont été dévoilées en début d’année 2018. Microsoft explique : « Cette mise à jour fournit des protections Spectre Variant 2 (CVE-2017-5715) et Meltdown (CVE-2017-5754) pour les ordinateurs VIA. Ces protections sont activées par défaut mais désactivées par défaut pour Windows Server. « En parallèle plusieurs failles de sécurité sont corrigées. Elles touchent différents éléments du système d’exploitation Windows allant de son noyau à ses composants. Les PC sous Windows 8.1 sont concernés par KB4493446 (cumul mensuel) et KB4493467 visant la sécurité. Là encore le géant déploie des atténuations supplémentaires contre les failles Meltdown et Spectre Variant 2. A cela s’ajoute quelques correctifs de bugs issus de précédentes mises à jour mensuelles. Par exemple, un patch s’attaque au problème entrainant l’arrêt des applications MSXML6. Ces mises à jour sont disponibles au travers du service Windows Update. Elles peuvent être téléchargées et installées dès maintenant. A notre connaissance il n’y a pas de rapport négatif évoquant des problèmes d’installation.
11-04-2019


Facebook condamné par l'UFC

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé avoir remporté une bataille judiciaire de plus de 5 ans contre Facebook. Le jugement du Tribunal de grande instance de Paris a en effet déclaré abusives et illicites 430 clauses présentes dans les conditions d'utilisation du réseau social. Le 24 mars 2014, l'UFC-Que Choisir avait assigné Facebook en justice, lui reprochant de ne pas honorer ses obligations en matière de respect de la vie privée de ses utilisateurs. Ce qui marquait alors le coup d'envoi d'une procédure finalement achevée 5 ans plus tard. En effet, sur son site, l'association annonce avoir remporté son combat, en faisant condamner Facebook. Le Tribunal de grande instance de Paris a premièrement pointé du doigt le manque d'informations fournies aux utilisateurs quant à l'utilisation de leurs données personnelles. Le jugement met en avant le caractère systématique de la collecte de ces données, ainsi que leur commercialisation, sans le consentement des individus concernés. Au total, ce sont pas moins de 430 clauses des Conditions Générales d'Utilisation de la plateforme sociale qui ont été jugées « abusives et illicites ». Facebook sera contraint de revoir profondément sa copie. Parmi les modifications à apporter, le réseau social ne pourra ainsi plus utiliser gratuitement ou revendre les contenus de ses utilisateurs, sans limite de temps. Il lui sera également interdit de conserver indéfiniment les données de ses inscrits après la suppression de leur compte. De plus, il ne pourra plus supprimer un contenu ou un compte sans avertissement ni justification. Outre les (nombreux) changements engendrés pour les CGU, l'entreprise américaine est également condamnée à payer la somme de 30 000 € à l'UFC-Que Choisir, au titre de réparation du préjudice moral. Ainsi qu'une indemnité de 20 000 €, pour le remboursement des frais de justice. Enfin, Facebook a pour obligation de rendre le jugement accessible à ses utilisateurs, depuis sa page d'accueil, dans un délai d'un mois. À moins que l'entreprise ne décide de faire appel.
11-04-2019


Google ne lache pas les tablettes

De nouvelles tablettes et de nouveaux ordinateurs portables sont toujours prévus. C’est la réponse de Google à une rumeur voulant que les projets de Pixelbook et de Pixel Slate soient abandonnés à la suite de suppressions de postes dans leurs équipes. Google n’a pas donné plus d’informations à The Verge, mais lors d’une conférence qui s’est tenue hier, l’entreprise a promis du nouveau matériel pour les professionnels qui pourrait être différent de ce qu’elle propose actuellement avec Fuchsia, son nouveau système d’exploitation en développement depuis des années ? Le Pixelbook et la Pixel Slate, qui tournent tous les deux sous Chrome OS, ne sont toujours pas commercialisés en France.
10-04-2019


3 version du OnePlus 7

OnePlus devrait prochainement dégainer son OnePlus 7. Cependant, OnePlus pourrait changer de stratégie cette année en sortant trois variantes du OnePlus 7 dès sa sortie, d’après le leaker Ishan Agarwal. Généralement, OnePlus dévoile un seul smartphone, puis une variante « T » un peu plus tard dans l’année. En 2019, la marque devrait puiser son inspiration chez des concurrents comme Apple, Huawei, Samsung et consorts, qui proposent chacun différentes versions de leurs flagships. Ainsi, OnePlus devrait dévoiler un OnePlus 7 « standard », un OnePlus 7 Pro mais aussi un OnePlus 7 Pro 5G. D’après les dernières rumeurs, ce OnePlus 7 Pro devrait embarquer un écran AMOLED de 6,67 pouces, une puce Snapdragon 855 couplé à 8 Go de RAM et 256 Go de stockage. Il devrait bénéficier d’un triple capteur photo à l’arrière (48 Mpx + 16 Mpx + 8 Mpx) ainsi que d’une caméra rétractable à l’avant, permettant ainsi de se débarrasser de toute encoche disgracieuse ou autre poinçon. Concernant la variante 5G du smartphone, il sera très certainement équipé d’un Snapdragon 855 épaulé par le modem X50 de Qualcomm. En marge de l’annonce du OnePlus 6T, le PDG de la marque, Pete Lau, avait affirmé sa volonté de lancer « le premier smartphone 5G en Europe ». Ainsi, ce OnePlus 7 Pro 5G devrait arriver dans nos contrées en même temps que ses petits frères, déjà paré pour accueillir la 5G française qui devrait débarquer l’année prochaine.
10-04-2019


Le gourvernement ne motive pas la 5G

La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher semble indiquer dans une interview au journal Le Monde que les opérateurs ne seront pas contraints de couvrir toute la population avec le nouveau standard de téléphonie mobile 5G. « La 5G, avec sa faible latence, ses débits bien plus élevés et sa faible portée, est bien adaptée pour les entreprises et les zones de forte densité humaine », déclare-t-elle, précisant également qu'à chaque situation, sa technologie adaptée. On peut donc en conclure que seuls les emplacements des entreprises et les grandes villes seront concernés par la 5G, le reste des Français étant assuré de bénéficier à terme de la 4G grâce au New Deal mobile. Le suspens est aussi levé "sur la possibilité d’attribuer des fréquences à des acteurs qui ne soient pas des opérateurs télécoms comme en Allemagne. Cette option a été abandonnée devant le peu d’empressement des industriels. Ce que cela implique. Si le gouvernement entérine effectivement dans quelques jours ces objectifs modestes de couverture, il va prendre le risque de créer une nouvelle fracture numérique et une inégalité d’accès aux nouvelles technologies. Par ailleurs, l’Europe a fixé pour objectif à chaque Etat membre de couvrir au moins une grande ville d’ici 2020. Agnès Pannier-Runacher assure que la France fera plus. Pas trop difficile à promettre étant donné qu’Orange, Bouygues Telecom et SFR n’auront qu’à ouvrir leur réseau commercial dans les villes pilotes où ils ont déjà déployés la 5G pour des tests. La Corée du Sud a lancé officiellement la 5G au niveau national la semaine dernière, tandis que Verizon a ouvert sa commercialisation dans deux villes aux Etats-Unis. C’est au tour de la Suisse aujourd’hui avec l’opérateur Swisscom. En France, le gouvernement s'apprête envoyer une lettre de cadrage des attributions des fréquences à l’Arcep.
10-04-2019


 <  23  24  25  26  27  28  29  >