Bienvenu sur la Particule.com

Toute l'actualités des geeks

Projet et fonctionnement du site la Particule.com

Les infos Bloc-Note du site la Particule.com

Nos différents partenaires

Suivre nos sponsors
Logo la particule.com

"Actu vu !" sur le web


 <  3  4  5  6  7  8  9  > 

Honda dans la course électrique

  Liste des news    Liste des new du mois  
prototype honda

01

Mars

Honda a présenté le concept de l’E Prototype au Salon de Francfort en 2017. Aujoud’hui, le véhicule électrique qui fera une réelle apparition au Salon de Genève est plus abouti qu’un simple prototype. Le modèle possède deux portes supplémentaires, la calandre est plus concave et les bandes noires sur la partie inférieure de la carrosserie occupent plus d’espace. La Honda « E » se démarque par l’absence de rétroviseurs. Des capteurs l’ont remplacés, mais ce système reste toujours illégal aux États-Unis. Le port de chargement est quant à lui caché sous le capot. Des LED avertissent le propriétaire sur l’avancement du processus. Les images détaillent l’habitacle. Des tissus similaires à ceux d’un canapé recouvrent les sièges. Des écrans constituent le tableau de bord, l’information est affichée devant le conducteur et le passager. Les moniteurs situés sur le côté montrent les images transmises par les capteurs-rétroviseurs. Des boutons contrôlent la climatisation et plusieurs ports (USB, HDMI et AC) sont disponibles. Enfin, une petite console centrale contient le levier de vitesses à bouton-poussoir. Pour l’instant, Honda reste silencieuse sur la puissance du véhicule et la taille de sa batterie. La voiture s’appuierait sur une propulsion arrière et son autonomie « sera supérieure à 200 km ». Vu la portée limitée du Clarity, le constructeur ferait de son mieux pour améliorer cet aspect.




Lenovo un écran tout USB-C

  Liste des news    Liste des new du mois  
lenovo ThinkVision M14

28

Fevrier

Puisque travailler sur un ordinateur est souvent bien plus pratique avec un deuxième écran, lors du Mobile World Congress, Lenovo a présenté un écran externe portable : le ThinkVision M14. Si le fabricant fait parfois dans le hors normes, comme avec son premier écran QHD à 240 Hz au monde, les spécifications sont ici plus modestes. En effet, l’écran du ThinkVision M14 a le design des ThinkPad et une définition Full HD. Sa dalle IPS de 14 pouces offre une luminosité de 300 cd/m2 et un revêtement anti-reflets. L’appareil a une épaisseur de 4,6 mm, pour un poids de 595 grammes. Un pied réglable en hauteur permet de le faire tenir debout. Le ThinkVision M14 se connecte à l’aide de ports USB Type-C et ne nécessite aucun adaptateur d’alimentation supplémentaire, car c'est votre ordinateur dans le cas présent, qui va l'alimenté, du coup l'autonomie de votre portable risque d'en subir les conséquences, sauf si il est branché au secteur. Sortie prévue en mai au prix de 249 $.




Samsung Galaxy A10 à petit prix

  Liste des news    Liste des new du mois  
samsung galaxy a10

28

Fevrier

Samsung a présenté son Galaxy A10 pour séduire les moins riche d'entre nous ou qui souhaite un smartphone pour téléphoner et un peu plus ! Au niveau du design, on a un mobile avec encoche sous forme de goutte d'eau où l'on retrouve un capteur de 5 mégapixels avec ouverture f/2.0, mais surtout un écran de 6,2 pouces Infinity-V ayant une résolution HD+, le tout au format 19:9. Lorsqu'on le retourne, on découvre un capteur de 13 mégapixels avec ouverture f/1.9 couplé à un flash à LED. Sous le capot, on a un processeur maison, l'Exynos 7884 de chez Samsung avec 2 gigaoctets de mémoire vive (RAM) et 32 gigaoctets d'espace de stockage extensible via un slot microSD. Pour alimenter le tout, il faut compter sur une batterie de 3400 mAh et Android 9.0 Pie avec la toute nouvelle interface du constructeur baptisée One UI. Du côté de la connectivité, il a le Wifi, le Bluetooth, un port jack 3,5mm, un port microUSB et le support des réseaux 4G. On remarque qu'il n'a pas le NFC pour le paiement sans contact ni même de lecteur d'empreintes. Le Samsung Galaxy A10 devrait sortir dans les mois à venir avec un prix avoisinant les 100 €




La 5G c'est partie et pour quand ?

  Liste des news    Liste des new du mois  
5Gpng

28

Fevrier

Qualcomm ou Huawei affirment que la 5G est bien là, avec un an d’avance sur les prévisions initiales. Certes, les smartphones, les modems et les antennes sont prêts, mais dans la majeure partie du monde, et notamment en France, il faudra encore attendre les antennes des opérateurs… Aux dernières nouvelles, Qualcomm nous a pourtant annoncé l’arrivée de la 5G au troisième trimestre en France lors d’une conférence au MWC, mais il faudra attendre 2020 pour que le réseau s’étende. C’est surtout l’Angleterre qui semble en avance pour 2019 avec l’opérateur EE. Qualcomm a commencé a travailler sur les bases de la 5G en 2006, 10 ans avant l’annonce du tout premier modem X50 en 5G. Depuis, le concept est resté un peu en suspend, en attendant plutôt 2020 pour en voir les premières applications à grande échelle. Aujourd’hui on s’y approche avec le modem X55, sachant que Huawei est aussi sur le coup avec son modem Balong 5000. Notez que contrairement au X50 (gravé en 10 nm), le X55 (en 7 nm) est bien multimode (2G, 3G, 4G et 5G). Son antenne s’est aussi considérablement miniaturisée pour les smartphones. De quoi tout remplacer ? La 5G serait tellement parfaite qu’elle pourrait même faire oublier la fibre lol, même si en France, les investissements ont déjà privilégié la fibretrong> un peu partout. La 5G promet des débits maximum de 7 Gbit/s en téléchargement, 2,5 Gbit/s en upload. Elle pourrait même remplacer le Wi-Fi, notamment grâce à une latence plus faible et une gestion plus souple et fine du QoS par segmentation de réseaux. L’opérateur anglais EE et Qualcomm expliquent toutefois que, dans une logique de complémentarité, la 5G ne remplacera pas le Wi-Fi, au moins pendant quelques années pour des raisons de gestion de bande passante. Surtout que le Wi-Fi 6 offre aussi pas mal de progrès. En revanche, c’est plutôt dans certaines entreprises qu’on profitera des possibilités de la 5G pour remplacer le Wi-Fi. Notamment chez Bosch, qui montre ici les avantages et performances d’un tel réseau dans une de ses usines. Les joueurs en réseau profiteraient pour la première fois de connexions très fiables avec une latence minime (URLLC, pour Ultra-Reliable Low Latency Communications), que ce soit chez eux ou en mobilité sur leur smartphone. La 5G n’est donc pas seulement une augmentation de débit. Elle combine plusieurs techniques pour former un maillage sans fil annoncé prêt à tout. Il y a fort à parier que la majeure partie du réseau se développera d’abord sur les fréquences « classiques » dites Sub-6 GHz, qui ont déjà prouvé leur efficacité, notamment pour traverser les obstacles. Mais la 5G peut aussi exploiter les très hautes fréquences entre 24 et 86 GHz, qui permettent de très forts débits, mais sans la capacité de traverser le moindre obstacle. Le mmWave est toutefois sujet a quelques questions, notamment au niveau de la nocivité de ces ondes d’un nouveau genre, qui concentrent leur puissance de manière très directionnelle. Aussi au niveau de l’attribution des fréquences mmWave, notamment en France où rien n’est encore décidé. Notez que le mmWave est en quelque sorte déjà exploité pour les faisceaux hertziens, qui relient à fort débit et faible latence plusieurs points d’accès 4G via des ondes de 1 à 86 GHz très directionnelles, mais dont l’efficacité diminue au moindre feuillage d’arbre ou averse de pluie.




Lite OS le prochain système Microsoft

  Liste des news    Liste des new du mois  
Lite OS

27

Fevrier

La firme de Redmond serait sur le point de dévoiler Lite OS, sa réponse au système d’exploitation des Chrome OS des Chromebooks. Ce nouveau système d’exploitation, pensé comme un nouveau Windows, pourrait faire son apparition au mois de mai, lors de la Build Conference de Microsoft, et les premiers tests du système pourraient débuter dans le courant de l’été. Si pour l’heure aucune image officielle du système n’a fuité, Brad Sams a réalisé une maquette de ce à quoi pourrait ressembler l’interface de Lite OS. L’expérience utilisateur serait assez proche de celle de Windows 10, bien que l’interface soit allégée. On y retrouve un système fenêtré disposant d’un explorateur de fichiers et un lanceur d’applications sur lequel sont épinglés les programmes, comme cela existe déjà sur Windows 10. Pour l’heure, l’OS ne serait capable de lancer que des applications du Microsoft Store, ou des Progressive Web Apps (PWA). Microsoft serait toutefois en train d’explorer la possibilité d’exécuter des applications Win32. Autre possibilité évoquée, l’exécution d’applications dans des conteneurs ou en streaming. La firme de Redmond entend proposer un système simple et rapide, aussi bien pour l’utilisateur que pour ses propres développeurs, notamment pour éviter les problèmes de maintenance et de mise à jour. Si rien n’est pour l’heure certain, l’OS de Microsoft pourrait supporter aussi bien les plateformes ARM que x86.




Internet en danger !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Securite DNS

27

Fevrier

Des pirates ont réussi à accéder aux données de l’ICANN. Les risques sont énormes pour les internautes. Un blocage d’Internet est aussi possible. L’ICANN gère les noms de domaine et fonctionne comme un annuaire. En en prenant le contrôle, les pirates redirigent leurs cibles vers un autre ordinateur et profitent de cette occasion pour voler des informations confidentielles. Toutefois, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique, ne connaît pas l’ampleur de l’attaque, la motivation et l’identité des pirates. Par ailleurs, on ignore si le piratage continue encore ou non. Les premiers éléments relatifs à un piratage de l’ICANN remontent à 2013. Depuis, cette action connue sous le nom de DNSpionnage s’est intensifiée. Même si les responsables de l’organisation annoncent « une campagne à grande échelle », ils insistent sur un point particulier, les attaques sont focalisées sur certaines régions et des structures précises. On peut citer entre autres les gouvernements européens et des pays du Moyen-Orient. La police, les compagnies pétrolières et les entreprises de transport aérien sont également ciblées. Les avis divergent sur l’origine des attaques. Néanmoins, les analystes privilégient trois pistes : la Russie, la Corée du Nord, et l’Iran. Alors que les pirates ont le pouvoir de bloquer une grande partie de la toile mondiale, ils auraient adopté une position attentiste. Apparemment, ils se contenteraient de recueillir les informations à travers les écoutes et les vols de données. En s’attaquant à la source, les hackers limitent les moyens de protection disponibles. Les internautes ignorent si le site qu’ils visitent figure parmi les victimes ou pas. Face aux risques, l’ICANN rappelle l’importance du protocole DNSSEC. Cette approche authentifie les données en leur attribuant une signature. Elle réussit ainsi à bloquer les modifications de DNS.




Nubia à une autre vu des smartphones

  Liste des news    Liste des new du mois  
nubia alpha

27

Fevrier

Même si les fabricants essaient d’innover dans le design de leurs appareils, avec des écrans incurvés, des lecteurs d’empreintes sous l’écran ou la tranche, aucun n’arrive à sortir de cette forme rectangulaire, mais le constructeur chinois, Nubia, a dévoilé l’Alpha, un mobile qui s’enroule autour du poignet. Sur le côté, on a deux gros boutons et sur le dessus, la caméra de 5 Mpx pour prendre des photos, des selfies ou plus simplement filmer. Côté finition, on est sur du métal, mais la forme n’est pas des plus séduisantes. Le Nubia Alpha arbore un écran OLED flexible très allongé de 4,01 pouces avec une résolution de 960 x 192 pixels. Il reprend les grandes lignes d’une smartwatch, mais la marque précise que c’est un véritable smartphone. Néanmoins, elle a opté pour une puce spécifique aux montres connectées, la Snapdragon Wear 2100 qui commence franchement à se faire vieille puisqu’elle est sortie en 2016. Elle est couplée à seulement 1 Go de RAM et à 8 Go de stockage. Même si le constructeur veut nous forcer à croire qu’il s’agit d’un smartphone, on a de la peine à le croire au vu de la plateforme utilisée pour l’alimenter. D’ailleurs, il ne faut pas compter sur une énorme batterie, contenu de son form factor, on a donc le droit à 500 mAh En colère. On peut vraiment se poser la question sur son autonomie. Ce mobile sera disponible à partir du mois d’avril au prix de 549 €. Alors s'agit il d'une super montre connecté ? ou d'un petit smartphone bracelet, le concept ne semble pas arrivé à sa finalité, dommage !




ZTE un smartphone simplement exemplaire

  Liste des news    Liste des new du mois  
zte axon 10 pro 5g

27

Fevrier

ZTE propose un appareil premium, mais dont le design reste des plus classiques avec son encoche sous forme de goutte où l’on retrouve la caméra frontale de 20 Mpx. L’Axon 10 Pro 5G arbore un écran de 6,47 pouces avec une résolution Full HD+ de 2340 x 1080 pixels dans un ratio de 19,5:9. Pas d’écran incurvé, mais un lecteur d’empreintes sous l’écran comme ses concurrents. A l’intérieur, on retrouve la dernière puce haut de gamme de chez Qualcomm, la Snapdragon 855 couplée à 6 Go de mémoire vive (RAM) et un modem 5G du même fondeur, le Snapdragon X50. Bien entendu il est rétrocompatible avec l’ensemble des fréquences 4G, 3G, 2G. Pour ce qui est de l’espace de stockage, il faut compter sur 128 Go en interne avec la possibilité de l’étendre via une carte microSD. La partie photo est composée d’un triple capteur de 48 + 20 + 8 Mpx (standard, grand-angle, zoom optique x2). Comme on peut le voir, ZTE n’a pas fait les choses à moitié et on se retrouve avec une configuration plutôt sympathique à condition que le traitement d’image soit optimisé pour avoir des clichés de haute qualité. La connectivité est complète avec comme dit précédemment le support de la 5G. Il a aussi le Wifi, le Bluetooth, le NFC, un port USB Type-C et le GPS. Manque à l’appel : le port jack 3,5 mm. Du côté de l’autonomie, il faut compter sur une batterie de 4000 mAh compatible avec la technologie Quick Charge 4+ et le rechargement sans fil. Ce ZTE Axon 10 Pro 5G a tout ce qu’il faut pour plaire, il ne reste plus qu’à attendre le prix et la date précise de commercialisation puisque le constructeur n'a annoncé que le premier semestre 2019 en Europe pour le moment.




Enfin un smartphone innovant !

  Liste des news    Liste des new du mois  
Energizer Power Max P18K Pop

26

Fevrier

Tous les fabricants n’ont pas choisi de concevoir des smartphones pliables ou ultrafins. Energizer, par exemple, propose probablement avec le Power Max P18K Pop l’un des smartphones les plus épais et les plus endurants de la Mobile World Conference. En proposant un smartphone à 18 millimètres d’épaisseur (contre 7,8 mm pour le Galaxy S10, par exemple), Energizer prend le contrepied de la tendance actuelle à la miniaturisation des gadgets. Le gabarit du Power Max P18K Pop s’explique par la taille (donc l’autonomie) de sa batterie. Avec une capacité de 18 000 mAh, le smartphone est théoriquement cinq fois plus endurants que des appareils tels que l’iPhone Xs ou le Galaxy S10. Le Power Max P18K Pop peut tenir en veille pendant 50 jours et diffuser une vidéo en continu pendant 200 heures. Energizer étant surtout connu pour ses piles et batteries, il est bien évidemment possible d’utiliser le P18K comme batterie externe, afin de recharger d’autres gadgets. Par ailleurs, le Power Max P18K se démarque par son appareil photo télescopique. Cette astuce de conception (déjà utilisée par le Vivo Nex) a permis de proposer un écran sans encoche. L’appareil fonctionne sous Android Pie avec une mémoire vive de 6 Go et un stockage de 128 go. Son dos est équipé de trois objectifs aux définitions allant de 2 à 12 Mpx. Energizer n’a encore annoncé ni le prix ni la date de lancement de son produit. Sachant qu'il peut éventuellement servir d'objet de défense !




TLC aussi présente son smartphone pliable

  Liste des news    Liste des new du mois  
TLC smartphone a ecran pliable2

26

Fevrier

Samsung et Huawei ne sont pas les seuls à maîtriser les écrans flexibles. Le Chinois TCL tient à démontrer son savoir-faire en exposant plusieurs formats pliables sur le salon de Barcelone. Il a annoncé aujourd’hui sa technologie brevetée DragonHinge, utilisée avec des écrans souples AMOLED créés sur mesure par sa division CSOT. Il expose à Barcelone un premier prototype fonctionnel doté d’un écran 2K (2048 x 1080 px) de 7,2 pouces. Une fois plié, le dessus de l'appareil n'affiche plus d'écran mais seulement les notifications. « Nous relevons trois principaux challenges : la flexibilité AMOLED de l’appareil en lui-même, l’obtention d’un boîtier mécanique résistant, et évidement, l’assurance d’un logiciel qui s’adapte facilement à ce nouveau format », a déclaré Shane Lee, Directeur Général produits chez TCL Communication. Le prototype présenté par TCL est tout en largeur avec une charnière au milieu de l’appareil qui permet de l’ouvrir comme un livre. Lorsqu’il est fermé, les notifications s’affichent sur la première de couverture. Autre variation : un écran tout en longueur avec une charnière fixée en haut, laissant les deux tiers de l’appareil fixes. Mais TCL affirme pouvoir se prêter à de nombreuses autres configurations. On a même aperçu un format étui à lunettes. Impossible de les prendre en main, ces facteurs de forme resteront exposés derrière une vitrine. TCL affirme être capable de les fournir pour tout fabricant de smartphone qui souhaiterait sortir un appareil dès 2020. Mais il ne veut pas se précipiter et n’entendait pas être le premier sur ce marché. Pas question non plus de viser le très haut de gamme, il entend proposer cette technologie au plus grand nombre. Il pourrait aussi l'utiliser pour ses propres marques Blackberry ou Alcatel, mais le plus probable serait qu’il commercialise un smartphone à écran pliable sous la gamme TCL.





 <  3  4  5  6  7  8  9  > 

"Actu vu !" sur le web


 <  3  4  5  6  7  8  9  > 

Honda dans la course électrique

Honda a présenté le concept de l’E Prototype au Salon de Francfort en 2017. Aujoud’hui, le véhicule électrique qui fera une réelle apparition au Salon de Genève est plus abouti qu’un simple prototype. Le modèle possède deux portes supplémentaires, la calandre est plus concave et les bandes noires sur la partie inférieure de la carrosserie occupent plus d’espace. La Honda « E » se démarque par l’absence de rétroviseurs. Des capteurs l’ont remplacés, mais ce système reste toujours illégal aux États-Unis. Le port de chargement est quant à lui caché sous le capot. Des LED avertissent le propriétaire sur l’avancement du processus. Les images détaillent l’habitacle. Des tissus similaires à ceux d’un canapé recouvrent les sièges. Des écrans constituent le tableau de bord, l’information est affichée devant le conducteur et le passager. Les moniteurs situés sur le côté montrent les images transmises par les capteurs-rétroviseurs. Des boutons contrôlent la climatisation et plusieurs ports (USB, HDMI et AC) sont disponibles. Enfin, une petite console centrale contient le levier de vitesses à bouton-poussoir. Pour l’instant, Honda reste silencieuse sur la puissance du véhicule et la taille de sa batterie. La voiture s’appuierait sur une propulsion arrière et son autonomie « sera supérieure à 200 km ». Vu la portée limitée du Clarity, le constructeur ferait de son mieux pour améliorer cet aspect.


01-03-2019


Lenovo un écran tout USB-C

Puisque travailler sur un ordinateur est souvent bien plus pratique avec un deuxième écran, lors du Mobile World Congress, Lenovo a présenté un écran externe portable : le ThinkVision M14. Si le fabricant fait parfois dans le hors normes, comme avec son premier écran QHD à 240 Hz au monde, les spécifications sont ici plus modestes. En effet, l’écran du ThinkVision M14 a le design des ThinkPad et une définition Full HD. Sa dalle IPS de 14 pouces offre une luminosité de 300 cd/m2 et un revêtement anti-reflets. L’appareil a une épaisseur de 4,6 mm, pour un poids de 595 grammes. Un pied réglable en hauteur permet de le faire tenir debout. Le ThinkVision M14 se connecte à l’aide de ports USB Type-C et ne nécessite aucun adaptateur d’alimentation supplémentaire, car c'est votre ordinateur dans le cas présent, qui va l'alimenté, du coup l'autonomie de votre portable risque d'en subir les conséquences, sauf si il est branché au secteur. Sortie prévue en mai au prix de 249 $.
28-02-2019


Samsung Galaxy A10 à petit prix

Samsung a présenté son Galaxy A10 pour séduire les moins riche d'entre nous ou qui souhaite un smartphone pour téléphoner et un peu plus ! Au niveau du design, on a un mobile avec encoche sous forme de goutte d'eau où l'on retrouve un capteur de 5 mégapixels avec ouverture f/2.0, mais surtout un écran de 6,2 pouces Infinity-V ayant une résolution HD+, le tout au format 19:9. Lorsqu'on le retourne, on découvre un capteur de 13 mégapixels avec ouverture f/1.9 couplé à un flash à LED. Sous le capot, on a un processeur maison, l'Exynos 7884 de chez Samsung avec 2 gigaoctets de mémoire vive (RAM) et 32 gigaoctets d'espace de stockage extensible via un slot microSD. Pour alimenter le tout, il faut compter sur une batterie de 3400 mAh et Android 9.0 Pie avec la toute nouvelle interface du constructeur baptisée One UI. Du côté de la connectivité, il a le Wifi, le Bluetooth, un port jack 3,5mm, un port microUSB et le support des réseaux 4G. On remarque qu'il n'a pas le NFC pour le paiement sans contact ni même de lecteur d'empreintes. Le Samsung Galaxy A10 devrait sortir dans les mois à venir avec un prix avoisinant les 100 €
28-02-2019


La 5G c'est partie et pour quand ?

Qualcomm ou Huawei affirment que la 5G est bien là, avec un an d’avance sur les prévisions initiales. Certes, les smartphones, les modems et les antennes sont prêts, mais dans la majeure partie du monde, et notamment en France, il faudra encore attendre les antennes des opérateurs… Aux dernières nouvelles, Qualcomm nous a pourtant annoncé l’arrivée de la 5G au troisième trimestre en France lors d’une conférence au MWC, mais il faudra attendre 2020 pour que le réseau s’étende. C’est surtout l’Angleterre qui semble en avance pour 2019 avec l’opérateur EE. Qualcomm a commencé a travailler sur les bases de la 5G en 2006, 10 ans avant l’annonce du tout premier modem X50 en 5G. Depuis, le concept est resté un peu en suspend, en attendant plutôt 2020 pour en voir les premières applications à grande échelle. Aujourd’hui on s’y approche avec le modem X55, sachant que Huawei est aussi sur le coup avec son modem Balong 5000. Notez que contrairement au X50 (gravé en 10 nm), le X55 (en 7 nm) est bien multimode (2G, 3G, 4G et 5G). Son antenne s’est aussi considérablement miniaturisée pour les smartphones. De quoi tout remplacer ? La 5G serait tellement parfaite qu’elle pourrait même faire oublier la fibre lol, même si en France, les investissements ont déjà privilégié la fibretrong> un peu partout. La 5G promet des débits maximum de 7 Gbit/s en téléchargement, 2,5 Gbit/s en upload. Elle pourrait même remplacer le Wi-Fi, notamment grâce à une latence plus faible et une gestion plus souple et fine du QoS par segmentation de réseaux. L’opérateur anglais EE et Qualcomm expliquent toutefois que, dans une logique de complémentarité, la 5G ne remplacera pas le Wi-Fi, au moins pendant quelques années pour des raisons de gestion de bande passante. Surtout que le Wi-Fi 6 offre aussi pas mal de progrès. En revanche, c’est plutôt dans certaines entreprises qu’on profitera des possibilités de la 5G pour remplacer le Wi-Fi. Notamment chez Bosch, qui montre ici les avantages et performances d’un tel réseau dans une de ses usines. Les joueurs en réseau profiteraient pour la première fois de connexions très fiables avec une latence minime (URLLC, pour Ultra-Reliable Low Latency Communications), que ce soit chez eux ou en mobilité sur leur smartphone. La 5G n’est donc pas seulement une augmentation de débit. Elle combine plusieurs techniques pour former un maillage sans fil annoncé prêt à tout. Il y a fort à parier que la majeure partie du réseau se développera d’abord sur les fréquences « classiques » dites Sub-6 GHz, qui ont déjà prouvé leur efficacité, notamment pour traverser les obstacles. Mais la 5G peut aussi exploiter les très hautes fréquences entre 24 et 86 GHz, qui permettent de très forts débits, mais sans la capacité de traverser le moindre obstacle. Le mmWave est toutefois sujet a quelques questions, notamment au niveau de la nocivité de ces ondes d’un nouveau genre, qui concentrent leur puissance de manière très directionnelle. Aussi au niveau de l’attribution des fréquences mmWave, notamment en France où rien n’est encore décidé. Notez que le mmWave est en quelque sorte déjà exploité pour les faisceaux hertziens, qui relient à fort débit et faible latence plusieurs points d’accès 4G via des ondes de 1 à 86 GHz très directionnelles, mais dont l’efficacité diminue au moindre feuillage d’arbre ou averse de pluie.
28-02-2019


Lite OS le prochain système Microsoft

La firme de Redmond serait sur le point de dévoiler Lite OS, sa réponse au système d’exploitation des Chrome OS des Chromebooks. Ce nouveau système d’exploitation, pensé comme un nouveau Windows, pourrait faire son apparition au mois de mai, lors de la Build Conference de Microsoft, et les premiers tests du système pourraient débuter dans le courant de l’été. Si pour l’heure aucune image officielle du système n’a fuité, Brad Sams a réalisé une maquette de ce à quoi pourrait ressembler l’interface de Lite OS. L’expérience utilisateur serait assez proche de celle de Windows 10, bien que l’interface soit allégée. On y retrouve un système fenêtré disposant d’un explorateur de fichiers et un lanceur d’applications sur lequel sont épinglés les programmes, comme cela existe déjà sur Windows 10. Pour l’heure, l’OS ne serait capable de lancer que des applications du Microsoft Store, ou des Progressive Web Apps (PWA). Microsoft serait toutefois en train d’explorer la possibilité d’exécuter des applications Win32. Autre possibilité évoquée, l’exécution d’applications dans des conteneurs ou en streaming. La firme de Redmond entend proposer un système simple et rapide, aussi bien pour l’utilisateur que pour ses propres développeurs, notamment pour éviter les problèmes de maintenance et de mise à jour. Si rien n’est pour l’heure certain, l’OS de Microsoft pourrait supporter aussi bien les plateformes ARM que x86.
27-02-2019


Internet en danger !

Des pirates ont réussi à accéder aux données de l’ICANN. Les risques sont énormes pour les internautes. Un blocage d’Internet est aussi possible. L’ICANN gère les noms de domaine et fonctionne comme un annuaire. En en prenant le contrôle, les pirates redirigent leurs cibles vers un autre ordinateur et profitent de cette occasion pour voler des informations confidentielles. Toutefois, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique, ne connaît pas l’ampleur de l’attaque, la motivation et l’identité des pirates. Par ailleurs, on ignore si le piratage continue encore ou non. Les premiers éléments relatifs à un piratage de l’ICANN remontent à 2013. Depuis, cette action connue sous le nom de DNSpionnage s’est intensifiée. Même si les responsables de l’organisation annoncent « une campagne à grande échelle », ils insistent sur un point particulier, les attaques sont focalisées sur certaines régions et des structures précises. On peut citer entre autres les gouvernements européens et des pays du Moyen-Orient. La police, les compagnies pétrolières et les entreprises de transport aérien sont également ciblées. Les avis divergent sur l’origine des attaques. Néanmoins, les analystes privilégient trois pistes : la Russie, la Corée du Nord, et l’Iran. Alors que les pirates ont le pouvoir de bloquer une grande partie de la toile mondiale, ils auraient adopté une position attentiste. Apparemment, ils se contenteraient de recueillir les informations à travers les écoutes et les vols de données. En s’attaquant à la source, les hackers limitent les moyens de protection disponibles. Les internautes ignorent si le site qu’ils visitent figure parmi les victimes ou pas. Face aux risques, l’ICANN rappelle l’importance du protocole DNSSEC. Cette approche authentifie les données en leur attribuant une signature. Elle réussit ainsi à bloquer les modifications de DNS.
27-02-2019


Nubia à une autre vu des smartphones

Même si les fabricants essaient d’innover dans le design de leurs appareils, avec des écrans incurvés, des lecteurs d’empreintes sous l’écran ou la tranche, aucun n’arrive à sortir de cette forme rectangulaire, mais le constructeur chinois, Nubia, a dévoilé l’Alpha, un mobile qui s’enroule autour du poignet. Sur le côté, on a deux gros boutons et sur le dessus, la caméra de 5 Mpx pour prendre des photos, des selfies ou plus simplement filmer. Côté finition, on est sur du métal, mais la forme n’est pas des plus séduisantes. Le Nubia Alpha arbore un écran OLED flexible très allongé de 4,01 pouces avec une résolution de 960 x 192 pixels. Il reprend les grandes lignes d’une smartwatch, mais la marque précise que c’est un véritable smartphone. Néanmoins, elle a opté pour une puce spécifique aux montres connectées, la Snapdragon Wear 2100 qui commence franchement à se faire vieille puisqu’elle est sortie en 2016. Elle est couplée à seulement 1 Go de RAM et à 8 Go de stockage. Même si le constructeur veut nous forcer à croire qu’il s’agit d’un smartphone, on a de la peine à le croire au vu de la plateforme utilisée pour l’alimenter. D’ailleurs, il ne faut pas compter sur une énorme batterie, contenu de son form factor, on a donc le droit à 500 mAh En colère. On peut vraiment se poser la question sur son autonomie. Ce mobile sera disponible à partir du mois d’avril au prix de 549 €. Alors s'agit il d'une super montre connecté ? ou d'un petit smartphone bracelet, le concept ne semble pas arrivé à sa finalité, dommage !
27-02-2019


ZTE un smartphone simplement exemplaire

ZTE propose un appareil premium, mais dont le design reste des plus classiques avec son encoche sous forme de goutte où l’on retrouve la caméra frontale de 20 Mpx. L’Axon 10 Pro 5G arbore un écran de 6,47 pouces avec une résolution Full HD+ de 2340 x 1080 pixels dans un ratio de 19,5:9. Pas d’écran incurvé, mais un lecteur d’empreintes sous l’écran comme ses concurrents. A l’intérieur, on retrouve la dernière puce haut de gamme de chez Qualcomm, la Snapdragon 855 couplée à 6 Go de mémoire vive (RAM) et un modem 5G du même fondeur, le Snapdragon X50. Bien entendu il est rétrocompatible avec l’ensemble des fréquences 4G, 3G, 2G. Pour ce qui est de l’espace de stockage, il faut compter sur 128 Go en interne avec la possibilité de l’étendre via une carte microSD. La partie photo est composée d’un triple capteur de 48 + 20 + 8 Mpx (standard, grand-angle, zoom optique x2). Comme on peut le voir, ZTE n’a pas fait les choses à moitié et on se retrouve avec une configuration plutôt sympathique à condition que le traitement d’image soit optimisé pour avoir des clichés de haute qualité. La connectivité est complète avec comme dit précédemment le support de la 5G. Il a aussi le Wifi, le Bluetooth, le NFC, un port USB Type-C et le GPS. Manque à l’appel : le port jack 3,5 mm. Du côté de l’autonomie, il faut compter sur une batterie de 4000 mAh compatible avec la technologie Quick Charge 4+ et le rechargement sans fil. Ce ZTE Axon 10 Pro 5G a tout ce qu’il faut pour plaire, il ne reste plus qu’à attendre le prix et la date précise de commercialisation puisque le constructeur n'a annoncé que le premier semestre 2019 en Europe pour le moment.
27-02-2019


Enfin un smartphone innovant !

Tous les fabricants n’ont pas choisi de concevoir des smartphones pliables ou ultrafins. Energizer, par exemple, propose probablement avec le Power Max P18K Pop l’un des smartphones les plus épais et les plus endurants de la Mobile World Conference. En proposant un smartphone à 18 millimètres d’épaisseur (contre 7,8 mm pour le Galaxy S10, par exemple), Energizer prend le contrepied de la tendance actuelle à la miniaturisation des gadgets. Le gabarit du Power Max P18K Pop s’explique par la taille (donc l’autonomie) de sa batterie. Avec une capacité de 18 000 mAh, le smartphone est théoriquement cinq fois plus endurants que des appareils tels que l’iPhone Xs ou le Galaxy S10. Le Power Max P18K Pop peut tenir en veille pendant 50 jours et diffuser une vidéo en continu pendant 200 heures. Energizer étant surtout connu pour ses piles et batteries, il est bien évidemment possible d’utiliser le P18K comme batterie externe, afin de recharger d’autres gadgets. Par ailleurs, le Power Max P18K se démarque par son appareil photo télescopique. Cette astuce de conception (déjà utilisée par le Vivo Nex) a permis de proposer un écran sans encoche. L’appareil fonctionne sous Android Pie avec une mémoire vive de 6 Go et un stockage de 128 go. Son dos est équipé de trois objectifs aux définitions allant de 2 à 12 Mpx. Energizer n’a encore annoncé ni le prix ni la date de lancement de son produit. Sachant qu'il peut éventuellement servir d'objet de défense !
26-02-2019


TLC aussi présente son smartphone pliable

Samsung et Huawei ne sont pas les seuls à maîtriser les écrans flexibles. Le Chinois TCL tient à démontrer son savoir-faire en exposant plusieurs formats pliables sur le salon de Barcelone. Il a annoncé aujourd’hui sa technologie brevetée DragonHinge, utilisée avec des écrans souples AMOLED créés sur mesure par sa division CSOT. Il expose à Barcelone un premier prototype fonctionnel doté d’un écran 2K (2048 x 1080 px) de 7,2 pouces. Une fois plié, le dessus de l'appareil n'affiche plus d'écran mais seulement les notifications. « Nous relevons trois principaux challenges : la flexibilité AMOLED de l’appareil en lui-même, l’obtention d’un boîtier mécanique résistant, et évidement, l’assurance d’un logiciel qui s’adapte facilement à ce nouveau format », a déclaré Shane Lee, Directeur Général produits chez TCL Communication. Le prototype présenté par TCL est tout en largeur avec une charnière au milieu de l’appareil qui permet de l’ouvrir comme un livre. Lorsqu’il est fermé, les notifications s’affichent sur la première de couverture. Autre variation : un écran tout en longueur avec une charnière fixée en haut, laissant les deux tiers de l’appareil fixes. Mais TCL affirme pouvoir se prêter à de nombreuses autres configurations. On a même aperçu un format étui à lunettes. Impossible de les prendre en main, ces facteurs de forme resteront exposés derrière une vitrine. TCL affirme être capable de les fournir pour tout fabricant de smartphone qui souhaiterait sortir un appareil dès 2020. Mais il ne veut pas se précipiter et n’entendait pas être le premier sur ce marché. Pas question non plus de viser le très haut de gamme, il entend proposer cette technologie au plus grand nombre. Il pourrait aussi l'utiliser pour ses propres marques Blackberry ou Alcatel, mais le plus probable serait qu’il commercialise un smartphone à écran pliable sous la gamme TCL.




26-02-2019


 <  3  4  5  6  7  8  9  >